Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.» Antoine de Saint-Exupéry

Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

Accueil > Actualités > Nécrologie • • mercredi 5 août 2020 à 22h50min
Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

« Le papa vient de nous quitter ». La nouvelle, dure, est tombée vers 18 h 30 mn, ce mercredi 05 août 2020, jour hautement historique. Je comprends maintenant l’esprit d’indépendance qui a toujours animé le Grand Maître. Ainsi, un grand bâtisseur de l’histoire et particulièrement de l’archéologie Burkinabè vient de déposer ses scories et ses morceaux de poteries. Le Professeur Jean-Baptistes KIETHEGA vient d’abandonner l’or de la Volta noire et les fourneaux de la métallurgie lourde du fer au Burkina Faso.

L’avocat infatigable de Mamio et de la culture burkinabè vient de ranger ses outils archéologiques. Le message qui suit lui a été publié du vivant de notre Maître, en septembre 2019. Il a reçu lui-même ce modeste hommage de son vivant. Nous reprenons intégralement le message pour la postérité.

« Tout être humain sur cette Terre des Hommes est redevable aux autres, directement ou indirectement. Dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, chaque élève doit tout à son maître. Ces lignes ne sont que l’expression d’une gratitude à l’endroit d’un grand homme qui a été le maître d’œuvre de la formation du serviteur de l’Etat que je suis aujourd’hui. Ces lignes se veulent une leçon de vie pour les jeunes générations sur le devoir de gratitude.

Il y a vingt ans, au Département d’Histoire et Archéologie, il n’y avait qu’un seul enseignant habilité à encadrer des études doctorales. Ce seul enseignant était le Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA, premier archéologue du Burkina Faso. Sans discrimination, cet amoureux du travail bien fait défia toutes les difficultés institutionnelles, académiques et personnelles, encaissa toutes les humiliations et accepta tous les sacrifices pour encadrer à la fois les archéologues et les historiens pour leurs travaux de troisième cycle (DEA et Doctorat Unique).

De cet encadrement du Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA, je retiens et je m’approprie ses valeurs que sont la rigueur, l’équité et l’honnêteté intellectuelle. Je tiens de cet homme le courage d’assumer sa pensée, le refus de l’injustice et l’amour du travail bien fait. Depuis vingt ans, je ne fais que récolter les fruits que ce grand homme a fait germer en moi. Mes propres étudiants me trouvent souvent sévère mais certains me reviennent pour me traduire toute leur gratitude pour la rigueur qu’ils avaient confondue à la méchanceté. Dois-je leur dire que je suis le fils spirituel de ce grand homme en termes de travail académique ? Dois-je leur dire que je suis issu de la meilleure des écoles, celle du Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA ? Peut-être qu’à travers ces lignes, ils le sauront. Au niveau personnel, je dois beaucoup au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA.

Je ne suis pas le seul de ma génération à tirer profit des enseignements de cet Homme. Nous sommes des milliers de Burkinabè et d’Africains à avoir bénéficié de sa pédagogie, de sa science et de son humanisme. Nous étions plus d’une dizaine pour la première promotion de troisième cycle au Département d’Histoire dont le Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA était le Président de la Commission doctorale. Certains sont devenus des enseignants d’université de haut vol. Je me réjouis d’avoir été le premier Docteur du Département d’Histoire et Archéologie de l’Université de Ouagadougou entièrement formé au Burkina Faso, par les soins du Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA. Je dois mes compétences académiques au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA qui a dirigé avec rigueur et professionnalisme mes travaux de thèse sur « L’information et le pouvoir politique traditionnel : le cas du Riungu de Busma des origines à nos jours ». La thèse a été soutenue le 04 mars 2004, avec la mention très honorable.

Je me permets de partager ce message de gratitude d’une archéologue, actuellement députée à l’Assemblée nationale, publié le 26 juillet 2019 : « Je voudrais en ce jour béni du vendredi, rendre hommage au Professeur Titulaire Jean Baptiste KIETHEGA à qui j’ai rendu visite avec ma sœur et collègue le Professeur Titulaire en Archéologie KABORE/KIENOU Hélène de l’université Félix Houphouët BOIGNY. Merci à ce grand Homme qui a mis en place notre laboratoire d’archéologie et qui nous a permis de travailler sur les sites métallurgiques aujourd’hui inscrits au patrimoine mondial. Merci Professeur pour votre vision en inscrivant les sites métallurgiques sur la liste indicative en 1996. Merci à cet enseignant hors pair pour son intégrité, son dévouement, son honnêteté intellectuelle. Puisse Dieu continuer de veiller sur vous. », Élyse Thiombiano.

J’adhère entièrement à cet hommage de Madame Thiombiano et j’invite mes camarades à faire autant car ce que nous semons, nous le récolterons. Nous sommes les produits du Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA et nous devons l’assumer, sans complexe devant tous les scientifiques du monde, devant tous les hauts fonctionnaires internationaux, devant tous les dirigeants de la planète. Nous avons eu un grand maître et nous devons lui exprimer notre profonde gratitude : « Professeur Jean-Baptiste KITHEGA, MERCI ! »

Au plan national, au-delà de ses innombrables services rendus pendant 42 ans à l’enseignement, le Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA a apporté une immense contribution à la culture burkinabè. En 2017, il témoigne de son action pour l’inscription du site de Loropéni au patrimoine mondial de l’UNESCO : « J’ai défendu le dossier de Loropéni avec le ministre Filippe Savadogo à Séville en Espagne et le dossier est passé comme une lettre à la poste. Ma contribution est donc une recherche scientifique que j’ai menée méthodiquement par rapport au dossier précédent. C’est cela qui a permis l’inscription des ruines de Loropéni au patrimoine mondial de l’UNESCO en juin 2009 ». »

En ces moments douloureux pour la famille biologique du Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA, pour la famille des historiens et des archéologues du Burkina Faso et de l’Afrique et pour tous les acteurs de la culture burkinabè et africaine, je formule humblement mes sincères condoléances à toutes et à tous. Paix à l’âme du Grand Maître.
« Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA, reposez en paix ! »
Docteur Poussi SAWADOGO,

Historien – Diplomate

Vos commentaires

  • Le 5 août à 22:28, par Dr TIÉ BI, Archéologue ivoirien En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    La disparition du Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA est une grande perte pour la grande famille des Archéologues ouest-africains. Pour avoir formé la plupart de nos Maîtres de la sous-région, l’illustre disparu restera vivant à travers ses productions scientifiques !
    Reposez en PAIX cher Maître !

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 23:59, par Jerkilo En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Reconnaissance bien méritée à ce grand frère qui a su transmettre des valeurs à ses apprenants et surement à ses enfants. Malheureusement il ne me semble pas que l’institution UO lui ait montré cette reconnaissance. Des reconnaissances et hommages ont été rendus à des universitaires de l’UFR des Sciences admis à la retraite après lui. Ce qui donne l’impression de "deux poids, deux mesures". Je propose que le laboratoire d’archéologie soit baptisé en son nom, car c’est son oeuvre. Espérons que l’UO va essayer de se rattraper par un hommage à titre posthume. Repose en paix grand frère, tu as mené le bon combat. Mes condoléances les plus attristées à sa famille.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 00:03, par Jerkilo En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Reconnaissance bien méritée à ce grand frère qui a su transmettre des valeurs à ses apprenants et surement à ses enfants. Je propose que le laboratoire d’archéologie soit baptisé en son nom, car c’est son oeuvre. Espérons que l’UO va essayer de se rattraper par un hommage à titre posthume. Repose en paix grand frère, tu as mené le bon combat. Mes condoléances les plus attristées à sa famille.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 03:15, par Mechtilde Guirma En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Je ne manquais à aucune de ses conférences sur l’archéologie. Il a géré l’impression du livre d’histoire de mon mari sur : « Croyances et pratiques religieuses traditionnelles des Mossi » et bien d’autres livres d’histoires burkinabé avec l’Éditeur allemand Steiner Verlag de Stuttgart.
    Avec l’affaire de Mamou, je lui ai téléphoné et il a organisé un rendez-vous avec moi et un inspecteur intègre de police, et j’ai fait ma déposition sur toute mon aventure de cette affaire (dont j’ai eu l’occasion de raconter déjà dans le forum), pour témoignage et mémoire, car il avait déjà réusst à récupérer la statuette. Je suis sûre qu’il n’est pas resté à mi-chemin, et qu’un jour ou l’autre, nous apprendrons toute la vérité sur cette histoire.
    Je présente mes condoléances très attristées à sa famille. Le Burkina perd un grand homme très effacé, et comme disent les Mossé « Mr. Kietheg taab paoda » et peut-être même il n’y en a pas.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 08:27, par arsène bamogo En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Rien à dire sauf que le Tout-Puissant poursuiveSon oeuvre en lui réservant la place qui doit être la sienne dans l’au-delà ! Repose en paix cher parent !

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 08:48, par Ricky En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Grand maitre , merci pour toute la mission accomplie. Reposez vous maintenant et en paix.Terre de nos aïeux, terre libre du BURKINA FASO, père celestre, miséricordieu, accueillez favorablement le corp et l’âme du professeur Jean-Baptiste KIETHEGA.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 10:10, par Sidbewende Bernard Yameogo En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Avec tristesse et grande émotion, je salue la Mémoire de l’illustre Professeur Burkinabè.
    Il a tracé, élagué et offert à l’histoire de notre pays un Repère en Archéologie et Histoire ! Puisse t-il reposer en Paix comblé par Dieu pour ce service rendu à l’humanité.
    Vivement que les chaînes télévisuelles publiques (RTB) et privées rediffusent les émissions le concernant pour éclairer le public, la jeunesse sur les pans de l’histoire du Burkina, repères pour avancer.
    WEND NA MAAG TENG Y YINGA LAA ROOL Y TUUM SOMA ! ( Dieu vous accueille dans sa félicité et vous recompense pour vos actions)

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 10:40, par SOME Désiré Boniface En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Ainsi, avec Fernand SANOU du département de Sociologie, 2 Baobabs se sont effondrés en quelques mois à l’UFR Sciences humaines de l’UO, de Université Joseph KY-ZERBO cette année. Je suis attristé par la nouvelle. Je lui devais une visite que je lui avais promise par téléphone, hélas.

    Le Pr Jean Baptiste KIETHEGA a été la boussole pour ma première thèse soutenue en 2004 à l’université Cheik Anta DIOP de Dakar sur : "les orpailleurs du Burkina Faso : exclusion sociale et rapport à l’environnement". Dans le domaine, c’était la référence prépondérante, par "L’or de la Volta" et bien d’autres travaux par la suite. Tu le savais, Poussi. La majeure partie de la documentation pour cette thèse m’était procurée par lui. Il s’est tant intéressé à mon travail au point de me dire un jour : c’est une thèse de Sociologie que tu pourrais soutenir en Histoire. Cet homme, rigoureux, méthodique, simple était une bibliothèque de connaissances et libre de ses pensées qui me dévastaient de bonheur intellectuel. A sa retraite, je lui rendais visites et nous discutions profondément ? y compris de sa déception en fin de parcourt que je n’étalerai pas ici mais que quelqu’un a mentionné plus haut.

    Chef de Service ACP/Union Européenne au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale, avant d’arriver à l’Université de force et de gré, j’avais pu inspiré l’autorité pour qu’il fasse partie des missions du ministère sur : Le retour des biens cultures volés du temps de la colonisation, négociation qui avait été entamée entre l’Afrique et l’Europe. Il épatait à chaque rencontre africains , européens et autres. Il avait servi à la communauté internationale émerveillée, lors d’une des rencontres à Addis-Abeba, son expérience sur Mamio.

    Nous avons travaillé ensemble dans le comité scientifique autour de Loropeni, il m’en a donné bien de détails.
    Encore hélas, mais puisque vivre c’est aussi mourir, mourir pour que l’histoire s’accomplisse. KIETHEGA est parti mais ta grandeur est là car la meilleure graine c’est d’abord l’esprit.

    Espérons que l’UFR/SH sache faire attendre le retour des enseignants de la présente session du BAC pour organiser l’hommage à cet illustre Homme.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 11:17, par Yovis En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    J’ai eu l’honneur de compter parmi les étudiants du Pr Kithéga. J’ai eu la chance de bénéficier de son enseignement et de son encadrement. Je retiens de lui un homme de science qui fait dans la rigueur et qui aime la production bien faite et bien solide.
    Reposez en paix cher Professeur du repos que vous méritez après vous êtres donné corps et âme pour la construction du département Histoire et Archéologie et pour la formation de la relève.
    Requiescat in pace.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 14:10, par Le Guetteur En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Que son âme repose en paix. Mes sincères condoléances à l’ensemble de sa famille biologique et scientifique.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 15:26, par Ayoub SAMBORE En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Professeur émérite, vous avez accompli votre Mission sur terre ! Sincères condoléances à la famille.Que le SEIGNEUR LE REÇOIVE DANS ROYAUME. Ayoub

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 15:52, par Lom-Lom En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Reposez en paix, grand maître ! Le Burkina et les africains de bonne volonté sauront reconnaître vos .mérites et certains tenteront de parfaire l’oeuvre que vous avez eu le courage de commencer dans un contexte de dénuement de notre unique Université Nationale de l’époque. Ainsi partent les grands hommes, discrètement, comme ils.ont vécu ! Requiescat In Pace !

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 15:57, par Lom-Lom En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Reposez en paix, grand maître ! Le Burkina et les africains de bonne volonté sauront reconnaître vos .mérites et certains tenteront de parfaire l’oeuvre que vous avez eu le courage de commencer dans un contexte de dénuement de notre unique Université Nationale de l’époque. Ainsi partent les grands hommes, discrètement, comme ils.ont vécu ! Requiescat In Pace !

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 17:37, par Sekou OUEDRAOGO En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    Toute ma sympathie et sinceres condoleances a la famille du Pr. J’ai eu la chance de le rencontrer. Puisse son ame reposer en Paix. Union de Prieres.

    Répondre à ce message

  • Le 6 août à 18:54, par Yovis En réponse à : Formation universitaire au Burkina Faso : Hommage au Professeur Jean-Baptiste KIETHEGA

    J’ai eu l’honneur de compter parmi ses étudiants. J’ai eu la chance de bénéficier de ses connaissances et de son encadrement. Il restera pour moi le professeur rigoureux soucieux de la production scientifique bien accomplie.
    Mais condoléances à sa famille.
    Reposez en paix cher professeur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès de BAMBARA Lalé Alphonse : Faire part
Décès de Millogo Youssoufou Fulgence : Programme des obsèques
Décès de Mohamed Rachid OUEDRAOGO : Remerciements
Décès du Caporal OUEDRAOGO Relwindé Roland : Remerciements et faire part
In memoria : OUEDRAOGO Rose épouse FOROGO
Décès de Saturnin KY : Remerciements
Décès de MME BATIONO SOPHIE NEE BAYALA : Remerciements
Décès de TONI Adama Martin : Programme des obsèques
Décès de Mme DRABO/DJIBO Djénéba Solange : Programme des obsèques
Décès de OUEDRAOGO Zotanaba Jean : Faire part
Décès de ILBOUDO P André : Faire part
Décès de DRABO née DJIBO Djénéba Solange : Faire part
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés