LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses

Publié le mardi 19 janvier 2021 à 17h00min

PARTAGER :                          
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses

L’exploitation minière au Burkina Faso n’est pas sans conséquences. Les sites aurifères ont un impact négatif sur la vie des populations. Dans le Bam ou dans le Namentenga où l’auteur a servi en tant que proviseur, il a tout vu et tout entendu. C’est pourquoi à travers la poésie qui suit, il dénonce et interpelle les différents acteurs sur les effets pervers des mines. Poésie !

L’enseignant Rassomane Savadogo

Poème : Notre métal jaune !

Nous sommes d’une région aurifère,
Où sévit la vraie misère !
Nous n’avons plus de terres arables,
Ni de villages habitables,
A cause des sociétés minières,
Et de leurs pairs, les orpailleurs !
Ils ont exhumé les cendres de nos aïeux,
Et profané nos bois et lieux sacrés !
Les vrombissements de leurs engins
Brouillent les appels de nos muezzins !
La poussière devient notre oxygène,
Et l’eau polluée, la boisson quotidienne !
Pire, la jeunesse scolaire,
Notre fer de lance,
Déserte les classes,
Pour les sites aurifères,
Espérant un mieux-être,
Mais, hélas !
Ce n’est qu’un mirage,
Un grand dommage !

Pourtant,
Notre sous-sol vomit de l’or,
Vite convoyé vers les ports,
Pour faire le bonheur ailleurs,
Loin de notre misère !
A qui l’exploitation de notre or,
Doit-elle profiter d’abord ?
Pourquoi cette exploitation minière
Ne fait pas notre bonheur ?
Est-ce à nous les dégâts,
En récompense de tout cela ?

La drogue, la prostitution, les violences
Dépravent déjà nos mœurs !
La poussière, le mercure, le cyanure
Activent leurs effets néfastes :
Dame nature impactée,
Les animaux ne rumineront plus,
Les oiseaux voleront plus bas,
Les batraciens disparaîtront,
Les arbres cesseront de fleurir,
Nos bras valides trépasseront,
Et plus jamais d’avenir !
Où se trouve alors le bonheur,
Dans un navire, qui chavire ?

Ramsu.

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique