Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Attaques terroristes au Bam : Le chef du canton de Datenga, Naaba Tigré, appelle à l’aide

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • mercredi 2 octobre 2019 à 18h00min
Attaques terroristes au Bam :  Le chef du canton de Datenga, Naaba Tigré, appelle à l’aide

Depuis le 29 septembre 2019, la ville de Kongoussi, capitale provinciale du Bam dans le Centre-Nord, est envahie par des déplacés internes. Arrivées en grande nombre, ces populations fuient les attaques terroristes. La majorité des déplacés viennent de la commune rurale de Zimtanga. Le chef du canton de Datenga dont relève la commune a, quant à lui, refusé la fuite. Il appelle les autorités compétentes à l’aide. Nous l’avons rencontré le mardi 1er octobre 2019. Interview !

Lefaso.net : Les populations du Datenga, de la commune rurale de Zimtanga, sont en train de fuir vers Kongoussi. Qu’est-ce qui explique cela ?

Naaba Tigré : Cela est dû au manque de sécurité. Jusqu’à présent, il n’y a pas de forces de l’ordre. Nous avons fait des demandes en vain. Nous avons des promesses qui ne sont pas tenues. Il semblerait que ça allait être effectif aujourd’hui (l’interview a eu lieu le 1er octobre 2019). Mais, j’ai quitté ce matin mon canton, il n’y avait aucune trace de la sécurité. Tout le monde m’a demandé de partir. J’ai dit non. Tant qu’il y a une population, je vais rester.

Qu’est-ce qui explique les attaques, selon vous ?

Nous n’avons pas d’explication. Nous ne pouvons que regarder. Cela a commencé à Bourzanga (une autre commune de la province du Bam). Mais, aujourd’hui, c’est devenu Zimtanga. D’après ce que j’entends, ce sont des enfants, certains ont moins de 20 ans. Ils débarquent dans les villages et commencent à tuer. Nous n’avons aucune idée sur leur identité. Peut-être que c’est parce qu’on est un peu au Nord. Ils n’ont fait aucune revendication.

Vos populations pointent pourtant du doigt certaines communautés comme étant les coupables.

Nous faisons tout pour qu’il n’y ait pas d’amalgame. Il y en a qui pointent telle ou telle ethnie. Mais, nous disons qu’il n’y a pas une ethnie où tout le monde est mauvais ou bon. Nous faisons tout pour que les populations ne tombent pas dans cette bassesse. Cela pourrait conduire au massacre d’innocents.

Sa majesté a-t-elle un appel à lancer ?

Je remercie vraiment la solidarité de la population de Kongoussi envers les déplacés. Je souhaite que cette population qui se déplace puisse trouver de l’aide un peu partout. Qu’elles puissent avoir un réconfort. Que toutes les personnes qui peuvent les aider leur viennent en soutien. Ces populations ont abandonné leurs biens. Je demande au gouvernement de nous venir en aide. Je demande au gouvernement l’envoi de renfort pour sécuriser la zone.

Votre canton a pour voisin le Rissiam (Sabcé) et le Zitenga (Tikaré). Est-ce qu’il y a une synergie d’action entre chefs coutumiers pour lutter contre ce fléau ?

Jusqu’à présent, ce n’est pas fait. Mais, ça ne saurait tarder. Hier j’étais avec le Zitenga. J’ai communiqué aujourd’hui avec le Rissiam. Nous allons nous réunir pour voir comment nous pouvons travailler dans ce sens, travailler à venir en aide aux populations.

D’aucuns disent qu’il faut repartir à la source. Des déplacés ont évoqué le fait que vous ayez fait recours aux ancêtres pour venir à bout des criquets ravageurs il y a quelques années.

C’est difficile aujourd’hui. Avant, nous avions bien pu gérer cette situation. Aujourd’hui, c’est difficile. On peut tenter de le faire. Avec les armes à feu, les populations paniquent. Mais, dans une telle situation, il ne faut négliger aucune solution.

Propos recueillis par Dimitri OUEDRAOGO et Bonaventure PARE
Lefaso.net

Vidéo : Dimitri Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Opération Bourgou IV : L’armée française dresse le bilan
Burkina : L’armée déclare ennemi tout aéronef non identifié survolant ses bases et zones d’opération
Burkina : 32 terroristes neutralisés et un soldat tombé au cours d’intenses combats dans les régions du Centre-Nord et du Nord
Burkina : Des assaillants mis en déroute dans le Bam
Attaques terroristes au Burkina Faso : « C’est une contre-insurrection qu’on nous impose », dixit Massourou Guiro du Mouvement plus rien ne sera comme avant
Insécurité au Burkina : « Nous irons chercher ces fauteurs de troubles où ils sont, même s’ils sont dans un trou », rassure le ministre de la sécurité, Ousséni Compaoré
Burkina : Une riposte de l’armée a permis de neutraliser trois assaillants dans la région de l’Est
Loroum : une attaque repoussée au commissariat de Titao
Attaque de Boungou : Déclaration de l’alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle
Sécurité : Le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun restreint la circulation des engins dans les provinces du Sourou et de la Kossi
Recrutement de volontaires pour la défense de la patrie : « Une initiative périlleuse », selon Le Faso Autrement
Attaques terroristes au Burkina : L’Union européenne demeure plus que jamais engagée auprès des autorités et du peuple Burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés