Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • dimanche 16 mai 2021 à 23h15min
Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

Sous la direction de Kako Nubukpo, les étudiants de la faculté des Sciences économiques et de gestion de l’Université de Lomé ont publié un ouvrage intitulé « Du franc CFA à l’Eco : Quelle monnaie pour quel développement en Afrique de l’Ouest ? ». Vous l’aurez deviné, la problématique du développement monétaire de l’Afrique y est abordée. Le passage du franc CFA à l’Eco s’annonce ainsi comme un véritable test de sincérité pour construire ce que devrait être un véritable programme d’émancipation monétaire en Afrique de l’Ouest.

Le temps est venu pour l’Afrique de l’Ouest d’opérer un changement historique, une reforme structurelle d’envergure. C’est du moins ce que l’ouvrage des étudiants de la faculté des Sciences économiques et de gestion de l’Université de Lomé ont voulu montrer. En effet, intitulé « Du franc CFA à l’Eco : Quelle monnaie pour quel développement en Afrique de l’Ouest ? », cet ouvrage invite les dirigeants des pays d’Afrique de l’Ouest, à travers la CEDEAO, à mettre fin à l’époque du franc CFA pour ouvrir une nouvelle phase et donner naissance à une nouvelle monnaie, qui incarne la souveraineté monétaire et la prise de responsabilité de la part des Etats de la CEDEAO par rapport à leur devise et à leur futur.

D’après les auteurs, cette prise de responsabilité doit notamment se traduire par une solidarité réelle entre les pays de la CEDEAO. Car la chute de la croissance économique dans la région en raison de la pandémie de Covid-19 n’est qu’une difficulté supplémentaire, qui rend encore plus difficile le respect de critères de convergence minimale, mais le moment idéal avec les conditions propices n’existe pas. Par conséquent, stipule l’ouvrage, la sous-région ouest-africaine doit parvenir à surmonter les obstacles qui freinent son intégration économique, et cet ouvrage offre quelques pistes et réflexions pour y parvenir.

La première réforme d’envergure, qui est que la mise en place de l’Eco, présente des avantages et des inconvénients. Même si un certain nombre de zones d’ombre, voire d’aléas ou de risques, existent face à ce changement sans précédent, les chapitres de cet ouvrage ont aussi mis en relief un certain nombre d’avantages économiques et financiers importants pour les pays de la région. Ainsi, l’Eco devrait faciliter les échanges commerciaux et financiers, réduire le coût des transactions financières entre les pays et renforcer la concurrence.

Tout cela ne peut que stimuler la vitalité économique et donc engendrer une croissance économique durable à terme. Ce dynamisme économique positif ne pourra qu’attirer les investissements étrangers, accroître la compétitivité économique des acteurs dans l’économie mondiale, et cela devrait avoir un effet sur le développement des pays et des sociétés de la région.

L’ouvrage affirme que la politique monétaire de la région doit être en phase avec la politique économique de développement des pays et de la région dans son ensemble.

Il s’agit, en effet, pour l’Afrique de l’Ouest, longtemps liée à la France par un (néo)colonialisme monétaire au franc français puis à l’Euro, de se réapproprier son projet de développement ainsi que des outils et des choix pour parvenir à le mettre en œuvre et accéder à sa souveraineté pleine et entière.

Quelles chances de réussite dans la mise en œuvre de l’Eco ?

Pour maximiser les chances de réussite du processus d’intégration monétaire en cours, l’ouvrage propose quelques priorités. Il s’agit, primo, de la problématique de l’emploi, notamment l’emploi des jeunes et des femmes, qu’il est grand temps d’affronter avec des outils adaptés. Secundo, il faut mettre l’accent sur la croissance économique durable et inclusive, basée sur des choix et des politiques sectorielles ambitieuses et réalistes.

Elle devrait encourager une industrialisation fondée sur le développement des nouvelles technologies, notamment la digitalisation des procédures, autant dans le secteur public que dans le privé. Tertio, il y a le développement des infrastructures, qu’elles soient matérielles ou immatérielles, à l’instar des technologies de l’information et de la communication. Il s’agit là d’une transformation régionale, dans laquelle l’Eco peut et doit jouer un rôle central.

Quarto, l’ouvrage mentionne le développement d’une agriculture compétitive et à mesure d’encourager le développement à la fois d’une agriculture familiale résiliente et d’un agrobusiness à la hauteur des potentialités agricoles de la région et qui puisse garantir la souveraineté alimentaire aux peuples ouest-africains.

D’ailleurs, un récent rapport de la Banque africaine de développement (BAD) a notamment souligné les potentialités et les conséquences de taille de l’agrobusiness pour le continent africain, notamment pour l’Afrique de l’Ouest. C’est la raison pour laquelle, parmi les secteurs économiques, l’agriculture est l’un des plus stratégiques pour la région, en rapport notamment avec le changement climatique, qui engendre de nouveaux défis à relever en termes d’adaptation des cultures.

Quinto, il s’agit d’une meilleure intégration régionale des pays de la CEDEAO, basée sur une solidarité réelle. Si l’Eco ne peut pas garantir une meilleure intégration régionale des pays de la CEDEAO, il peut néanmoins avoir un rôle moteur fort, en facilitant un véritable fédéralisme budgétaire, les échanges commerciaux, ainsi que la circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux. En fin de compte, une Afrique de l’Ouest forte, optant pour un développement endogène construit autour d’une monnaie souveraine constitue un impératif pour un continent africain en marche vers la transformation structurelle de son économie et de sa société.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 mai à 08:08, par Yv En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

    C’est très bien la littérature. Mais concrètement, on commence par où pour terminer par quoi ? Dans les propositions, je m’étonne de ne pas voir aborder le phénomène de la corruption qui est, dans la plupart des pays de la CEDEAO le sport le plus populaire et de masse. Il faut aussi développer le vrai patriotisme et une justice africaine. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 11:53, par Milesi En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

    Ce serait la preuve que l’Afrique de l’Ouest devient enfin mature, qu’elle se débarasse des corrupteurs. Courage.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 14:41, par One punch burkinbilaman En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

    Le FCFA n’a aucun problème. Allez au Ghana ou au Nigéria demander à combien les fonctionnaires ou entreprises empruntent dans les banques pour financer leurs besoins. Ce sont des 25% à 40% par an. Est ce que c’est réellement ce que les gens veulent ? Ne laissez pas des charlatans financiers vous amenez en brousse en vous faisant passer par le hors sujet de la monnaie ou de la France. Nos véritables problèmes sont le manque de volonté de nos dirigeants et leur incapacité à mettre en place une réelle politique de développement industriel et économique. le reste c’est du faux bla bla mensonger.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mai à 07:21, par Cyborg En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

      Mon frère à lire on se rend compte de ton ignorance sur le système monétaire ou bien c’est les propagandes des défenseurs (corrompus) du fcfa qui bouffent des millions dedans par mois que tu as écouté. La monnaie est lié à la fois à l’économie, la politique, la défense et bien d’autres. C’est comme le sang qui circule dans l’organisme, si le sang est mauvais c’est des organismes qui seront affecté et on aura beau soigner tant que on ne voit pas le sang ça ne servira à rien. En tout cas le Ghana, le Nigeria comme tu cites n’ont absolument rien à envier aux européens avec leur euro ou au américain avec leur dollar, n’en parlons pas de nos pays tjrs esclaves de la France par le biais de la monnaie (franc cfa), car qui contrôle la monnaie d’un pays c’est lui règne en maître et donc les dirigeants ne deviennent que des exécutants.

      Répondre à ce message

    • Le 19 mai à 07:22, par Cyborg T En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

      Mon frère à lire on se rend compte de ton ignorance sur le système monétaire ou bien c’est les propagandes des défenseurs (corrompus) du fcfa qui bouffent des millions dedans par mois que tu as écouté. La monnaie est lié à la fois à l’économie, la politique, la défense et bien d’autres. C’est comme le sang qui circule dans l’organisme, si le sang est mauvais c’est des organismes qui seront affecté et on aura beau soigner tant que on ne voit pas le sang ça ne servira à rien. En tout cas le Ghana, le Nigeria comme tu cites n’ont absolument rien à envier aux européens avec leur euro ou au américain avec leur dollar, n’en parlons pas de nos pays tjrs esclaves de la France par le biais de la monnaie (franc cfa), car qui contrôle la monnaie d’un pays c’est lui règne en maître et donc les dirigeants ne deviennent que des exécutants.

      Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 15:05, par Vérité Indiscutable En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

    Pourquoi nous acceptons même une réforme du CFA à la légère ? Même nos étudiants en économie sont cooptés dans cette arnaque millénaire ! Quelle indépendance économique pour demain si nous avons la possibilité de dire non aujourd’hui au franc CFA et que nous louvoyons avec le Voleur en acceptant des demi-mesures ?
    J’avais pourtant beaucoup de respect pour l’expert Kakou Nobukpo, mais là, c’est complètement faussé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mai à 18:21, par Alexio En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

    Les Zones d ombres de cette transition doivent etre defini sans mangoulle de la France dans les coulisses.

    En Loccurrence, larrimage al Euro une devise forte qui ne va rien changer si le regime desirer par la CEDEAO qui est un regime flottant.

    Quels sont les montants reels des comptes d operations des pays respectifs qui sont øoges en France ?

    La France v a-t-elle continuer abattre l ECO des africains a Chamallieres et a Pessac ? L ECO sera-til sous un regime flottant a panier de devises ou a un regime arrimer a l Euro ?

    Nos lingots d or qui sont entre les mains de la France serons t-il retourner a nos banques centrales ? L a France aura-telle un droit de regard a la gerance de cette nouvelle devise ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 10:15, par Sacksida En réponse à : Du franc CFA à l’Eco : Pour la souveraineté monétaire de l’Afrique de l’Ouest

    D’abord, il faut savoir que Kako Nabukpo qui etait un defenseur acharne de la souverainete monetaire de notre Zone a ete copte ou "corrompu" par Macron pour travailler au benefice du courant neocolonial de la Francafrique ; et cette reunion rentre dans ce cadre. Ensuite comment apres plus de 70 ans d’exclavage et d’exploitation economique et monetaire peut-on encore parler de "Transition" comme si des expertises et des competences manquent a l’Afrique pour prendre son destin economique et monetaire en mains ? Cette fameuse Transition est une grosse arnaque pour perpetuer surement notre situation de dependance et continuer le pillage imperialiste de nos ressources a travers le levier monetaire ; car sur les 4 criteres qui gere cette monnaie coloniale, seul un seul critere va etre abandonnee ; donc rien ne changera dans le fonds dans l’ECO Uemoa par rapport a la monnaie actuelle CFA dont la France est proprietaire et profiteur economique, financier et monetaire en grande partie. Donc, les seules dispositions et criteres de l’ECO sont ceux edictes et inities par la CEDEAO :
    - Aucun prelevement au Tresor Francais des Devises de la Zone ECO c’est a dire la CEDEAO
    - Pas d’intermediaire dans la Convertibilite entre ECO cedeao et l’Euro et le Dollar
    - La CEDEAO doit gerer elle meme la monnaie ECO de facon Souveraine
    - L’Eco doit etre convertible avec toutes les monnaies dans le Monde
    - L’Eco doit etre imprimee en Afrique et pas du tout en France. Voila chers amis africains tout le sens de la Souverainete Monnetaire et Economique pour le decollage economique du Continent et qui va nous sortir des griffes des exploiteurs economiques et financiers internationaux imperialistes. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Financement des économies en Afrique de l’Ouest : Le gouverneur de la BCEAO échange avec le président du Faso
Jeux de hasard au Burkina : Plus de 2 300 machines à sous non conventionnelles saisies
ATLANTIQUE MOBILE : Une application innovante, intégrant des fonctionnalités inédites et exclusives
Développement des entreprises : Yons Associates Group échange avec ses partenaires
ATLANTIQUE MOBILE : Une application innovante, intégrant des fonctionnalités inédites et exclusives
La mort de Assimi Kouanda : Plus qu’un politique, il était un intellectuel engagé
Gouvernance des entreprises burkinabè : « L’innovation permet de distinguer le leader du suiveur », dixit Tertius Zongo, président de l’AIGLE
Burkina Faso : Une AIGLE pour porter haut la gouvernance et le leadership économique
Caisse des Dépôts et des Consignations : Les nouveaux membres de la Commission de surveillance installés par le Premier ministre
Intégration des femmes à l’économie : Le projet "Impulse" pour impacter 3000 bénéficiaires
Finances publiques : Le Burkina accueille un colloque international sur l’internalisation des directives UEMOA
Gestion du fret : Une nouvelle structure créée pour « défendre l’intérêt supérieur du transport burkinabè »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés