LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Situation des femmes dans la fonction publique : Sur 1589 postes de responsabilité, elles occupent 399

Publié le mardi 17 février 2004 à 08h27min

PARTAGER :                          

Du 13 au 15 février 2004 s’est tenu à la direction générale des routes, un atelier de restitution d’une étude sur la situation des femmes dans la fonction publique. Cet atelier a permis de sensibiliser les participants sur la faible représentativité des femmes, et sur la nécessité de s’organiser pour se promouvoir.

Au Burkina Faso, les femmes représentent environ 52% de la population. Cependant elles ne sont que 14152 salariés contre 58526 hommes. Et 399 femmes occupent des postes de responsabilité dans la fonction publique sur un total de 1589 postes potentiels. C’est ce qui est ressorti de l’étude sur "la situation des femmes dans l’administration publique et privée ", menée par Mme Odile Bonkoungou, secrétaire générale du gouvernement. Sur la base de cette étude, la Coalition burkinabè pour les droits de la femme (CBDF) a réuni des femmes venues des 45 provinces pour réfléchir sur la nécessité de s’organiser pour se promouvoir.

Les analyses ont montré que les difficultés rencontrées par les femmes dans leur carrière professionnelle sont perçues comme des obstacles à leur promotion. Il s’agit notamment du manque de temps pour préparer les concours professionnels en raison de leurs statuts de femme mariée, de la difficile conciliation emploi/ménage, du harcèlement sexuel, du manque de formation et de remise à niveau...

D’une manière générale, les femmes subissent encore de nombreuses inégalités, essentiellement imputables à la persistance d’attitudes sociales enracinées dans l’histoire, les mentalités et les traditions. Et pourtant, les études réalisées sur l’égalité de sexes ont démontré "qu’il ne saurait y avoir de stratégies de développement efficace dans lesquelles les femmes ne jouent pas un rôle central ". Pendant trois jours, les femmes ont cherché les solutions à leur "problème ".

Car "il revient aux femmes de se battre pour forcer l’admiration et occuper les places qui leur reviennent. Les multiples discours politiques en déphasage avec les réalités doivent nous interpeller et nous faire prendre conscience définitivement que le pouvoir ne se donne pas mais il s’acquiert ", soutient Mme Elisabeth Kaboré, présidente de la CBDF.

Des solutions proposées par l’atelier, il est ressorti que les femmes doivent s’engager avec conviction au plan professionnel, cultiver l’autoformation, se former et s’informer, connaître les textes de la fonction publique etc. En outre, il a été mis en place un cadre de concertation pour permettre aux femmes de la fonction publique qui "portent leur statut social comme une croix pendue à leur cours " d’échanger des expériences.

Pauline KABORE <br<
Sidwaya

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique