LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

Publié le lundi 5 octobre 2020 à 16h41min

PARTAGER :                          
Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

Dans une note adressée au chef du gouvernement burkinabè, l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) menace d’observer un arrêt de travail de 96 heures à compter du mardi 6 octobre 2020, si sa plateforme de revendications ne trouve pas satisfaction.

Ces revendications, selon l’UCRB, portent sur des points pour lesquels des engagements forts avaient été pris par le gouvernement burkinabè.

Il s’agit entre autres de la gestion du fret en provenance et à destination du Burkina, pour lequel un décret avait été signé le 26 février 2016 et qui attend d’être mis en œuvre par arrêté ministériel, de l’harmonisation des normes et procédures de contrôle de gabarit des véhicules de transport de marchandises, conformément au règlement 14/2005 de l’UEMOA, de la recrudescence des tracasseries et rackets sur les corridors et de la perception illégale des taxes de stationnement par les communes.

Pour l’UCRB, ’’le dialogue social ne pourrait être consolidé qu’à travers la réciprocité de la parole donnée’’.

L’UCRB engage la responsabilité du gouvernement sur les éventuels désagréments nés de la léthargie des engagements non mis en œuvre.

Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 6 octobre 2020 à 10:04, par Passakziri En réponse à : Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

    Ce syndicat n’est pas honnête.
    Je le dis parce que vous membres ne sont pas étrangers aux maux que vous incriminez.
    Vos véhicules ne sont souventpas en règles ( pneus usagés, freins, surcharges etc ) , mais quand on vous arrête, vous preferez la voie de la facilté qui consiste á contourner la loi et les règles par des dessous de tables ; Cela est encourage les agents corrompus à continuer dansce sens et la roue tourne et se maintient en mouvement. Comment la stopper : Vous sensibilisez vos membres á ne plus payer les dessous de table et de mettre leurs engins techniquement et administrativement en régle. Le gouvernement peut apuiyer tout ca en rendant l’usage de monaie physique pour régler les contraventions. A savoir que chaque paeyement devrait se faire numeriquement ( les moyens techniques sont là ) et ensuite delocaliser les paiement à un second niveau, à savoir que les forces de l’ordre se chargent de faire respecter les lois et règle et que la tresorerie s’occupe du règlement, quand la faute ne necessite pas une immobilisation imédiate de l’engin incriminé. Vous voyez, c’est une question de volonté sinon combattre ce fléau n’est pas aussi difficile que ca.

    Passakziri

  • Le 6 octobre 2020 à 15:17, par LE MAITRE GOMYAAREE : PAYS SANS FOI NI LOI En réponse à : Contre les rackets et surcharges au Burkina : Des chauffeurs routiers annoncent un arrêt de travail du 6 au 9 octobre 2020

    #MILIEU DESORDONNE DE HAUT EN BAS HORMIS LES VRAIS PROFESSIONNELS

    #CORRUPTION A GOGO OMNIPRESENTE

    PS TROP DE CHIENLIT

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Marché de Larlé : Il faut libérer l’emprise de la route
Le métier de logisticien avec Bouma Ferdinand Neya