Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Entreprenariat : L’Association Yam Pukri fait le bilan du projet IDEAL Burkina

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • jeudi 20 juin 2019 à 20h00min
Entreprenariat : L’Association Yam Pukri fait le bilan du projet IDEAL Burkina

L’association Yam Pukri, en collaboration avec le Centre technique de coopération agricole et rurale, a fait le bilan de la première année de la mise en œuvre du projet Innovation, développement agricole et liens vers le marché pour les jeunes au Burkina (IDEAL Burkina).

Ce jeudi 20 juin 2019, les partenaires techniques et les parties prenantes dans l’exécution du projet Innovation, développement agricole et liens vers le marché pour les jeunes au Burkina (IDEAL Burkina) étaient réunis à Ouagadougou pour le bilan à mi-parcours dudit projet.

Une vue de l’ensemble des acteurs du projet IDEAL Burkina

« Accès au marché et développement de l’agripreunariat par l’usage des TIC » est l’idéal poursuivi par le projet IDEAL Burkina. Il vise à soutenir l’entreprenariat des jeunes dans le secteur agricole. Au regard des l’évolution technologique importante, il entend mettre à profit les Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le secteur agricole.

Il s’agit, à travers ce projet, d’orienter les jeunes vers l’entreprenariat agricole pour réduire le chômage. Et le choix est porté sur l’agriculture pour booster ce secteur primaire de l’économie burkinabè par l’utilisation des TIC.

Officiellement lancée en mai 2018, la mise en œuvre du projet est prévue pour deux années. Le bilan à mi-parcours est jugé satisfaisant par les acteurs. En effet, on dénombre environ 500 bénéficiaires.

Une vue des participants à l’ouverture des travaux

De l’avis de Sylvestre Ouédraogo, président de l’association Yam Pukri, « à travers les formations, l’utilisation de plateformes électroniques, de réseaux sociaux, les entrepreneurs dans le domaine agricole, appelés ‘‘agripreneurs’’, ont pu réaliser des affaires intéressantes. Beaucoup ont pu améliorer leur production et la commercialisation de leurs produits (…) Les personnes prises en compte dans la mise en œuvre du projet, résidant dans les zones rurales, ont réussi à résorber les difficultés d’écoulement de leurs produits grâce à des plateformes appropriées », a-t-il poursuivi.

Pour Yaya Paré, agripreneur bénéficiaire de la province du Nayala, « la formation en entreprenariat reçue par l’intermédiaire de IDEAL Burkina m’a permis de prendre en charge notre entreprise, de prendre l’agriculture comme un métier comme les autres et d’embaucher d’autres personnes. L’usage des technologies me permet d’avoir les informations sur les prix des denrées et de pouvoir écouler mes stocks au moment opportun. »

La photo de famille

Ainsi, les TIC ont une importance dans le développement de l’agriculture. Et pour Ken Lohento, coordinateur de programme du Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), aujourd’hui, lorsqu’on parle de l’usage des technologies dans l’agriculture, cela ne concerne plus les satellites ou Internet. Le téléphone simple ou basique peut être important car on peut envoyer des messages, on peut accéder à différentes informations.

Mariam OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables du marché et la police n’ont pas fait leur travail », regrette Moussa Zoundi, commerçant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés