Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • dimanche 15 mars 2020 à 16h01min
Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

Six jours après le massacre des peuls dans les villages de Dinguela, Barga et Ramdolah, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) était face à la presse. Ce 14 mars 2020, l’organisation s’est indignée de cette nième tuerie en masse et surtout de la complicité du gouvernement qui indexe des « Hommes armés non identifiés » comme étant les responsables, alors que des victimes, témoins et rescapés ont formellement identifiés leurs bourreaux : des koglwéogos venus de Titao.

Malgré l’indignation générale née au lendemain du massacre de Yirgou le 1er janvier 2019 et qui avait couté la vie à 210 personnes (essentiellement des peuls) selon les chiffres non contredits du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), rien n’y fit. Des régions du Centre-Nord, à l’Est, en passant par le centre nord et le sahel, les tueries se poursuivent. La dernière en date, celles de Dinguela, Barga et Ramdolah dans la région du Nord.

« Ce fut une attaque très violente où même des enfants ont été brûlés dans des maisons, des handicapés tués. Tout homme était systématiquement abattu, même les vieillards. C’est le cas de ce vieux de 92 ans ou cet autre de 79 ans et aveugle également été abattu d’une balle dans l’oreille, malgré la tentative des femmes d’en dissuader les criminels », a dépeint le Dr Daouda Diallo, secrétaire générale du CISC. Tristesse et désolation après le départ des bourreaux. 23 corps ont été retrouvés à Dinguela et 22 à Barga... L’expédition meurtrière a débuté à 5h du matin.

« Dès les premières heures de l’attaque, les FDS de Titao et de Ouahigouya ont été informées, mais elles ne sont arrivées qu’aux environs de 17h pour constater les dégâts et dire d’attendre le lendemain pour procéder aux enterrements », s’est insurgé le secrétaire général du collectif.

Haro sur « les mensonges » du gouvernement

La conférence de presse du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) a surtout été une tribune pour dénoncer le « communiqué mensonger » du gouvernement. Les ministres de la sécurité Ousséni Compaoré, de l’administration territoriale Siméon Sawadogo et de la défense Shérif Sy étaient sur les lieux du drame. Ils y ont rencontré les victimes, les témoins. Ces derniers ont formellement identifié certains bourreaux. Selon eux, ce sont des Koglwéogo venus de Titao. Mais, le gouvernement dans un communiqué a attribué les massacres à des Hommes armés non identifiés. De quoi courroucé les victimes et le collectif.

« En plus de son caractère mensonger, ce communiqué fait du gouvernement un potentiel complice dans cette tentative de nettoyage ethnique », a martelé Dr Daouda Diallo. Et Me Ambroise Farama, avocat du collectif de rempiler : « le crime a été commis par un groupe d’autodéfense Koglwéogo originaire de la zone de Titao. Nous le disons et nous l’assumons, nous avons les éléments des preuves. Ces éléments de preuve, c’est le témoignage, nous sommes en Droit pénal (…) Nous avons dépêchés une équipe sur le terrain pour recueillir les informations, des éléments de preuve, afin de les analyser avant de les rendre public. Nous les avons documentés ».

Plus loin, l’homme de droit prévient que cette attitude du gouvernement le place comme complice d’un acte criminel. « Le complice c’est celui qui donne des moyens pour la commission du crime, qui a porté assistance. C’est aussi celui qui après la commission du crime avait la possibilité par sa collaboration, de contribuer à arrêter le criminel et à en limiter les conséquences. Est-ce que les membres du gouvernement qui sont allés à Barga avaient la possibilité de contribuer à arrêter les criminels et à limiter les conséquences ? Surtout que des témoins leur ont donné les identités de certaines personnes qui ont commis ces crimes », s’est demandé Me Farama. Pour lui, il faut continuer à documenter tous ces actes pour que tôt ou tard, ces « criminels et leurs complices répondent de leurs actes ».

Barga ou la suite de l’impunité de Yirgou…

L’impunité est le lit des injustices, dit-on. 14 mois après le drame de Yirgou, la justice se hâte lentement pour châtier les bourreaux. Seulement une douzaine de responsables ont été mis en examen, pendant qu’environ 170 mandats peinent à être exécutés, ont révélé les conférenciers. « Pire, suite à des manifestations voire des menaces contre l’autorité publique, deux meneurs ont été mis en liberté provisoire sous le fallacieux prétexte d’apaiser le climat social né de leur arrestation », a regretté Dr Daouda Diallo.

Si les bourreaux, même identifiés ne paient pas pour leurs actes, c’est donc normal qu’ils continuent à distribuer la mort à qui ils veulent, a pour sa part ajouté Me Ambroise Farama. « C’est parce que Yirgou n’a pas été sanctionné, que les crimes à L’Est, au Centre-Nord, que chaque groupe délinquant finit par s’organiser et à vouloir faire son peul. C’est ça le malheur », explique-t-il, tout insistant sur l’obligation de l’Etat d’intervenir pour arrêter ces successions de massacre.

Malheureusement prévient l’avocat, le cycle meurtrier risque de se poursuivre. « Si Barga est banalisé, si l’Etat refuse d’y assumer ses responsabilités, s’il refuse d’interpeller les coupables de Barga, nous ne pouvons présager de ce que sera fait demain. Il y aura peut-être Barga 1, Barga 2, Barga3 », note-il.

Fait majeur de cette rencontre avec les journalistes, le chef Koglwéogo de la région de l’Est, Moussa Thiombiano dit Django était au présidium de la conférence de presse. L’homme s’est désolidarisé de ces massacres et a déclaré vivre mal cette situation. Selon lui, c’est le manque d’encadrement de l’Etat qui occasionne ces dérives. « Je suis de la région de l’Est, comment des Koglwéogo d’ailleurs peuvent se permettent de venir dans ma zone faire des choses sans me prévenir, ce n’est pas juste », a fustigé Django pour qui l’Etat a failli de ne pas tapé du poing sur la table.

Dans un Etat de droit, seul l’Etat a le monopole de la violence a rappelé le secrétaire général du CISC, Dr Daouda Diallo. Pourtant, soupire-t-il, actuellement au Burkina Faso, l’Etat sous-traite les questions de justice, de sécurité et de défense, d’où ces massacres restés jusque-là impunis.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 mars à 12:22, par lefaso va mieux En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Moi je me pose toujours une question ? Si c’est vraiment des membres koglweogo la justice doit se saisir du dossier. Cependant ce qui m’intrigue c’est que ces fous de dieu sont capables de tout. On a vu des terroristes porter des tenues militaires nationales ou même aller avec des moyens roulant de l’armée nationale pour commettre leur sale besogne. Soyons vigilant pour ne pas jouer le jeu des terroristes.

    Répondre à ce message

    • Le 15 mars à 17:13, par Mo En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

      Oui mais quand des noms sont cités n’est-ce pas que les victimes reconnaissent leurs bourreaux ? vigilance oui mais ne pas réagir de la part de du gouvernement c’est être complice.

      Répondre à ce message

      • Le 16 mars à 08:33, par Le Vigilent En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

        Mon cher @Mo, tu ne penses pas que si les gars du CISC étaient si sûrs des identités des coupables désignés par ceux qui les ont dénoncés, ils auraient dû saisir la justice au lieu d’accuser le gouvernement d’observer un silence coupable qui s’apparente, selon leur avocat, à de la complicité ?

        Répondre à ce message

      • Le 16 mars à 09:43, par TENGA En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

        MON ami, c’est facile de citer des noms ; encore faut-il disposer de preuves.
        On peut etre à l’autre du monde et citer des noms. Les gens se connaissent bien, ce n’est pas en faisant comme ça que les meme populations vont vivre en paix désormais. Cette manière de faire va accentuer d’avantage les fractures !
        Le CISC se pose désormais en défenseurs partial des peuls et non des autres communautés ! Quand ya eu les tueries de Silgadji où on trier les mossis sur la base de CINB , exécutés une cinquantaine et laisser les peuls et les femmes, le gouvernement n’a pas dit que ce sont des peuls qui ont massacré des mossis, il a parlé de personnes on identifiées.
        Pourtant, les témoignages sont là !!!!
        Attention à ne pas empirer les tensions intercommunautaires car personnes sort gagnant ;
        Il faut que les peuls s’engagent résolument dans la résistance contre les terroristes, soit en intégrant les dozos ou koglweogos ou en créant leur propres groupes. Pourquoi c’est les autres qui ont des groupes de résistances : dogons, dozos, fulcés, mossis, gourmantché et pas eux ?
        de plus quand on voit les vidéos des attaques, c’est des peuls, vous ne dénoncez pas terroristes aux FDS ; avec tous ça, il ya trop d’amalgames !
        SVP parents peulhs, aidez-nous à ne pas faire d’amalgames.
        Si les gens se cachent, collaborent avec les terroristes pour attaquer les autres, c’est ce résultat qu’on aura ; les communautés se connaissent bien deh, vous croyez que quoi ? ; pourquoi elles ne faisaient pas ça depuis longtemps ? c’est parce qu’il y a eu quelque chose !

        Répondre à ce message

    • Le 15 mars à 18:31, par Confidentiel En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

      Tu as vu juste mon ami.La ou cette association me pose probleme c est son combat qui est bien selectif.Et a la place de Mr Diallo j aurais laissé ma place a une autre personne.Et dire que votre chiffre sur Yirgou n a jamais été contesté et simplement malhonnête.Alors jouons ballon a terre pour pour ne pas reveiller les demons.

      Répondre à ce message

    • Le 15 mars à 19:03, par ah bon En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

      vous estimez que l’armée est incapable de defendre ses symboles ? moi je ne crois pas. laffaire des koglweogo doit etre urgemment résolue c’est de ça parle tout esprit clair.
      dénoncer le terrorisme est une obligation citoyenne. dans cette situation ou une communauté est toujours assaillie, pas sure d’une coopération totale puisqu’en deux ans elle aurait perdu entre 100 et 300 en tout selon les rapporteurs.

      Répondre à ce message

      • Le 16 mars à 12:49, par Le Vigilent En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

        Mon cher ami @ha bon,
        Vous dites qu’en deux années ils ont perdu entre 100et 300. Combien les autres ont-ils perdu durant la même période ? Ou bien vous estimer que les terroristes peuvent abattre des milliers de personnes d’ethnies autres que la votre, ça ne vous empêche de boire votre petit lait ni de dormir. car c’est dans l’ordre normal des choses ? Votre seul souci est de ne perdre aucun des vôtre.
        A ce rythme vous finirez par publier un livre sur « VOTRE COMBAT » comme on en a vu ailleurs au cours du siècle passé. Vous y préciserez certainement que des milliers d’êtres des ethnies différente de la vôtre peuvent disparaitre, mais que ce serait un drame national si un seul de votre ethnie venait à perdre la vie.

        Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 12:43, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    La sorcière oublie toujours mais la mère de l’enfant qui a été croqué n’oublie jamais. A Titao, un meeting de la population a été organisé pour mettre en garde les terroristes de tout bord qui attaquaient quotidiennement les alentours de la ville. A la suite de ce meeting rappelons-le, les terroristes sont venus égorgés des koglwéogo comme des poulets. Il était évident que la riposte s’organiserait. La mise en place des VDP a été entérinée par la représentation nationale au vu et au sus de tous y compris ceux qui vocifèrent en ce moment. Il était bien évident que les VDP entreraient en action pour honorer la raison pour laquelle ils ont été créés à savoir tuer du terroriste. Barga I, Barga II, Barga III vont suivre tant que le Burkina Faso n’aura pas éradiqué complètement les terroristes sur toute la superficie de notre territoire. Il vaut mieux ne pas se voiler la face là-dessus. Ceux qui vocifèrent en ce moment ont intérêt à aller sensibiliser leurs parents à laisser tomber le terrorisme et à pratiquer un élevage moderne pour faire avancer le pays et être en paix. C’est la seule solution qui nous reste pour le vivre ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 12:47, par Golden En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Il faut tout simplement accélérer la mise en place des volontaires de défense de la patrie dans les communes même s’il faut obliger chaque commune à fournir des candidats ! le recrutement peut leur être confié en collaboration avec les chefs coutumiers, les leaders religieux et d’autres personnes influentes des dites communes.
    C’est le seul moyen pour définir et faire respecter à chaque groupe d’autodéfense sa zone d’intervention.
    sinon on ne devrait pas aussi jeter l’eau du bain avec le bébé. les exactions sont déplorables mais il ne faut pas perdre de vue que ces koglweogo aident à contenir l’avancée des GATs aussi !

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 13:12, par TANGA En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Dans cette guerre, ce ne sont pas seulement des peulhs qui meurent.
    La localité qui vient de subir le massacre était chaque fois traversé par de terroristes qui allaient tuer d’autres ethnie. Ils allaient et venaient au vu et au su de tout le village.
    Alors, que dire ? C’est comme je l’avais dit une fois, avec un bandit on ne traite pas. Si tu vends ton frère ou tu laisse faire du mal à ton frère par un bandit, saches qu’il ne te laissera pas car tu en sais trop sur lui. C’est à dire que si tu me vends ton frère, je t’élimine par ce que ce que tu as été capable de faire me dit que tu ne me calcul pas moi non plus. C’est la façon de faire des bandits dans toutes les contrés du monde.
    Il est fort probable que le dernier massacre ait été fait par ce que les terroristes estimaient être trop connus par les villageois.
    Tout un village ne peut pas se taire et regarder faire tous les jours. Il y aura quand même de personnes qui vont aller loin si non déménager pour pouvoir dénoncer. SI cela n’a pas été le cas, le travail des terroristes les arrangeait ils ?

    Sans rancune et ni arrière pensée.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 13:27, par serieusement En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Vous etes entrain de preparer le lit d’une guerre civile sans vous en rendre compte ou alors volotairement. La pluspart des massacre au Burkina son perpetre par des individus non identifié. Des lors que certaine communauté et touchée là l’identité des bourreauz est formellement connu. Pourquoi n’avez vous pas été enqueter lorsque des hommes armés ont pris d’assaut une église protestante dans l’est du pays à Hantoukoura, et y ont massacré 14 fidèles et blessé plusieur dizaines. Vous riquez de faire le jeux de ceux qui cherchent a destabilier le burkina et a regler leurs compte avec nos gouvernant.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 13:34, par Passakziri En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Si c est des Koglweogo, c est que Simon Compaoré en porte aussi la responsabilité lui qui a été proclamé chef suprême des Koglweogo et tôt ou tard ils auront à faire à la justice.
    Seulement ce qu on ne comprend pas de vous, c est que vous vous indignez seulement quand ça concerne une seule ethnie. Vous renforcez par ce fait la stigmatisation.Comme vous avez de bonnes sources dans la zone sahélienne il serait aussi utile de sensibiliser vos contacts à collaborer avec les FDS et à ne pas être complices d’as HANIS. Le vivre ebb ne semble ne peut fonctionner qu ainsi. Nous devons pleurer ensemble et rire ensemble en tant que nations. Sinon les deuils sélectifs ne sont pas dignes d une nation.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 13:48, par Paritel En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Ne nous voilons pas la face. Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) n’est ni plus ni moins Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des Peulhs (CISP)
    Ce collectif ne reagit que lorsqu’il s’agit de Peulhs. On les a pas vu ni enttendu lors des derniers massacre à l’Est ou à l’Ouest de Ouahigouya.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 14:38, par Fasobiiga En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Vivement que ces massacres ethno-religieux-tribalistes cessent que le notre Chere faso se retrouve. C’est ignoble ce qui se passe dans notre pays. Burkinabe ressaissisons nous.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 14:42, par Torodo En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    La justice de ce pays me fait honte une fois de plus.
    Il est inacceptable que des gens soient tués par une milice armée et l’Etat n’a même pas le courage de les arrêter à plus forte raison les condamner pour leur forfait !
    Dans ce climat,il n’y aura jamais de paix.
    Cequi m’intrigue le plus c’est le fait que les FDS,alertés depuis le matin ne se rendent que le soir à 17h.Quel message voulez vous qu’on retienne ?
    ya t’il des vies sans importance au BF ?
    Que Dieu punisse tous les fautifs ici bas et dans l’au-delà.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 14:48, par Le Vigilent En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    C’est quand même étonnant que les gens du CISC et leur avocat ne nous disent pas depuis quand des Kogleweegos sont équipés d’armes de guerre ; et surtout l’origine de ces armes de guerre. A la place des gens du CISC, et surtout de l’homme de droit qu’est leur avocat, je me serais posé beaucoup de questions avant de me lancer dans des affirmations qui pourraient être démenties par des enquêtes approfondies. Et puis, se contenter de condamner des Kogleweogos sans parler de celui où ceux qui leur ont fourni les armes de guerre, armes que l’on ne vent pas à tout le monde, c’est faire preuve de légèreté. De plus, les victimes, rescapés et témoins ont rapporté que les tueries ont eu lieu dans trois villages alors que les événements se sont produits dans deux villages.
    Sur la base des déclarations des victimes, des rescapés et des témoins, telles que répétées par le CISC et leur avocat, l’on ne peut parler que « d’individus armés non identifiés ». En effet, est-il vérifié que ce sont toutes les personnes membres du Kogleweogo de la zone de Titao qui ont participé au massacre ? Qu’attend le CISC pour poser plante contre X et au moins les personnes formellement identifiées par les victimes, les rescapés et les témoins du massacres ? Peut-être le CISC a-t-il lui même quelques doutes sur les informations reçues des victimes, des rescapés et des témoins !?
    Je rejoins l’internaute précédent qui se demande pourquoi les assaillants ne seraient- ils pas en fait des individus vêtus de tenues kogleweogos, comme on en a vus qui se sont parés de tenues de nos FDS pour tromper la vigilance et aller commettre des massacres dans des marches.
    Et puis, conclure que les assaillants ne sauraient être de personnes appartenant aux groupes des « individus armés non identifiés », sous prétexte que lesdits groupes ne s’attaquent jamais aux peulhs, cela veut tout dire quant à l’idéologie défendue par les animateurs du CISC.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 15:02, par hummm En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Est ce que koglweogo de Titao est une identité ?
    Soyons sérieux ! Le gouvernement ne peut dire Hani si le identification consist a dire que ce sont des kogolwrogo de titao. Qu est-ce Qui prouve que les accusations des victimes est fondée

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 15:13, par anj En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Une question:pourquoi quand des villageois d’une certaine ethnie sont massacres il y’a pas d’enquêtes faites par ce soit disant collectif ?
    veut on nous faire croire que seuls les peulh sont attaqués ?
    J’invite le collectif a mener le meme type d’enquêtes quand il s’agit des autres communautés attaquées surement qu’on saurait qui perpétue ces attaques.De surcroit ce groupe semble être plus renseigne que le gouvernement. Chose curieuse ce qui m’amène a croire qu’il en sait beaucoup sur ceux qui nous attaques de façon inhumaine et barbare.
    Peulh,Mossi,Gourmatche,Bobo :tous des Burkinabé défendre un seul groupe revient a prôner la stigmatisation que vous voulez combattre.Aidez plutôt le gouvernement que de l’accabler.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 15:35, par Bari En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Accuser le pouvoir en place de complicité est une erreur, comme s’il trouvait avantage face à ces massacres.
    Les mots ont du sens et il ne faut pas se tromper d’ennemi.
    Certains profitent de la situation pour s’attaquer à une ethnie sous le couvert du terrorisme.
    Seule l’union permettra de lutter contre des jalousies, du racisme finalement en dépassant ce qui sépare les différents groupes.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 16:02, par sidbala En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Au regard de la situation et en recoupant les propos des uns et des autres, le gouvernement n’est pas irréprochable.

    Les koglewoegos se sont fait enrôler dans le cadre du volontariat, tout simplement pour échapper aux différentes bavures dont ils ont l’objet depuis la crise sécuritaire au pays.
    Il fallait créer ce cadre de volontariat pour les fourrer dedans à fin d’échapper aux différentes frites dont ils font l’objet.
    Maintenant que la situation est très explosive, le gouvernement chèche des échappatoires, sans quoi les volontaires ne sont autres que des koglowegos déguisés, pour commettre davantage des bavures.

    Le problèmes du terrorisme est très compliqué et complexe, c’est des individus très mesquins qui arrivent à désorganiser toutes structures sécuritaires et sociales. Ils vont à ce rythme nous laisser faire le travail a leur place.

    Mais quand on est en face dun gouvernement incompétent, ce sont les conséquences ainsi. En tout cas ce n’est pas demain la veille.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 16:57, par Manuel En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Bonjour
    Dieu ai l’âme des défunts
    Je ne suis pas sûr que c’est de cette façon que l’on résoudra le problème
    Allez également au Nord, au Centre Nord et interrogez les populations de ce qu’elles pensent de vos ""marginalisés"vous serez surpris des réponses
    Il faut arrêter de protéger les terroristes
    Tous les peuhls ne sont pas des terroristes, tous les mossi ne sont pas des massacreurs

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 17:13, par wangram En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Nous vivons une situation sécuritaire très préoccupante mais nous devons faire beaucoup attention pur ne pas créer des crises ethniques. Laissons les autorités compétentes mener les investigations pour montrer ce qui s’est réellement passé dans ces villages et tirer les conséquences. Evitons les spéculations inutiles.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 18:24, par Bebeto En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Messieurs du CISC, sans même attendre l’enquête préliminaire de la Police ou la Gendarmerie, vous, vous avez vos coupables et les complices dont l’État. Quelle prouesse !!! Dans ce cas, envoyez immédiatement le dossier en jugement. Donc, la justice n’a plus besoin de faire les investigations nécessaires selon le code de procédure pénale. À vos cotés, vous avez un grand avocat qui laisse faire de telles déclarations très graves relatives à un dossier criminel. Nous allons tout voir au BF, ou tout le monde est devenu spécialiste de tout !!!
    Messieurs du CISC, pour votre crédibilité, je vous demande de fournir les statistiques sur les attaques et les victimes d’attaques meurtrières au BF de 2016 à nos jours comprenant :
    1) Le nombre total d’attaques dans leurs diversités (...)
    2) Le nombre total de personnes tuées, le nombre de blessés
    3) Parmi les personnes victimes, le pourcentages par région (13 régions), le pourcentage par ethnie ( plus de 60 ethnies)
    Le pourcentage des victimes par confession religieuse ( il y a plusieurs).
    4) L’âge des victimes et l’âge moyen
    5) Le pourcentage des victimes par sexe.
    6) ...etc, etc...
    Pour que vous soyez très bien compris, vous pourriez utiliser des tableaux, diagrammes, des histogrammes, ...etc et vous faire assister par des statisticiens. N’oubliez pas de préciser vos sources fi formations SVP.
    Vous voulez que les Burkinabé vous prennent au sérieux, produisez un tel travail bien fourni et limpide. Quand les chiffres parles d’eux mêmes, pas besoin de commentaires. No comment !!!
    Le travail scientifique, ce n’est pas de la vocifération ou des déclarations vaporeuses.
    A défaut de nous produire un tel travail scientifique et solide, ayant l’élégance de laisser la justice faire son travail. Ce n’est pas en parlant beaucoup et en vociférant que les Burkinabè vont vous prendre au sérieux.
    Je ne crois pas que la communauté Burkinabè se résume a une seule ethnie.
    Messieurs du CISC, sans être un spécialiste du droit, j’ai peur que vos déclarations ne contribuent à compliquer le travail des juges.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 20:16, par Le petit tranquilos En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Quand on s’exprime sur des situations sensibles comme le cas soyez calme et posé. Ne soyez pas impulsifs. Je disais dans ce même canal, que si vous vous contentez de parler de gros français, il y aura pire que yirgou. Voilà c’est le cas. Je dis et le répète, prenez votre battons de pélerin et prôner le vivre ensemble. Allez dans les zones a haut risque et rassemblez toutes les communautés et les inviter a regarder toutes dans la même direction pour combattre l’ennemi commun. Invitez la communauté retissante a s’ouvrir et accepter collaborer. Que dieu aide les Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 21:26, par Dr. Belko En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Le gouvernement ne doit pas laisser cette accusation de complicite s’installer au risque d’aggraver notre vivre ensemble déjà mis à mal par les terroristes. De ce fait, le government aurait interet à :
    1. Nommer un procureur special chargé d’enqueter sur ces tueries De masse ethno-centrées
    2. Communiquer davantage sur le progres des enquetes en cours et condamner plus fortement ce genre d’actes. Au dela des laconiques et insipides communiqués de deuils nationaux, on pourrait penser à un discours du PF/PM devant les deputes, en presence de representants coutumiers, religieux et communautaires pour rappeler et encourager LA forte cohesion sociale qui a toujours caracterise Le BF
    3. Suspendre ou Mettre les kogleweogos et autres organisations du genre sous-coupe reglée de l’etat avec obligation (sous peine de demantelemt) de se declarer/s’enregistrer comme association d’auto-defense adherant à une charte de l’etat, obligation de suivre des formations sur LA loi/ le droit et Le vivre ensemble.
    4. Initier des campagnes de sensibilisation sur Le vivre ensemble pour l’ensemble de nos populations qui, avec Le terrorisme ambiant ont tendance à ceder à la panique et à adherer à toutes sortes d’explications aussi faciles que farfelues sur les acteurs/sources du terrorisme.

    Cher gouvernement, vous avez du pain sur la planche. Il vous faut reconstruire notre
    cohesion sociale seul gage de LA constituion d’un front interieur de lutte contre Le terrorisme qui soit efficace.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 22:58, par Kalonji rock En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    J’ai personnellement constater depuis les evennements de yirgou jusqu’a ceux de nos jours(Barga, Dinguela et Ramatoulah) que vous n’aviez jamais songé a interpeller les mis en cause pour qu’ils se demarquent de tout comportement, tout acte ou collaboration avec tout individu ou un groupe d’individus suspect.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 01:12, par Bakoko En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) est tout simplement le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des peulhs(CISP) et c’est bien domage car toutes les communautés sont victimes mais de facon selective un groupe pense que sa douleur est superieure à celles des autres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 08:11, par TANGA En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Cher tout le monde, c’est facile d’accuser.
    Quand on dit des Individus Non Identifiés, cela veut dire que l’on ne sait pas qui c’est.
    laisser moi vous dire, qu’il y a eu d’autres villages attaqués mais personne n’est sorti pour réclamer quoi que ce soit.
    Alors, doit on demander aux Individus Non Identifier de s’identifier pour que tout le monde soit tranquille et savoir contre qui aller ? Tel aurait été le souhait de tous.
    Les terroristes sont des lâches à la solde de lâches et sont lâches tous ceux qui pensent comme eux et ou les supportent. même si nous les arrêtons pas, soyez sûrs que leurs propres progénitures les détruirons réglant ainsi nos problèmes à tous.
    Wait and see !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 09:01, par Naso En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Le CISC doit d’abord sensibiliser les communautés qui hébergent les terroristes à collaborer franchement avec les FDS pour endiguer ce phénomène. Il y a eu des villages mossi qui ont aussi été massacrés mais ce collectif ne dit mot. Quand il s’agit de peulhs, nous entendons tout.
    Revenant au massacre de Barga, le CISC semble être très bien informé jusqu’à connaitre l’identité de ceux qui ont perpetré ce massacre ! Bravo car vous pourrez être utile si vous pouvez utiliser vos sources d’information pour identifier les terroristes. Hélas, il me semble que vous préferez proteger les HANI et même les héberger que de chercher à maintenir l’intégrité du territoire national.
    Je voudrai aussi demander au CISC de nous fournir les types d’armes qui ont été utilisés contre ceux qu’il tient à défendre. Cela pourrait aussi aider le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour punir ces "koglwéogo" qui utiliseraient des armes lourdes si c’est les cas. Ce qu’on sait jusque là, aucun koglwéogo n’a une arme de guerre.
    Sans parti pris

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 10:31, par Pawit En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    je pense que ce collectif poursuit des objectifs cachés et doit être dissout conformémént à l’article 63 de la n°064-2015/CNT portant liberté d’association :Article 63 : La dissolution de toute association, union ou fusion d’associations, intervient selon
    les conditions ou dispositions fixées par les statuts.
    Toutefois, lorsqu’il est établi après une enquête diligentée par des agents assermentés, que
    l’association poursuit une cause ou un objet illicite ou contraire aux bonnes mœurs
    , ou qu’elle
    se livre à des activités contraires à ses statuts, ou à des activités qui revêtent le caractère d’une
    milice privée, la dissolution de l’association est prononcée par décret pris en Conseil des
    ministres, sur proposition du ministre chargé des libertés publiques.
    Le collectif est en train de faire un précédent dangereux pour le vivre ensemble des communautés . Il ne sert pas par ces sorties la cause peulh mais est en train de nuire aux Peulhs

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 10:57, par Barry En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Vraiment triste. mais mon frère, je pense aussi qu’il faut savoir raison garder car un habillement en koglwéogos ne veut pas dire que c’est vraiment des koglwéogos qui ont commis se crime. Vu que y a un avocat a avec vous il pourra mieux détaillé si il est honnête et ne fait pas de récupération politique mon frère.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 11:46, par Lom-Lom En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Rien ne me prouve jusque-là que ce fameux Collectif défend les intérêts de vraies victimes de ces attaques lâches et barbares. Au contraire, ils sont entrain de conforter certaines personnes dans leur position et ils finiront par créer dans tous les camps des radicalisés dont les actions sur le long terme seront très nocives pour la société Burkinabè. Déjà, dans certaines régions, les populations ne sont plus enclines à accepter que des éleveurs transhumants séjournent ne serait-ce pendant quelques jours dans leurs terroirs ! Pourquoi cela alors auparavant, ces pratiques étaient acceptés par tous ? Pourquoi, la suspicion est devenue telle que des communautés ne peuvent plus se fréquenter sans peur ? Héée, attention, attention car la petite braise peut devenir un feux de brousse et si ça arrive, toutes les espèces de faune terrestres et aviaires finiront par souffrir de ce feux de brousse. Arrêtons tout de suite, ces discours fumeux et analysons froidement la situation de notre pays pour trouver des solutions durables. Ce n’est pas en voulant coûte que coûte diaboliser les autres que l’on s’en sortira sans dommages !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 11:56, par Naso En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Mes frères du CISC, ne soyez pas comme les terroristes ! Laissez votre intelligence vous guider et non votre heine contre les koglwéogo qui du reste jouent un rôle non négligeable contre l’avancée du terrorisme. Porter des tenues de koglwéogo et massacrer ne veut pas dire être koglwéogo. Vous savez bien que même les tenues militaires sont utilisées à des fins machiavéliques. Comme votre service de renseignement marche si bien, utilisez cela pour mettre au service des FDS.
    Il y a eu des massacre dans des villages mossis où il fallait être peulhs pour avoir la vie sauve. Qui pouvez vous accuser ici ? Des terroristes bien sûr. Mais vous ne dites pas mot de ces barbaries. Ce que vous pouvez, c’est pousser la haine à son maximum. Soyez sans crainte car cela vous rattrapera et plus vite que vous l’imaginez. Et dire qu’il y a un grand magistrat parmi vous et qui ne vous apporte rien de constructif, si ce n’est chercher à précipiter dans les décombres une nation qui a à peine respiré depuis près de 5 ans.
    Vous êtes tous des fils et filles de ce pays et ne serez pas épargné si ça doit mal tourner. Vous serez non seulement responsables, mais aussi payerez le prix des conséquences désastreuses.
    A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 12:18, par Ka En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Ayant participé à plusieurs collectifs contre l’impunité, je vous comprends, car la démocratie et l’état de droit vont de pair. Donc l’impunité et la démocratie sont incompatibles. Et comme je ne cesse de le répéter sur ce forum, ‘’’l’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie totale.’’’
    Condamner l’état peut être justifié dans un autre sens, car passer tout son temps faisant semblant d’ignorer ce qui se passe sur le terrain, je dis à nos décideurs de se réveiller : Sinon tôt ou tard, la réalité des faits devient évidente à tout le monde. Pour cela que les enquêtes soient très poussées.

    D’un côté, et comme mon honorable webmaster le sait, ma vérité Blesse, mais ne tue pas : Et ce que je vais dire ne regarde que moi, car il faut dire que les responsables de ce collectif me semble jouer à l’Autruche, car voir la liste des terroristes dont l’état a divulgué l’année dernière dans la presse ou sur les réseaux sociaux, et que 99% des noms de ces supposés terroristes venaient des peuls, les peuls pouvaient aider nos FDS à trouver ces personnes, car ces derniers déguisés en terroristes vivent dans nos foyers, et ceux qui se prétendent des victimes les connaissent, mais ont peur. Pourtant en faisant ce geste d’auto- défense sans état d’âme, ils rendent service a leur pays.

    Je demande à ce collectif de comprendre que le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener car, on ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la justice soit pour toutes et tous (sans exception). Et ici, il faut qu’on a des coupables précis et non supposés.

    En lisant ce collectif, on a l’impression qu’il s’agit d’une guerre pour tuer tous ceux qu’il pointe du doigt, et à la satisfaction personnelle. La seule solution pour que la justice agisse, c’est d’avoir des coupables qu’on débusque en flagrant délit. Pour l’instant, ce sont des suppositions d’une guerre ethnique, et le ton de chaque côté est toujours plein de haine, et ne respecte aucune mesure qui sera justiciable.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 13:28, par Tokouma En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    TOUTE vie humaine ou animale est chère ET MÊME TRÈS CHÈRE à ses proches.
    Alors, il faut que les gens évitent de chercher à dérouter la justice de son droit chemin qui de mon avis est de travailler calmement, sereinement,mais sûrement, afin d’éviter que le verdict ne soit faut.
    Comparaison n’est pas raison mais je vais citer seulement les procès comme celui de NUREMBERG (en ALLEMAGNE) où toutes les preuves étaient visibles mais le procès a commencé plus de 20 ans après et a duré....Et n’est même pas encore terminé car des gens et des preuves sont toujours recherchés plus de 75 ans après le massacre des juifs.

    Tout près chez nous :
    - pour quoi plus de 21 ans après, les bourreaux de Norbert ZONGO courent toujours ?
    - pour quoi plus de 35 ans après, on n’a pas jugé les tueurs de Oumarou Clément OUEDRAOGO et compagnie ?
    -  PIRE : pour quoi y a t-il eu un "NON LIEU" sur l’affaire Norbert ZONGO et compagnie malgré les preuves IRRÉFUTABLES ????

    Ce Collectif dit "contre l’impunité" était OU ?????
    Donc, de grâce, VEILLEZ seulement à ce qu’AUCUN procès ne soit biaisé au lieu de jouer à la partialité car ce n’est pas bien.
    TOUT BURKINABÈ EST UN BURKINABÈ.
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 15:22, par la vérité En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    C’est à croire que ce sont uniquement les peulhs qui sont victimes du terrorismes. Toutes les ethnies sont des victimes de cette barbarie ? Alors que dit le collectif de cela si tant soit peu il lutte contre la stigmatisation des communautés ?
    Je déduis donc que le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) n’est ni plus ni moins Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des Peulhs (CISP).
    Il ne fait que semer les germes de la haine entre les ethnies et doit donc être dissous. Les leaders du collectifs ne sont pas responsables parce qu’ils ne sont pas impartiales dans leur analyse de la situation. Ce n’est pas de cette manière qu’on lutte contre la stigmatisation des communautés. Si réellement vous luttez contre la stigmatisation des communauté, vous devez aussi faire les mêmes déclarations lorsque des personnes d’autres ethnies sont massacrés. J’ai honte d’intellectuels qui ne sont pas transparents dans leurs analyses.
    Chers leaders de ce collectifs, veuillez revoir votre copie et je vous soutiendrai.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars à 16:36, par pataamleukré En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Bien avant 2015 date de début des attaques terroristes aux Burkina Faso ,j’avais intervenu sur ce forum suite à un article sur des expéditions punitives d’agriculteurs sur des campements peuls (région de Manga...Gaoua...ect.)
    j’avais dit en substance que les peuls devaient se remettre en cause.Leur communauté est la seule qui se retrouve à chaque fois mêlée à la plus part des tragédies au Burkina et même ailleurs. Pourquoi cette situation ?
    Elle doit savoir que tout acte posé a des conséquences sur autrui mais également sur son auteur.Il ne servira à rien par la suite, de vouloir se faire passer pour une innocente victime.
    Pour le vivre ensemble,elle doit acceptez extirper de ses
    rangs les brebis galeuses, à mois que celles-ci ne soient les plus nombreuses du troupeau.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 12:52, par Gonga En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Pour être pris au sérieux, que ce fameux collectifs et son tout aussi fameux avocat condamnent publiquement et sans reserve les terroristes peuls Malam Dicko et Amadou Kouffa et demandent a tout peul de se démarquer de l’idéologie de violence prônée par ces chefs terroristes . Cela est un préalable a la prétention grotesque de défendre des peuls qui n’en ont pas du tout besoin car ayant toujours vécu en bonne intelligence avec les autres communautés du Faso sans le concours de votre CISC dont l’agenda caché finira par se révéler. C’est malheureux d’utiliser ainsi ses propres frères comme fonds de commerce politique. Combien de millires de morts ont fait Kouffa et Malam dans toutes les communautés y compris la communauté peule sans que vous n’ayez réagi ? A quel jeu dangereux et morbide jouez vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars à 19:38, par jeunedame seret En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Drôle de Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés qui défend une communauté en stigmatisant les autres. Seriez-vous des valets locaux du terrorisme ? Et un des avocats accuse sans avoir le courage de porter les coupables en justice. Monsieur Farama Ambroise, qui prétend devenir chef de l’État avec cette candidature risquerait un jour de gouverner les Peuls en emprisonnant les autres ?!

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril à 12:47, par vision En réponse à : Massacre de peuls à Barga : Le collectif contre l’impunité accuse l’Etat de complicité

    Ce collectif CISC créer l’Impunité, Stigmatise les Communautés, elle doit être PUREMENT et SIMPLEMENT DISSOUTE !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : Les modalités de la prise en charge des volontaires fixées
Centre-Nord : 2 militaires portés disparus et 4 blessés dans une attaque à Bourzanga
Lutte contre le terrorisme : une quinzaine de terroristes neutralisés à Toéni
Lutte contre Boko Haram : Sur le champ de bataille, le président Déby lance l’opération « Colère de Boma »
Boucle de Mouhoun : Une patrouille des FDS saute sur une mine à Gomboro
Bam/Zimtanga : Au moins 15 personnes tuées
Opération MONCLAR : La force Barkhane et ses partenaires neutralisent de nombreux terroristes dans la région dite des trois frontières
Terrorisme : La Force conjointe du G5 Sahel, neutralise plusieurs terroristes et libère cinq jeunes filles et une mère
Insécurité : L’ancien maire de Foutouri et le chef du village Tankwoarou dans la province de la Komandjari assassinés
Provinces de la Kossi et du Sourou : Les horaires du couvre feu passent de 22 heures à 4 heures du matin à compté du 20 mars
Est du Burkina : Des individus armés font leur loi
Nord du Burkina : Quatre morts dans une attaque dans le village de Robolo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés