LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Enseignement supérieur et recherche scientifique : Les acteurs réfléchissent aux priorités

Publié le vendredi 27 décembre 2019 à 15h44min

PARTAGER :                          
Enseignement supérieur et recherche scientifique : Les acteurs réfléchissent aux priorités

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (MERSI) tient ce vendredi 27 décembre 2019 à Ouagadougou, son deuxième et dernier Conseil d’administration de l’année. Il s’agira pour les participants de définir les priorités de l’année 2020.

C’est une tradition pour les ministères. A l’image d’autres ministères, celui de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation tient, en cette fin d’année, son deuxième et dernier Conseil d’administration de l’année 2019.

« Cette instance est un cadre privilégié de dialogue, de partage d’expériences et de gouvernance où les questions d’administration, de planification, de gestion et d’évaluation sont discutées de façon participative par tous les acteurs, les partenaires techniques, financiers et sociaux de notre ministère », a rappelé Théophile Tenkodogo, Directeur de cabinet du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation qui représentait le ministre Alkassoum Maiga.

Contexte national difficile pour l’enseignement

L’année 2019 a été très difficile pour le Burkina Faso. Elle l’a aussi été pour l’enseignement supérieur. Pour le directeur de cabinet, les difficultés se sont manifestées sur trois plans. « L’actualité nationale est marquée par la recrudescence des attaques terroristes avec son corolaire de victimes que tous les Burkinabè épris de quiétude, de paix et de cohésion sociale déplorent.

Au niveau social, la situation sécuritaire a induit un effritement du tissu social dans plusieurs localités de notre pays avec des populations déplacées estimées à 500 mille personnes », a relevé M. Tenkodogo. Il a en outre ajouté que le troisième et dernier niveau, celui de l’enseignement, a été secoué par l’insécurité et les menaces proférées à l’endroit des enseignants et du personnel éducatif et qui ont entrainé la fermeture de 1845 écoles et privé en 2019 de 202 552 enfants du droit à l’éducation.

Planifier les priorités de 2020

Au cours des travaux, les participants auront à se pencher sur les priorités du ministère pour l’année 2020. Selon le Directeur de cabinet, la principale priorité est de sécuriser les propriétés foncières des institutions du ministère. Ce qui a d’ailleurs guidé au choix du thème : « Le défi de la sécurisation foncière des sites des institutions d’enseignement supérieur et de recherche : quelle stratégie d’accompagnement des acteurs des sites concernés ? »

En tant que principale priorité pour 2020, le Directeur de cabinet a appelé les participants au CASEM à y accorder beaucoup d’attention. « Il s’agira principalement de faire des propositions, suggestions ou recommandations pertinentes à même d’aider les autorités et les acteurs de notre ministère qui ont la responsabilité de la gestion collégiale des sites concernés, à trouver des solutions ou mécanismes pérennes susceptibles de protéger les occupants des sites contre tout trouble de jouissance ou toute éviction », a-t-il ajouté. Les sites concernés sont de l’Université Ouaga2, de l’Université Norbert Zongo (Koudougou), de l’UFNG et de l’INERA à Farakoba (Bobo-Dioulasso).

En plus de la sécurisation foncière des sites, les participants au CASEM avaient entre autres priorités dans leur agenda la mise en œuvre optimale du Projet d’appui à l’enseignement supérieur avec la réalisation de l’opération « subvention d’ordinateurs aux étudiants du cycle licence », la poursuite de la construction du siège de l’université virtuelle et des espaces numériques ouverts dans les régions, le rattrapage des retards dans les universités publiques, le démarrage des travaux de construction de l’Unité de formation et de recherche en science technologique et de la Cité universitaire de l’Université Norbert Zongo.

Dans le domaine de la recherche, il s’agira de l’opérationnalisation du Haut conseil de la recherche scientifique et de l’innovation, de la poursuite de la construction et de l’équipement des infrastructures de recherche dans les centres et instituts de recherche du CNRST (Centre national de la recherche scientifique et technologique). « Je voudrais vous inviter à procéder à une planification rigoureuse qui tienne compte de la nécessité de poursuivre, d’accélérer et/ou de parachever les grands chantiers en cours », a conclu Théophile Tenkodogo, directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique