Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Médias : Le premier directeur de la presse écrite, Ciré Ba, n’est plus

Accueil > Actualités > Nécrologie • • vendredi 11 mars 2011 à 09h45min

Le tout premier directeur africain de la presse écrite du Burkina Faso, ancienne Haute-Volta, Ciré Ba a tiré sa révérence, le jeudi 10 mars 2011 à Ouagadougou à l’âge de 81 ans. Il a été inhumé le même jour au cimetière route de Saponé.

Le monde de la communication, précisément de la presse écrite ne bénéficiera plus des conseils de l’ancien, du grand-père, du protecteur, du journaliste... Ciré Ba.

Rappelé à Dieu le jeudi 10 mars 2011, il a été inhumé dans l’après-midi au cimetière route de Saponé. La levée du corps au domicile familial au secteur n°7 de Ouagadougou suivie de l’absoute à la mosquée dudit secteur ont précédé l’acte d’au revoir éternel. C’était en présence des parents, amis, ancien collègues, autorités politiques, administratives et surtout militaires dont le fils aîné du défunt n’est autre que l’officier supérieur, le colonel Aboubacar Ba.

Dans son oraison funèbre, le directeur général des Editions Sidwaya, El Hadj Ibrahiman Sakandé a salué "le confrère à la plume acérée". En nous plongeant dans les archives que vous avez bien voulu faire conserver pour nous, nous relisons avec délectation vos écrits" a dit M. Sakandé. Pour lui, il n’était pas donné en ces temps passés à tout le monde d’aller étudier dans la métropole, particulièrement le journalisme. "Pourtant, vous êtes à notre connaissance le premier africain du Burkina Faso, ancienne Haute-Volta à étudier cette discipline et particulièrement la presse écrite" a relevé le directeur général des Editions Sidwaya.

Il se rappelle que rien qu’en décembre 2009, celui que tout le monde pleure présentement, en dépit de son âge avancé avait accepté faire le déplacement aux Editions Sidwaya "pour voir tes fils et petits-fils au travail et surtout témoigner de ce qu’était le métier de journaliste, il y a 50 ans".

Né en 1930 à Ouahigouya, Ciré Bâ après, ses études primaires à l’école régionale de Ouagadougou, puis ses études supérieures à Bingerville (Côte d’Ivoire) et à Bobo-Dioulasso, a eu la chance de faire partie des premiers élèves que le président Félix Houphouët Boigny a décidé d’envoyer en France pour poursuivre leurs études.

Après ses études dans des écoles et universités françaises, Ciré Bâ regagne le bercail au début de l’année 1959 à la demande du président Maurice Yaméogo pour être nommé le 25 mars 1959 directeur-adjoint du service de l’information. Il fut par la suite nommé directeur du même service après un stage de 10 mois à l’Agence France presse. Sept ans après, il rendit sa démission pour "raisons personnelles".

Ciré Bâ, que la terre du Burkina Faso t’accueille.

Yves OUEDRAOGO<br
Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 11 mars 2011 à 13:37, par doudou En réponse à : Médias : Le premier directeur de la presse écrite, Ciré Ba, n’est plus

    Je vous remercie de l’effort que vous faite chaque jour pour nous informer mais comme on le dit chez nous ce n’est pas encore arrivé. De grâce pour des informations de ce genre donnez nous les photos. C’est important. Pareil pour papa Julien OUEDRAOGO. Bon courage à vous.
    Toutes mes condoléances à la famille Ciré BA.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2011 à 13:09, par Issoufou Joseph En réponse à : Médias : Le premier directeur de la presse écrite, Ciré Ba, n’est plus

    J’aimerais vous demander ce que peut bien signifier une "ABSOUTE" dans une mosquée. Fait-on référence au chant absolve Domine que les chrétiens chantent pendant la messe d’enterrement, ou autre chose ? J’aimerais savoir ... Et que nous choisissions des mots et expressions qui conviennent et qui soient justes. Que par la miséricorde de Dieu, l’âme de Ciré Ba repose en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2011 à 22:27, par Namory En réponse à : Médias : Le premier directeur de la presse écrite, Ciré Ba, n’est plus

    bonjour, je m’excuse mais vous ne pensez pas que l’Homme méritait d’être connu à travers certains reportages, avant de nous quitter ? une fierté pour le Burkina et toute l’Afrique n’est-ce pas !!! c’est important pour la jeunesse burkinabè.
    c’est tout le temps après, que l’on découvre qui était X ou Y dans ce pays. bref ! photo svp. merci
    Paix à l’âme du défunt.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès de SAWADOGO Larba Louis Gilbert : Remerciements
Décès de Yéri Clémence DIARRA née SIB : Faire part
In memoria KI Jean Baptiste Doulaye Corentin
Décès de BAKYONO Jean Luc : Remerciements et faire part
Décès de NIAMEOGO/TRAORE Marie Claire : Remerciements et faire part
Décès de OUEDRAOGO Léocadie Somwoumyan : Remerciements
Décès de BARA MOHAMED STEPHANE ADOLPHE : Faire part
Décès de Traoré Lamine Laurent : Faire part
Décès de Joachim ZONGO : Faire-part et remerciements
Décès de OUEDRAOGO Somwoumyan Léocadie : Faire part
Décès de Jean Marie COMPAROE : Faire part
Décès de KINI née TRAORE MARIAM HORTENSE : Remerciements et faire part
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés