Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

Doing Business 2020 : Deux pays d’Afrique subsaharienne parmi les meilleures progressions

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • lundi 28 octobre 2019 à 23h40min
Doing Business 2020 : Deux pays d’Afrique subsaharienne parmi les meilleures progressions

WASHINGTON, 24 octobre 2019 – Les économies de l’Afrique subsaharienne continuent d’améliorer le climat des affaires. Selon l’étude Doing Business du Groupe de la Banque mondiale, la plus grande économie de la région, le Nigeria, obtient une place parmi les meilleures progressions mondiales de l’année aux côtés du Togo.

Les économies de la région ont mis en place 73 réformes sur une période de 12 mois se terminant le 1er mai, en baisse par rapport au record de 108 réformes établi l’année dernière, et le nombre de pays mettant en œuvre au moins une réforme est passé de 40 à 31. Le score régional moyen de la facilité de faire des affaires est de 51,8 sur une échelle de 0 à 100, soit bien en deçà de la moyenne des économies à revenu élevé de l’OCDE (78,4) et de la moyenne mondiale (63).

Il y a eu de nombreux points positifs dans la région. Le Togo est sur la liste des meilleures progressions pour la deuxième année consécutive grâce notamment à des réformes visant à réduire les frais liés aux permis de construire et à simplifier les procédures d’enregistrement de propriété. Le Nigéria a mené des réformes qui ont eu une incidence sur six indicateurs, facilitant notamment l’exécution des contrats, ce qui a permis de placer l’économie de 200 millions d’habitants parmi les meilleures progressions de l’année.

Le Kenya a également mise en place six réformes, notamment pour améliorer la fiabilité de l’accès à l’électricité et pour mettre en place un système de paiement en ligne des cotisations sociales. Le pays se classe ainsi au troisième rang de la région, derrière Maurice et le Rwanda. Avec quatre réformes mises en œuvre cette année, Maurice reste le pays où il est le plus facile de faire des affaires en Afrique subsaharienne et se classe au 13e rang mondial. Les autorités mauriciennes ont, entre autres réformes, facilité le règlement de l’insolvabilité et amélioré l’exécution des contrats.

D’autre part, le Cap Vert et l’Eswatini ont réalisé quatre réformes, un chiffre record. Le Zimbabwe a progressé dans cinq domaines mesurés par Doing Business. Le Gabon, la République Démocratique du Congo, et le Rwanda affichent également une progression dans 3 domaines. Suite à des efforts en matière de réformes, le Niger et le Sénégal présentent une progression importante au niveau du score.

La région a initié la majorité des réformes dans les domaines de la création d’entreprise, de l’obtention des permis de construire, ainsi que de l’obtention de prêts, affichant douze réformes dans chacun de ces domaines. Grâce aux initiatives dirigées par la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), l’obtention de prêts est devenue plus souple dans différentes économies de la région.

Les économies de la région présentent une performance optimale dans les domaines de la création d’entreprise, ainsi que de l’obtention de prêts, avec trois économies – en l’occurrence le Kenya, le Rwanda et la Zambie – qui figurent dans le top 10 mondial de cette dernière catégorie. La création d’une entreprise dans la région nécessite en moyenne 20 jours et représente un coût de 33.5% du revenu par habitant, un processus plus rapide et moins coûteux que les 62 jours et 305% du revenu par habitant requis en 2003.

« Avec les réformes menées l’année dernière par l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), les pays d’Afrique subsaharienne ont démontré que la coopération régionale peut contribuer à l’amélioration du climat des affaires, » selon Santiago Croci Downes, directeur du projet Doing Business.

Malgré cet avancement, le rythme des réformes ralentit, des progrès restent à faire, notamment l’impact des reformes et leur implémentation pratique. Seuls deux pays d’Afrique subsaharienne se classent parmi les 50 premières économies du classement Doing Business, tandis que la plupart des 20 pays figurant dans les derniers rangs se trouvent dans cette région. L’Afrique du Sud a mis en œuvre une seule réforme cette année et quatre au cours des cinq dernières années. Le Libéria a mené trois réformes seulement au cours des cinq dernières années, et le Burundi, la République centrafricaine et la Namibie n’en ont engagé que quatre.

Comparée à d’autres régions du monde, l’Afrique subsaharienne affiche des performances très insuffisantes dans plusieurs domaines. Par exemple, le coût d’un raccordement au réseau pour les entreprises correspond à plus de 3 100 % du revenu par habitant, contre un peu plus de 400 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ou 272 % en Europe et en Asie centrale.

Le commerce transfrontalier et le paiement des impôts sont également des domaines où des progrès restent à faire. En effet, les entreprises d’Afrique subsaharienne doivent consacrer environ 96 heures aux formalités d’importation, contre 3,4 heures dans les pays à revenu élevé de l’OCDE. Durant leur deuxième année d’exploitation, les petites et moyennes entreprises doivent effectuer plus de 36 versements d’impôts et taxes par an, alors que la moyenne mondiale s’établit à 23 paiements annuels.

La version intégrale de l’étude et les bases de données associées sont disponibles sur www.doingbusiness.org

Contacts :
À Washington : Mark Felsenthal, +1 (202) 458-0051, mfelsenthal@worldbank.org
Service audiovisuel : Marcela Sanchez-Bender, +1 (202) 473-5863. msanchezbender@worldbankgroup.org

Communiqué de presse :
2020/062/DEC

Vos commentaires

  • Le 29 octobre 2019 à 13:52, par Maria de Ziniaré En réponse à : Doing Business 2020 : Deux pays d’Afrique subsaharienne parmi les meilleures progressions

    Silence Radio pour le pays de RMCK le président dormeur pour emprunter les mots de Tahirou BARRY. Depuis que RMCK est installé à Kossiam le Burkina ne fait que reculer sur tous les plans, Tertus ZONGO le PM grand réformateur qui nous avait fait faire de grand bond dans les réformes du doing business doit en avoir gros le cœur de voir que tous les chantiers qu’il avait initiés dans le domaine sont à l’arrêt. Pendant ce temps l’horloge céleste continue à trottiner et les autres pays avancent. J’ai le sentiment que depuis l’insurrection le Burkina est « out of game » c’est comme un joueur qui a reçu un carton rouge et a été expulsé du terrain de foot.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gouvernance économique : le ministère de l’économie lance officiellement les travaux de la plateforme intégrée « SI N@folo »
Coopération : La Banque mondiale investira 7,5 milliards de dollars au Sahel, entre 2020 et 2023
7e édition du forum Africallia : Au moins 500 participants attendus à Ouagadougou, du 27 au 29 mai 2020
Accompagnement du secteur privé : Le ministère de l’Economie renforce sa collaboration avec la Maison de l’entreprise
Entreprenariat féminin : La plateforme « 50 millions de femmes ont la parole » lancée
Economie : la Bank of Africa Burkina s’offre un bâtiment flambant neuf pour abriter son siège
Bolloré Transport & logistics BURKINA FASO : 2020 commence avec des médailles pour collaborateur
L’USAID et United Bank for Africa signent un protocole d’accord sur les objectifs du commerce et de l’investissement bidirectionnels de Prosper Africa
Alliance Borderless : Une rencontre conjointe pour faciliter les échanges commerciaux entre Ouangolodougou et Niangoloko
Contrôle interne au ministère de l’économie : aucune direction n’a une maturité de contrôle interne optimisée, selon une mission de l’inspection des finances
Burkina : La plus grande usine d’égrenage de coton biologique d’Afrique de l’Ouest inaugurée à Koudougou
Fonds spécial routier du Burkina (FSR-B) : De nouveaux tickets de péage à compter du 1er février 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés