Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente» Henry Ford

Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Soumaila Sana • mardi 25 juin 2019 à 18h36min
Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »

Le député Ousseni Tamboura (MPP, Soum) s’est confié à Lefaso.net sur l’afflux des déplacés internes à Ouagadougou, en provenance de la région du Sahel. C’était il y a quelques jours. Interview.

Lefaso.net : Vous êtes originaire du Soum, une zone dont les populations fuient en direction de Ouagadougou. À quand remonte le phénomène, selon vous ?

Ousseni Tamboura : Ce n’est pas un problème récent, la question des déplacés internes. Il y a de cela deux ans que les déplacés se sont installés à Djibo. En ce qui concerne Ouagadougou, les déplacés sont arrivés depuis plus d’un an. Dans mon quartier, il y a des déplacés issus du Soum. Ils viennent de Baraboulé, Djibo, Nassoumbou, Tongomayel et Arbinda. Je n’ose pas dire que c’est un vieux problème, mais c’est un problème qui s’étale depuis deux ans.

Comment expliquez-vous cela ?

J’explique cela par les actes terroristes. Vous savez que les gens fuient l’insécurité. Non seulement ils fuient les terroristes, mais ils sont également victimes de menaces. Par exemple, il y a eu des prêches et des ultimatums qui ont été donnés à ces populations ; soit ils rallient les mouvements terroristes, soit ils quittent. Telles sont les premières explications.

Les derniers déplacés d’Arbinda sont la conséquence des conflits communautaires et de l’aggravation de la situation sécuritaire depuis Yirgou. Ce que nous disons, nous les députés, c’est de faire en sorte que des solutions concrètes soient trouvées par le gouvernement. Il ne s’agit pas d’avoir des aventures individuelles et des approches unilatérales, parce que ces problématiques dépassent les enjeux individuels. Il faut avoir une réponse globale, collégiale.

En tant que député, avez-vous l’impression que les déplacés pensent que rien n’est fait pour eux ?

C’est le sentiment de tout déplacé, puisque la raison qui fait que vous vous déplacez, c’est parce que vous n’arrivez pas à endiguer la menace. À partir de ce moment, votre sentiment et votre perception, c’est que manifestement, il y a une impuissance. C’est vrai, on ne peut pas nier ce fait. On se pose des questions : « Comment se fait-il que pendant tout ce temps, il y ait des forces de défense et de sécurité, et malgré cette présence, on a toujours des attaques terroristes spectaculaires ? » Souvent, on est témoin de l’envergure de ces attaques et on n’a pas toujours senti que les auteurs sont retrouvés, rattrapés et punis. Donc, il y a cette perception au niveau de la population.

Mais, il faut être en mesure d’expliquer que le phénomène du terrorisme est un phénomène assez insidieux. Il ne s’agit pas de troupes massées avec un drapeau et des uniformes qui déclarent la guerre au Burkina Faso. Ce sont des gens qui sont dans la population, qui ont des cellules qui travaillent à faire peur à la population jusqu’à la commission d’actes ignobles. Je partage parfaitement le sentiment des populations et personnellement, je pense qu’on n’est pas toujours à la hauteur de la réponse qu’il faut donner à ce phénomène.

Depuis trois ans, ça se dégrade. Je suppose que si l’État d’urgence a été décrété, c’est parce que la situation s’est dégradée. Les FDS ont fait des opérations à l’Est, au Sahel, et c’est tout à fait salutaire. Et cela veut dire qu’il faut continuer à mener ces opérations. Par exemple, on sait que ce ne sont pas des problèmes qui se règlent en six mois ou en un an, puisque nous avons les expériences des pays voisins tels le Nigeria et le Mali qui sont dans cette situation depuis une dizaine d’années. Face à cette situation, il y a une attitude de dignité et d’intelligence qu’il faut avoir pour surmonter ces difficultés.

En tant qu’élu national ayant touché du doigt les réalités de ces déplacés, avez-vous l’impression qu’ils veulent retourner chez eux ?

Si les conditions de retour sont réunies, ils retourneront. Depuis l’opération Doofu, il y a une certaine quiétude dans les villages. Mais on ne peut pas en faire l’étalage, parce qu’en le disant, on a comme l’impression qu’on donne des pistes aux terroristes. Il faut cesser de jouer au fanfaron, parce qu’on peut exposer la vie des gens. Il faut tout juste constater la réalité sur le terrain. Si les conditions sont réunies, les gens repartiront.

Avez-vous une idée du nombre de déplacés qui ont fui Djibo pour s’installer à Ouagadougou ?

Je ne peux pas vous donner de chiffre très exactement. Mais ces informations sont disponibles auprès du gouvernement, des services décentralisés et auprès des OSC. Je me souviens qu’à la suite de la fermeture des écoles à Djibo, on avait plus de 2 000 élèves. Sans toutefois vous donner le chiffre exact, je peux affirmer que ces déplacés sont des milliers.

Suite à la rencontre avec les déplacés installés dans l’arrondissement N°9, beaucoup pensent que le gouvernement n’a pas assez fait pour leur accueil. Avez-vous un commentaire ?

Le commentaire que je fais est tout simple. Je crois que le gouvernement sait et il faut lui laisser le temps d’agir avec ses structures telles que le CONASUR qui fait toujours le job. Il faut éviter de faire en sorte que pour les mêmes situations, il y ait des traitements différents. Comme le gouvernement a pris les mesures pour les premiers déplacés de Dori, il prendra des mesures pour le cas d’espèce.

Quelles peuvent être les conséquences de ces déplacements autant pour la population de Ouagadougou que pour les déplacés eux-mêmes ?

Les conséquences sont d’ordres traumatique et psychologique pour ces populations. Quand vous quittez chez vous, où vous avez vos champs, vos biens, et vous vivez dans une autre localité où vous n’avez personne, vous êtes dans l’angoisse.

Certains pensent que le gouvernement est dans une posture d’incapacité à maîtriser les terroristes. Qu’en pensez-vous ?

Il faut avoir une conception large du gouvernement. Il y a le gouvernement que nous connaissons, c’est-à-dire l’exécutif. Mais, cette question relève de toute la communauté, qui doit se lever. Nous avons des associations, des ONG et tout le peuple qui doivent intervenir dans une chaîne de solidarité pour les déplacés. Il faut agir pour l’ensemble des déplacés.

Vous qui êtes député issu de la région du Sahel, comment expliquez-vous qu’il y ait plus de femmes et d’enfants parmi les personnes déplacées ?

Je peux penser que les hommes sont retournés sur le site, je peux également penser qu’ils ont fait partir les femmes et les enfants avant. C’est un phénomène que je connais. Dans plusieurs déplacements, il y a des femmes qui sont venues avant les hommes, il y a également des familles qui sont arrivées en groupe.

Quelles peuvent être les conséquences de cette situation ?

De mon point de vue, le Burkina Faso est dans une situation de guerre dont les conséquences sont très visibles. Il n’y a pas lieu de se voiler la face. Les premières conséquences sont les pertes en vies humaines qui sont insupportables pour les consciences humaines.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Interview réalisée par Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 juin à 21:16, par Maria de Ziniaré En réponse à : Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »

    Honorable TAMBOURA, avant d’être député du MPP vous êtes Burkinabè originaire du SOUM et dont l’ethnie a été abattue comme du gibier à Yirgou par les milices Kogleweogos de votre frère en MPP Simon COMPAORE. Je sais que vous n’êtes pas un va en guerre et que vous êtes courtois et policé mais là j’ai le sentiment que vous vous retenez et ne voulez pas parler des sujets qui fâcheraient votre mentor RMCK et son copain de fac Simon COMPAORE. Dommage que vous mettez les intérêts de vote parti avant ceux de la nation et quelque part je suis resté sur ma faim face à vos réponses sur le drame que vit nos populations en général et celle du Nord qui malgré le deuil de Yirgou qui les a frappés sont considérés comme des pestiférés quand il débarquent à Ouaga en quête d’un peu de sécurité.

    Répondre à ce message

    • Le 26 juin à 10:07, par TENGA En réponse à : Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »

      De grâce, fameuse maria, épargnez-nous des idées à relents ethnicistes ; le député est resté digne et mesuré. vous voulez qu’il profite crier à la vengeance ? Du reste, il ya d’autres ethnies qui ont été aussi attaquées à Arbinda avec des morts et vous dites quoi ? et les Eglises attaquées ? des imams et cheicks tués ? Ceux qui ont tué à Yirgou doivent être jugés mais le réclamer de cette façon pousse à la vengeance, et au chaos. Dans ce cas, je ne pense pas que vous même allez vous en sortir indemne !
      L’impression que vous donnez est que vous êtes trop politique, et que vous êtes prête à tout, même les situations de détresse, pour atteindre vos buts qui est de voir le régime actuel sombrer littéralement et vous allez le récupérer.
      Si je vous dis que je n’ai pas voté Rock à la présidentielle, ni le MPP aux législatives vous n’allez pas peut -être pas me croire !
      Vous êtes pareils que le MPP, sinon même pire !
      on a honte de voir des gens obnibulés par des intérêts égoïstes, et qui prétendent défendre l’intérêt commun.
      Quittez dans ça SVP ! Amitié.

      Répondre à ce message

    • Le 26 juin à 10:12, par Le Vigilent En réponse à : Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »

      Maria de Ziniare, je me demande si vous êtes vraiment une femme et de surcroît burkinabé. En tous les cas votre discours est celui de ces méchantes personnes qui souhaitent voir le Burkina sombrer dans des gravrs conflits ethniques et religieux partout à travers le pays. L’honorable Ousseni Tambours n’est pas sensible à vos incitations à la haine et a la rébellion ethnique. Depuis le départ volontaire de l’enfant terrible de Ziniare, vous et quelques autres revanchards de la zone ne souhaitent que le malheur du peuple burkinabé qui a « osé « dire « non au projet de patrimonialisation du pouvoir d’’état » par votre mentor. Votre ethnocide primaire, que vous espérez pouvoir ventre partout à travers le pays, ne prospérera nulle part. Sachez que j’ai vraiment, et très sincèrement, pitié de vous et souhaite qu’un peu de raison puisse un jour vous habiter. Si vous êtes croyant(e)., je prie Dieu qu’Il vous pardonne, car vous ne savez pas ce que vous faites et/ou dites !

      Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 14:32, par Sphinx En réponse à : Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »

    Pour comprendre ce phénomène de réfugiés internes qui date de depuis longtemps, je demande à l’Action Sociale de mener des enquêtes auprès des mendiants installés à proximité des feux tricolores de notre capitale. Plusieurs d’entre eux sont venus du Nord du Burkina pour se mettre à l’abris de l’insécurité qui y prévaut. La particularité ici est que les réfugiés du Nord arrivent en rangs dispersés et s’éparpillent dans la capitale ; chacun cherchant un petit coin pour son séjour. Il n’y a donc pas d’annonce officielle sur leur arrivée. L’Action Sociale peut donc tranquillement fermer les yeux sur ce phénomène. On parlera maladroitement d’enfants de la rue pour qualifier les enfants des réfugiés internes.
    Faisons attention car comme disait Norbert Zongo : Aujourd’hui, si nous ne prêtons pas attention aux enfants qui nous tendent les boites de Garibou sur les carrefours, ils nous tendront un jours des pistolets à la place.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dépenses publiques : La défense et la sécurité sous la loupe du CIFOEB
Marche des syndicats à Fada : Des manifestants ont offert de l’eau pour étancher la soif des policiers
Situation au sein de la police nationale : L’APN dénonce l’ « entêtement » du DG et convoque une réunion d’urgence
Dialogue Etat/secteur privé : 43 recommandations sur 45 mises en œuvre
Ministère de la Justice : La messagerie SMS 34 39 pour la délivrance des actes usuels
Journée internationale de la couche d’ozone : Une avancée significative
Concours directs session 2019 : 5 892 postes pour 1 247 501 candidats
Marche -meeting du 16 septembre à Ouagadougou : Retour sur une demi-heure sous une avalanche de gaz lacrymogènes
Marche meeting du 16 septembre : « Le MPP et ses alliés tentent de scier l’échelle par laquelle ils sont arrivés au pouvoir », dixit Norbert Wangré (CGT-B)
Situation à Djibo : « Un grand renfort de militaires est arrivé », rassure le maire
Immigration clandestine : 400 000 FCFA pour un rêve gabonais qui se solde par un naufrage !
Mariage d’enfants dans la région de l’Est : Un phénomène qui perdure sous le poids de la tradition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés