Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 5 octobre 2020 à 16h41min
Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

Dans une note adressée au chef du gouvernement burkinabè, l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) menace d’observer un arrêt de travail de 96 heures à compter du mardi 6 octobre 2020, si sa plateforme de revendications ne trouve pas satisfaction.

Ces revendications, selon l’UCRB, portent sur des points pour lesquels des engagements forts avaient été pris par le gouvernement burkinabè.

Il s’agit entre autres de la gestion du fret en provenance et à destination du Burkina, pour lequel un décret avait été signé le 26 février 2016 et qui attend d’être mis en œuvre par arrêté ministériel, de l’harmonisation des normes et procédures de contrôle de gabarit des véhicules de transport de marchandises, conformément au règlement 14/2005 de l’UEMOA, de la recrudescence des tracasseries et rackets sur les corridors et de la perception illégale des taxes de stationnement par les communes.

Pour l’UCRB, ’’le dialogue social ne pourrait être consolidé qu’à travers la réciprocité de la parole donnée’’.

L’UCRB engage la responsabilité du gouvernement sur les éventuels désagréments nés de la léthargie des engagements non mis en œuvre.

Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 6 octobre 2020 à 10:04, par Passakziri En réponse à : Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

    Ce syndicat n’est pas honnête.
    Je le dis parce que vous membres ne sont pas étrangers aux maux que vous incriminez.
    Vos véhicules ne sont souventpas en règles ( pneus usagés, freins, surcharges etc ) , mais quand on vous arrête, vous preferez la voie de la facilté qui consiste á contourner la loi et les règles par des dessous de tables ; Cela est encourage les agents corrompus à continuer dansce sens et la roue tourne et se maintient en mouvement. Comment la stopper : Vous sensibilisez vos membres á ne plus payer les dessous de table et de mettre leurs engins techniquement et administrativement en régle. Le gouvernement peut apuiyer tout ca en rendant l’usage de monaie physique pour régler les contraventions. A savoir que chaque paeyement devrait se faire numeriquement ( les moyens techniques sont là ) et ensuite delocaliser les paiement à un second niveau, à savoir que les forces de l’ordre se chargent de faire respecter les lois et règle et que la tresorerie s’occupe du règlement, quand la faute ne necessite pas une immobilisation imédiate de l’engin incriminé. Vous voyez, c’est une question de volonté sinon combattre ce fléau n’est pas aussi difficile que ca.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre 2020 à 15:17, par LE MAITRE GOMYAAREE : PAYS SANS FOI NI LOI En réponse à : Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

    #MILIEU DESORDONNE DE HAUT EN BAS HORMIS LES VRAIS PROFESSIONNELS

    #CORRUPTION A GOGO OMNIPRESENTE

    PS TROP DE CHIENLIT

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Collège "Notre-Dame de l’espérance" (Ouagadougou) : Les mérites de 110 élèves reconnus
Burkina : Le projet « Faso Jege » lancé à Ouahigouya
Gendarmerie nationale : La 48e promotion des élèves sous-officiers présentée au drapeau
Site minier de Sanbrado (Ganzourgou) : Une quarantaine de femmes formées au métier de tissage
Contrôle des surcharges des véhicules : La presse s’imprègne du processus de pesage
Journée de la chaire UNESCO : Les enjeux de développement et les crises sécuritaires en Afrique scrutés
Gestion des menstrues en milieu scolaire : Un besoin de plus de 300 milliards de FCFA
Lutte contre la résistance aux antimicrobiens : Les chercheurs en santé en conclave à Ouagadougou
Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision : La 21e édition interpelle les jeunes à plus de dynamisme et de synergie d’actions
Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation
Affaire Lionel Kaboui : Un an après, la famille réclame toujours justice
Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés