Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Relations France-Afrique sous Chirac : « Une politique de dominés à dominants et ça a toujours été ainsi », Moussa Zerbo, député de l’UPC

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • jeudi 26 septembre 2019 à 15h00min
Relations France-Afrique sous Chirac : « Une politique de dominés à dominants et ça a  toujours été ainsi », Moussa Zerbo, député de l’UPC

Lefaso.net : Quand on parle de la Françafrique, que retenir du président Chirac ?

Moussa Zerbo : C’est un homme que j’ai personnellement connu tout comme le président Mitterrand. Nous avons vu qu’ils avaient plus ou moins les mêmes politiques. Vous savez que la politique de la France envers l’Afrique, ça n’a véritablement pas changé ; ça a toujours été les mêmes politiques, une politique de dominés à dominants et ça a toujours été ainsi.

Avec Chirac, on peut dire que c’est quelqu’un qui avait montré une certaine bonne volonté de pouvoir apporter des changements en Afrique. Mais au final, le résultat escompté n’a pas été celui qu’on attendait. On retient de lui un grand homme politique qui a beaucoup fait pour son pays et également pour les pays d’Afrique même si cela reste un peu discutable.

Pourtant, le renouveau politique de la rupture totale de la Françafrique a été annoncé par Macron à Ouagadougou ?

Parler d’une rupture de la Françafrique, vous savez que les discours restent les discours et les faits sont têtus. Nous attendons de voir véritablement la matérialisation sur le terrain. Sinon de façon générale, la politique française envers ses anciennes colonies n’a pas véritablement changé. Nous attendons de voir toujours comment cela se matérialisera sur le terrain.

Au même moment, la jeunesse africaine décrie de plus en plus la présence française en Afrique ?

Cela est dû à plusieurs facteurs, parce qu’il un certain nombre de faits, notamment les faits liés à l’aspect sécuritaire. Si vous prenez un peu au Mali, des voix commencent à s’élever ; les gens ne comprennent pas comment la France peut être présente, avoir de la logistique sur le sol africain et qu’on ne sente pas véritablement les choses bouger.

D’une certaine façon, on a le sentiment que la France ne joue pas franc- jeu et certains vont même jusqu’à les traiter de complices. Vrai ou faux, je pense que je ne suis pas technicien en la matière ; je n’ai pas mené des investigations en la matière qui puissent me permettre d’infirmer ou de confirmer. Mais qu’à cela ne tienne, je pense que c’est un sentiment qui est ressenti par la jeunesse africaine, de voir carrément s’opérer cette rupture avec les anciennes pratiques qu’on a avec la France .

Interview réalisée par edouard Samboé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier mandat de Donald Trump : Le continent africain totalement ignoré
Soudan du Sud : Le découpage administratif, pomme de discorde entre Salva Kiir et Riek Machar
Retour de l’armée malienne à Kidal : Vent d’espoir sur Bamako
Extradition de Omar El-Béchir à la CPI : L’Afrique encore sur le banc des accusés
Zone de libre échange continental africain : Le Sud-Africain Wamkele Mene désigné secrétaire général
Lutte contre la fraude et la corruption au Sénégal : Le président Macky Sall rattrapé par ses propres déclarations
Maladie du coronavirus : Un cas suspect « sous contrôle » à Abidjan
Droit du sol : Les femmes ne pourront plus aller accoucher aux Etats- Unis en prétextant le tourisme
Différends entre investisseurs et Etats : Le Burkina participe à Vienne à la session sur la réforme du mécanisme de règlement
ONU : Le Général burkinabè Daniel Sidiki Traoré nommé commandant des Casques bleus en Centrafrique
« Luanda Leaks » : Des révélations mettent en cause la fille de l’ex-président angolais Dos Santos
Situation désastreuse en Libye : Les dirigeants africains déçoivent !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés