Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal : c’est le courage de continuer qui compte.» Winston Churchill

Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévue pour le 22 novembre 2020

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • LEFASO.NET • mercredi 5 février 2020 à 23h25min
Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévue pour le 22 novembre 2020

Le traditionnel conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 5 février 2020, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Kaboré. Au cours de cette rencontre hebdomadaire, des dossiers de fond, dont la convocation du corps électoral aux prochaines élections, ont été examinés.

Deux décrets relatifs à la fixation des dates des élections présidentielle et législatives de 2020 ont été adoptés au cours de cette rencontre. « La convocation du corps électoral est prévue pour le 22 novembre 2020 », a déclaré le ministre en charge de l’administration territoriale, Siméon Sawadogo, soulignant que les décrets adoptés portent sur la convocation et la précision des circonscriptions électorales. Concernant les élections législatives, le ministre d’Etat explique : « Nous avons la liste nationale composée de 16 députés et celle des provinces composée de 111 députés, soit un total de 127 députés au niveau de l’Assemblée nationale ».

Et quand il évoque l’article 40 de la constitution qui précise que « l’ élection présidentielle devrait avoir lieu au moins 21 jours avant la date d’expiration du mandat du président ou au plus 40 jours avant l’expiration du mandat présidentiel », Siméon Sawadogo poursuit : « Si nous prenons en compte que le président a prêté serment le 29 décembre 2015 et en application des dispositions de l’article 40 de la constitution, il nous reste pratiquement une fourchette allant du 18 novembre au 29 décembre pour la fixation des dates de l’élection présidentielle. Et si nous avons l’habitude de faire les élections un dimanche, il nous reste trois dimanches dans cette fourchette. Le Conseil a retenu la date du 22 en tenant compte des questions de recours(…) ». S’agissant des élections législatives, le ministre Siméon Sawadogo renchérit : « Les députés ont validé leur mandant le 30 décembre pour 5 ans, il est tout à fait normal que nous puissions travailler dans cette période pour que les députés puissent être élus ».

A partir de ces deux décrets, dit-il, la CENI va travailler pour la confection de la liste électorale qui sera valable pour non seulement le présidentiel, les législatives, mais également pour les élections municipales prévues pour 2021. A ce propos, se fondant sur les textes, le ministre Siméon Sawadogo a indiqué que les jeunes qui auront l’âge de voter en 2021 pourront s’inscrire pour sur la liste électorale.

Une question relative à la poliomyélite a été abordée au cours du Conseil. C’est ainsi que décision a été prise de lancer une campagne de vaccination contre la poliomyélite dans une partie du pays, suite à un cas constaté. Le gouvernement a par ailleurs demandé au département de la santé de reste en veille sur le coronavirus. A ce sujet, le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulguance Dandjinou, note qu’instruction a été donnée au ministre des affaires étrangères de prendre des mesures pour les questions d’approvisionnements des Burkinabè vivant en Chine.

Au titre du ministère de la défense nationale et des anciens combattants, le conseil a adopté un décret portant statut des volontaires pour la défense de la patrie. En rappel, le 7 novembre 2019, suite à l’attaque terroriste sur l’axe Ougarou –Boungou, le président du Faso avait ordonné le recrutement de volontaires pour la défense de la partie. Le 21 janvier, l’Assemblée nationale a adopté cette loi et le 29, le président a pris un décret promulguant ladite loi.

Aujourd’hui, le conseil a adopté un décret portant statut des volontaires pour la défense de la partie. Il s’agit de 5 chapitres, 8 sections et 32 articles et ce décret, soutient le porte-parole du gouvernement, est le fruit du travail d’une commission mise en place avec la présidence du Faso, le ministère en charge de la sécurité, celui de la défense nationale et l’administration territoriale.

Au titre du ministère de la sécurité, des décrets portant nomination des commissaires de police et des commissaires divisionnaires de police ont été adoptés.

Examinant les dossiers du ministère de la femme, le conseil a adopté un rapport relatif à l’organisation conjointe de la 163 ème journée conjointe de la femme et du 6 ème forum national de la femme. Cette rencontre sera placée sous le thème : « Crise sécuritaire au Burkina Faso, quelle stratégie pour une meilleure résilience des femmes ».

La deuxième édition du Salon international du coton et du textile(SICOT), tenu du 30 au 31 janvier 2020, était à l’ordre du jour de cette traditionnelle rencontre. Ce rendez-vous qui vise la valorisation de l’or blanc, aura réuni, selon le ministre du commerce, Harouna Kaboré, près de 1700 personnes à Koudougou. Cette rencontre a d’ailleurs été marquée par l’inauguration la première unité d’égrenage de coton biologique.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 février à 21:52, par YAAM SOBA En réponse à : Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévu pour le 22 novembre 2020

    Enfin, une bonne nouvelle ! La proclamation officielle de la date des élections. Cette fois-ci, nous ne ferons plus la même erreur qu’en 2015.

    Répondre à ce message

    • Le 6 février à 01:40, par jaunevert En réponse à : Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévu pour le 22 novembre 2020

      Dis plutot que toi tu ne feras plus ce que tu appelles erreur. Nous, citoyens responsables, sains de corps et d’esprit avons choisis de ne permettre a aucun intrus, de se meller a la gestion du pouvoir d’état pour les 5 prochaines annees.
      Le choix sera "l’homme poubelle" celui sur qui, n’importe quel zozo peut deverser ses vomissures. Quand a la question securitaire ,saches que meme avec 2 presidents on ne viendra pas de sitot a bout de l’hydre.
      A propos, quelqu’un a fait 1 proposition sur facebook que je trouve interressant. Travailler a unifier nos 5 etats appelles G5 Sahel, ou a defaut les 4 sans la Mauritanie pour des raisons que vous comprendriez. Les panafricanistes, a la reflexion !

      Répondre à ce message

    • Le 6 février à 09:41, par Danton En réponse à : Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévu pour le 22 novembre 2020

      Monsieur ou Madame Yaam Soba, ce serait trop naïf de votre part de croire que des élections pourront se tenir de manière correcte dans les conditions qui sont celles du Burkina de 2020 pour que vous puissiez porter au pouvoir votre champion. La bonne question est : faut-il maintenir les élections en novembre au risque de voir une partie du pays exclue du processus ?

      Répondre à ce message

  • Le 6 février à 00:20, par Bebeto En réponse à : Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévu pour le 22 novembre 2020

    LES CHOSES SE PRÉCISES ET FIEU MERCI

    Vivement que cette date arrive, pour que ces multiples partis politiques et OSC arrêtent de nous casser les pieds en permanence. Beaucoup d’entre eux eux, s’ils ont peur de la honte ou de Dieu devraient arrêter de faire la politique, après le 22 novembre 2020. Leur défaite politique humiliante sera sans appel. Quand le rouleau compresseur du MPP et de ses alliés se mettra en place et commencera à fonctionner à plein régime, il n’ y aura pas de place pour les amateurs et plaisantins politiques dont les vociférations ne sont péniblement entendues que dans les voisinages de leur lieu d’émission
    Moi je suis sûr d’une chose, Le président Rock sera confortablement réélu. Est-ce par K O technique ou par jet d’éponge de l’adversaire politique ? L’un dans l’autre c’est bon.
    Il y a des signes qui ne trompent pas. Les soit disant baobab du CFOP sont capables de mobiliser des inconnus pour leurs meeting à l’extérieur, mais incapables de mobiliser leur militants pour qu’ils aillent s’enrôler.
    Le CFOP est rattrapé par l’échos de son propre brouhaha !!!
    Quand on est Burkinabè, on doit être en mesure de le justifier à tout moment par au moins un document fiable, pas avec une carte consulaire douteuse et falsifiable.
    Quand on est Français, Américain, Allemand, Chinois, Italien ou Russe, on doit être en mesure de le prouver partout en brandissant son passeport ou sa carte d’identité.
    La présidentielle et les législatives sont très sérieuses pour qu’on laisse des personnes voter avec des documents douteux, dont la fiabilité n’est pas certaine.
    Tous les partis politiques doivent sensibiliser les Burkinabè à l’étranger à posséder un passeport ou la carte d’identité. Ce sont les pièces basiques que l’on doit avoir sur soi, quand on vit à l’étranger.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 13:31, par DIOGENE En réponse à : Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévue pour le 22 novembre 2020

    Il y avait des genres de BEBETO comme ça qui juraient que le Burkina n’a pas de pétrole mais qu’il a Blaise ou que le NEYMAR du Burkina c’est Blaise. C’est d’ailleurs les mêmes BEBETO. Hier CDP, aujourd’hui vouvouezela zélés du MPP au voulant d’un pays plongé dans le gouffre par l’incompétence de leur solution d’hier.

    C’est ton point de vue BEBETO mais juste de rappeler que c’était comme il y a eu de cela 6 ans concernant les louanges de Blaise qui vaut mille fois mieux qu’un dormeur dans un feu de brousse. Le ciel ne va pas nous condamner indéfiniment aux gémonies des vaux-riens. Prions pour conjurer ce mauvais sort qui nous est arrivé pour que notre tragédie prenne fin par un homme propre, intelligent, courageux, rassembleur des burkinabé en une seule patrie.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 06:17, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Conseil des ministres : La convocation du corps électoral prévue pour le 22 novembre 2020

    PERSONNELLEMENT, je crois qu’il faut surtout accélérer la révision du fichier électoral : que ceux qui ont atteint maintenant l’âge de voter puissent voter, mais que les morts et autres perdus ne votent pas ! Pour que tout Cela soit possible, il faut également résoudre la question des délais de délivrance des CNIB. Il est inadmissible que jusqu’ici, l’établissement de cette pièce dure les délais observés : quelque chose ne va pas du tout et il faut la résoudre sans tarder. Toutefois, les citoyens habitués à la dernière minute devraient commencer à poursuivre pour leurs CNIB et non pas attendre deux ou trois mois pour aller harceler les services qui les délivrent

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés