LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

Publié le mardi 16 juin 2020 à 21h40min

PARTAGER :                          
Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

La mise en œuvre du Programme 40 000 logements se poursuit malgré les difficultés rencontrées. L’argent promis pour mener à bien cette initiative peine à être mobilisé ; le foncier a constitué un goulot d’étranglement, et certaines sociétés immobilières ne se montrent pas à la hauteur du défi. Du coup, depuis 2017, ce sont 5 314 logements sociaux et économiques qui sont sortis de terre dans huit villes. Ce 16 juin 2020 à Ouagadougou, le Secrétariat permanent de la Politique nationale du logement était face à la presse pour faire le bilan à mi-parcours de ce volet du programme présidentiel, et annoncer de bonnes perspectives.

« Nous sommes sereins pour la suite du programme », a dit le secrétaire permanent de la Politique nationale du logement, Yacouba Dié. Une sérénité affichée face aux journalistes, mais qui n’occulte pas les difficultés que le programme a connues depuis 2017.

Avoir un toit est le vœu le plus cher de chaque Burkinabè. Mais depuis l’acquisition d’un terrain, jusqu’à la finition du logement, c’est un parcours de combattant. Normal que l’annonce du programme 40 000 logements ait suscité beaucoup d’engouement. A titre d’exemple, la campagne nationale d’inscription, organisée du 5 avril au 12 mai 2017, a enregistré 208 000 demandeurs.

Mais les choses n’avancent pas comme l’auraient souhaité les porteurs du programme et, par ricochet, les potentiels bénéficiaires. Ainsi, de 2017 à ce jour, selon le secrétaire permanent de la Politique nationale du logement, plus de 5 314 logements sociaux et économiques ont été réalisés (finis ou en cours de finition) dans le cadre du programme, dans huit villes. Ils sont constitués en partie des cités du 11-Décembre à Gaoua (567 logements), Manga (503 logements), Tenkodogo (700 logements), Banfora (100 logements), Ziniaré (118 logements), Kombissiri (50), Pô (50) et d’autres cités du programme que sont Koudougou (100), Ouagadougou (3 118) et Bobo-Dioulasso (58).

Les raisons de cette avancée à pas de tortue sont multiples, à en croire le principal animateur de la conférence de presse. Il y a les difficultés financières. « Concernant la contribution du gouvernement, c’est-à-dire l’affectation budgétaire, sur la période 2016-2020, il était attendu, dans le cadre du programme, une affectation totale de ressources de 36 milliards de F CFA.

Mais, sur ces quatre années, seulement un montant de 4 897 352 000 F CFA a été affecté, soit 18,13% du financement attendu », explique Yacouba Dié. Une situation due, selon lui, à la crise sociopolitique, avec notamment les attaques terroristes qui ont nécessité des ajustements budgétaires. La récente crise sanitaire avec la pandémie de la Covid-19 n’a pas non plus contribué à embellir la situation.

Aux difficultés financières, se sont également greffés les problèmes fonciers. Foi du secrétaire permanent, les difficultés rencontrées dans le processus de mobilisation des terrains sont nombreuses. Il s’agit des conflits dans la délimitation des zones de réalisation du programme, des conflits en rapport avec la reprise des activités de lotissement dans les zones urbaines et les conflits en rapport avec la mobilisation massive des terres par des promoteurs immobiliers.

A cette panoplie de goulots d’étranglement, Yacouba Dié a également ajouté la faiblesse technique et financière de certaines sociétés de promotion immobilière, la faiblesse dans l’accompagnement des banques et les retards liés à l’aménagement des sites.

De meilleures perspectives à venir

Le secrétaire permanent Yacouba Dié reste pourtant optimiste. Certains problèmes, comme le foncier, sont pratiquement solutionnés. Pour l’ensemble des 40 000 logements, il était prévu la mobilisation et la viabilisation de 2 000 hectares de terrain dans les différentes communes urbaines et rurales. « Les résultats atteints à ce jour sont estimés à plus de 85%, soit 1 700 ha mobilisés », rassure le principal animateur de la conférence de presse.

« En guise de perspectives, des conventions ont être signées avec des promoteurs internationaux pour booster l’offre de logements. Nous avons également le lancement annoncé de plusieurs nouveaux chantiers à travers le pays. Il s’agit notamment de Fada N’Gourma (50 premiers logements sur les 300 prévus), Ouahigouya (100 premiers logements logement sur les 300 prévus), Dori (50 premiers logements sur les 300 prévus) et Kaya (50 logements premiers sur 300 logements prévus) », a poursuivi le secrétaire permanent de la Politique nationale du logement.

Les coordonnateurs du programme ont également remarqué que le mécanisme de commercialisation qui se base sur le crédit-acquéreur ne semble pas être adapté aux revenus des populations. Selon Yacouba Salouka, directeur général du Centre de gestion des cités, structure chargée de la commercialisation des logements, il y a trois modes de cessions des logements. L’acquisition du logement par le crédit-acquéreur, le payement au comptant et la location-vente (pour les logements économiques).

« Pour avoir un crédit, ce n’est pas aisé ; les taux sont très élevés, les délais courts », a reconnu le secrétaire permanent en charge du logement. Il place de ce fait beaucoup d’espoir en l’opérationnalisation en cours de la Caisse de dépôt et de consignation, qui « pourrait par exemple se porter garant de 80% des prêts accordés aux particuliers dans l’acquisition de logements sociaux ». Cela aura l’avantage d’amoindrir les risques pour les banques et par ricochet réduire les coûts de crédits pour le client.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 16 juin 2020 à 22:16, par KOUEBASSONA CYPRIEN SOME En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Pour ma part c’est un échec cuisant qui ne dit pas son nom. On ne peut pas avoir mûri un projet sur cinq ans et au terme du temps ne réaliser que 13% et avancer des difficultés pour se justifier.
    Si telle est la situation cela veut dire que la question n’avait pas été réfléchie pour lever les difficultés mais seulement un sujet électoraliste. malheureusement il en est ainsi sur bien nombre de sujets d’où l’échec de ce mandat présidentiel.

  • Le 16 juin 2020 à 23:00, par lefaso va mieux En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Ce qui est sûr si Roch se base sur ce ministère pour se faire reulire il ne le sera pas. Je peux dire que c’est le ministère qui n’a rien fait durant son mandat. Il nous a flatté prendre nos 2000 et depuis rien. Vraiment c’est décevant.

  • Le 17 juin 2020 à 04:18, par Yiriba En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Sur quelle base le gouvernement s’est librement lancé dans ce programme national de 40 000 logements ? Vous n’avez pas l’argent, ni les terrains, ni les partenaires immobiliers, ni les ressources compétentes. Est-ce aussi à cause de la Covid-19 et des attaques terroristes ? Il n’y avait rien de tout cela en 2016. Et la transparence ? Quels sont les citoyens aujourdh’ui qui ont déposé une demande dans les délais et dont les dossiers ont été retenus, rejetés, en liste d’attente ou obtenu un logement ? Les responsables de ce programme manque clairement de crédibilité. Avec plus de 400 000 000F de recette de demandes de logement, on a les moyens de situer les demandeurs de logis et arrêter de vendre un poisson virtuel dans l’eau trouble. Si un citoyen veut aujourd’hui un terrain au Burkina, il vaut mieux s’adresser aux « coksers » immobiliers. Ça vous coûtera plus cher, mais au bout de ligne et avec assez de prudence vous deviendrez propriétaire de maison.

    • Le 17 juin 2020 à 13:41, par Sidnoma En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

      Tout à fait d’accord avec vous, Yiriba...
      Lorsqu’un citoyen lamda escroque 2 000 F d’autrui, il est passible de sanction aussi bien civile que pénale : mais voilà un Ministre qui se permet d’escroquer des milliers de burkinabè et continue de boire allègrement son whisky sans être inquiété !
      Dans tous les cas, après le pouvoir du MPP, nous allons "réveiller" le Dossier.

  • Le 17 juin 2020 à 05:41, par Diff Bangolo En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    C’est vraiment malheureux quand on a des médiocres à la destinée d’un pays comme le Burkina Faso. Ce ministère là n’a rien foutu depuis la prise de pouvoir de Rock. Ils nous ont escroqué nos 2000F sans suite. Vraiment le pays va mal. Je pense que le prochain président qui viendra en 2020 ne fera pas les mêmes bêtises que celui là.

  • Le 17 juin 2020 à 07:27, par PIONG YANG En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    14% de réalisation et le responsable se dit serein. Donc contant de ce fait. Dans quel monde sommes nous ? Des incapables qui convoquent la presse pour justifier leur contre-performance et il n’y a rien et il n’y aura rien. Malgré les attentes fortes de nos populations, on continue le dénie. Comment font les gens pour être indifférents jusqu’à ce point ? Fonction publique quant tu nous tien. Si on appliquait bien la loi Tertus Zongo sur le recrutement des cadres d’administration par appel à candidature, je suis sure que nous multiplierons nos performances par 10 voir plus. Mais tant que les politiques récompenseront leurs camarades au dépend des attentes urgentes de notre peuple, nous sacrifierons toujours les nôtres.

  • Le 17 juin 2020 à 07:35, par raogo En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Je pense que l’Etat Burkinabè gagnerait à bâtir des immeubles en logements sociaux et gagnez en espace que de continuer à construire des villas.

  • Le 17 juin 2020 à 08:23, par Association la Voute Nubienne En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Et la question d’une adaptation du secteur de la construction ? La recherche et la diffusion d’alternatives architecturales permettant de meilleurs performances thermiques et environnementales, une plus large utilisation des ressources locales et un renforcement de l’employabilité et des économies régionales, avaient été évoquées et inscrites dans le PNDES mais semblent pour le moment mises de coté ! Ceci alors même que les questions Climat et Emploi sont au coeur des dynamiques de développement. TG

  • Le 17 juin 2020 à 10:03, par Yves Levi En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    C’est une honte ! Quand j"ai suivi le compte rendu de cette conférence de presse à la télé ; j’étais malade. Je me suis demandé si c’est la planification qui a échoué ou c’est de l’incompétence ? Je reste sur ma soif. Cette équipe devrait démissionner tout simplement parce que les chiffres parlent d’eux même. Pauvre de nous !!!

  • Le 17 juin 2020 à 10:36, par Lucius En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    13,28% de taux de réalisation. C’est pathétique. Un projet doit être élaboré sur la base d’étude de faisabilité ou d’étude de marché. Il ne faut pas mettre la charrue devant le bœuf et espérer que ça marchera. Ce genre de projet qui est très important pour le peuple depuis des décennies nécessite une stratégie pertinente, qui balise le terrain en termes de type de maison ou villa ou HLM, de procédures d’expropriation et d’indemnisation, de modalités d’acquisition et de paiement par les bénéficiaires, de choix des entreprises immobilières, etc. Regardez au moins comment les autres pays de la sous-region font. Il serait mieux que vous retourniez à vos cahiers.

  • Le 17 juin 2020 à 10:37, par Juriste En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Ce qui est drôle, c’est que le ministère de l’habitat a associé les cités du 11 décembre aux logements sociaux qu’ils avaient promis. Lorsqu’on pense aux 2000 fcfa des honnêtes citoyens qui ont été collectés pour rien... De toutes les façons, les élections sont prévues dans cinq mois.

  • Le 17 juin 2020 à 12:48, par kato En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Voilà ça. Ce ministère là. Vous avez fait une cité relais à Saponé où les attributaires de parcelles ne peuvent pas y accéder. Vous avez fait une cité de Dapelogo même chose. Vous avez lancé 40 000 logements juste pour avoir le besoin potentiel en parcelles et vous avez engrangé plus de 400 000 000 F CFA. POur les 40 000 logements Vous êtes à un taux de de réalisation 13%. Vous n’avez pas honte ! C’est un fiasco ce ministère là.

  • Le 17 juin 2020 à 13:02, par Zoug En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    ELECTION S’APPROCHE LES VENDEURS D’ILLUSION SONT DE RETOUR. DEPUIS QUE VOUS NOUS AVIEZ CHANTE 40000 LOGEMENTS C’EST TOUJOURS 40000 ?§§§
    PRENEZ LE PEUPLE AU SERIEUX

  • Le 17 juin 2020 à 13:48, par YA WAGDA En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    CE PAYS EST REMPLI DE GESTIONNAIRES DE PACOTILLE
    IL Y A TROP DE VOLEURS DANS NOS CITES
    IL Y A TROP D USURPATEURS DANS NOS CITES
    OU LA LA QUE CE PAYS VA FINIR PAR REJOINDRE LES ABYSSES ABYSSALES. A CAUSE DE ROCH SALIF SIMON ET CIE.

  • Le 17 juin 2020 à 16:02, par BOUG En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Et nos parcelles de la cité relais de saponé ? On est fatigué d’attendre.

  • Le 17 juin 2020 à 16:05, par BOUG En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Et nos parcelles de la cité relais de saponé ? On est fatigué d’attendre.

  • Le 17 juin 2020 à 17:27, par HUG En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    voyez il faut avoir le courage de dire qu on a echoue. Quelles etaient vos hypotheses de risque et les solutions. Si cela avait fait et bien fait meme le terrorisme et la covid nallaient pas entrave le processus

  • Le 18 juin 2020 à 12:37, par jeunedame seret En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    C’est tout cela vous appelez seulement HEURTS ? Voilà des voleurs du jour au Burkina qui viennent publier leurs forfaits et acquis, allègrement aux victimes sans inquiétude. Où sont nos 2000f ? Qui a initié le projet ? Comment pouvez vous dépêcher un si long voyage sans bien préparer la monture ? Qui doit supporter les conséquences et sanctions ? Au Burkina il y a toujours une occasion de prétexte pour justifier et excuser les gros vols et détournements. Avec le terrorisme déjà inséré, il va s’en dire que si ces escrocs passent sans jugement, autres imiteront le même chemin. Si l’opposition et la société civile pouvaient forcer ces hommes de ce ministère au tribunal, on aurait un petit baptême. Veillons à ce que cette horreur du ministère ne soit pas caché et enterré. « « Nous sommes sereins pour la suite du programme », a dit le secrétaire permanent de la Politique nationale du logement, Yacouba Dié » D’où viendra cette sérénité ? Si vous l’êtes d’abord, déshabillez vous et paraissez en justice pour tout dévoiler. Car, la sérénité n’est pas un maquillage. Mais un caractère. ; un comportement.

  • Le 10 juillet 2020 à 19:26, par Made En réponse à : Programme 40 000 logements : Les heurts et les espoirs expliqués par le secrétariat permanent

    Kato, tu est un menteur, ou tout simplement un ennemi public. Dis nous qui n’’as pas accès a sa parcelle a Dapeologo, ou bien tu était assis sur la tête quand tu écrivais

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique