Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. » Michelle Obama

Projet « Transition politique et gouvernance communale » : Un bilan jugé très positif par l’INSS

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Rita Bancé/Ouédraogo • lundi 1er mai 2017 à 20h30min
Projet « Transition politique et gouvernance communale » : Un bilan jugé très positif par l’INSS

Débutée le 26 avril 2017, la cérémonie de clôture de l’atelier sur la culture démocratique locale organisé par l’Institut des sciences des sociétés(INSS) en collaboration avec l’Institut point sud du Mali et l’université d’Uppsala en Suède s’est tenue le vendredi 28 avril 2017. Au cours de 72 heures, il s’est agi pour les participants venus du Mali, de la Suède et notamment du Burkina, de partager leurs expériences et de d’échanger autour du thème central qui était « Transition politique et gouvernance communale ».

« Nous avons tenu un atelier scientifique et anthropologique sur la transition politique et la gouvernance communale. Un projet qui a cherché à soutenir les recherches sur la décentralisation et notamment sur comment les communes fonctionnent dans les situations de transition, de changement politique, de bouleversements politiques qu’ont vécus ces pays du sahel à savoir : le Burkina, le Mali et le Niger. L’insurrection politique au Burkina, la situation socio-politique et sécuritaire est compliquée au Mali et au Niger.

Malgré tous ces tumultes, il faut que les communes fonctionnent, il faut qu’on arrive à gérer la cité, les biens de la commune pour que les citoyens puissent avoir accès aux différents services de base (école, santé, l’eau, etc.). Même s’il y a des changements au niveau national, la commune reste une structure très proche des citoyens », tels sont les propos du coordonnateur international du projet, Sten Hagberg à la clôture de l’atelier, le 28 avril dernier.

Egalement, ce dernier a fait savoir que le projet a été conçu pour financer les équipes de recherches, les ateliers, les formations de jeunes chercheurs. Et tout cela a été une réalité, et ils peuvent dire que le bilan du projet après quatre ans de mise en œuvre est très satisfaisant. « Grace à ce projet, il y a une équipe de chercheurs burkinabè et une équipe de chercheurs maliens qui ont été constituées. Il y a des jeunes qui sont en train de faire leurs thèses, et d’autres ont fait leurs DEA », a-t-il dit à titre illustratif.

Bintou Koné

En ce qui concerne les perspectives, leur souhait est que les deux équipes restent ensemble et continuent à faire la recherche. Aussi, que ce projet aboutisse à d’autres projets de recherches.

Les participants ont, à l’issue des travaux, salué la tenue de l’atelier car il a été un vrai moment de partage d’expériences. Bintou Koné du Mali a confié qu’elle repart chez elle bien outillée. Parlant de son pays, elle a confié qu’à cause de la crise sociopolitique et sécuritaire, il y a des communes qui jusque-là n’ont pas encore tenu leurs élections municipales.

Nébié Gaoussou

A l’instar de Bintou Koné, Nébié Gaoussou, du Burkina a lui aussi apprécié très positivement la tenue de cet atelier, surtout la pertinence des communications et du thème. « L’atelier a été très bénéfique pour moi en tant que jeune doctorant. Il m’a permis concrètement d’apprendre beaucoup sur la thématique ( Transition politique et gouvernance communale ) qui fait l’objet de réflexion depuis un certain temps ».

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Fadima Kambou, mission RH au service de la paix
Florence Béouindé (BCB) : « Pour parvenir à la vraie égalité hommes-femmes, il faut donner la même chance à tous depuis la base »
Habibata Adigoun/Somtoré : « Prôner le respect des droits des femmes ne veut pas dire leur donner plus de pouvoir afin qu’elles puissent brimer les hommes »
Dr Jocelyne Vokouma : « Au Burkina, les femmes s’illustrent le plus dans les domaines des sciences sociales et humaines et des sciences médicales »
Clarisse Nadembèga : « Nous demandons aux femmes de se battre pour leur indépendance économique »
Association alliance féminine : Faire de l’indépendance financière de la femme une réalité
Célébration du 8-Mars : « Il faut que les femmes poursuivent le combat mais sans une opposition aux hommes », Julienne Dembélé de l’association Femme et vie
Conflit foncier interreligieux à Bobo-Dioulasso : Quand l’oral et l’écrit se disputent la paternité d’un terrain
Femme dans la recherche : Le règne de la discrimination et de l’autocensure
Tania Tindano ou le miracle de l’éducation inclusive
Burkina Faso : La gendarmerie apprend aux femmes journalistes à se défendre
Abiba Ouoba : L’amazone de la maçonnerie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés