Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Bobo-Dioulasso : Des élèves sensibilisés sur la nouvelle réforme éducative

Accueil > Actualités > Société • • dimanche 16 mai 2021 à 21h18min
Bobo-Dioulasso : Des élèves sensibilisés sur la nouvelle réforme éducative

L’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF) a organisé, le samedi 15 mai 2021 à Bobo-Dioulasso, un panel sur la nouvelle réforme éducative, au profit des élèves et parents d’élèves de la région des Hauts-Bassins. Cette rencontre avait pour objectif d’informer la communauté scolaire sur les fondements de cette nouvelle réforme et de créer un cadre d’échanges entre les autorités administratives de la région et les élèves. Toute chose qui, selon le président de l’AEEEF, Elvis Somda, va contribuer à maintenir la quiétude dans le monde scolaire et estudiantin.

Depuis quelques temps déjà, le monde éducatif est secoué par des mouvements d’humeur des élèves dans certaines localités du Burkina Faso. Ces manifestations sont ainsi dues à la décision du gouvernement, d’apporter des « innovations majeures » dans l’organisation des examens de fin d’année, notamment le Brevet d’études du premier cycle (BEPC) et le Baccalauréat.

Cette décision n’est pas du goût de certains acteurs de l’éducation dont les élèves au premier plan.
L’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF), par la voix de son président Elvis Somda, estime que ces grèves multiples sont dues à une désinformation au niveau des élèves et de certains enseignants, mais aussi à un manque de dialogue entre ces derniers et les autorités administratives.

Elvis Somda, président de l’AEEEF

C’est pourquoi, dans sa mission de créer un cadre d’échanges entre les élèves, les autorités administratives et tous les acteurs du monde éducatif, l’AEEEF a initié ce panel, le samedi 15 mai dernier à Bobo-Dioulasso. « Ce cadre d’échanges a pour objectif de donner l’information juste aux élèves. Nous pensons que les grèves observées dans certaines localités sont dues à une désinformation sur la nouvelle réforme. Nous voulons ainsi que les élèves aient la bonne information, afin qu’ils puissent savoir sur quelle base s’organiser et préparer leurs examens », a expliqué Elvis Somda.

Il a salué le directeur régional de l’enseignement post-primaire et secondaire des Hauts-Bassins pour sa disponibilité et son sens d’écoute. Ce qui aurait permis à l’AEEEF d’avoir l’information juste afin de vouloir la partager avec les autres camarades. Après l’étape de Bobo-Dioulasso, Elvis Somda et ses camarades veulent sensibiliser d’autres élèves notamment dans les provinces du Tuy et du Kénédougou, à travers l’organisation de panels.

Les élèves participants à la conférence sur la nouvelle réforme éducative

La nouvelle réforme vise à corriger certaines erreurs dans la conception des épreuves

Cette conférence était placée sous la présidence du directeur régional de l’enseignement post-primaire et secondaire des Hauts-Bassins, Henri Prosper Paré. Ce dernier n’a pas manqué de saluer l’initiative de ce panel qui, dit-il, est le bienvenu. « Il va permettre de toucher plus d’élèves pour leur donner des informations sur la nouvelle réforme des examens. De retour dans leurs établissements respectifs, ils pourront ainsi lever les équivoques qui circulent », a dit Henri Prosper Paré.

Il a expliqué que cette réforme concerne le post-primaire et le secondaire. Elle touche pour le BEPC, deux disciplines à savoir les épreuves d’histoire-géographie et de SVT (Sciences de la vie et de la terre). « A ce niveau, on passe de deux sujets au choix à un sujet unique. Pour le BAC, le conseil des ministres a pris la décision de transférer son organisation au ministère en charge de l’Education nationale. Examen qui était jusque-là organisé par le ministère en charge de l’Enseignement supérieur. Cette réforme vise à corriger certaines erreurs au niveau de la conception des épreuves », a-t-il souligné.

Henri Prosper Paré, directeur régional de l’enseignement post-primaire et secondaire

Selon lui, ces innovations sont à l’avantage des élèves. Il a ainsi rappelé que le Burkina n’est pas à sa première réforme éducative. A l’en croire, avant les épreuves d’histoire-géographie et de SVT portaient sur seulement quatre leçons. « Ce qui ne favorisait pas beaucoup d’élèves. Désormais les sujets uniques porteront sur plusieurs chapitres afin de permettre aux élèves de travailler dans les meilleures conditions de réussite. A cet effet, il n’y aura plus de hors sujet », a indiqué Henri Prosper Paré.

Loin de vouloir réduire le taux de succès des élèves, il a estimé que cette réforme va améliorer leurs scores. C’est pourquoi il note que ces mouvements d’humeurs des élèves sont partis sur la base de fausses informations. « Au départ, les gens ont fait croire qu’il n’allait pas y avoir de seconde tour aux examens. Ce qui est totalement faux. Cette information a été corrigée. Aussi, ces mouvements ont été amplifiés par d’autres rumeurs comme quoi, on voulait réduire le taux de succès aux examens pour pouvoir gérer le flux d’étudiants qui vient à l’université. Si le gouvernement s’évertue à créer des universités dans les régions, comprenez avec moi que ce n’est pas pour réduire le taux de succès au BAC », a déploré M. Paré. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : SOPAM SA saisit les créances et le matériel des filiales du groupe Bolloré
Burkina Faso : Renforcement du Système de Mesurage, de Rapportage et de Vérification (MRV) avec l’application KoboCollect
Arrondissement 3 de Ouagadougou : Des jeunes bouchent les nids de poule par leurs propres moyens, la maire félicite
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes
Droits humains et stabilité au Burkina : Le projet de renforcement des capacités de la société civile fait son bilan
Projet « confiance » : Le bilan jugé satisfaisant après 27 mois de mise en œuvre
Burkina Faso : SOS Villages d’enfants et ses partenaires réfléchissent sur le référentiel de prise en charge des jeunes
Province du Bam : Catholic Relief Services offre des infrastructures éducatives dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi
Education : Le président du Faso veut mettre fin à la faim à l’école
Insécurité dans la région de l’Est : Les populations de la commune de Madjoari veulent des armes pour se défendre
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile
Journée de l’enfant africain 2021 : Un panel intergénérationnel pour discuter de l’avenir des enfants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés