Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Rencontre SOFITEX-cotonculteurs : "Les détracteurs insistent, le coton résiste"

Accueil > Actualités > Economie • • lundi 26 novembre 2007 à 18h53min

La traditionnelle rencontre entre la SOFITEX et les cotonculteurs qui se tient chaque année en prélude à la campagne de commercialisation a débuté sur l’ensemble du pays. Les responsables de la SOFITEX, qui ont une trentaine de localités à parcourir étaient, ce jeudi 22 novembre à Léo, capitale de la Sissili.

"Malgré la vaste campagne d’intoxication et de désinformation menée par ceux qui avaient misé sur la disparition de la filière cotonnière, le coton s’en est assez bien tiré cette année". C’est en tous les cas ce que soutient le délégué de la SOFITEX Ouagadougou, Hado Zoungrana. Même si la production attendue (380 000 tonnes pour la zone SOFITEX, soit une régression de 32% par rapport à l’année dernière) est nettement en dessous des objectifs de départ, la SOFITEX n’hésite pas à qualifier ces résultats "d’honorables". "Et cela grâce à la détermination des producteurs qui a permis de sauver les meubles et de tenir tête aux oiseaux de mauvais augures", a renchéri M. Zoungrana. Dans la province de la Sissili, la production cotonnière, au titre des prévisions, est estimée à 12 000 tonnes contre 14 000 tonnes l’année précédente.
Cela s’explique, entre autres, par l’abandon ou la réduction des superficies consacrées au coton par certains producteurs, la mauvaise répartition de la pluviométrie ainsi que l’inondation d’environ 60 hectares de coton dans le département de Léo.

Au cours des échanges, les responsables de la SOFITEX, après avoir félicité les producteurs de Léo sont revenus sur la situation internationale marquée par la flambée du prix du pétrole qui risque une fois de plus de jouer sur le prix de certains intrants comme l’engrais. Toutefois, il existe, selon eux, une lueur d’espoir en ce qui concerne les cours du coton qui connaissent, ces derniers temps, une remontée. Cette tendance, si elle est maintenue, pourrait permettre de reverser une ristourne aux producteurs.

Toute chose qui fait dire aux responsables de la SOFITEX que la filière a encore de beaux jours devant elle. Et de demander aux producteurs de redoubler d’ardeur et de faire preuve de professionnalisme et d’innovations pour réduire les coûts d’exploitation. Le plus important est surtout de ne pas se laisser influencer par les pourfendeurs de la filière car la SOFITEX estime que pour le moment, aucune alternative n’existe pour lutter efficacement contre la pauvreté en milieu rural en dehors du coton.

Pour les producteurs, il n’est pas question d’abandonner le coton, même si du fait des incertitudes qui régnaient, certains ont dû réduire les superficies de coton. Selon Grégoire Bazié, qui est à la fois encadreur et producteur de coton, la culture du coton est une des rares opportunités qui permet aux paysans d’avoir non seulement des intrants agricoles, mais aussi de l’argent liquide pour résoudre leur besoin quotidien. Afin de donner plus de poids à la filière, les producteurs ont demandé aux responsables d’être toujours à leur écoute, eux qui sont les premiers acteurs. Ainsi pour la campagne de commercialisation, ils ont souhaité que les agents de la SOFITEX fassent preuve d’indulgence au moment des pesées du coton pour ne pas dire de justesse.

De même, la SOFITEX devra œuvrer à ce que les producteurs puissent rentrer rapidement en possession de leur dû. Enfin, ils ont souhaité que la question des assurances qui jusque-là constitue un flou dans leur entendement soit de mieux en mieux éclairer surtout après les inondations observées çà et là au cours de la saison.
Comme arrêté par l’Association Interprofessionnelle du Coton du Burkina (AICB) en mai dernier, le premier choix du coton s’achètera à 143 F CFA/Kg et le deuxième choix à 120 FCFA/kg. Il ne reste donc plus pour les paysans qu’à espérer les ristournes promises en cas de bonne campagne.

Fatouma Sophie OUATTARA

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
14es Journées de l’entreprenariat burkinabè : La Maison de l’entreprise dresse un bilan satisfaisant
Promotion du secteur privé : La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina lance « EcoMédias »
Signature de la Convention du projet « 3 Frontières » entre l’Etat du Burkina Faso et l’AFD
Stratégie nationale de finance inclusive : Le ministère de l’Economie à la recherche de sept milliards de F CFA
Accès à la commande publique : L’ARCOP prépare les chefs d’entreprise pour les marchés nationaux et régionaux
Gouvernance économique : Le CIFOEB examine l’impact de l’insécurité sur les budgets publics
Direction générale des impôts : Le manuel de procédures expliqué aux agents
Programme d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest : L’Union européenne et la Chambre de commerce du Burkina signent une convention
Financement des plans de formation : Le FAFPA sensibilise les entreprises à Bobo-Dioulasso
Lutte contre la corruption : La douane lance une nouvelle stratégie pour « corriger certaines imperfections »
Economie : Les investissements privés restent faibles au Burkina, selon un rapport de la Banque mondiale
Burkina : Le Conseil économique et social préoccupé par les effets des produits chimiques dans l’agriculture
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés