Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • mercredi 20 mars 2019 à 22h30min
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 20 mars 2019, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 15 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE CINQ (05) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère des Affaires étrangères et de la coopération :

– un projet de loi portant autorisation de ratification de l’Accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), adopté le 21 mars 2018 à Kigali au Rwanda.

La ZLECAf permet d’accélérer le processus d’intégration du continent en facilitant la circulation des personnes et des biens et en développant le commerce intra-africain. Elle renforce la position commune de l’Afrique dans les négociations commerciales internationales.

La ratification de ce projet de loi permettra à notre pays d’élargir son secteur industriel, de diversifier l’activité économique en réduisant sa dépendance à l’égard des produits de base et de booster son industrialisation et sa transformation structurelle.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.1.2. Pour le compte du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales :

– un projet de loi d’orientation portant modalités de promotion et d’officialisation des langues nationales du Burkina Faso.

Ce projet de loi définit les orientations permettant de doter les langues nationales de notre pays de statuts plus valorisants, propices à la dynamique du développement durable et respectueux des principes du multilinguisme et du multiculturalisme qui ont toujours caractérisé le Burkina Faso.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.1.3. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

– un décret portant création d’une trésorerie auprès de l’Ambassade du Burkina Faso à Pékin en République populaire de Chine.

L’adoption de ce décret permet la création d’une trésorerie auprès de la mission diplomatique de notre pays en République populaire de Chine, conformément à l’article 4 du décret n°2000-323/PRES/PM/MEF du 19 juillet 2000, portant gestion financière et comptable des missions diplomatiques et consulaires du Burkina Faso à l’étranger.

– un décret portant création du Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA) en Etablissement public de l’Etat à caractère économique (EPEC).

La création du CBA vise à promouvoir la filière anacarde à travers la mise en œuvre des actions d’organisation, de coordination et de développement des activités de cette filière sur toute l’étendue du territoire national.

L’adoption de ce décret permet la création du CBA, conformément aux dispositions du décret n°2014-614/PRES/PM/MEF/MFPTSS du 24 juillet 2014 portant statut général des Etablissements publics de l’Etat à caractère économique (EPEC).

– un décret portant autorisation de prélèvement de recettes sur les exportations et réexportations de noix brutes de cajou.

Ce décret vise la régularisation des recettes déjà perçues sur la base de l’arrêté interministériel n°2018-0100/MCIA/MAAH/MINEFID du 20 mars 2018 portant modalités de fixation, de perception et de répartition des droits de prélèvement sur les exportations de noix brutes de cajou au Burkina Faso.

L’adoption de ce décret permet de disposer d’un cadre réglementaire de perception de recettes de noix brutes de cajou en vue de contribuer durablement au financement de la filière anacarde au Burkina Faso.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre de la Sécurité a présenté au Conseil les projets de décrets d’application de la loi n°027-2018/AN du 1er juin 2018 portant statut du Cadre de la Police nationale.

Le Conseil a instruit les ministres concernés à finaliser lesdits décrets d’application dans un esprit participatif en vue de leur adoption par le Conseil au plus tard le 08 avril 2019, conformément aux accords conclus le 08 mars 2019 entre l’Union Police nationale (UNAPOL) et le ministère de la Sécurité.

II.2. Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération a fait au Conseil une communication relative à la visite, le 24 mars 2019 à Ouagadougou, des membres du Conseil de sécurité des Nations unies.

En marge des différentes rencontres prévues avec les organisations de la société civile, les autorités locales et les membres du Gouvernement, une audience leur sera accordée par Son Excellence Monsieur le Président du Faso.

II.3. Le ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur a informé le Conseil de la participation de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, à la Foire de l’Agriculture au Tchad, le 15 mars 2019. Cette foire, organisée sous l’égide du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le sahel (CILSS), a enregistré la participation d’une quarantaine de pays et était placée sous le thème « La transformation des chaînes de valeurs agricoles en Afrique face aux défis économiques, climatiques et sécuritaires ».

II.4. Le ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique a fait au Conseil une communication relative à la participation du Burkina Faso à la 4ème session de l’Assemblée générale des Nations unies pour l’environnement et au sommet « One planet » tenus du 11 au 15 mars 2019 à Nairobi, au Kenya, sous le thème « les solutions innovantes pour relever les défis environnementaux et garantir la consommation et la production durables ».

Au cours de ce sommet, le Burkina Faso a été élu au poste de Vice-président au Bureau de la 5ème Assemblée générale des Nations unies pour l’environnement pour un mandat de 02 ans au nom des Etats africains.

II.5. Le Secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres a informé le Conseil de l’inauguration, le 21 mars 2019 à Tenkodogo, de la route communautaire Koupéla-Tenkodogo-Bittou-Cinkansé-frontière du Togo, longue de 150 Km. Cette inauguration est placée sous le très haut patronage de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso.

III. NOMINATIONS

III.1.NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

– Monsieur Karfa FAYAMA, Mle 49 060 E, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur de cabinet ;

– Madame Windemi Pauline TOE/SABA, Mle 104 288 G, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Directrice de l’administration des finances ;

– Madame Amélie Josseline Gisèle BELEM/ZAGRE, Mle 39 697 J, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 15ème échelon, est nommée Secrétaire générale de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF).

B. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES

– Monsieur Dahoda LANKOANDE, Gestionnaire comptable, est nommé chargé de missions.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES AMENAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES

– Monsieur Soutonnoma Yves RAMDE, Mle 59 778 N, Administrateur civil 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur du développement institutionnel et de l’innovation ;

– Monsieur Tampouré Jean Arsène Blanchard YAMEOGO, Mle 254 878 K, Attaché en études et analyse option : Economie agricole, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Chef du département logistique et gestion des stocks du Secrétariat permanent du programme alimentaire mondial ;

– Madame Wendyam Francine Alida ILBOUDO, Mle 261 074 Z, Conseiller en études et analyse option économie, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Chef du département analyse et suivi-évaluation du Secrétariat permanent du Programme alimentaire mondial (SP/PAM) ;

– Monsieur Rigobert GUENGANE, Mle 31 885 R, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Chef du département appui à l’économie rurale du Secrétariat permanent du Programme alimentaire mondial (SP/PAM) ;

– Monsieur Abdoul Karim OUEDRAOGO, Mle 25 143 V, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Chef du département de la planification et du suivi-évaluation au Secrétariat permanent du Comité national du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le sahel (SP/CONACILSS) ;

– Monsieur Baowindmalégré Aristide SIMPORE, Mle 207 955 A, Ingénieur agronome, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chef du Département coopération technique au Secrétariat permanent du Comité national du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le sahel (SP/CONACILSS) ;

– Monsieur Issoufou OUATTARA, Mle 216 144 B, Administrateur des services financier, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chargé d’études ;

– Monsieur Parfait NANEMA, Mle 57 443 L, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Chargé d’études ;

– Monsieur Marius SANON, Mle 25 722 M, Ingénieur agronome, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur régional de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles des Cascades ;

– Madame Yelli Clotilde Nadège SANOU/KAM, Mle 254 854 G, Ingénieur en vulgarisation agricole, 1ère classe, 1er échelon, est nommée Directrice provinciale de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles du Bazèga ;

– Monsieur Lazi MANDE, Mle 287 448 G, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles du Poni ;

– Monsieur Gilbert OUEDRAOGO, Mle 91 322 F, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles du Soum ;

– Monsieur Kouwanu Eric Pascal ADANABOU, Mle 266 669 V, Ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles du Houet ;

– Monsieur Issifou OUEDRAOGO, Mle 91 315 F, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles du Ganzourgou.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

– Monsieur Antoine BAMBARA, Mle 22 465 U, Inspecteur des eaux et forêts, catégorie 1, 3ème grade, 2ème échelon, est nommé Directeur de la promotion et de la valorisation des produits forestiers non ligneux ;

- Monsieur Dourossin Mathurin SANON, Mle 029 248 V, Inspecteur des eaux et forêts, 14ème grade, 4ème échelon, est nommé Directeur régional de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique des Hauts-Bassins ;

– Monsieur Kawiba Moïse SIA, Mle 46 063 K, Inspecteur des eaux et forêts, 12ème grade, 5ème échelon, est nommé Directeur régional de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Centre-Sud ;

– Monsieur Souleymane TRAORE, Mle 46 068 F, Inspecteur des eaux et forêts, catégorie 1, 5ème échelon, est nommé Directeur régional de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique de la Boucle du Mouhoun ;

– Monsieur Sami DABIRE, Mle 46 093 T, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Tuy ;

– Monsieur Issouf TRAORE, Mle 202 546 W, Inspecteur des eaux et forêts, catégorie 1, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique de la Kossi ;

– Monsieur Abdoulaye OUEDRAOGO, Mle 231 736 W, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur provincial de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique de la Comoé ;

– Monsieur Jean de Dieu ZONGO, Mle 47 814 N, Inspecteur des eaux et forêts, catégorie 1, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Poni.

E. AU TITRE DU MINISTERE DES SPORTS ET DES LOISIRS

– Monsieur Abdallah GOLO, Mle 117 249 A, Professeur d’éducation physique et sportive, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

– Monsieur Yanga ADOUA, Mle 53 557 S, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur des finances et de la comptabilité du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs (FNPSL).

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

A. MINISTERE DE LA JUSTICE

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de l’Ecole nationale de la Garde de sécurité pénitentiaire (ENGSP).

Administrateur représentant le personnel de l’ENGSP :

– Monsieur Sidi Mohamed SANA, Mle 110 114 J, Inspecteur divisionnaire de sécurité pénitentiaire en remplacement de Monsieur Bakary Philippe KONATE dont il achève le mandat.

Administrateur représentant les élèves de l’ENGSP :

– Monsieur Arouna SONDE, Mle 92 656 K, Elève-inspecteur de sécurité pénitentiaire en remplacement de Monsieur Issa THANOU dont il achève le mandat.

B. MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après, Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration de La Poste Burkina Faso (LA POSTE BF), pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du Premier ministère :

– Monsieur Ferona MEDA, Mle 220 673 J, Conseiller des affaires économiques, en remplacement de Madame Aïssétou ZEBRET.

Au titre du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière :

– Madame Claudine Flore DANGOURI/ILBOUDO, Mle 23 660 K, Administrateur civil, en remplacement de Madame Minata OUATTARA.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 20 mars à 20:53, par Petit entrépreneur du Faso En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Je demande au premier ministre de voir sérieusement le cas des agents du MINEFID qui sont en grève sans le nommer. Nos affaires sont bloquées. Il n’y a plus de publication des résultats des appels d’offres ni celle des avis d’appel à concurrence. En un mot nous les petites entreprises, on est mort cadavré. ça c’est du terrorisme contre les entreprises qui ne dit pas son nom..

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 00:10, par rio de jzneiro En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    il est temps de chasser tous les diaspos qui ont acheté leur place au minefid et de les remplacer par les intendants militaires parce qu’ils veulent assécher financièrement le pays. non au terrorisme financier !

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 05:22, par révolté En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

      je pense que ces diaspos doivent être licenciés. vous êtes qui pour vous comparez aux enseignants qui triment pour donner le savoir aux enfants du pays ? Dans votre Côte d’Ivoire d’accueil on vous multiplie par zéro, vous venez avec l’argent de café cacao payer des places à ENAREF, ENAM (magistrat) et vous exploiter les vrais Burkinabè comme les colonisateurs venus d’Europe. Vous repartez construire dans vos pays d’accueil. les enseignants n’ont que leur salaire et vous en plus de vos salaires et fonds communs vous êtes les DAF, les DCMEF ou les Agents comptables dont les fonctions vous procurent des avantages inouies et malgré tout c’est vous les gros voleurs du pays. la prochaine insurrection sera de chasser les diapos de l’administration publique. les burkinabè qui ont envoyé leurs enfants au pays fréquentés à partir du primaire ont bien fait car ils ont bénéficié d’un minimum d’éducation et peuvent être intégrés dans notre société. par contre ceux qui reviennent avec Bac ou Bac plus sont à chasser et traquer jusque dans leur retranchement. Ho Dieu ou est Rosine le seul homme que comptait le gouvernement pour nous sauver de merde ?

      Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 11:42, par CSR En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

        Les diaspos sont des fils du pays et sont bardés de diplômes. Ils occupent un gros pourcentage dans toutes les catégories supérieures de la fonction publique. Les diaspos savent que rien n’est donné et se battent pour s’en sortir, si tu n’as jamais quitté ton village et que tu attends des licenciements, cela ne risque pas d’arriver demain. Si toi tu n’as rien bossé et que tu es aigri, l’école fonctionne toujours et tu peux repartir sur les bancs pour essayer d’occuper les places que tu envies mais pour lesquelles tu n’as pas les diplômes requis. Vive les aigris et vive la diaspora qui relève toujours les défis !

        Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 08:01, par Jack En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

      L’homme de Rio, si tu as un problème, il faut aller te soigner au lieu de tenir de tels raisonnements. Le Burkina n’est la propriété de personne et chaque burkinabè y a sa place. Ceux que tu traites de diaspos n’ont acheté aucune place nulle part parce que les places aux concours ne se vendent pas. Ils sont bons et ont ainsi pu avoir leur place comme tous les autres. Maintenant, si cet argument ne te convainc pas, tu peux tranquillement aller au MINEFID et les chasser. Je peux te montrer la route si tu ne connais pas.

      Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 08:09, par wobabdaha En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

      Attention à la stigmatisation. Qu’avez vous contre les "diaspos" pour leur attribuer cette forfaiture ? le monde change et le Faso aussi, si ailleurs la pratique est entérinée, pourquoi le Burkina veux s’en départir ? vivement que des solutions définitives soient trouvées entre les différents protagonistes a ce problème qui n’a que trop durée et met à mal les activités économiques du pays. comment les autres pays motivent leur agents des finances ? je ne crois pas que se soit compliqués, on ne réinvente pas la roue, que chacun mette de l’eau dans son vin afin que les pauvres citoyens lambda puissent vaquer à leurs occupations. le supplice des citoyens désireux de s’acquitter de leurs obligations fiscales n’a que trop duré.

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 01:17, par Wendinyaoda En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Bonjour, moi je n’arrive pas à comprendre le gouvernement sur le dossier de La garde de sécurité pénitentiaire. Comment un élaboré par plusieurs ministère (Fonction publique, ministère des finances, ministère de la justice) est toujours remis en cause ? Ces gens doivent travailler sans avancement ? Je sais beaucoup vont dire la prison n’est pas une priorité mais....

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 05:54, par Le citoyen En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Tant pis pour le gouvernement s’il negocie avec des personnes qui n’ont absolument rien compris du sens du service public. De toute façon, le peuple a un oeil sur tout ce qui se passe. Si l’Etat ne veut pas s’assumer le peuple le fera. En tout cas tout sauf le retour aux pillage organisé des deniers publics.. Désormais la question est réglée par la loi et force doit y rester. Les agents du MINEFID ne sont pas les seuls visés. C’est donc surprenant que ce soient eux seuls qui fassent de cette réforme salutaire pour les finances publiques un drame.

    \xab\xbb

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 06:21, par kenekenela En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Ces gens ne peuvent pas dire qu’ils se sont assis autour d’une table pour décider du devenir du pays sans que le ministre en charge des finances ne fasse au conseil une communication sur le dysfonctionnement actuel de son ministère alors que le pays est en guerre contre les forces maléfiques et que la mobilisation des ressources pour soutenir les FDS est médiocre du fait du comportement peu patriotique d’un groupe d’agents payés par l’Etat

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 07:16, par Kabretkakou En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Tant que le gouvernement ne vas pas arrêter le traitement au cas par cas.bon vent au grève.soutien total aux financiers.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 07:25, par sid Pa Yii En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Je pense que l’internaute "rio de Janeiro" a tout dit car le nœud du problème vient de ces personnes qui ne se sentent nullement concernés par le devenir du pays ; pour eux c’est juste une vache à lait le Burkina et si ça ne marche pas et bien ils sèment le désordre et rentre mais….mais....

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 08:04, par HUG En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Quand l’Etat est faible nous périssons et quand il est fort il nous écrase. Voila des policiers qui se lèvent un beau matin et ils refoulent les usagers qui viennent pour profiter de leurs services. Ces policiers disent nous on ne travaillent pas aujourd’hui comme s’ils travaillaient à leur propre compte. Et celà a duré quelque chose. l’UNAPOL dit qu’elle n’est pas au courant de ce désordre et curieusement le gouvernement mouta mouta appelle l’UNAPOL pour négocier. On n’est dans quel pays. Pourquoi négocier avec quelqu’un qui n’est pas à l"origine de quelque chose ?. Seul le pouvoir du pouvoir du MPP et acolytes peuvent nous donner des raisons. En lieu et place de demander des comptes à ceux qui nous ont livré à la merci de tous on décide de prendre de décret pour satisfaire ces hors la loi. Les policiers ont été recrutés pour assurer la sécurité des personnes et des biens. Vrai ou faux. Mais comment des gens commis à cette tache peuvent se lever un beau matin et dire nous on ne travaille pas et il n y arien. Ah pouvoir du MPP et acolytes vous me décevez énormement

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 12:33, par Génération En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

      Merci mon frère tu as tout dit. Moi j’étais contre le FC et les agents du MINEFID mais avec ce que ces policiers ont fait là, je soutiens 100% les financiers. Au lieu de sanctionner ces gens à la hauteur de leur incivisme et de leur manquement au droit de grève, M. Mouta Mouta veut prendre des décrets en leur faveur. Et c’est comme ça qu’on veut restaurer l’autorité de l’Etat. Pauvre de nous, quelle gouvernance !!!. On ne dirait pas que ce sont des gens qui ont l’expérience de la gestion du pouvoir depuis 30 ans.

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 08:04, par CSR En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Félicitations à Mme TOE pour sa nomination. Pour avoir travailler avec elle, je sais qu’elle mérite son nouveau poste et sera à la hauteur de la tache. Que Dieu t’accompagne.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 08:46, par will En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    À quand l’application du décret pris en conseil des ministres pour le recrutement au compte du ministère des finances.Nous ne pouvons pas laisser nos finances dans la main de la diaspora donc les parents ne connaissent même pas le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 09:34, par TIENFO En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Le chat noir Nayala a tout dit. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut. laisser les postes politique aux politiciens, les postes techniques aux techniciens ; la société civile aux acteurs des organisations de ladite société ; etc. Les compétences nationales en matière de ressources humaines doivent être efficacement utilisées. Que RMCK doit penser déjà à son bilan pour prendre les bonnes résolutions. Il m’a tout l’air qu’il se trompe énormément d’adversaires rien qu’en l’écoutant à travers ses fameux discours prononcés toujours depuis l’extérieur comme son prédécesseur Blaise. Les questions capitales se discutent toujours en famille, au Burkina Faso pas hors du pays.
    Pour la situation au MINEFID, « Petit entrepreneur du Faso », RMCK est le seul fautif.
    Comment toute une MIENFID venue de nulle part peut-elle prendre de telles décisions populistes, les faires avaler par l’exécutif et les faire passer à l’Assemblée Nationale sans au préalable soumettre les mesures d’accompagnement au gouvernement et l’AN. Le coupable dans tout ça ce n’est pas Dame Rosine, c’est le président Roch en personne pour plusieurs raisons :
    - c’est RMCK qui a été élu pour diriger le Burkina pas ses ministres et à ce titre, il est et demeure le seul Maître à bord ; Il est à ce titre garant de la vie du pays ;
    - RMCK fut ministre de l’Économie et des Finances. Il devrait être à mesure de comprendre les dessous et les dessus du problème pour ne pas laisser la bonne Dame foncer dans le mur ;
    - RMCK fut Premier Ministre et il est bien placé pour savoir que tout ministre même ministre d’Etat doit obéissance au PM. Tel n’était pas le cas avec Dame Rosine et bien d’autres ministres à l’égard de l’ex PM ;
    - RMCK fut président de l’Assemblée Nationale pour savoir que le vote d’une loi de conséquences de grande envergure ne se fait pas pour faire plaisir à un individu ou un groupe d’individus même si c’est une "DAME" qui porte le projet de loi. Les conséquences du vote d’une loi se pensent avant le vote de ladite et non après ;
    - RMCK fut Directeur Générale de la plus grande institution bancaire de la place (l’ex BIB) pour savoir que tout prêt bancaire contracté se rembourse de gré ou de force (saisie vente) ; les conditions d’octroi des prêts se négocient à l’avance.
    Le président RMCK avait toutes les informations nécessaires pour prendre la bonne décision à temps et ne pas laisser pourrir la situation jusqu’ à ce point. Il a laissé détériorer la situation à dessein. Qu’il en assume les conséquences vis-à-vis du peuple et de son électorat. Gouverner c’est prévoir.
    Le président RMCK est le seul responsable de la situation qui prévaut au MINEFID. J’ose croire qu’il a tout pensé. J’oubliais que c’est ROCK la solution.
    Vivement que le dialogue prévale dans ces toutes résolutions de crises par-ci et par-là.
    GOUVERNER C’EST PRÉVOIR. Le temps presse, 2020 n’est plus loin.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 11:11, par la patrie ou la mort nous vaincrons En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    mr le PM nous avions des dossiers bloqués depuis deux mois aux finances donc faites tout possible pour résoudre cette question définitivement on va avoir la paix

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 11:32, par Nabiga En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Les agents du MINEFID ne sont que la main droite de l’Etat qui récupère juste l’argent du contribuable pour juste le déposer dans la caisse de l’Etat, rein de plus.
    C’est justement votre cas, c’est-à-dire les largesses à vous accordées injustement depuis la nuit des temps par un régime injuste, qui a poussé les autres travailleurs à réclamer leur part du gâteau. Vous êtes nullement les supers agents qui se croient incontournables. " voir sérieusement le cas des agents du MINEFID " pour paraphraser Monsieur le Petit entrepreneur du Faso, suppose " taper sur la table pour mettre illico presto un terme à cette grogne inavouée qui n’est qu’une grêve silencieuse ". Nous sommes tous sous les mêmes cieux et dans le même Etat avec les mêmes réalités. Si vous ne travaillez pas, que vous ne touchez pas à vos salaires servis en fin de mois car vous ne le méritez pas, encore moins les FC injustement perçus sur le dos du pauvre contribuable. Trop c’est trop !
    D’ailleurs nous sommes patients et nous pouvons prendre nos maux en patience. Seul celui qui est pressé qui ne pourra voir son soleil se lever dans cette guerre gouvernementale contre l’injustice.
    Le Ministre de la fonction publique devrait préciser dans ses communiqués aux concours directs et professionnels que l’admission des candidats aux concours d’entrée au MINEFID ne donne pas droit aux FC afin de parvenir à effacer cela de leurs têtes.
    Visiblement c’est vous seuls qui percevez les FC, sinon pourquoi pas autant de bruits dans les autres départements ministériels sur cette question de FC et c’est chez vous il y a le problème. Soyez conséquents envers vous-mêmes. Vos investissements sur la base des FC dans l’immobilier et surtout dans les maquis font que vous ne perdez pas gros en perdant, que dis-je, avec la réduction des FC. Juste leur réduction et il y a toujours des bruits. Que voulez-vous à la fin ? Et les autres travailleurs de l"Etat qui n’ont que leurs salaires mensuels, et lesquels salaires, sans oublier les éleveurs, les agriculteurs, les commerçants et autres qui sont tous de potentiels payeurs d’impôts, mais qui ne se contentent que du juste peu que Dieu leur donne.
    Que les supers agents, que dis-je, les travailleurs du MINEFID soient raisonnables et acceptent que la justice soit faite. Sinon prétexter le manque de réseau sans travailler devrait rimer avec le NON TRAITEMENT de VOS SALAIRES MENSUELS.
    Nous sommes patients ; que la justice soit faite pour tous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 11:49, par tiibo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Je ne sais pas pourkoi un problème au MINEFID fait couler autant d’encre puisque tout porte à croire que le financier et le plus inutile de la chaine, autant même supprimer le MINEFID et laisser les autres ministères fonctionner............rires. Si quelqu’un qui joui bien de toutes ses facultés peut concevoir qu’on puisse être garant du fonctionnement d’une administration et de l’existence même d’un Etat et être à la fois traités ainsi cela signifie que nous nous réveillerons tous dans une douleur à nulle autre pareil. Wait and see seulema, tout prêt n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 11:55, par tiibo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Je ne sais pas pourkoi un problème au MINEFID fait couler autant d’encre puisque tout porte à croire que le financier et le plus inutile de la chaine, autant même supprimer le MINEFID et laisser les autres ministères fonctionner............rires. Si quelqu’un qui joui bien de toutes ses facultés peut concevoir qu’on puisse être garant du fonctionnement d’une administration et de l’existence même d’un Etat et être à la fois traités ainsi cela signifie que nous nous réveillerons tous dans une douleur à nulle autre pareil. Wait and see seulema, tout prêt n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 12:05, par tiibo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Je ne sais pas pourkoi un problème au MINEFID fait couler autant d’encre puisque tout porte à croire que le financier et le plus inutile de la chaine, autant même supprimer le MINEFID et laisser les autres ministères fonctionner............rires. Si quelqu’un qui joui bien de toutes ses facultés peut concevoir qu’on puisse être garant du fonctionnement d’une administration et de l’existence même d’un Etat et être à la fois traités ainsi cela signifie que nous nous réveillerons tous dans une douleur à nulle autre pareil. Wait and see seulema, tout prêt n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 12:07, par Un citoyen En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    En réalité, tous ceux qui conseillent RMCK de s’attaquer aux agents du MINEFID sont contre le Président RMCK.
    Mais lui aussi il a les yeux bandés et il ne voit rien.
    RMCK n’a qu’à regarder autour de lui dans les autres pays.
    Quel gouvernement sérieux et quel pays sérieux a osé s’attaquer à ses financiers ? Depuis sa prise de pouvoir et depuis qu’il voyage à l’extérieur , il n’a qu’à cité le nom d’un seul pays qui provoque les agents du Ministère des Finances ?
    C’est au BURKINA seulement on voit cela.

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 12:49, par Nabiga En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

      Bravo mon cher porte-parole des supers agents, sinon que les dieux des travailleurs du PAUVRE BURKINA. Comparaison n’est pas raison, et même si c’était vrai ce que vous dites, ces pays ont les moyens de leurs politiques. Ils en ont assez jusqu’en vous en donner un peu pour que vous vous bagarriez à n’en pas finir la-dessus. Coulons ensemble notre pays qui nus est tous cher et on saura où aller. Soyez partisans de la justice car, même si vous ne croyez pas en DIEU, telle est sa volonté, et tout être humain doté de bon sens, devrait s’en conformer pour son propre salut. Des militaires sont tués et des familles endeuillées dans ce pauvre pays et tout ce que vous savez faire, c’est de vous montrer arrogants et incontournables. Que vous le vouliez ou non, les choses font changer dans ce pays tôt ou tard au profit de la justice ! Est-ce qu’on peut parler de provocation avec le gouvernement. Qui commende qui au juste ?

      Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 12:58, par Nabiga En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

      Nous soutenons le gouvernement dans cette guerre contre l’injustice ; et comme cela est conforme à la volonté de Dieu, la victoire est assurée d’avance, n’en déplaise ! Allez cultiver ou faire tout ce que vous voulez si vous vous ne retrouvez plus dans la fonction publique de ce pays qui prône la justice...

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 13:02, par kouklouss En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    On ne va pas déposer les ressources du pays pour les agents d’un seul ministère

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 13:41, par tiibo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Soyons honnêtes envers nous même, un article relatif à un conseil des ministres regardez ce qui est advenu, c’est devenu un sujet du MINEFID. Dites moi que gagne un gouvernema normal qui opère un changement qui conduira à sa chute. Depuis que les problèmes au MINEFID ont debuté on a gagné quoi, on a seulement des dossiers et il y’a même pas de fonds pour y faire face, et si ca continue je ne serai pas etonné que bientot on ne puisse même pas payer les salaires alors ma question reste posée.......en quoi ce pays a avancé. S’il faut faire des recouvrements pour payer des milliers voir des millions a des deputés , des magistrats, des FDS et se contenter de 200000 a 250000 alors pourkoi ne pas laisser ces gens faire fonctionner le pays. Bcp de ministères on été crées et ne sont plus pourkoi ne pas faire de même pour le MINEFID puisque vous dites qu’il est inutile. Ne nions pas l’évidence et reveillons nous pendant qu’il est temps, plus ca va au MINEFID, mieux ca vaux pour tous les autres.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 14:06, par Un citoyen En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Dis moi de quelle justice tu parles NABIGA ?
    Et le cas de magistrats et les autres que tu connais ?
    Voyez vous même la vérité en face. Il s’agit tout simplement d’un acharnement que vous refusez volontairement de reconnaître.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 15:23, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    - Excellence Monsieur le Président du Faso
    - Excellence Monsieur le Premier Ministre,
    - Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée,

    Les mêmes effets produisent les mêmes résultats. Les agents du MINEFID ont décidé de prendre en otage le foctionnement du pays par le boycott qu’ils entretiennent dans leurs fonctions. Ils vont ruiner tous les efforts de développement que les uns et les autres consentent. Et ce, sur l’autel de leurs intérêts personnels égoïstes sans commune mesure avec ceux de l’ensemble de la population.

    Excellence Monsieur le Président du Faso
    Excellence Monsieur le Premier Ministre,
    Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée,

    En laissant faire par votre silence, vous vous rendez coupables voire complices de cette forfaiture de destruction de l’économie nationale. Et ne vous étonnez pas qu’on vous exige des comptes un jour sur cette situation. Point n’est besoin de craindre ou d’avoir peur des reproches et laisser des apatrides fossoyer le pays tout entier. Moi Kôrô Yamyélé qui en a vu de toutes les couleurs par le passé, je vous recommande de :

    1/ - Demander un audit du MINEFID notamment en ce qui concerne les financiers et voir quels sont les postes qu’on peut cumuler et quels poste on peut supprimer sans créer des dommages,
    2/- Faire une expertise sur les diplômes de tous les agents financiers du MINEFID pour en vérifier l’authenticité et chasser avec poursuite tous ceux dont les diplômes se révèleront faux ou ceux dont les diplômes d’entrée à l’ENAREF se révèleraient faux,
    3/- Soumettre enfin tous les agents dont les diplômes seraient authentiques à un test de niveau pour voir s’ils peuvent normalement occuper les postes où ils sont actuellement,
    4/- Evaluer tous les postes stratégiques au MINEFID et voir la possibilité de confier certaines tâches au secteur privé de sorte à moins responsabiliser les grévistes et les saboteurs de l’économie nationale,
    5/- Élaborer une Charte de probité que tout agent entrant nouvellement en fonction au MINEFID devrait signer et s’engager à respecter certaines closes à fixer dans cette Charte dont celle de ne jamais être auteur de dysfonctionnement du ministère au risque d’être renvoyé.

    Vous verrez que tout ira bien ! C’en est trop avec ces gens !

    Conclusion  : On est fatigué de devoir supporter les caprices d’une poignée d’individus voraces, moineaux et manges-mils aux gros jabots, des criquets dévastateurs et des chenilles légionnaires du MINEFID !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 16:10, par Un Burkinabê En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Ma proposition reste toujours la meilleure.
    1- Stabiliser le FC aux 55milliards pendant les prochaines 5-10 années
    2- Y adosser une clause de la lutte contre la corruption et la fraude. Si on prend un agent du Minefid dans la corruption ou la fraude il est licencié
    3- Appliquer la loi "Laurent Bado" en demandant à tous les agents du Minefid (puisque vous êtes un ministère de souveraineté) de declarer leurs biens. Celui dont les biens depasse son dû (salaire+FC) est trimballé devant les juges pour se justifier

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 16:59, par TIENFO En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Citoyen béta, il ne peut y avoir de solution toute faite. Ça me rappelle le film TITANIC. Le navire a été conçu avec la plus haute technologie sans qu’on ne prévoie suffisamment de secours en cas de naufrage. Malheureusement le naufrage est survenu et on a vu les conséquences. Dame Rosine l’ingénieure hors norme a agi comme le bâtisseur du bateau TITANIC en son temps avec la suppression immédiate des avantages de ses propres agents sans prendre au sérieux les éventuelles conséquences à ramifications diverses.
    Qu’on le veuille ou non la crise est là et réelle.
    Que les « ministres techniciens » parvenus évitent les propos va-en-guerre du genre le gouvernement ne reculera pas. Il est temps que certains membres du gouvernement arrêtent de jouer à la politique de la terre brulée. Ils savent qu’ils ont encore tout au plus 18 mois au gouvernement. De telles allégations ne sont pas d’un homme politique. Ce sont des propos de « grin de thé ».
    Pour le cas du MINEFID, le vin est tiré et il faut le boire en dialoguant avec sincérité et dans la courtoisie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 11:48, par NEUTRE En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019

    Très belle analyse pour l’internaute TIENFO.
    Il faut dépassionner les débats et faire des propositions concrètes de sortie de crise au lieu que certains ministres continuent de dire " le gouvernement ne reculera pas.".
    Un gouvernement qui dit prôner la justice et l’équité mais qui continue tranquillement à favoriser d’autres fonctionnaires et vouloir brimer les financiers. Si on parle de justice et d’équité pourquoi le gouvernement a fermé ses yeux sur les acquis d’autres fonctionnaires ?
    Avec cela , on veut sacrifier les agents du MINEFID.
    Mais une chose est sure et certaine : les agents du MINEFID ne seront pas les dindons de la farce de ce régime

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés