Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre ce qui fait peur.» Nelson Mandela

Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 8 septembre 2020 à 22h40min
Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

Dans le cadre de la coopération bilatérale, la république populaire de Chine a mis à la disposition du Burkina Faso un centre de recherche sur le mil. Le centre a été inauguré ce mardi 8 septembre 2020 dans la commune rurale de Loumbila par le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo, l’ambassadeur de la république populaire de Chine, Li Jan et l’invité d’honneur, le Larlé Naba Tigré. D’un coût global estimé à 140 millions de FCFA, cette infrastructure servira de cadre de recherche scientifique sur le mil. La création de ce centre vise à améliorer les performances du secteur semencier du Burkina en général et à promouvoir celui du mil en particulier.

Moderniser le secteur semencier en général au Burkina et en particulier la spéculation concernant le mil. Telle est la vision commune entre le Burkina Faso et la république populaire de Chine à travers ce projet d’assistance technique.

L’intérieur du laboratoire

Pour joindre la parole à l’acte, l’empire du milieu dans le cadre de ses engagements à accompagner le Burkina Faso pour booster les rendements et permettre au pays de rompre avec l’insécurité alimentaire, vient de doter le Burkina d’un centre de recherche. Ce centre de recherche scientifique sur le mil va permettre au Burkina d’améliorer les variétés du mil et d’autres spéculations.

Visite d’un champ en expérimentation

En effet, l’amélioration variétale du mil au Burkina a pour objectif de booster les rendements à l’hectare et surtout conduire le pays vers une sécurité alimentaire. De ce centre de recherche, il est attendu la mise à disposition des agriculteurs, la variété SUPERSOSATE. Cette variété vient redonner espoir aux acteurs du monde agricole au regard de sa résistance et sa capacité d’adaptation aux aléas climatiques.

En matière de productivité, elle donne à l’hectare, en moyenne trois tonnes. « C’est une grande chance pour le Burkina. Car avec notre variété on est à peu près à 650 kilogrammes à l’hectare. Nous voulons que l’année prochaine, on puisse atteindre l’ensemble des treize régions. Il faut reconnaître que la Chine amène la technologie et le progrès au Burkina Faso parce qu’à travers ce centre, des semences améliorées seront remises aux producteurs semenciers dans tout le pays » a déclaré le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo.

Le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo

En guise de tests, le projet a déjà conduit des travaux d’expérimentation de production de la variété SUPERSOSATE sur 100 hectares dans neuf régions du Burkina Faso à savoir la Boucle du Mouhoun, les Hauts-Bassins, le Centre-Ouest, le Centre-Sud, le Centre-Est, le Plateau Central, le Centre-Nord, le Sahel et le Centre. Les résultats à mi-parcours selon les experts du ministère en charge de l’agriculture sont probants. Dans ce centre, les chercheurs chinois et burkinabè vont travailler à développer des variétés performantes pour un réel essor des semences. Ils mèneront aussi des recherches sur la protection des plants.

Des officiels

En plus de ce joyau, la partie chinoise a remis du matériel de pointe pour renforcer les capacités du laboratoire. Ce soutien permettra aux chercheurs de réaliser des travaux liés au développement de variétés à haut rendement. « L’ouverture de ce centre vient encore prouver que nos relations avec le Burkina sont performantes. Il y a eu un arrangement bien résolu à partir du gouvernement chinois à l’égard du Burkina. Et je reste confiant qu’avec la conjugaison de nos efforts dans le domaine agricole, le problème de l’insécurité alimentaire sera résolu » a relevé, l’ambassadeur de la république populaire de Chine au Burkina, Li Jan.

L’ambassadeur de la république populaire de Chine au Burkina, Li Jan

Pour la campagne 2020-2021, au vu des résultats engrangés en 2019, le chef du département agricole a ordonné la mise en œuvre du projet dans l’ensemble des régions du pays, afin de permettre aux producteurs de bénéficier des semences de mil SUPERSOSATE à haut rendement. Et aussi les nouvelles méthodes de production mises en place dans le cadre de ce projet.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 septembre à 03:12, par yello En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    bonne idée. en meme temps j’attends de voir les reactions car est-ce parce que ces t la chine que les gens acceptent (le projet est en cours) facilement ? et si cela avait été un pays occidental ? dirait on qu’on nous impose, nous empoisonne et autres ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 05:27, par Jack En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    Ordre et désordre dans la recherche scientifique au Burkina Faso : le Ministre de l’agriculture inaugure un centre de recherche scientifique... Donc ce centre n’est pas sous la tutelle du ministère en charge du ministère en charge de la recherche scientifique ? Je crains la perte de souveraineté de l’Etat à travers une recherche scientifique non coordonnée et contrôlée. Même s’il s’agit de sécurité alimentaire, il faut quand même savoir mettre de l’ordre

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 07:39, par TANGA En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    C’est bizarre, et l’INERA dans tout ça ?
    On a pas fait cas de ’’ céréales traditionnelles’’ de l’INERA alors que ça se sait qu’ils font du bon travail.
    A l’INERA, il y a eu découverte de neuf variétés de riz à ce qu’il parait. C’est ça seulement que je sais, le reste c’est beaucoup plus.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 08:41, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    - Il y a véritablement de la pagaille dans ce pays !! A croire que nos ministres ignorent jusqu’où se limitent leurs compétences. Un Centre de recherche inauguré par le Ministre de l’Agriculture et les chinois ! Allez-y comprendre ! Le Ministère de l’Agriculture fait-il maintenant de la Recherche agronomique ? Que devient le Ministère chargé de la Recherche ? C’est un conflit de compétence outrancier et le Ministre de l’Agriculture doit arrêter son excès de zèle et son désir outrancier de vouloir coûte-que-coûte prendre la place de Salif DIALLO alias ‘’Le Roublard’’. Ça ne se fait pas comme ça si on veut de la promotion ! Doucement Monsieur le Ministre de l’Agriculture, doucement : Tracteurs par-ci, engrais par-là, visites de ceci et cela ici ou là, inauguration maintenant de Centre de Recherche ! Attention à ne pas finir par devenir le Ministre du Ciel et de la Terre de RMCK comme l’avait été un autre pour Me Wade et comme le fut justement un certain Salif DIALLO alias ‘’Le Roublard’’ pour Blaise COMPAORÉ !!! Et l’autre Chef Politico-Traditionnel qui n’a toujours pas retenu la leçon à lui infligée ! Il est toujours là encombrant avec son bonnet froissé juché sur sa tête comme une coque d’arachide !!!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 10:14, par Julien En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    Que se passe t-il dans notre pays ? Un centre de recherche sur le mil financé par la Chine et inauguré par le Ministre de l’agriculture et le Larlé Naaba érigé en chercheur ? C’est quelle pagaille ça ? Sérieux ? Il n’y a donc plus d’organisation ministérielle et de missions spécifiques des différents départements ? De quels chercheurs parlez vous : ceux de l’INERA ou d’autres recrutés par le ministère de l’agriculture ? Fait-il en rire ou en pleurer ? Respectons nous un peu. Ne laissez pas la Chine faire la pagaille chez nous. Après c’est pour déverser beaucoup de leurs étudiants ici sans guarantir une rigueur scientifique dans leur suivi.
    Monsieur le Président, SVP, il faut gouverner le pays. Ne laissez pas vos ministres faire ce qu’ils veulent alors que les missions de chaque département sont bien spécifiées.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 14:11, par Le musulman En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    J’avoue que je ne comprends pas la réaction de certains compatriotes ! Est-ce un crime qu’un ministre inaugure une infrastructure sensée être gérée par un autre département ministériel ? Où mettons-nous la solidarité gouvernementale qui permet aux acteurs concernés de gérer leurs contraintes de calendriers ? Etes-vous sûrs et certains que les chercheurs de l’INERA n’étaient pas représentés à cette cérémonie ? Il faut être en Afrique pour voir une levée de bouclier pour un action aussi ordinaire comme celle-là ! Sortons de cette considération car les défis sont encore nombreux à relever ! Avec toutes mes considérations pour ceux qui n’ont pas la même vison que moi !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 15:18, par Noix En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    Je n’ai absolument aucune confiance en ces Chinois. Ils sont entrain de noyauté tous notre systeme y compris l’agriculture ou justement le burkina aurait du les empecher de s’ingerer car ils convoitent nos terres. Mais bon nos autorité ne voent irne pour l’instant. Regardez dans les autres pays ou ils sont passés et vous comprendrez. Ils sont partout. Pas un jour ne passe sans qu’on les vois dans les media.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 15:36, par Gajuland En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    Salut à tous ! A mon avis l’inauguration de ce centre de recherche agricole par le ministère de l’agriculture ne devrait pas susciter tant de polémiques car entrant dans le cadre de l’auto-suffisance au pays. Si le ministère en charge de la recherche agricole et l’INERA ont des résultats probants en la matière, ou des projets similaires, ils feraient mieux de les exposer et de les défendre au lieu de s’acharner sur des réalisations pertinentes.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 10:41, par Boubou En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    Pourtant, il faut quand même mettre de l’ordre. Un peu de quand-même. Comment cela peut se faire ailleurs ? Pourquoi Y-a-t-il des ministres chargés de telle ou telle chose. Pourquoi le burkinabè aime tant le désordre ? Je ne suis pas chercheur mais c’est foutaise. Alkassoum, ouvre l’oeil et surtout le bon. Ainsi, ils peuvent faire entrer tout ce qu’il veulent s/c recherche sans passer par la recherche nationale
    N’importe quoi

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 17:31, par Daouda NIANG En réponse à : Améliorations des variétés de mil au Burkina : Un centre de recherche pour booster les rendements

    Mes salutations à l’endroit de l’équipe de recherche sur le mil au Burkinafaso,
    Je voudrais vous exprimer mes vives félicitations pour la sur pied d’un Centre de Recherche sur le Mil au Burkinafaso. Je suis monsieur Daouda NIANG, j’ai travaillé au Centre Régional pou l’Eau Potable et l’Assainissement dont le siège est à Ougadougou, le centre est devenu EAA. J’étais dans le Centre National du Sénégal en qualité de Chef du Service Développement Communautaire. Je suis un scientifique dans les différentes spécialités de la Géographie, en sociologie et Psychologie Sociales, en Anthropologie, en Économie, en Philosophie, en Travail Social, en Aménagement. En ce qui concerne le secteur agricole mes connaissances relatives à ce secteur sont mes statuts suivants : je suis Dr D’ETAT en Géographie Agricole Université de Panthéon-Sorbonne Paris1, Dr D’ETAT en Géographie, spécialité Climatologie Panthéon-Sorbonne Paris 1, Dr D’ETAT en Hydrologie Panthéon-Sorbonne Paris 1, Dr D’ETAT en Géomorphologie ULiège, Dr en Economie Université de Toulouse le Mirail , DESS en Aménagement, Décentralisation et Développement Territorial (ENEA/Dakar). Je m’intéressais déjà à la culture du mil dans votre Pays en faisant des suggestions à mes collègues Burkinabés concernant la sélection des semences en mil bien avant même le centre quand j’étais au CREPA. La mise sur pied du centre de recherche est une bonne chose pour pourvoir comprendre les conditions géomorphologiques, climatiques, agronomiques, économiques, socio-alimentaires de la production du mil au Burkinafaso. Je voudrais exprimer mon soutien et ma disponibilité pour des échanges dans le cadre de ce centre. J’ai déjà soutenu votre pays avec l’introduction de la culture du riz, les plantes rampantes avec la pomme de terre. J’ai fait le forage de Ouagadou ect. Je serais très disponible à contribuer pour la mise sur pied du Centre de Recherche sur le Mil avec les dimensions déjà annoncées.
    Mon adresse mail est : ndiombane@yahoo.fr
    Tel 00221 77 630 97 06

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Incendie à l’Assemblée nationale : L’oeuvre "des génies" comme au siège du FESPACO ?
Comparution de Bassolma Bazié : « Beaucoup de choses ont été dites ; certaines étaient vraies mais beaucoup étaient aussi fausses », Me Prosper Farama
Comparution de Bassolma Bazié : « Il reste au Conseil de discipline d’aviser », déclare Me Prosper Farama
Comparution de Bassolma Bazié : Six personnes autorisées à suivre l’audition de ce lundi 21 septembre 2020
Education : L’ENEP de Tenkodogo officiellement inaugurée
Rencontre Premier ministre/Forces vives de l’Est : Des propositions pour sortir la région de la zone de turbulences
Rencontre Premier ministre/Forces vives du Centre-Est : Satisfecit à l’issue des échanges
Route nationale N°4 : Bientôt la fin du calvaire pour les usagers
Boucle du Mouhoun : L’Ocades caritas Burkina, ‘‘ l’ange gardien’’ des personnes déplacées internes
Boucle du Mouhoun : 158 millions de FCFA pour améliorer les taux d’accès à l’eau potable et les conditions de vie des populations
Hygiène bucco-dentaire : Argile santé lance une campagne de lutte contre la mauvaise haleine en milieu scolaire
Koupela : Une ville exemplaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés