LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Concours directs de la Fonction publique : 14 annulations, 4 arrestations

Publié le lundi 27 octobre 2003 à 11h48min

PARTAGER :                          

Le Comité national de pilotage des concours directs de la Fonction publique a organisé une conférence de presse, vendredi 24 octobre 2003. La rencontre avec les journalistes avait pour but d’informer le public de l’annulation des résultats de quatorze (14) concours directs. Ces concours annulés pour cause d’irrégularités et de fraudes seront repris en décembre prochain.

Composé de fonctionnaires venant de différents ministères, le Comité national de pilotage est un organe de décision et de coordination des opérations des concours depuis la réception des dossiers jusqu’à la publication des résultats. Cette année, suite à des irrégularités et à des fraudes qui compromettent la crédibilité des résultats, ledit comité a décidé d’annuler les résultats de quatorze (14) concours. Ceux concernés sont la douane, l’ENAREF cycle C, les sages-femmes et maeuticiens d’Etat, les agents itinérants de santé, les infirmiers diplômés d’Etat, les garçons et filles de salle, les accoucheuses auxiliaires, les infirmiers brevetés, les adjoints des cadres hospitaliers, les agents techniques d’élevage, les agents techniques d’agriculture spécialisés, les adjoints sociaux et enfin, les attachés des affaires sociales, toutes options confondues.

Raisons évoquées

Selon le comité de pilotage, c’est à l’étape des corrections et des délibérations qu’intrigués par la configuration des résultats, les membres des différents jurys de délibération se sont intéressés de près aux copies des candidats. Ainsi ont-ils remarqué que la majeure partie des admis proviennent d’une seule et même salle de composition et d’un seul centre. On cite en exemple les cas des salles 11, 12 et 20 de Bobo-Dioulasso pour le concours de l’ENAREF cycle C.

Aussi ont-ils constaté que des copies ont été traitées par une seule et même personne au regard des caractères de l’écriture. C’est le cas par exemple des préposés de douanes. Les membres des différents jurys de délibérations ont relevé que des copies présentaient plusieurs caractères d’écriture. Ce qui suppose qu’elles ont été remplies par plusieurs personnes. D’autres copies avaient un contenu uniforme avec les mêmes questions sans réponses. "Ces irrégularités, diverses et très frappantes, ont été relevées dans les centres de Bobo-Dioulasso, Koudougou, Tenkodogo, Ouahigouya, Gaoua, Dédougou et Fada N’Gourma", déclare le secrétaire général du ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, Youma Zerbo qui présidait la rencontre.

Le rapport de la gendarmerie nationale

La gendarmerie nationale a été saisie pour élucider les cas de suspicions de fraudes. Son rapport transmis au premier responsable de la Fonction publique confirme les irrégularités. "Le rapport relève des faits et des insuffisances qui ont entaché l’administration des épreuves dans les centres incriminés et dont les conséquences sont attentatoires au principe cardinal de la compétition et surtout, de l’égalité des chances devant l’emploi".

Au nombre de ces faits et insuffisances, on cite une défaillance dans la surveillance ayant permis aux candidats de communiquer entre eux sur les sujets sous le regard indifférent du personnel de surveillance. Il y a aussi la faveur du personnel de surveillance pour traiter les épreuves au-delà du temps imparti, la soustraction des feuilles de copies des candidats pour les remplacer par d’autres comportant des réponses exactes. Le même rapport souligne l’aide des surveillants aux candidats pour traiter les sujets, l’intrusion de personnes extérieures qui ne sont ni candidats, ni surveillants pour aider des candidats parents ou amis à traiter les sujets. On note enfin la collégialité des candidats communément appelée défense en ligne pour traiter les sujets sous le regard indifférent du personnel de surveillance, l’utilisation non autorisée de documents.

L’enquête de la gendarmerie qui se poursuit pour situer les responsabilités des personnes mises en cause a porté sur des constatations et des vérifications des copies, des auditions de candidats et surveillants. Leurs aveux confirment les mauvaises pratiques des différents acteurs. Plus de trois cents (300) personnes seront entendues par la gendarmerie.

Déjà quatre personnes ont été gardées à vue pour les besoins de l’enquête.

"Les fraudes étant établies, il a été décidé l’annulation pure et simple des concours incriminés dans tous les centres de concours et leur reprise au mois de décembre 2003 dans les centres de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso", conclut Youma Zerbo.

Le choix des deux centres pour la reprise tient compte du coût financier estimé à près de soixante dix millions (70 000 000) de francs CFA et répond au souci de transparence, d’équité et de justice. En vue d’une meilleure reprise des concours concernés, le comité de pilotage a promis de s’atteler à mettre en œuvre les recommandations contenues dans le rapport de gendarmerie. Car le bon fonctionnaire dont la nation a besoin demain, selon M. Youma Zerbo, c’est le candidat intègre d’aujourd’hui.

Enok KINDO et Bouma Ernest NEBIE
Sidwaya du 27/10/03

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier tour