Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nous devrions apprendre à ne pas attendre l’inspiration pour commencer quelque chose. L’action génère toujours de l’inspiration. L’inspiration génère rarement de l’action» Frank Tibolt

Cyclone au Mozambique : Le bilan humain « pourrait dépasser les 1000 morts »

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 19 mars 2019 à 13h53min
Cyclone au Mozambique : Le bilan humain « pourrait dépasser les 1000 morts »

Au Mozambique, l’heure est au décompte après le passage du cyclone Idai. Dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 mars 2019, un cyclone d’une extrême violence s’est abattu sur le pays, causant d’importantes pertes humaines et matérielles. Environ 84 morts ont pour l’instant été constatés au Mozambique. Les autorités craignent que le bilan ne s’alourdisse, en raison des pluies torrentielles qui se déversent sur le pays depuis jeudi soir. Plusieurs barrages ont cédé ou menacent de le faire dans les prochains jours, causant de nombreuses inondations autour de Beira, ville côtière du pays.

Le cyclone qui a balayé en fin de semaine dernière le Mozambique et le Zimbabwe, emportant sur son passage routes, ponts, hôpitaux et écoles, a fait au moins 182 morts mais le bilan pourrait dépasser le millier de morts, a annoncé le président mozambicain Filipe Nuysi au cours d’une intervention télévisée, le lundi 18 mars.

« Pour le moment, nous avons officiellement 84 morts (au Mozambique seulement). Mais quand on a survolé la zone tôt ce matin (...) pour comprendre ce qui se passe, tout laisse à penser que le bilan pourrait dépasser les 1.000 morts », estime le chef de l’Etat. Il informe par ailleurs que « plus de 100.000 personnes ont besoin d’aide alimentaire », ajoutant que les eaux des rivières Pungue et Buzi ont débordé et fait disparaître des villages entiers isolant des communautés. « Il y a des corps qui flottent. C’est un véritable désastre humanitaire", a-t-il déploré.

Mais ce n’est pas tout. Des images aériennes, transmises par l’organisation Mission Aviation Fellowship, montrent aussi des dizaines de personnes bloquées sur les toits de bâtiments en dur, entourés d’eau. Carlitos était chez lui, ce jeudi soir quand le cyclone a tout emporté. « J’étais à l’intérieur de la maison, il pleuvait. On a entendu du bruit, comme si la montagne éclatait, explosait. L’eau a commencé à arriver sur nous, depuis la route jusqu’à chez nous. Lorsqu’on s’en est aperçu, on s’est enfui », raconte-t-il. Dans la région, près de 10 000 personnes sont sinistrées après le passage du cyclone, 873 maisons ont été emportées, 24 hôpitaux détruits et 267 classes partiellement ou complètement englouties, d’après un bilan établi lundi par l’Institut mozambicain de gestion des désastres.

Au Zimbabwe, le dernier bilan du cyclone Idai s’élève à 98 morts et 212 personnes portées disparues, selon le porte-parole du gouvernement, Nick Mangwana. « On a l’impression d’avoir affaire aux conséquences d’une guerre à grande échelle », a estimé le ministre actuellement en charge de la Défense, Perrance Shiri.

Au Mozambique, l’étendue des dégâts à Beira, la deuxième ville du pays avec un demi-million d’habitants, est "énorme et terrifiante", a prévenu la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). « 90% de Beira et de ses alentours ont été endommagés ou détruits », a-t-elle ajouté dans un communiqué. « Les moyens de communication ont été totalement coupés et les routes sont détruites », compliquant grandement les secours », a précisé Jamie LeSueur du FICR depuis Beira.

Lundi, les rues de la ville étaient jonchées d’arbres déracinés, d’éclats de verre et de tôles emportées, a constaté un journaliste sur place. « Les tôles en s’envolant ont décapité des gens, d’autres ont été blessés. (...) Il n’y a pas de secours ici. On est mal », a, pour sa part, déclaré une rescapée Rajina, qui a trouvé refuge dans une échoppe abandonnée. Devant l’ampleur du drame, le chef de l’Etat mozambicain en appelle au renforcement des opérations de sauvetage et a également demandé à ses concitoyens qui habitent près des rivières, de quitter la zone pour sauver leur vie.

Selon les météorologistes, le cyclone Idai pourrait être le plus important dans la région depuis Eline, qui avait causé la mort de plus de 800 personnes au Mozambique en 2000.

Rassemblées par Aïssata Laure G. Sidibé
Sources : RFI, www.bfmtv.com
Crédit photo : www.liberation.fr

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sommet Russie-Afrique de Sotchi : « Nous n’imposons pas notre position ; nous respectons le principe proposé par les Africains », Vladmir Poutine
Crise à Honk Kong : La Chine pointe du doigt les Occidentaux
Prix Nobel de la paix : Le premier ministre éthiopien lauréat 2019
Côte d’Ivoire : Plus de 1000 agents fictifs expurgés de la Fonction publique
Conférence internationale sur le constitutionnalisme pour la consolidation de la démocratie en Afrique : Les participants plaident pour le respect de limitation des mandats présidentiels
Attaque de Boulikessi et Mondoro : Le bilan s’alourdit pour l’armée malienne
Mali : Au moins 25 soldats tués et 15 terroristes abattus lors d’intenses combats à Boulkessi et Mondoro
Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina
Relations France-Afrique sous Chirac : « Une politique de dominés à dominants et ça a toujours été ainsi », Moussa Zerbo, député de l’UPC
France : L’ancien président Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019
Ghana : Une tentative de coup d’Etat déjouée
Violences en Afrique du Sud : Le réseau « AFRIKKI » exige des mesures immédiates pour stopper la vague de xénophobie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés