Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La mémoire doit être un tremplin pour l’avenir.» Joseph Ki-Zerbo

Education : Les hommages du département des sciences de la santé de l’UO1 -JKZ et de l’association des géologues du Burkina au Pr Alain Nindaoua Savadogo

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 15 mai 2020 à 16h00min
Education : Les hommages du département des sciences de la santé de l’UO1 -JKZ et de l’association des géologues du Burkina au Pr Alain Nindaoua Savadogo

Professeur titulaire d’hydro-géologie à la retraite, le Pr Alain Nindaoua Savadogo est décédée dans la nuit du 28 avril 2020. Ancien recteur de l’Université de Ouagadougou de 1987 à 1990, il est l’un des membres fondateurs du Rassemblement pour la démocratie et le socialisme (RDS). A travers cette note, ses collègues du département des sciences de la terre de l’université de Ouagadougou et l’Association des géologues du Burkina Faso (AGBF), lui rendent hommage.

Un baobab vient de tomber. Le monde entier et particulièrement le Burkina Faso vient de perdre une référence sûre, un grand professeur chercheur dont le nom SAVADOGO Nindaoua Alain restera gravé dans beaucoup de projets de développement relatifs au secteur de l’hydraulique, de l’équipement rural comme dans bien d’autres domaines.

SAVADOGO Nindaoua Alain est né le 31 décembre 1946 dans le village de Kossouka (Kossouka, Province du Yatenga) au Burkina Faso. A l’instar de quelques rares enfants de son âge, il eut la chance d’être inscrit à l’école, à un moment où la Haute Volta (rebaptisée Burkina en 1984), non encore indépendante, venait à peine d’être reconstitué.

Parcours scolaire et universitaire : les années passées dans les écoles de Kossouka et de Ouagadougou ont été sanctionnées par le diplôme du Baccalauréat série D, obtenu à l’Ecole Normale de Ouagadougou en 1968 ; puis du Diplôme d’Etude Universitaire Générale II (DEUG II) à l’Université d’Abidjan en 1970. La suite du parcours se déroulera exclusivement à l’Université Scientifique et médicale de Grenoble avec l’obtention, successivement, de la Maîtrise de géologie appliquée en 1972, du Diplôme d’Etude Approfondie (DEA) en 1973, du Doctorat de 3ème cycle en hydrogéologie en 1975 et du Doctorat d’Etat ès sciences Naturelles en hydrogéologie en 1984.

Enseignant-chercheur, ingénieur de terrain, cadre administratif sont certaines des multiples casquettes qu’on lui reconnaît. Professeur SAVADOGO a d’abord servi dans l’administration publique Burkinabè comme chef de la section géophysique de l’eau à la Direction de l’hydraulique et de l’équipement Rural (HER) de 1973 à 1983.

Enseignant-chercheur : Comme l’exige le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche, Professeur SAVADOGO passa tous les grades et obtint celui de Professeur Titulaire en hydrogéologie en 1998. Il était un amoureux fou de la perfection. Lorsqu’il a rejoint l’Institut supérieur Polytechnique de l’Université de Ouagadougou en 1984, la formation se limitait au premier cycle (DEUG I et II).

Les lauréats devaient pour la suite faire leurs études des second et troisième cycles Universitaires dans d’autres universités à l’extérieur du pays. Il est ainsi le père fondateur du laboratoire d’hydrogéologie en 1985 et l’acteur majeur de la mise sur pied d’une formation jusqu’à la Licence en Géologie Générale puis d’une maîtrise des Sciences et Techniques et enfin de l’’ingéniorat en Sciences et techniques de l’eau.

Il a ainsi contribué significativement durant sa carrière universitaire à la formation de nombreux ingénieurs en Sciences et techniques de l’eau. A partir de 1988, il a dirigé et codirigé plusieurs thèses de doctorats, soit une vingtaine aussi bien au Burkina Faso qu’en Afrique et en France.

Grâce à sa détermination à offrir à la jeunesse un bon cadre de formation, Professeur A. N. SAVADOGO a initié et obtenu des financements (Programme Populaire de Développement, Etat Burkinabé en 1985 ; Projet Aquifères du socle cristallin CRDI de 1988 -1994 ; Projet Plaine du Gondo, DANIDA/PDSEA II, 2006 – 2008) pour l’équipement et la recherche au Département des Sciences de la Terre en moyens roulants, microscopes polarisants et appareillages de mesures hydrologique, géophysique et hydrochimique, etc…

Carrière administrative : Il a successivement occupé les postes de responsabilité ci-après :

- 1984 – 1985- Directeur de l’Institut Supérieur Polytechnique de Ouagadougou (ISP),

- 1985 – 1987- Directeur de l’Institut des Sciences de la Nature (ISN) issu de la réorganisation de l’ex ISP,

- 1987-1990- Recteur de l’Université de Ouagadougou

- Parallèlement à ces fonctions administratives universitaires, il a été membre du conseil d’administration du Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina (BU.MI.GE.B) entre 1978 et 1981 puis entre 1985 et 1996.

- Depuis son départ à la retraite, il a été le Directeur-fondateur du Bureau d’Etudes et de Recherche en Sciences de l’Eau et de la Terre (BERSET-Burkina) ; Il a aussi assuré des enseignements à l’Université Privé SHALOM (UPS) et à l’Université privée Saint Thomas d’Aquin (USTA) de Ouagadougou.

Recherche/Développement en appui aux populations : L’une des particularités du Professeur en lien certainement avec son domaine de compétence est l’application pratique de son savoir à la recherche d’eau souterraine afin de soulager les populations dans un pays où le besoin est crucial tant en milieux urbain, semi urbain que rural.

De plus, l’homme est maintes fois intervenu dans des cas difficiles où il associe ces compétences environnementales (utilisation des espèces biologiques dans la recherche des nappes souterraines) et en géosciences (géologie, géophysique, qualité de l’eau, hydrologie, systèmes d’information géospatiales, ),.... L’eau est une denrée rare dans plusieurs zones du Burkina notamment dans la partie sahélienne !

Sa contribution se fait généralement sous forme de consultation individuelle ou affilié à un bureau d’étude, ou à des institutions étatiques. Il s’agit principalement d’implantation et de suivi de la réalisation de forages pour l’alimentation en eau, d’élaboration de programmes en matière d’eau, de counseling.

L’étude des fondations et de l’étanchéité de nombreux grands barrages ou projet de barrages ont bénéficié de son expertise (Ziga, Samendéni, Bagré, Bagré-aval, Bassiéri, Moussodougou, Bambacari/Tinakof, Gazandouré, Taparko, Andékanda, Liptougou,…). Cette contribution s’est poursuivie après sa retraite.

L’homme que la communauté universitaire et des Géoscientistes pleure aujourd’hui aura contribué à la formation de nombreux Géoscientistes dans différents pays d’Afrique (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal, ...). Tous ses anciens étudiants se souviennent et se souviendront encore de sa rigueur et de sa ponctualité.
Ses collègues du Département des Sciences de la Terre gardent le souvenir d’un hydrogéologue compètent, rigoureux et méthodique. L’association des géologues du Burkina Faso a reconnu tout le mérite en cet homme en lui décernant un prix lors de la 2ème journée du géologue en 2016.

Professeur, partez en paix car nous saurons honorer l’héritage oh combien inestimable que vous léguez à la nation.
Professeur, allez en paix car nous ferons de tes principes et qualités une "expropriation appropriation ".

Professeur, volez enfin léger vers le père céleste car vous avez su préparer et garantir la relève.
Puisse L’Omnipotent vous ouvrir grandement les portes du salut.
Que le Seigneur apaise le cœur de la veuve et de vos deux enfants.

Pour le Département des Sciences de la Terre, Université Joseph KI-ZERBO
Dr. Hermann ILBOUDO, Chef de Département
Pour l’Association des Géologues du Burkina Faso (AGBF)
Dr. Abraham Seydoux TRAORE, Président

- 

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Crise à l’entreprise COTRADIS : « Résoudre cette crise c’est redonner espoir à plus de 300 employés », Raphaël Yonli
Confédération générale du travail du Burkina : 45 militantes échangent à travers un séminaire national
Dédougou : Le retour de la paix au Burkina, au cœur d’une causerie-débat avec des déplacés
Burkina : Le CAPES inaugure une salle de conférences en hommage aux œuvres de Naaba Baoogo de Gourcy
Gaoua : Une délégation gouvernementale apporte son soutien aux PDI
Crise à l’entreprise COTRADIS : « Résoudre cette crise c’est redonner espoir à plus de 300 employés », Raphaël Yonli
Burkina-2 juin 2023 : Il y a 84 ans, naissait la gendarmerie nationale, et 32 ans que le peuple adoptait la Constitution en vigueur
Global executive master in management (GEMM) de HEC Paris : Une formation de pointe pour les responsables de demain
Éducation : C’est parti pour les épreuves du BEPC, BEP et CAP dans la région du Centre
BEPC 2023/Centre-ouest : Le top départ donné au lycée provincial de Réo
Burkina/SND : Les opérations de recrutement des Appelés volontaires commencent le 15 juin 2023 dans les gouvernorats (communiqué)
BEPC session 2023 : A Manga, le ministre de l’éducation nationale salue la résilience des apprenants et des acteurs du système éducatif
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés