Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La bataille contre l’ignorance se gagne tous les jours, et elle finit par ouvrir sur des perspectives insoupçonnées. » Dalaï-lama

Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

Accueil > Actualités > Economie • Par Isaac Gouene • jeudi 1er octobre 2020 à 01h20min
Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

Les leçons retenues de la pandémie du Covid-19 pourraient être une opportunité pour les autorités burkinabè de mettre en place un encadrement légal en vue de donner aux travailleurs informels une place légitime dans l’économie du pays.

Selon Wiego Dashboard, le secteur informel pouvait représenter jusqu’à 80% d’un domaine d’activité. Accompagner ces petites entreprises dans leur cheminement vers une intégration à l’économie publique nationale serait donc une source additionnelle de croissance pour le Burkina Faso.

Un secteur complexe, mais porteur

Le récent ralentissement économique, voire l’arrêt de certaines activités, a engendré une perte d’emploi temporaire pour des milliers de personnes travaillant dans le secteur privé formel. Les travailleurs indépendants et autres opérateurs du secteur informel se sont retrouvés dans une situation plus précaire encore, frisant parfois la faillite personnelle. Seule une régularisation de leur situation leur permettrait de bénéficier d’une protection socio-économique, similaires aux employés du secteur formel.

Ce serait donc une hérésie de considérer que la croissance ne peut être soutenue que par le secteur formel, alors que celui-ci ne représente que 5 à 10 % de l’emploi (INSD, 2015, Enquête nationale sur l’emploi et le secteur informel). Bon nombre de grandes entreprises nationales sont issues à l’origine du secteur informel (Nana Industries, Velegda, Kanazoe, etc.). L’économie informelle est une composante indispensable de l’économie du Burkina Faso. Elle est également un vivier où se prépare en partie le secteur formel national de demain, notamment au travers de petits entrepreneurs innovants qui tendent à s’accroître rapidement.

Reconnaitre officiellement l’existence de l’économie informelle

La première étape consisterait à faire de l’économie informelle un sujet à part entière des politiques publiques, en reconnaissant officiellement son existence et en permettant de relayer la voix des « informels » dans les négociations avec l’État. Aujourd’hui, il existe des initiatives, comme le cas du Conseil national de l’Économie informelle du Burkina Faso (CNEI-BF), mais cela reste peu structuré.

Une objectivation plus assidue du secteur informel aurait plusieurs conséquences bénéfiques. En premier lieu, elle permettrait de supprimer cette frontière floue entre entreprises individuelles formelles et informelles. Ce manque de transparence crée une zone de non-droit propice aux arrangements illégaux et à la corruption. En second lieu, elle favoriserait sa prise en compte par la statistique publique, qui pourrait alors en assurer le suivi à travers la mise en place d’enquêtes publiques périodiques.

Au Burkina Faso, l’économie informelle fleurit en particulier dans les secteurs de l’agriculture et des mines. L’enquête de l’Institut national de la Statistique et de la Démographie (INSD) sur le secteur de l’orpaillage a estimé la production à 9,5 tonnes en 2016. Le secteur artisanal emploie près de 115 000 personnes et 25 000 indirectement, et engendre 231,9 milliards FCFA de revenus annuel. L’activité minière informelle est répartie sur l’ensemble du territoire avec une production plus importante au Sud-ouest et au Nord. En dépit des quantités produites, le secteur artisanal a eu un impact comptable nul au budget de l’État. Pour permettre une transition efficace, des échantillons tirés de ces deux secteurs clés pourraient être identifiés et ainsi définir une première version pilote.

Simplifier et rapprocher les services publics au plus près des bénéficiaires

Des structures locales directement rattachées au ministère de l’Agriculture, à celui du Commerce ou encore au ministère de l’Économie devraient être mises en place pour servir de point de liaison entre les acteurs du secteur, la Direction générale des Impôts et le ministère. Toutes les formalités administratives d’enregistrement pourraient être simplifiées afin d’accompagner les entreprises informelles à une meilleure inclusion dans l’économie, sur le modèle des guichets uniques ouverts au Maroc ou encore au Sénégal. L’État pourrait confier le suivi et la gestion de ces structures aux différentes collectivités territoriales et une action conjointe entre l’État et l’institution financière ainsi qu’une mission d’audit bimensuelle permettraient de mieux les accompagner.

Développer l’accès à l’emprunt

Le dernier rapport de la BCEAO paru en juillet 2019 sur l’évolution des indicateurs de suivi de l’inclusion financière sur l’année 2018 au Burkina Faso fait état d’un taux de bancarisation strict (TBS) de 21,28 %, un faible taux qui pourrait évoluer avec la formalisation des activités informelles. Les agents du secteur informel font face à des difficultés d’emprunt. Pour permettre de pallier ces difficultés de financement, l’État pourrait mettre en place une loi fixant le taux d’emprunt de ces acteurs uniquement dans le cadre de leur activité et si elles sont agrémentées ou suivies par la structure locale. L’État burkinabè pourrait ainsi se porter garant afin que ces acteurs puissent bénéficier de prêt à des taux préférentiels.

Accompagner les opérateurs du secteur informel

L’État pourrait également mettre aux services des opérateurs du secteur informel, les outils existants, déjà mis à disposition des microentreprises, permettant d’accompagner la régularisation du secteur, mais aussi garantir la productivité et la croissance de ces structures issues du secteur informel. Ainsi, ces dernières pourraient avoir accès au micro-crédit, à des formations spécifiques à la comptabilité et au marketing, aux exonérations de taxes durant 2-3 ans, aux groupements et autres associations de producteurs. Elles pourraient alors avoir accès aux marchés – en particulier publics – et à l’information.

En ces temps d’incertitudes sanitaires et économiques et à l’aube d’une potentielle seconde vague de la pandémie, l’économie burkinabè a besoin de toutes ses forces vives pour faire face à la crise mondiale. Des solutions pour intégrer le secteur informel dans l’économie nationale pourraient rapidement être mises en place sans surcoût excessif puisque les dispositifs sont pour la plupart préexistants. Enfin, il serait plus que judicieux de s’atteler à la tâche et profiter de cette période de flottement économique pour poser les bases d’une économie saine.

Isaac Gouene
Spécialiste en économie et en finance des marchés

Vos commentaires

  • Le 30 septembre à 22:25, par Lou En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

    Très bon article.
    Je t’encourage et je te félicite.
    En effet, le secteur informel crée des formes d’emplois, aide à résoudre les problèmes de chômage, mais son caractère ambulant ou non officiel nécessite un encadrement structurel et juridique, accompagné des mesures de soutien du Gouvernement.

    Merci, j’ai aimé et apprécié.

    Répondre à ce message

    • Le 1er octobre à 09:53, par kwiliga En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

      Je connais beaucoup de petits artisans et commerçants qui ont, depuis longtemps, franchi le pas et se sont déclarés auprès de la chambre de commerce.
      J’ai même, à l’époque, conseillé à certains d’entre eux de le faire, car, comme il est dit plus haut, j’étais persuadé que cela allait participer à leur développement économique personnel, comme à celui du pays.
      Résultat : la seule chose pour laquelle on les accompagne, c’est pour payer leurs impôts.
      Sincèrement, si la théorie est valable, la mise en œuvre nécessitera au préalable un changement de mentalité, chez les représentants des pouvoirs publics et des banques.

      Répondre à ce message

      • Le 1er octobre à 14:59, par Kouda En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

        kwiliga,
        Vous avez vu juste et dis très bien ce qui ne marche pas dans la pratique.
        Nos décideurs, nos fonctionnaires, notre secteur financier et toutes les autres structures devant participer au bon fonctionnement de l’économie se soucient en réalité très peu du sort et du devenir des acteurs du secteur informel. Suivant à la lettre les instructions du FMI et de certains bailleurs de fonds, tout ce qui intéresse l’Etat, c’est faire payer les impôts à ces acteurs du secteur informel qui entreprennent des démarches pour régulariser leur situation. C’est en cela que le secteur informel démeurera et, mieux, continuera à grandir dans notre pays. On recherche des gains immédiats et on oublie les véritables enjeux de long terme : créer des très petites et petites entreprises viables et durables, créer des emplois durables, décents, améliorer durablement les conditions de travail dans le secteur informel, lui permettre d’accéder à des financements durables et à coût abordable...
        La théorie est bien belle mais tant que l’application de cette théorie restera tronquée, déloyale et dévoyée alors nous ne sortirons pas des problèmes qu’on cherche à régler. Pour nous en sortir durablement, il nous faut oser penser autrement et de façon innnovante, ce qui nécessite de prendre suffisamment de temps pour réfléchir, se concerter, associer toutes les parties prenantes sans condescendance, voir loin et pas seulement les gains immédiats et mettre la politique politicienne de côté.

        Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 07:02, par Sami En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

    Article intéressant et qui reflète une réalité bien peu considérée par les politiques des pays en voie de développement, le secteur informel est souvent mal structuré et peu pris en considération.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 07:58, par PITROIPA Salifou Baba En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

    C’est propre !
    Ce sont des idées de ce genre qui sont bien sur lefaso.net. Chacun lit et a un plus pour ce qu’il entreprend ; et qui sait quel autre décideur lira.
    On ne peut que vous dire merci et vous souhaiter bon vent. Aussi et surtout, revenez nous, vous et ceux qui voudrons bien faire comme vous avec d’autres idées.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 10:25, par OA En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

    Bel écrit. Félicitations !
    En effet, l’administration pourrait mieux composer avec l’économie informelle. Tout le monde y gagnerait.
    M. Gouene, vous auriez pu ajouter votre contact.
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 11:54, par Phil En réponse à : Encadrer l’économie informelle, une nécessité pour le Burkina Faso

    Belle analyse objective, espérons qu’avec les fonds mis récemment à la disposition de la micro finance pour dynamiser le secteur informel les acteurs se l’approprieraient en vue d’une bonne prise en compte par les décideurs publics comme privés

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Économie : Réflexion sur l’intégration des investissements dans le budget de l’État
Banques : Le Burkinabè Simon Tiemtoré finalise l’acquisition des filiales burkinabè et guinéenne de BNP Paribas, selon Jeune Afrique 
Mois du consommer local : Un label « Made in Burkina » pour magnifier les produits locaux
Coris Bank International SA (CBI SA) couronnée par la Société Financière Internationale (SFI) et par African Banker Awards
Burkina Faso : Le Président de la BOAD fait Grand officier de l’ordre de l’Etalon
Recettes fiscales : Le Burkina a perdu plus de 214 milliards Fcfa en 2019
Transformation de l’économie du Centre Sud : l’Institut supérieur des technologies initie un forum à l’occasion de son 20e anniversaire
Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer
Economie informelle : Le Conseil national enfin représenté dans toutes les régions du Burkina
Digitalisation des services financiers : La Confédération des institutions financières déploie le logiciel SAB-AT au Burkina
Commercialisation du riz du Burkina : Une table ronde pour trouver des solutions aux contraintes
Accès aux services financiers : Le PAIF-PME ne veut laisser personne en marge du système financier
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés