Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Coopération : Le Japon finance l’aménagement de pistes rurales à Sidéradougou

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • samedi 4 novembre 2017 à 00h17min
Coopération : Le Japon finance l’aménagement de pistes rurales à Sidéradougou

Le Japon finance l’aménagement des pistes rurales dans la commune de Sidéradougou, région des Cascades. Ce jeudi 2 novembre 2017, l’ambassadeur nippon au Burkina, Tamotsu Ikezaki, a paraphé un contrat de don de plus de 94 millions de francs CFA pour l’aménagement de pistes rurales dans les villages de Mê, Gnafongo et Dissiné.

Le pays du Soleil-Levant est engagé pour le bien-être des populations au Burkina Faso. Pour cela, le Japon investit dans plusieurs domaines : l’agriculture, l’éducation, la formation… Le dernier domaine dans lequel, le pays nippon a décidé de s’engager est bien l’aménagement des pistes rurales dans les localités reculées du Burkina Faso.

Aménager les routes pour développer les villages

« Au Burkina comme dans la plupart des pays en développement, les routes rurales représentent la grande partie du réseau routier. Ces pistes jouent un rôle très important sur les plans économique et social du pays dans la mesure où elles permettent aux populations rurales d’écouler leurs produits agricoles, d’avoir un accès facile aux structures sociales comme les centres de santé, les écoles, les hôpitaux, etc. », a indiqué d’entrée Tamotsu Ikezaki, ambassadeur du Japon au Burkina Faso.
Pour apporter sa contribution, le Japon a décidé de financer le « Projet d’aménagement de routes rurales avec des sacs remplis de terre (Do-Noh) ».

D’un coût global de 94 millions 600 mille francs CFA, le projet comporte deux volets. Il vise d’abord à aménager des pistes rurales dans les villages de Mê, Gnafongo et Dissiné. Il s’agit ensuite de faciliter le transfert de technologies au profit des populations des villages couverts par le projet. « Notre objectif est le transfert de la technique Do-Noh au Burkina Faso et permettre une autonomisation des communautés qui n’attendront plus de l’aide pour améliorer leurs conditions de vie », a expliqué Yuko Morishigue, représentante de l’ONG Muchibushinbito qui est partie prenante dans la mise en œuvre du projet.

La technique Do-Noh

Do-Noh est un terme japonais signifiant sac de terre. La technique consiste alors à aménager les pistes avec des sacs remplis de terre. Le Burkina est à sa troisième année d’expérience. Mais avant notre pays, la technique avait permis de construire 130 km de routes dans 25 pays principalement en Afrique et en Asie.
Le village d’Ouratenga est le premier à vivre l’expérience de Do-Noh. Initié en 2014, le projet a permis de nos jours la réalisation de plus de 6 kilomètres de pistes avec des résultats très perceptibles. « Les populations de la zone de Sidéradougou peuvent raccourcir leur trajet de 85 kilomètres pour rejoindre Bobo sans passer par Banfora », a relevé Mme Morishigue.

Le projet est à sa troisième phase. La première avait coûté 97 millions de francs CFA et a permis la réalisation de 2 kilomètres de renforcement de surface et de revêtement simple des routes et 200 mètres de remblai à niveau avec les caniveaux. La seconde phase, estimée à 137 millions de francs CFA a couvert 8 villages dans les communes de Sidéradougou et de Péni. Plus de quatre kilomètres de pistes avaient été réalisées.
Avec cette troisième phase, le Japon compte apporter le développement participatif à la base dans les villages.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Interconnexion des systèmes d’information douanière : Le Burkina, le Togo et le Niger signent un accord
Assemblée nationale : L’ambassadeur des Etats-Unis discute de sécurité avec le chef du parlement burkinabè
Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »
93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro : « Le peuple cubain est fier de l’héritage laissé par le leader de la révolution cubaine »
Question de protocole : Pourquoi il ne faut pas appeler les députés burkinabè « Honorables » !
Coopération : Le président du Faso en Guinée Conakry les 8 et 9 août
Traités de l’Union africaine : Un projet pour aller vite dans la ratification et la domestication
Coopération : Quels sont les intérêts pour la Chine dans le rétablissement diplomatique avec le Burkina Faso ?
VIIIème Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) : « L’exploitation clandestine » des mines préoccupe les deux pays
Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019 : Le président Alassane Ouattara élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle
VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés