LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

Publié le mercredi 26 août 2020 à 21h54min

PARTAGER :                          
Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

Le ministre de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro a animé une conférence de presse, ce mercredi 26 août 2020, à Ouagadougou. Il a été question au cours de la rencontre avec les journalistes de la situation des élèves affectés par l’Etat dans des établissements privés et celle des établissements d’enseignement privés qui ne sont pas en conformité avec la loi. Au total, 134 écoles primaires et lycées sont priés de fermer les portes pour cette année 2020-2021.

C’est maintenant une habitude pour le ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales. Avant chaque rentrée scolaire, depuis quelques années maintenant, le département ministériel effectue des contrôles dans les établissements d’enseignement privés du Burkina Faso.

Cette année, les missions ont été reconduites, et comme d’habitude, des établissements privés ont été épinglés par le département du Pr Stanislas Ouaro. Au total 134 établissements du primaire et du post-primaire devront restés clos durant l’année 2020-2021 pour plusieurs raisons. « Il s’agit des établissements qui ne peuvent pas être accompagnés, en raison de leur situation qui présente de réels dangers tant pour les élèves, les enseignants que les visiteurs », argumente le Pr Stanislas Ouaro.

De façon plus spécifique, la mesure concerne les établissements situés en face d’un marché, d’un débit de boisson, d’un cimetière, dans une zone marécageuse, présentant des conditions sanitaires graves (manque d’hygiène générale, sans latrines, sans eau potable surtout pour les tout-petits) ou qui sont insalubres. « On se rappelle de cet établissement que nous avons visité l’année dernière et qui avait un poulailler dans son enceinte », se remémore le Ministre de l’éducation nationale.

En 2019-2020, 315 établissements avaient été frappés par cette mesure de fermeture. Cette année, ils sont moins nombreux. Une baisse que le Pr Ouaro attribue aux efforts fournis par son département. « Mais il faut noter que ces établissements n’ont aucun papier qui les autorise à ouvrir », a-t-il ajouté.

A la conférence de presse, le ministre de l’Education nationale était accompagné de ses proches collaborateurs

392 établissements invités à se mettre aux normes

Les limiers du Ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales ont aussi découvert des établissements qui possèdent des autorisations de création mais pas d’autorisation d’ouverture. « Ces structures présentent un certain nombre d’atouts (infrastructures adéquates, superficies suffisantes et cadres scolaires appropriés). Seulement, pour une raison ou une autre, ces structures n’ont pas encore obtenu une autorisation d’ouverture », précise Stanislas Ouaro.

Ces raisons sont liées à la non-introduction des dossiers de demande d’ouverture ou au retard dans l’obtention des documents de terrain devant abriter les établissements privés.

Ils sont 392 dans la situation. Estimant que ces établissements peuvent être accompagnés pour leur normalisation, le Ministre Ouaro permet qu’ils exercent cette année mais les invite à se mettre aux normes en se faisant établir des autorisations d’ouverture.

Des élèves affectés par l’Etat mais absents de leurs établissements

En effectuant le contrôle des établissements, les agents du Ministère de l’éducation se sont également intéressés au cas des élèves affectés par l’Etat dans les établissements privés. Il s’est agi de se rassurer qu’ils sont régulièrement inscrits dans ces établissements. « Ces contrôles ont révélé que plusieurs élèves sont absents des établissements privés où ils ont été affectés », relève Stanislas Ouaro.

Ces absences qui devaient être signalées à l’autorité ne l’ont pas été. Pour l’année 2019-2020, les cas de 51 752 élèves affectés dans 363 structures ont été contrôlés. Il en ressort que 300 élèves sont absents de leurs établissements. Pour l’année d’avant (2018-2019), 4 023 élèves étaient régulièrement absents sur un total de 71 155 élèves contrôlés dans 428 établissements. « Des notifications ont été adressées aux promoteurs épinglés pour la reprise de leurs factures conformément au nombre exact d’élèves avant tout paiement », a tenu à relever le patron du département de l’éduction nationale.

Soucieux pour la qualité de l’enseignement au Burkina Faso, Stanislas Ouaro assure que ce sera ainsi chaque année jusqu’à ce que les promoteurs d’établissements privés se conforment aux textes qui encadrent l’enseignement primaire et post-primaire au Pays des Hommes intègres.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 26 août 2020 à 12:10, par ayo En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    Cette décision va faire des gorges chaudes. Car a défaut d’avoir un lycée public prés du domicile ,je suis allé inscrire mon fiston en 6 eme dans un lycée proche d’une zone marécageuse. il y a un collège public dans la zone où le taux d’admission aux examens ne dépasse pas 10%. si fait que tous les parents d’élèves préfèrent le lycée privée meme situé dans une zone marécageuse de bassinko.

    • Le 26 août 2020 à 21:59, par Celestin BADOLO En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

      Cher ami le taux d’admission de 10% d’un lycée public n’est pas seulement imputable au corps enseignant et à l’administration, il est en grande parti dû aux parents des élèves aussi.
      Quand vous, dans votre message, vous ne parvenez pas à éviter les fautes élémentaires et faites usage d’un style fantaisiste inexistant (si fait que) parce que vous l’entendez dans certains cercles, il y a lieu, pour moi, et humblement, d’interroger en réalité la responsabilité de l’enseignant dans le taux de réussite de nos enfants.
      Nous devons tous nous ressaisir.
      Merci

  • Le 26 août 2020 à 12:40, par JKORO En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    Bonjour à toutes et à tous,
    Voilà un qui travaille.......................Félicitations, aussi des écoles à coté de chambres clauses, il faut régler aussi la question,
    cdt

  • Le 26 août 2020 à 12:42, par Azi En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    Bonjour, la fermeture de tous les marchands de sommeil est une bonne chose, il est grand temps de mettre fin a la privatisation de l´education au Faso, chacun surtout doit avoir droit a une education gratuite assurée par l´etat, il est admissible que les riches envoient leur progeniture aux ecoles publiques et les enfants des pauvres laissés pour compte aux etablissements privés. Merci

  • Le 26 août 2020 à 13:37, par xyz En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    Donc on prefere ffermer des ecoles plutot que les debits de boissons ?
    Il aurait ud faire l’inverse

  • Le 26 août 2020 à 14:40, par Yovis En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    Il serait bon de rendre accessible la liste de ces établissements.

  • Le 26 août 2020 à 15:14, par BACH En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    Merci pour la travail abattu. par ailleurs, Il sera aussi important et utile de nous donner la liste de ces établissements incriminés.

  • Le 26 août 2020 à 15:25, par Bigbalè En réponse à : Education nationale : 134 établissements privés sommés de fermer

    "Donc on préfère fermer des écoles plutôt que les débits de boissons ? Il aurait ud faire l’inverse" Internaute XYZ, vous avez peut être raison de poser une telle question mais il y a plusieurs cas où ces les écoles qui sont allées se mettre nez à nez avec les débits de boissons ou autres lieux inappropriés avec l’environnement des écoles ! Dans ce cas, il fallait bien que les promoteurs aient la lucidité pour éviter ce genre de projets en ces lieux !

  • Le 26 août 2020 à 16:07, par Négawalzoum En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Cette mesure est celle du médecin après la mort : pourquoi permettre à n’importe quel citoyen d’ouvrir un établissement d’enseignement ? Est-il possible à un vétérinaire d’ouvrir une clinique en médecine générale ? Non bien sûr ! L’état doit avoir un droit de regard et de suivi-contrôle sur tous les établissements d’enseignement afin de veiller au strict respect du cahier de charge. A défaut, il sera quasi-impossible de jouer au gendarme pour fermer des établissements. Nous devons tous nous engager au strict respect du cahier de charges d’ouverture d’une école

  • Le 26 août 2020 à 17:14, par Le Faucon En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Qui de l’établissement scolaire ou du débit de boisson s’est installé en premier ?
    En fermant ces établissements, je sais que vous souhaiter "punir" le fondateur et non pénaliser les enfants ou les parents. Quelles solutions proposez-vous ? Au moins 50.000 élèves (134 x 400 élèves) dans la rue ?
    Comment faire pour permettre l’accès de tous les enfants à l’enseignement ? L’Etat ne dispose pas d’une capacité suffisante. Comment nouer un partenariat gagnant - gagnant avec le privé (prise en charge des enseignants, location de salles de classes dans le privé ) ? Si l’éducation est gratuite et à la charge de l’Etat, il y a lieu d’y penser.
    Merci.

  • Le 26 août 2020 à 17:23, par Lom-Lom En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    C’est déjà un pas important puisqu’on a le courage de parler de fermeture d’écoles maintenant ! A une époque très récente, on ne pouvait même pas envisager cela si bien que même pour l’enseignement supérieur, on a vu des établissements-bidons ouvrir. Sans être un acteur politique, je constate que la décision de fermer certains établissements qui ne respectent pas les normes est une avancée significative puisque les parents savent au moins qu’ils ne doivent pas y inscrire leurs rejetons. Cependant l’article est vraiment incomplet car il manque la liste des écoles en question alors que c’est bientôt la rentrée scolaire surtout dans les Privés !

  • Le 26 août 2020 à 18:49, par TANGA En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    C’est bien de fermer les écoles bizzares à défaut de moyens pour les accompagner.
    Mais il est aussi très important de déguerpir les commerces gênants d’à coté des écoles. A Bobo par exemple il y a une gare routière improvisée collée à l’école Gabrielle Marie Choulet 2. C’est la route qui est la gare. Imaginer les dangers pour les enfants, la poussière qui est au rendez vous tout le temps dans les salles de classe etc.

  • Le 26 août 2020 à 20:05, par Le Pacifiste En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Oui pour les établissements privés non à jour. Mais que faire des établissements publics dont les prof et enseignants grèvent à la pelle. Lorsqu’il y a grevye, les enseignants du public sont les premiers à jubiler comme des petits enfants et à s’absenter. Eux aussi mettent en péril la vie des enfants. si le professeur Ouaro pouvait se pencher sur ce cas aussi

  • Le 27 août 2020 à 08:04, par xyz En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Les jihadistes ont fermé plus de la moitié nos ecoles, maintenant c’est le ministre en personne qui ferme les ecoles. Comme si risque qu’il enumere comme etant un risque pour la securité des enfants etait une menace superieure a celles des zones rouges exposéesdirectement au jihadisme ; zones dans lequelles l’Etat tient moricus à rouvrir les ecoles fermées par les jihadistes et a cause des attaques. Mais monsieur le ministre, les risques sont plus elevérs dans ces zones en rouge ou vous tenez mordicus a rouvrir en exposant non suelement la vie des eleves mais des enseignants et peut-etre des parents qui osent envoyer les enfants à l’ecole.
    Franchement avec les temps qui courrent, entre le terrorisme, la pandemie, le chomage due a la pandemie, la recession, le ministre aurait du sursoire a ce type de decision quelque semaines avant la rentrée.

  • Le 27 août 2020 à 08:05, par DOE En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Merci Monsieur le Ministre pour ce travail formidable. En plus de ces règles que doivent respectées pour les établissements dignes de ce nom, il y a le fait qu’on ne doit pas vendre à côtés de ces lieux du savoir, de la cigarette.
    Si on peut regarder dans ce sens également, ça va aider à mieux préserver la santé de nos enfants. Je crois savoir qu’il y a un texte dans ce sens.
    Une fois de plus merci pour le boulot abattu et beaucoup de courage.

  • Le 27 août 2020 à 09:36, par Zanga En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    C’est vraiment une bonne initiative.
    Le ministre a le pouvoir sur l’éducation et non sur les débits de boissons pour ceux qui pensent qu’il devrait faire le contraire.
    Pour ma part, j’aurais aimé que tout cela soit vraiment coordonner avec tous les acteurs.
    Imaginez des parcelles qui sont attribuées pour servir d’habitat, se retrouvent être une école au milieu des habitations. Des espaces verts ou autres réserves qui changent de destination du jour au lendemain. Où sont les plans d’urbanisation de nos villes ?
    Aussi, professeur, il faudrait travailler à valoriser la profession d’enseignant pour qu’on ne vienne pas à l’enseignement qui veut, mais qui peut. Car l’enseignant est la base de tout.

  • Le 27 août 2020 à 11:41, par Warba En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Du courage mais aidez-accompagnez les fondateurs à se mettre à jour .les établissements étatiques ne sont pas toujours aux normes mais ne sont pas fermés.cas des écoles sous paillotes qui fonctionnent et les écoles sans toilettes WC.l’etat ne respecte pas ses propres textes et se défoule sur les pauvres fondateurs du privé.

  • Le 27 août 2020 à 14:59, par Edda En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Pour faciliter les apprentissages, une condition élémentaire - nécessaire mais pas suffisante - est le nombre d’élèves par enseignant.
    quand une classe en école primaire reçoit 50 enfants pour un enseignant, comment croire que les élèves peuvent tous progresser. C’est un miracle que certains y arrivent, surtout pour les débutants en CP1 qui ne connaissent pas le français en zone rurale.
    Ensuite, il faut faire évoluer les méthodes d’enseignements, donc revoir la formation des enseignants.

  • Le 27 août 2020 à 19:16, par HUG En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    Le hic cest que la majorité de ces écoles appartiennent aux enseignants eux mêmes. À qui la faute ?Au gondoana cest comme ça cat est ce qu’il y à écoles ou lycées privés à beigue. S il y avait autant d’écoles. de qualité dans le public ces écoles n’allaient jamais existe.

  • Le 28 août 2020 à 09:15, par BOUDA En réponse à : Education nationale : 134 établissements sommés de fermer

    la liste des établissement devrait tienne compte du nouveau redécoupage des localités comme Ouagadougou C’est inconcevable que l’administration utilise les anciennes appellations des secteurs ou les confondent. Finalement le redécoupage a servi à quoi ?

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique