Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 20 février 2020 à 22h55min
Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

Au lendemain de la décision du Conseil des ministres portant application, à partir de ce mois de février 2020, de la mesure sur l’IUTS, les trois syndicats des magistrats annoncent des actions dès ce vendredi, 21 février 2020.

Nous vous proposons la déclaration.

1)- Le Syndicat Autonome des Magistrats Burkinabè (SAMAB)
2)- Le Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM)
3)- Le Syndicat des Magistrats Burkinabè (SMB)

A
Tous les magistrats

Objet : convocation d’une Assemblée générale de tous les magistrats

Mesdames, Messieurs, chers (ères) collègues,

Au regard de certaines évolutions inattendues et incompatibles avec l’esprit d’apaisement du climat social que le gouvernement prétend prôner, les syndicats de magistrats convient tous les magistrats, syndiqués ou non, à une Assemblée générale le 1er mars 2020 à 11h dans la salle d’audience du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou autour de l’ordre du jour ci-après :

I)- Informations sur :

- l’IUTS ;
- l’état critique des locaux de certaines juridictions ;
- l’inadéquation du dispositif sécuritaire dans certaines juridictions ;
- l’ineffectivité de certains droits des magistrats.

II)- Décision (s)

En attendant que cette assemblée permette d’envisager les mesures les plus aptes à apporter des solutions irréversibles à certaines préoccupations, les syndicats de magistrats vous invitent, à compter du 21 février 2020 inclus, au report de toutes les audiences publiques pour une bonne administration de la justice. D’autres mesures pourront être à tout moment prises par les syndicats de magistrats, soit de façon unitaire, soit de façon concertée avec d’autres syndicats n’ayant pas oublié leur raison d’être.

Vous remerciant d’avance, les syndicats vous prient de recevoir, mesdames, messieurs, chers (ères) collègues, leurs salutations distinguées.

Ouagadougou, le 20 février 2020

P/Le Syndicat Autonome des Magistrats Burkinabè (SAMAB)
Le Secrétaire général

Emmanuel S. OUEDRAOGO

P/Le Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM)
Le Secrétaire général

Moriba TRAORE

P/Le Syndicat des Magistrats Burkinabè (SMB)
Le Secrétaire général

Diakalya Traore

Vos commentaires

  • Le 20 février à 19:41, par Eric En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Le désordre a été inauguré par les magistrats au début du mandat de Roch, ce désordre doit maintenant prendre fin toujours par les magistrats, cette fois, à la fin du mandat de Roch. Que Dieu lui donne le courage et la force nécessaire dans cette bataille.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 19:59, par Sacksida En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Depuis le debut du mandat en janvier 2016, nous avons ete de ceux qui preconise une Conference General de la Nation afin d’y resoudre justement des problemes economiques et sociales en toute transparence et de maniere tout a fait collective. L’on ne nous a pas ecoute en tant que citoyen de ce pays, preferant continuer dans la gestion routiniere des problemes en creant tant d’injustices sociales et en provoquant le declanchement des series de greves coorporatistes. Et malheureusement ca ne va prendre fin avec la question de l’IUTS qui rentre en fait dans le systeme de gouvernance et qui aurait pu etre resolu avec d’autres problemes dans le cadre de la dite Conference Nationale. Que Dieu sauve mon Burkina Faso et son peuple integre. Salut.

    Répondre à ce message

    • Le 21 février à 05:01, par Mechtilde Guirma En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

      Ce que vous dites sacksida ce n’est pas vrai. Quand j’ai proposé je crois dans la même année la convocation immédiate d’une Assemblée Constitutive comment avez-vous réagit ? À peu près ceci :

      « Quels délires ! on ne pas passer tout le temps à convoquer des ... ». C’était dans le quotidien en ligne : ZODOMAIL.

      Vous n’acceptez jamais la vérité alors !!!...

      Répondre à ce message

      • Le 21 février à 11:57, par Ka En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

        Merci Mme M. Guirma de mettre au pas quelques internautes qui croient connaitre tout en intervenant dans des sujets qu’ils ne maîtrisent pas. Et je dis à ces internautes de faire attention aux autos critiques postées dans les forums et visités par toutes et tous. Je me rappelle de cette histoire sur ZOODOMAIL dont madame M. Guirma parle. C’est comme des anciennes ministres gaspilleuses aujourdhui qui veulent se prendre pour des saintes sur Lefaso.net oubliant des critiques et autos critiques non favorable à leurs actions sur le forum du même site qu’on peut relire. En tant qu’un vieux routier des forums de nos sites des réseaux sociaux d’information, je dis à nos amis internautes que l’anonymat (tout à fait relatif) dont ils pensent jouir sur le Web ne les protège absolument pas et ne les autorise pas à toute forme de dérive : C’est vrais que le web est un immense défouloir : Entre les fausses nouvelles et les insultes, en passant par la propagande la plus nauséabonde, qu’on trouve de tout, mais faites ’’attention :’’ Car, ce ne sont pas des activistes qui ont passé quelques jours dans les locaux de la police qui me diront le contraire. Conclusion relatez ce que vous avez vécu, ce que vous vivez dans la sincérité.

        Répondre à ce message

  • Le 20 février à 21:03, par Indjaba En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    En tant que magistrats vous avez déjà probablement connu des affaires d’impot opposant un citoyin à l’Etat. Vous avez probablement eut à condamner quelqu’un à fermer boutique et ou à verser par force l’impot à l’Etat. Il y’ a des commerçants que vous avez eut à condmner dont la marge beneficiaire annuelle est inferieure à votre masse salariale annuuelle. Vous n’etes pas genés de condamner des moins nantis à payer l’impot et vous meme semblez fuir l’impot. L’impot doit etre payé sur tous les details du salaire. Vous n’etes certainement pas content mais payer quand meme car nul ne saute de joie quand il doit payer l’impot.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 21:15, par Ouedraoog-biiga En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Les magistrats ont raison, puisqu’ils ont les plus grosses indemnités. Et puis, ils savent que l’application de l’IUTS aux indemnités peut être le début le début de ls miseà plat des salaires. Ce qui m’etonne, c’est le fait que les autres fonctionnaires se laissent tromper comme d’habitude.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 21:36, par Lom-Lom En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Les magistrats peuvent aller en greve toute leur vie car on en marre maintenant. Personne ne peut nous convaincre que le gouvernement n’a pas raison d’appliquer cette loi ! Comme les magistrats aiment le répéter aux autres " Nul n’est censé ignorer la loi", eh bien on leur demande d’appliquer cette règle à eux-mêmes. Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est ne pas voter MPP aux prochaines élections !

    Répondre à ce message

    • Le 21 février à 09:56, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

      - Cher Lom-Lom, tu as tort car au-delà de ne pas voter le MPP, les magistrats peuvent, par réaction du berger à la bergère, remettre en surface tous les dossiers sales des gens du MPP qu’ils gardent enfouis. Et du coup, ils exercent concrètement la liberté qui leur est conferée par leur corp. Et on saura qui est qui dans ce pays !! N’oublie pas qu’en Italie la MAFIA y a fait la pluie et le beau temps jusqu’à ce qu’un juge téméraire, le juge Falcone, au pris de sa vie a déclenché l’opération ’’Manu pulete’’ ou ’’Opération mains propres’’ pour traquer et faire tomber la MAFIA.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 20 février à 22:16, par La transition en marche En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    C’est curieux de 1960 à nos jours aucun président du Burkina Faso n’a terminé son mandat, l’histoire va t’il se répéter. L’avenir nous le dira.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 22:29, par Lom-Lom En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    En plus, on a voulu faire croire que cette décision des syndicats de magistrats est due aux 4 points énumérés dans le texte alors que tout le monde sait que le seul point qui a provoqué cette reaction epidermique est lié à l’application de l’IUTS et pas plus. Ce n’est pas courageux et honnête et nous voulons des gens honnetes dans nos tribunaux !

    Répondre à ce message

    • Le 20 février à 23:35, par Étienne Bagré En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

      Totalement d’accord.. Il faut être honnête et courageux.. inutile d’emballer l’iuts au milieu d’un fouillis de situations datant de mathusalem, comme ceux qui emballent le chitoumou au milieu de la tomate et de l’oignon mais qui vont vanter seulement le pain juste pour se donner bonne conscience qu’ils mangent pain au chitoumou mais pas des chenilles au pain. Allez les gars soyez de grands garcons en allant directs pour économiser notre temps de lecture..mieux que quiconque vous savez que la loi n’accepte ni l’ambiguïté, ni l’équivoque...

      Répondre à ce message

  • Le 20 février à 23:11, par Étienne Bagré En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Que c’est drôle parfois les luttes syndicales...

    Chers magistrats, Jouissez de votre droit (et même du devoir pour certains) à la grève , MAGISTRATS DE TOUS LES COINS DU FASO AUX PLACARDS VOS ROBES !!
    Restez inflexibles sur vos avantages mais pardon, pitié, nous vous en conjurons épargnez-nous le psychodrame où on mélange IUTS-locaux des juridictions-dispositifs sécuritaires...en un trait de plume. pour paraphraser une expression en moore je dirais " ti b tõkaa pùr gnêdga !!"

    Oui bien sûr, le casus belli, le crime de ’’lèse-magistrat’’ cest l’IUTvirus/bf/sm..mais il faut un menu du chef, aux mets variés de haute cuisine pour que leurs honorables puissent avoir l’appétit gargantuesque et que leurs palais soient aiguisés. Il faut entrée-principal-déssert pour mesdames et messieurs.

    ..merci pour le cocktail explosif que vous vous donnez tant de peines et de dévouement à préparer pour ouvrir le tunnel du trou noir (à moins que ce ne soit la 4eme fenêtre de l’enfer de Bado...) afin que les hommes et femmes du Faso profitent de leur descente irréversible dans le gouffre sans fin où ils seront définitivement hors de danger.

    De toute façon, depuis quand est-cecabri mort a peur du couteau ? alors laissez le peuple dans son sarcophage. car il faut que le grain du baobab tombé en terre meure, qu’il pourrisse avant de
    germer et devenir cet arbre centenaire pour emprunter l’image à une certaine réligion..

    Sèche tes larmes, mon beau pays , ô mon beau peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 23:21, par Amadoum En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Voici une occasion en or pour le gourvenement de rebelotter et vraiment partir de 0. Ne bougez pas et nous verrons ce que les magistrats vont faire. Rien !
    En plus de cette histoire d’IUTS, il faut vraiment songer au niveau de vie de l’etat et les "hauts" cadres (ministres, deputes, SG, DircAbs, ...). Car, ce serait difficile de toujours demander aux autres de "serrer la ceinture". Quand les "hauts" cadres serrent la ceinture, ils arretent les depenses superficielles ; mais quand les "en bas de en bas" serrent la ceinture, c’est les depenses essentielles a la famille qui sont affectees.

    Passez une bonne journee de vendredi !

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 06:35, par Nitwonrand En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Cette alarme sonnée par les magistrats m’étonne. Eux qui appellent le Gouvernement à leur appliquer entièrement la loi 050-2015 du 25 août 2015 portant statut de la magistrature ! Comment peuvent- ils invoquer l’application de la loi sur l’impôt pour siffler un rassemblement ?
    La réaction des magistrats me rappelle cet écrit sous la prétendue plume d’une certaine Ini Esther Doli qui n’est que la traduction de l’esprit petit bourgeois des fonctionnaires burkinabè. Manque de patriotisme et de civisme les caractérisent. Il n’y a qu’à regarder le parc automobile des citoyens pour se rendre compte de cet état d’esprit : que de SUV parfois luxueuses payées par des fonctionnaires qui ont auparavant construit des duplex ou sont en train d’en construire !
    Quand il s’agit de payer l’impôt, les fonctionnaires se présentent comme le peuple souffrant. Ils prennent la place du peuple parlant en son nom sans regarder les grands défis que nous avons à relever : la guerre, la question énergétique, l’accès à l’eau potable, le changement climatique avec ses effets pervers, etc.
    Faut-il distribuer les ressources propres entre deux cent mille (200 000) fonctionnaires en ignorant que nous avons une jeunesse qui représente plus de 60% de la population et qui a besoin d’emplois ? Ceux-là mêmes qui vocifèrent tant contre l’application de l’IUTS doivent envoyer leurs enfants à l’école, les soigner et se soigner, ils réclament le bitumage des routes pour y circuler avec leur SUV de dernier cri. Ils demandent au gouvernement de combattre le terrorisme, de prendre en charge les déplacés internes, mais avec quoi ? L’argent de la dette, celui de l’aide extérieure ? Qu’est-ce que cette aide extérieure ? L’impôt des autres peuples...
    C’est triste quand on est myope.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 06:42, par HORUDIAOM En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Voilà une belle occasion pour le président Roch KABORE de remettre les pendules à l’heure. Mais hélas ! Pour mettre fin aux grèves sauvages au Burkina Faso, il n’y a pas mille solutions ! Il faut procéder à un licenciement massif de tous les corps concernés comme la révolution l’avait fait ! Quand ils feront trois mois sans salaire entrain de tourner en rond, ils verront clair. Nous sommes dans quel pays ou le patriotisme a foutu le camps ? Pour un oui ou un non, on va en grève et après on s’étonne que les autres pays avancent. A un moment donné, il faut savoir s’arrêter. Jamais on n’a vu de tel comportement sous le régime de l’enfant terrible de Ziniaré. Président Roch, stp, il faut appliquer la méthode forte maintenant sinon ce pays sera insolvable un jour ! Et ce sont les même qui seront là entrain de pleurnicher et de t’insulter. Les Magistrats, vous n’avez pas honte de bouffer l’Etat cadeau ? Quel est votre plus value dans la fonction publique ? Capturer et juger les voleurs de poulets avec célérité ? Et les autres à la tête du client ? Quand on a une telle énergie pour organiser des grèves, créer son entreprise est plus facile. C’est un cri de cœur. Excellente journée

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 08:05, par ollo En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Messieurs le magistrats, apprenez à être justes et vous verrez que personne ne vous fera une injustice. Si imposer vos indemnités est injuste, que direz-vous des veuves et orphelins qui continuent de pleurer après les décisions de justices, des dossiers pendants sur plus de 30 ans, des populations spoliés de leurs sols, des citoyens qui n’ont pas une seule parcelles et qui vivent à côté de ceux qui en ont mille etc ? La meilleure grêve que le peuple attend de vous, c’est de ressortir tous les dossiers qu’on piétinent avec votre complicité et de dire le droit sur tous les dossiers pendants.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 08:07, par raogo En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Je suis pour l’application de l’ITUS à compter de février 2020

    Répondre à ce message

    • Le 21 février à 13:50, par ZAKA En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

      Je suis pour l’application du décret de 2008 portant fixation du salaire des membres du gouvernement et des DG des institutions puis de l’application de l’IUTS à tous sans exclusion.
      Du remboursement des dettes contrasté auprès du trésor par les membres du gouvernement et présidents d’institutions.

      Répondre à ce message

  • Le 21 février à 08:11, par kap En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Les magistrats ont une grande part de responsabilité de la situation catastrophique que vivent les Burkinabè . Depuis 1987 la justice n’a jamais été équitable entre les citoyens . Les pauvres toujours dépouillés et envoyés en prison au profit des riches . Des magistrats corrompus au service des riches et des hommes au pouvoir .

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 09:06, par koh En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    si tous ceux du privé entraient aussi en grève ? malheureusement le privé n’est pas organisé si non...

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 09:10, par Yovis En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Cette décision est folle. Socialement destructrice. Elle aurait du mériter des discussions pour parvenir à quelque chose de consensuel qui ne fait la défaite de personne. Appliquer l’impôt sur des compensations en numéraire pour les investissements supplémentaires du travailleur (en temps et/ou en nature, parfois en espèces) pour l’exécution des tâches liées à sa fonction) relève du pillage.
    Attention à ne pas que cette histoire d’argent extorqué ne devienne cousine de l’histoire d’un certain article 37 qui a fait des gorges chaudes et provoquer les cristallisations que l’on connait. Il faut se rappeler simplement que les lois sont faites pour les citoyens et non le contraire. Cette fameuse loi sur l’IUTS pourrait être révisée par exemple !
    Il n’y a pas de honte à discuter. Le plus fort, le gouvernement en l’occurrence, devrait en toute sagesse en prendre l’initiative prestement.
    On oublie trop souvent que seul la cohésion sociale fait la force des Etats plus que l’importance des ressources financières collectées.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 09:22, par Wendmi En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Eh oui ! J’aurai préféré que l’on supprime notre justice actuelle qui nous ne sert à rien. Il a fallu que le Gouvernement dise que l’UITS sera appliqué à la fin de ce mois pour que les magistrats tout bord confondu sachent qu’ils avaient d’autres soucis. Quelle honte ? Et les dossiers qui trainent dans vos tiroirs, vous en dites quoi ? Quelle suite avez-vous donné sur les différents rapports faisant états de détournement de deniers publics ? Depuis que vous avez obtenus des niveaux de rémunérations satisfaisant, qu’avez-vous fait pour justifier le mérite de ces niveaux de salaire ? En tant que magistrats qu’avez-vous fait pour qu’il ait moins d’injustice dans le traitement des rémunérations des agents publics dont vous en faites parties ? Vous constituer la pierre angulaire de notre vivre ensemble et tôt au tard chacun répondra devant l’histoire. PENSEZ SURTOUT AU FAIT QUE CHACUN DE NOUS DOIT OEUVRER A LEGUER UN BURKINA FASO VIVABLE POUR NOS ENFANTS ET ARRIERES PETITS FILS.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 10:13, par ouedraogo1979@ gmail.com En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Parfaitement d’accord avec les syndicats des magistrats.la coordination des syndicats du MINEFID et de l’UNAPOL doivent prendre langue dans les jours qui viennent avec les syndicats des magistrats pour une lutte coordonnée et efficace. On ne peut pas admettre que ce régime qui a amassé des milliards dans leurs bancaires personnels se moque encore du pauvre fonctionnaire qui n’arrive pas a scolariser normalement ses enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 10:57, par nous En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Article 102 de la loi organique 050-2015/CNT portant statut du corps de la magistrature : "Les magistrats jouissent des libertés publiques reconnues à tout citoyen burkinabè. Ils peuvent notamment créer des associations ou des syndicats, y adhérer et y exercer des mandats. Toutefois, ils sont tenus d’exercer ces libertés dans le respect de l’autorité de l’Etat, de l’ordre public, des devoirs de leurs charges et dans la limite de la réserve qui s’impose à leur condition".
    Article 112 : "Toute délibération politique est interdite au corps judiciaire.
    Toute manifestation d’hostilité au principe ou à la forme du gouvernement est interdite aux magistrats, de même que toute démonstration de nature politique incompatible avec la réserve que leur imposent leurs fonctions".

    commentaire : Dans l’histoire de notre pays, ceux là ont été le début et l’instance des problèmes que ce pays a connu. On a crié à la corruption de l’appareil judiciaire pour aller à l’insurrection. Après l’insurrection, curieusement ceux qui ont semblé tiré le plus grand profit, c’est encore eux avec des salaires qui dépassent tout entendement. L’Etat prend adopte une loi dont ils sont sensé appliquer, ils battent en touche ! Demains, ne soyez pas surpris quand des populations défient cette justice et préfèrent une justice locale ou une auto justice.
    Conclusion : nos intellectuels sont la clé des problème de développement de ce pays, voir en Afrique !

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 11:04, par Amoless black power En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Les gens qui croient que Roch Marc Christian Kabore marche à l’aveuglette connaissent mal ce communiste reconverti en social démocrate pour les besoins de la cause. L’imposition des revenus des travailleurs du public est juste une manoeuvre pour préparer la conférence nationale "souveraine" qui s’ouvrira très prochainement et dont les propositions auront quasiment force de loi.Et connaissant les burkinabé comme le fond de ma poche je suis sûr qu’ils diront que le gombo des magistrats est trop gluant et qu’il faut équilibrer les choses. Ceux-ci seront donc mis en minorité par le peuple souverain et obliger de se plier surtout que les gourous verront eux aussi leurs salaires rabotes. C’est donc un pili mpabe grandeur nature qui se profile à l’horizon et qui ouvrira un boulevard à mba Piga pour kosyam bis

    Répondre à ce message

    • Le 21 février à 12:33, par Tokouma En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

      Est-il encore utile de faire un commentaire après tout ce qui a été dit plus haut ?
      peut-être ajouter que nos magistrats si ils en sont VRAIMENT, manquent de LOGIQUE.
      Ce que j’ai entendu dire leur représentant à la télé l’autre jour est tout simplement "INOUÏ". Car il a dit que ce n’est pas de leur faute si souvent (et je dirais même TRES SOUVENT) les condamnations ne répondent pas aux attentes de la population parce que c’est notre loi qui a des insuffisances.......
      Il ajoute qu’il n’y a pas d’auto saisine pour certaines affaires parce que la loi ne le permet pas......
      Chers maJORETTES !!! VOUS ATTENDEZ QUOI OU QUI POUR REFORMER CETTE LOI APRES AVOIR EMPOCHE TOUT CE JACKPOT QU’ON VOUS A SERVI ?????
      Ce n’est certainement pas pour que vous entrez dormir dans vos bureaux MESSIEURS - DAMES.

      Répondre à ce message

  • Le 21 février à 12:07, par James En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    CEUX QUI NE SONT PAS PRÊTS OU NE VEULENT PAS DE L’APPLICATION DE L’IUTS, JE PENSE QUE CES DERNIERS SONT LIBRES DE DÉMISSIONNER ET DE TROUVER SON PROPRE EMPLOI POUR CONTRIBUER A CRÉER DES EMPLOIS.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 12:53, par Ka En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Et oui ! Au Burkina tout bon service rendu doit suivre de récompense, et c’est la devise de notre jeune démocratie. Je suis pour cette assemblée des magistrats qui veulent dire au premier Burkinabé qui est Roch Kaboré, qu’ils suivent la parole donnée au peuple de liquider les dossiers sensibles, pour qu’il y est une preuve que le Burkinabè est en train de tourner la page des procès expéditifs et dignes des Etats d’exceptions : Car, Le combat pour la justice dans un monde ou le criminel qui a les poches pleines fait la loi, le combat est celui le plus difficile à mener puisqu’ on ne se bat pas pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception).

    Oui nos magistrats de 2019 à 2020 ont le droit à cette assemblée et se faire écouter par un président qui les demande l’impossible mais qui se fait. Ce dont quelques Burkinabé n’ont rien compris de ce président mouta mouta mais futé, c’est que dans son esprit, il doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des criminels. Seules comptent la justice pour toutes et tous, la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement, ce qui n’a pas été fait par celui qui a fui dont lui il pris la place. Malheureusement, les terroristes déguisés sont sur chemin pour le terrasser. Arriveront-ils ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 13:37, par TRAORE En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Salut Mr Nitwonrand, le gouvernement le fera avec l’argent du charbon fin, des talismans, des V8, des 87 véhicules de la maire centrale de Ouaga, des parcelles et resserves indexées par les différentes enquêtes parlementaire aussi par le bunker du ministre de la défense à Mange etc...
    Ce qui me fait le plus mal c’est d’avoir cru à ce parti appelé MPP qui nous promettait le changement. Avec un petit recule nous constatons que nous allons droit au mur par la faute d’un club d’amis accroché au président tellement brulant et gourmand à tel point que le président ne vois plus rien et il croit à tout ce que le club lui dit.
    Un club organisé pour le pillage de la nation pays dit des hommes intègres.
    Pauvre Burkina je te pleur en écoutant le cri des déplaces, en regardant les larmes qui coulent.
    Ils n’ont pas d’eau et de nourritures suffisantes.
    J’ai mal à tous ces cris de villageois tué dans les marchés à la recherche de la pitance quotidienne.
    Que je vois cela j’ai de la peine à dormir car ils n’ont jamais choisis cela.
    Je pense à mon propre village à mes parents là-bas sans défense.
    Où est le serment du président et de la classe dirigeante le MPP.
    Ils dorment à la belle étoile pendant ce temps des gens sont payer grassement pour envahir la toile et rependre tout et son contraire.
    Disons-nous la vérité que ceux qui ont commis des crimes économiques viennent rendent au peuple ce qu’ils ont pris.
    Que ceux qui commis des crimes de sang viennent rendre compte ils pourront être pardonné.
    Cette catharsis ne prendra effet qu’à partir de 1982 car les TPR ont jugé les autres dignitaires aucune autre date n’est exclusse.
    Pour faire court appliquons intégralement rapidement le rapport du collège des sages dès le mois suivant, complétons le par les dossiers de Mr Ibriga et les dossiers des enquêtes parlementaire puis d’autres dossiers et apport des uns et des autres.
    Que dieu sauve le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 13:56, par figo En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Si vous pensez que seuls les magistrats réagiront vous vous trompez énormément. Dans les tous prochains jours vous déchanterez car les syndicats de la Santé, de l’enseignement, de la P... etc. donneront de la voix. Un agent ne peut pas avoir deux ou trois avancements en retard et accepter cette forfaiture alors que les dirigeants se mettent à l’abri et continuent à mal gérer les ressources. Dieu merci, le net garde les traces des interventions de certains envoyés du Gouvernement. A très bientôt.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 14:11, par Le Vigilent En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Ainsi donc, l’indépendance de la justice c’est le droit aux magistrats de semer le désordre et la déliquescence de l’état ? L’autorité des syndicats des magistrats dépasse celle des lois de la république !? Vous appliquez les lois, malgré, leurs insuffisances, que vous ne manquez aucune occasion pour dénoncer, et vous refusez de vous soumettre à une loi sous le prétexte que la dite loi ne vous arrange pas sur le plan financier. Quel paradoxe !!!! Voulez-vous que les citoyens s’opposent désormais à toute décision de justice - et Dieu seul sait combien de ces décisions sont injustes - sous prétextes que ces décisions, justes ou non, ne les arrangent pas du tout ?? Cessez de vous donner en spectacles avec ces sorties dignes de personnes debiles et totalement inconscientes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 14:17, par Lom-Lom En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Messieurs les magistrats, votre "mélange IUTS-locaux des juridictions-dispositifs sécuritaires...en un trait de plume" comme l’a bien décrit l’internaute Bagré Etienne, ne peut tromper grand monde. Reconnaissez que vous n’impressionnez personne car des bancs de l’Université (certains étaient des éternels abonnés à la session de Septembre, incapables de réussir à la session normale de Juin) jusqu’aux bancs de l’ENAM, on se connaît. A force de traiter le peuple d’idiot, vous mettez forcement votre cu... dehors en plein jour. Et si en plus, vous étiez tous des juges compétents, non corrompus !!! Heureusement que parmi vous, il y a encore des magistrats intègres, travailleurs qui n’oublient pas d’où ils sont venus et nous garderons pour eux tout le respect qui leur revient.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 14:23, par Sacksida En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    En outre, Mme Guirma tout ce que je dis dans ce Forum est tout a fait verifiable et c’etait dans le site de l’Observateur.bf, avant sa suppression. Chacun intervient ici par rapport a ses connaissances, son niveau et son experience dans l’administration publique, privee et dans des organisations a taille humaine. Sachez que le mensonge et la duplicite ne font pas partie de ma culture. Je ne dis jamais que mes idees ou mes postes sont des verites absolues ; mais je dis ce que pense et y crois. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 15:05, par mtntino En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    "tu as tort car au-delà de ne pas voter le MPP, les magistrats peuvent, par réaction du berger à la bergère, remettre en surface tous les dossiers sales des gens du MPP qu’ils gardent enfouis".
    en conclusion vous (koro yamyelele) voulez dire que tous les dossiers peuvent etre juges mais les magistrats ferment les yeux dessus. on a compris. comme ca chauffe, les magistrats veulent montrer .......

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 15:52, par mimi En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Aux magistrats comme vous le dites tout le temps " NUL N EST SENSÉ IGNORE LE LOI" !!!!!!!! vous croyez que quoi !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 17:27, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Que ce soit ici ou ailleurs. Les juges n’ont pas pour job de rendre "JUSTICE". On y fait plutôt dès élucubrations sur un droit importé, sorte de ramassi où le vrai se marie au faux le bien au mal, l’adultère à la fidélité, l’homme à l’homme, la femme à la femme, l’obscure clarté à la clarté obscure etc. Des joutes oratoires oû on cherche à sortir meilleur ?
    Des débats oratoires sur une matière certes, mais au finish point de JUSTICE

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 19:29, par Sacksida En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    D’abord, sachez que notre justice actuelle est une justice Bourgeoise issue elle meme d’un Etat tout a fait Bourgeois et neocolonial ; d’ou la majorite des juges ont des comportements et des pratiques bourgeoises et neocoloniaux ; donc qui sont aux antipodes des interets fondamentaux du peuple Burkinabe. Alors, si nous voulons que ce pays avance correctement et vite dans l’interet bien compris du peuple Burkinabe, il faut refonder et restructurer tout notre appareil Etatique actuel en un Appareil plus progressiste afin que la politique, l’economie, le social, la justice sociale et la culture nationale correspondent reellement aux interets du plus grand nombre de citoyens. Sans cette remise a plat de tout le systeme de gestion et bien sur nos Institutions Administrative et politiques notre pays comme bien d’autres pataugerons dans l’arieration et le sous developpement pendant des siecles. C’est cela la verite. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 22:31, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Je suis TRÈS CONTENT de cette réaction précipitée des magistrats, à travers leurs syndicats ; de même que je suis TRÈS CONTENT de voir que la plupart des internautes qui y répondent vont dans le sens que j’ai évoqué à plusieurs reprises : j’adore particulièrement la réponse de Eric (postée le 20 février à 19:41) et celle de Nitwonrand (postée le 21 février à 06:35), de même que celle de TRAORE (postée le 21 février à 13:37)... Continuons à aller seulement ; de toutes façons, IL NOUS FAUDRA CREVER CET ABCÈS, TÔT OU TARD...!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 23:37, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Je suis TRÈS CONTENT de cette réaction précipitée des magistrats, à travers leurs syndicats ; de même que je suis TRÈS CONTENT de voir que la plupart des internautes qui y répondent vont dans le sens que j’ai évoqué à plusieurs reprises : j’adore particulièrement la réponse de Eric (postée le 20 février à 19:41) et celle de Nitwonrand (postée le 21 février à 06:35), de même que celle de TRAORE (postée le 21 février à 13:37)... Continuons à aller seulement ; de toutes façons, IL NOUS FAUDRA CREVER CET ABCÈS, TÔT OU TARD...!

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 10:13, par Balbi En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    Ce n’est pas l’application de l’IUTS en elle même qui pose problème mais le comportement de nos plus hautes autorités en matière de gouvernance :
    - les caisses noires de la Présidence, du 1er Ministère, de l’Assemblé Nationale, ... peuvent t-elles se justifier dans un pays qui ne dispose pas de ressource, surtout que ceux qui utilisent ces caisses noires sont entièrement et totalement pris en charge par l’Etat, de l’ingestion à la digestion jusqu’au toilette, eux et toutes leurs familles ;
    - des institutions budgétivores comme Médiateur du Faso, HCRUN, CES, ... en plus de la justice de notre pays ;
    - les structures de contrôles qui font du bon boulot et qu’on met à peine à la poubelle ;
    - quand il s’agit d’IUTS, on l’applique en un temps records tandis que les textes qui disent que les DG seront recrutés sur test, sont mis en veilleuse au profit des nominations par copinage et amis ;
    - le Président Rwandais qui dit s’inspirer des exemples du Burkina Sous Sankara, a fait vendre des véhicules de fonction de ministre pour ne garder que les véhicules de service. Le ministre à qui on octroit une dotation bien calculée en carburant, vient au service avec son propre moyen de locomotion et le chauffeur de l’Etat s’occupe de lui uniquement au service, ainsi les ministres connaissent le prix du litre du carburant dans leurs pays.
    - Bref, l’argent existe bel et bien au Faso. Que l’Etat nous donne des exemples de train de vie et on verra si le fonctionnaire va broncher.
    Un citoyen qui n’en peut plus de ces injustices au Faso.
    Pardon, je passais

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 10:22, par bintou camara En réponse à : Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs

    trop c’est trop, ces magistrats sont à la base des dérives du gouvernement.Il faut qu’ils arrêtent et se mettent au pas.Il ne sont pas meilleurs que les autres corps de métier. Quelle honte

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fermeture des lieux de réjouissance : « Je refuse de vendre mon corps pour de l’argent », déclare une serveuse
Ouagadougou : Un incendie fait des dégâts matériels dans un immeuble au centre-ville
Situation nationale : le RENLAC milite pour l’annulation ou à la suspension de l’IUTS.
Lutte contre le Covid-19 : l’Association Professionnelle des Sociétés d’Assurances du Burkina (APSAB) assure avec 50 millions de F CFA
In memoria : Tibila Mathurin NOUGTARA
Coronavirus : A Pazaani, les déplacés internes appliquent l’hygiène
Fermeture des marchés et yaars : Le Conseil national de l’économie informelle mobilise 122,25 tonnes de vivres pour soutenir ses militants touchés
Lutte contre le Covid-19 : Orca Deco offre du matériel médical au CHU de Tingandogo
Lutte contre le coronavirus : L’étudiant Issiaka Porgho fait don de 350 masques à ses camarades à Bobo-Dioulasso
Lutte contre le Covid-19 : Le DG de la SNC, Bamassa Ouattara, apporte sa contribution dans les Cascades
Mesures sociales au Burkina Faso : Evitons le copier-coller
Suspension des salaires des agents de l’éducation : Le syndicat de l’éducation de base exhorte les travailleurs à rester solidaires et mobilisés.
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés