Actualités :: Groupe des démocrates républicains : Le parti effectue son baptême de (...)

Dernier né des partis

politiques burkinabè, le Groupe des démocrates républicains (GDR) a donné sa première conférence de presse, samedi 27 décembre

2003. Au menu de ce baptême de feu médiatique, la présentation du programme de gouvernement du parti, ses ambitions et ses vues

sur certaines questions de l’heure.

Dans la note introductive à cette conférence de presse, lue par Sangaré Amadou

secrétaire national à l’organisation du parti, le GDR se veut "l’héritier" de la révolution d’août 1983. Le parti veut mettre

fin à la domination des classes exploiteuses, et pour ce faire, a un programme politique articulé autour de six axes

fondamentaux. Ce sont les réformes politiques et constitutionnelles, les réformes institutionnelles, les réformes économiques,

les réformes socio-économiques, la décentralisation et la politique extérieure. Au titre de ces réformes, le GDR propose de

revoir les statuts du président du Faso et du Premier ministre.

Selon le parti, le statut du Premier ministre est

"ambigu", car même si celui-ci "émane" du parti majoritaire, il applique la politique du président du Faso. Il peut y avoir

"blocage institutionnel" si les deux hommes ne proviennent pas d’un même parti. Par ailleurs, le parti pense qu’il faut

"responsabiliser" les chefs d’Etat africains pour éviter les dérives autoritaires.

Pour l’intégration et l’équité dans

le monde

La parti qui ne doute pas de sa "représentativité nationale", soutient qu’il faut combattre "le capitalisme

financier et transnational" pour l’avènement d’un monde meilleur. Dans cette optique, le GDR "s’insurge" contre la guerre

faite à l’Irak, en remettant en cause sa "légitimité".

Le parti préconise aussi la réforme de l’ONU, pour une plus

grande "démocratie" en son sein. Au plan national, le parti "décrétera" l’enseignement et la santé "gratuits", s’il parvenait

au pouvoir. "Il y a de l’argent au Burkina Faso, et il faut savoir où le chercher". Beaucoup de volonté, voire de voclontarisme

donc chez le benjamin des partis politiques burkinabè. L’expérience du terrain nous situera mieux.

Boubakar

SY
Sidwaya

CENI : Les 15 commissaires prêteront serment ce 29 (...)
Burkina Faso : Les élections de 2020 ont coûté 21 (...)
Burkina Faso : Le Centre d’études, de formation et de (...)
Jean-Luc Mélenchon à l’Université Joseph Ki-Zerbo : Une (...)
ADF-RDA : Rasmané Ilboudo et ses camarades confirment (...)
Conseil constitutionnel : La prestation de serment des (...)
Burkina : Les syndicats reprennent langue avec le (...)
Burkina Faso : « Qui paye les auteurs des actes (...)
Burkina : « La politique doit servir à éviter les minutes (...)
CENI : Une crise caractéristique d’acteurs politiques qui (...)
Burkina Faso : Concertation sur la réconciliation (...)
Commission électorale nationale indépendante (CENI) du (...)
Jean Luc Mélenchon attendu ce 18 juillet à Ouagadougou
Burkina Faso : Les députés de la Commission défense et (...)
Burkina : L’Opposition non-Affiliée rejette la CENI et le (...)
CENI : Le CFOP-BF gagnerait plutôt à remplacer dans sa (...)
Traités et accords internationaux du Burkina : Des (...)
Réconciliation nationale : Les concertations communales (...)
Démission de militants de l’ADF-RDA : Le parti (...)
CENI : L’opposition politique n’y siégera pas, tant que (...)
CENI : « Aucune disposition ne nous autorise à recevoir (...)

Pages : 0 | ... | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | 231 | 252 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés