LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Mise en œuvre du projet ProLait : Les parties prenantes se concertent

Publié le lundi 10 juin 2024 à 17h50min

PARTAGER :                          
Mise en œuvre du projet ProLait : Les parties prenantes se concertent

Ouagadougou abrite ce 10 juin 2024, une concertation nationale des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du Projet d’appui à la mise à l’échelle des unités économiques paysannes du lait (ProLait). Cette rencontre, qui se tient à la suite du lancement officiel du projet, a pour objectif de permettre une meilleure appropriation du projet par les parties prenantes impliquées, pour une mise en œuvre réussie des activités. L’atelier se tient en présentiel et en ligne, avec les acteurs du Mali, du Niger, du Togo et du Sénégal, pays dans lesquels le projet est également mis en œuvre.

Le présent atelier de concertation des acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet ProLait, va permettre de présenter aux participants le contenu du projet, son ancrage et les modalités de sa mise en œuvre, de partager les expériences sur les initiatives des unités de transformation du lait local, mais aussi d’affiner la méthodologie, les modalités et le calendrier de mise en œuvre des activités du projet. A en croire Imelda Agondanou, chargée du projet, il va s’agir de partager avec les différentes parties prenantes des cinq pays (Mali, Togo, Niger, Sénégal, Burkina Faso), les activités qui étaient planifiées, de réfléchir à comment les contextualiser et à affiner la méthodologie de mise en œuvre.

Imelda Agondanou, chargée du projet ProLait

Pour Bassiaka Dao, président de la Confédération paysanne du Faso et trésorier général du ROPPA, représentant le président du conseil d’administration, cette rencontre était une nécessité. « Nous sommes conscients que, de la formulation du projet à sa période de mise en œuvre, des changements sont survenus dans le contexte et que nous aurons à adapter la stratégie initiale et c’est pour cela que nous sommes ici. Nous allons nous approprier du contenu du projet, mieux comprendre nos rôles et responsabilités et réfléchir à une façon plus opérationnelle et efficace de déployer les actions planifiées », a-t-il laissé entendre.

Bassiaka Dao, président de la Confédération paysanne du Faso et représentant du conseil d’administration du ROPPA

Porté par le ROPPA et financé par la CEDEAO, le ProLait veut contribuer à assurer l’accès des consommateurs urbains aux produits laitiers locaux de qualité et en quantité suffisante. Le constat fait, est que l’offre locale de lait peine à satisfaire la demande. « De façon spécifique, nous voulons améliorer la qualité du lait au sein des chaînes de valeur de nos pays. Et pour y arriver, nous voulons utiliser un modèle économique qui va permettre de résoudre les différents problèmes que les acteurs de la chaîne de valeurs lait rencontre. Parmi ces difficultés on note l’approvisionnement en matière première par les femmes, ce qui fait que pour fidéliser les producteurs qui leur livrent le lait, elles leur fournissent de l’aliment bétail », explique Imelda Agondanou.

Le projet va donc accompagner des banques d’aliments pour bétail, avec lesquels les femmes vont collaborer pour fournir des aliments aux producteurs. Le projet va aussi accompagner la mise en contact entre les centres de collecte de lait frais et les éleveurs ainsi que les unités de transformation. Des sessions de renforcement de capacités et des dotations en matériel, sont prévues pour ces différents acteurs, afin qu’ils puissent jouer efficacement leur rôle.

Photo de famille

Le projet met un point d’honneur sur les jeunes et les femmes, qui sont les principaux acteurs de la filière lait. « Traditionnellement le lait est produit par les femmes et les jeunes sont impliqués dans la production de fourrage, la gestion des banques d’aliments pour bétail et la collecte du lait frais. L’idée est de partir de ces acteurs pertinents qui sont déjà dans la filière et de les renforcer », fait savoir Imelda Agondanou. Le ProLait s’étend sur 24 mois.

Armelle Ouédraogo
LeFaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique