LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Utilisation de la peinture au plomb : « Environ 9 millions d’enfants burkinabè ont des taux supérieurs à 5 microgrammes par décilitre », Dr Nasser Hassane

Publié le mardi 11 juin 2024 à 22h07min

PARTAGER :                          
Utilisation de la peinture au plomb : « Environ 9 millions d’enfants burkinabè ont des taux supérieurs à 5 microgrammes par décilitre », Dr Nasser Hassane

L’Agence nationale pour la sécurité sanitaire de l’environnement, de l’alimentation, du travail et des produits de santé (ANSSEAT) tient ce mardi 11 juin 2024, à Ouagadougou, un atelier de sensibilisation sur l’utilisation actuelle de la peinture au plomb au Burkina Faso et perspectives. L’activité se tient en partenariat avec l’Organisation non gouvernementale dénommée « Projet d’élimination de l’exposition au plomb (LEEP) ». L’objectif est d’emmener les participants à être des relais des communications qui seront faites, histoire de limiter l’étendue des dégâts que peut causer l’utilisation de ce produit chimique dangereux pour la santé humaine.

« La beauté d’un tapis dépend de la multiplicité de ces couleurs », dit-on souvent. De même, l’allure d’un bâtiment dépend en bonne partie de la couleur qu’on appose à ses murs. Pourtant, dans la peinture, figure une substance chimique qui est le plomb, et dont l’exposition peut être lourde de conséquences sur la santé humaine. C’est dans ce cadre que se tient l’atelier de sensibilisation sur l’utilisation actuelle de la peinture au plomb au Burkina Faso et perspectives, en partenariat avec le Projet d’élimination de l’exposition au plomb (LEEP).

Les participants à cet atelier et les communicants de cette activité, ensemble sur la photo de famille

« Le plomb est un élément chimique. Et pour ce qui est de son intervention dans le cadre de la peinture, il permet l’éclat de la peinture. Il est aussi utilisé dans la poterie, pour donner un aspect brillant aux produits. Mais l’exposition au plomb a de graves répercussions. Par exemple sur la santé des enfants. Cela peut provoquer des lésions cérébrales permanentes, des retards de croissance, l’anémie, un risque élevé de souffrir de maladies mentales cardiovasculaires graves, dans le futur. Il peut même endommager de manière irréversible le développement cognitif, allant jusqu’à compromettre le potentiel d’un enfant et avoir un impact sur ses résultats scolaires », a expliqué Dr Dimitri Meda, directeur de la toxicologie, santé et sécurité à l’ANSSEAT.

Dr Dimitri Meda se réjouit de la collaboration avec LEEP, pour la réduction de l’utilisation du plomb dans la peinture au Burkina Faso

Selon une étude menée par le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), environ 9 millions d’enfants burkinabè ont des taux de plomb supérieurs à 5 microgrammes par décilitre, la quantité minimale qu’il faut pour être vulnérable aux effets du produit chimique. Avec les fabricants de peinture, le message actuel est de trouver d’autres alternatives, pour réduire à la portion congrue les dangers de ce produit. « L’utilisation du plomb n’a aucun intérêt de nos jours. Nous menons des sensibilisations auprès des fabricants, leur disant qu’il faut des alternatives aux pigments et aux siccatifs. L’Organisation mondiale de la santé recommande que le taux de plomb contenu dans la peinture soit inférieur à 90 BPM. Et le but du projet c’est de parvenir à cette limite là pour les peintures au Burkina Faso », a souligné Dr Nasser Hassane, chargé de programme à LEEP.

« On peut bel et bien concevoir des peintures dépourvues de plomb » Dr Nasser Hassane

Outre cela, peuvent être introduits dans le panier de recommandations, « une réglementation contraignante visant à réduire la production, l’importation, et la vente des peintures contenant du plomb, l’accentuation des contrôles pour contraindre les fabricants à changer de produit, créer une concurrence intérieure loyale, et réduire les barrières à l’exportation vers les pays qui réglementent les peintures au plomb ». L’atelier de ce jour vise donc à présenter la situation actuelle de la peinture au plomb et l’étude en cours ; sensibiliser sur les impacts sanitaires du plomb ; réaliser une revue des textes réglementaires en cours au Burkina Faso en lien avec l’utilisation de la peinture ; présenter l’offre de LEEP pour les industries de peinture ; formuler davantage de perspectives et recommandations pour lutter contre l’utilisation du plomb dans la peinture.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique