Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

Médias et lutte contre le terrorisme : La régulation de l’usage d’Internet par le code pénal au menu d’un café citoyen

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mardi 27 août 2019 à 21h55min
Médias et lutte contre le terrorisme : La régulation de l’usage  d’Internet par le code pénal au menu d’un café citoyen

Le nouveau code pénal du Burkina a encore fait l’objet d’un débat, ce mardi 27 août 2019 à Ouagadougou. Cette fois-ci, sous forme d’un café citoyen. Juristes, hommes de médias, techniciens du département de l’Economie numérique, acteurs de la société, tous, ont pris part à ce rendez-vous sur les droits digitaux.

« Toute personne a le droit d’avoir des opinions sans ingérence aucune. Toute personne a le droit à la liberté d’expression sur internet ; ce droit implique le droit de rechercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, des informations et des idées au moyen de l’Internet et des technologies numériques ».

Ce sont en ces termes que le directeur exécutif du Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA), Urbain Yaméogo, a rappelé le principe de la liberté d’expression, l’un des treize principes de la Déclaration africaine des droits et libertés de l’internet.

Plus loin, ce principe indique que « le droit à la liberté d’expression sur Internet ne peut être soumis à aucune restriction, sauf celles prévues par la loi, pour un objectif légitime, nécessaire et proportionné dans une société démocratique, conformément aux normes internationales en matière de droits humains ».

Avec le nouveau code pénal du Burkina Faso, l’usage des réseaux sociaux et le traitement de l’information sont verrouillés par certains articles. « Régulation de l’usage d’internet et des réseaux sociaux par le code pénal : faut-il craindre une remise en cause des droits et libertés de l’internet et des médias au Burkina Faso ? » C’est sous ce thème que les échanges ont porté.

Comment réguler sans porter atteinte aux droits et libertés de l’internet et des médias au Burkina Faso ? Par cette interrogation, Urbain Yaméogo a passé le flambeau à d’autres panélistes.

« Il faut laisser les journalistes faire normalement leur travail »

Selon Georges Nébié, technicien au ministère de l’Economie numérique, le fait de donner les positions et publier les images des victimes d’attaques terroristes pose problème. C’est pourquoi, il a bien accueilli la modification du code pénal, qui interdit cela.

Face aux critiques à l’encontre de ce nouveau code pénal, Georges Nébié affiche sa sérénité. « Aucune loi pénale ne nous ouvre toutes les libertés », a-t-il déclaré. Pour lui, tant qu’il y a des informations justes, les journalistes ne doivent pas avoir peur de les publier. « Au lieu de dire que cette loi est liberticide, il faut d’abord l’appliquer ; s’il y a des manquements, on va la revoir », a-t-il justifié.

Les arguments pour la défense de code n’ont pas manqué. « Les éléments des FDS ont raté des opérations parce que des internautes les ont devancés en publiant des informations », a déploré Georges Nébié. Comme solution, il faut durcir les choses.
Du côté de l’Association des journalistes du Burkina (AJB), la lecture n’est pas pareille. « Il faut laisser les journalistes faire normalement leur travail », a déclaré Ousmane Paré, l’un des panélistes.

L’objectif de cette loi, selon Paré, c’est de contraindre les médias à se contenter de ce que le gouvernement va donner comme information. Or cela relève des services de communication, ajoute-t-il. En vérité, il y a un travail de communication au sein du gouvernement qui doit être fait au lieu de s’en prendre aux journalistes, juge l’AJB.
Au regard de la situation, une alternative se présente aux journalistes, estime l’AJB : faire un silence radio sur les attaques terroristes au Burkina ou violer cette loi.
« Pour protéger les citoyens, il faut prendre des décisions »

Contrairement à ce que les gens pensent, le nouveau code pénal n’est pas liberticide, juge Elisabeth Paré, représentante du ministère en charge de l’Economie numérique. « Pour protéger les citoyens, il faut prendre des décisions », a-t-elle estimé. En défendant ce nouveau code pénal, elle a indiqué que c’est vrai qu’il faut publier l’information, mais il faut aussi tenir compte de la psychologie collective ou des membres des familles des victimes.

En tant que spécialiste en gestion de crise et prévention de l’extrémisme violent, Mamoudou Sawadogo a invité les intervenants de se départir de toute passion. On n’a pas besoin de protéger les éléments des FDS à travers la modification de ce code ; il existe déjà des textes, notamment le code de la justice militaire, a-t-il lâché.

Dans son intervention, Mamoudou Sawadogo a rappelé que les médias parlent au nom de la société, donc il faut les laisser faire convenablement leur travail. Le mieux, à l’en croire, c’est de se poser les bonnes questions afin de trouver des solutions à la lutte contre le terrorisme. « Si on doit respecter la loi, il y aura des têtes qu’on doit décapiter dans ce pays ». Pour lui, lorsqu’on a un lourd bilan de décès du côté de l’armée, le supérieur hiérarchique doit répondre devant la justice militaire. « Ça n’a jamais été fait dans ce pays », a-t-il brandi.

Durant les échanges, les participants ont fait savoir que le gouvernement burkinabè n’est pas proactif et qu’il y a un réel manque de communication.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 31 août 2019 à 13:48, par TANGA En réponse à : Médias et lutte contre le terrorisme : La régulation de l’usage d’Internet par le code pénal au menu d’un café citoyen

    Il que nos journalistes sachent certaines choses :
    Les attaques armées, c’est les FDS qui y vont.
    Quand nos hommes se préparent pour une attaque, pas tout le monde sait où et quand ? C’est une mission inconnu avec destination inconnu. C’est arrivé au point de non retour que tout le monde est informé. A partir de là, il y a interdiction d’utiliser les téléphone et autres ; cela pour que nos amis ou parents n’en parlent pas à d’autres mettant en danger la mission et ou que les communications ne soient pas interceptées.
    La mission finie, on dresse le bilan et ce sont les chefs qui vous disent ce qu’il faut dire pour ne pas compromettre des missions à venir ou en cour.
    Alors on voit là que ce sont des choses que le journaliste ne peut pas faire. Il ne peut pas se taire si non il n’a pas travaillé.
    Mes chers journalistes restez à la maison. Le commandement donnera l’ordre de vous informer. Ils vous enverrons des photos aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2019 à 17:41, par Le Vigilent En réponse à : Médias et lutte contre le terrorisme : La régulation de l’usage d’Internet par le code pénal au menu d’un café citoyen

    Est-ce que le nouveau code interdit aux journalistes de se rendre dans les zones où les attaques se passent pour collecter les informations et les publier ? S’il s’agit des informations qu’ils reçoivent d’autres personnes, cela pose problème car chacun donne au journaliste les informations qu’il a sélectionnées selon ses sensibilités. De toutes les façons, dire que le nouveau code prescrit aux journalistes de publier uniquement les informations provenant du gouvernement c’est faire preuve de mauvaise foi. Du reste, pourquoi devons-nous croire que tout ce que diffusent les hommes de médias est salutaire et favorable pour la victoire du peuple sur le terrorisme et autres maux auxquels nous sommes confrontés ? Nous sommes en guerre et les droits des journaliste de fantasmer et de faire du sensationnel ne devraient pas s’exercer au détriment du moral des combattants et du secret de l’organisation et de la conduite des opérations de ripostes cotre les terroristes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Approche basée sur les droits humains : Des journalistes et communicateurs outillés sur le concept
Émissions interactives des radios : Un atelier pour sensibiliser les animateurs sur la prévention des conflits
Régulation des communications électroniques : Des animateurs de radio outillés pour éclairer les auditeurs
Interdiction de couverture médiatique des activités politiques : « Je reproche au CSC d’avoir mal interprété la loi », lance le journaliste-éditorialiste Lookmann Sawadogo
Réglementation de la pré-campagne : Tout sur la décision y afférant
Interdiction de médiatisation de la pré-campagne : Des organisations de la société civile interpellent le Conseil supérieur de la communication (CSC)
Facebook étend son programme de vérification des faits par des tiers - fact checking - à la République centrafricaine et au Niger
Elections 2020 au Burkina : Les médias interdits de couvrir les activités politiques 90 jours avant la campagne
Charte africaine de la démocratie des élections : Le PNUD outille une trentaine de journalistes et acteurs de la société civile
Plusieurs dizaines de cas de chantage à la sextape au Burkina en 2020. Attention, vous êtes filmés !
Infrastructures numériques : Le G-Cloud bientôt prêt pour favoriser l’autonomie numérique du Burkina
Traitement de l’information parlementaire : L’Assemblée nationale forme une trentaine de journalistes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés