LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Santé : « Il faut expérimenter la réflexologie avec des professionnels pour voir ses bienfaits », Estelle Vilon Guezo, spécialiste en médecine alternative

Publié le mercredi 29 mai 2024 à 21h45min

PARTAGER :                          
Burkina/Santé : « Il faut expérimenter la réflexologie avec des professionnels pour voir ses bienfaits », Estelle Vilon Guezo, spécialiste en médecine alternative

La réflexologie est l’une des disciplines de la médecine alternative pratiquée au Burkina Faso. Elle permet de soulager les douleurs sans prise de médicaments. Dans cet entretien qu’elle nous a accordé, Estelle Vilon Guezo, spécialiste en médecine alternative, et réflexologue/physiothérapeute revient sur cette médecine alternative qui selon ses dires, soulage de nombreuses personnes.

Lefaso.net : Qu’est-ce que la réflexologie ?

Estelle Vilon Guezo : La réflexologie est une médecine alternative répertoriée par l’OMS, qui agit essentiellement sur les terminaisons nerveuses de l’organisme pour rétablir la santé dans le corps, le bon fonctionnement des systèmes de l’organisme.

La réflexologie prend-elle en charge toutes les maladies ?

Etant une thérapie holistique, nous pouvons dire oui, mais ne soyons pas très gourmands. La réflexologie est très efficace dans la gestion des douleurs, tout type de douleur. La réflexologie est très efficace dans les troubles neurologiques, les troubles divers de nerf, les troubles fonctionnels, les problèmes de marche, de locomotion après des maladies ou des accidents ou les problèmes de certains enfants qui ont des difficultés à marcher, à parler. Elle est efficace aussi dans les troubles de la circulation sanguine. Nous avons beaucoup de succès avec les personnes qui souffrent des troubles de la tension artérielle, les troubles respiratoires également. Je m’arrête là pour ne pas être trop vantarde.

En rétablissant le déséquilibre dans l’organisme, parce qu’il n’y a des souffrances dans le corps, que lorsqu’il y a déséquilibre au niveau d’un organe, la réflexologie permet au patient de se porter mieux. Je prends l’exemple du nez, quand quelqu’un a une inflammation des sinus frontaux, il a des problèmes de respiration, il peut avoir une grippe et la toux. Mais si ce n’est pas pris en charge correctement, la personne aura des yeux qui larmoient, mais à l’origine, ce sont ses sinus qui ont des problèmes. L’organisme, c’est un tout. Quand il y a déséquilibre quelque part, ça métastase et il y a des effets secondaires sur les autres organes, les yeux vont souffrir, les oreilles vont souffrir, le cou va souffrir. Quand vous avez mal à la dent, vous aurez mal à tête, aux yeux, aux oreilles, au cou et quand ce n’est pas bien traité, il peut même y avoir des douleurs dans d’autres parties du corps. Donc, en rétablissant la douleur au niveau de la dent, vous voyez que les autres organes sont soulagés.

L’autre cas que je rencontre depuis le covid-19, c’est que les personnes qui font les affections respiratoires ont des problèmes aux poumons. Quand le poumon fonctionne mal, la circulation sanguine est affectée, la personne développe une tension artérielle élevée et ceci va demander plus de travail au cœur. Ce qui crée des problèmes au cœur à la longue. Le cerveau travaille trop parce qu’il n’arrête pas de donner des ordres. Le simple problème au poumon affecte déjà différents organes qui sont en relation avec lui et ça va affecter les autres organes qui ne recevront pas assez de sang et d’oxygène pour être nourris parce que le poumon est touché. En rétablissant le simple poumon pour qu’il travaille mieux, nous aidons tout l’organisme à se dynamiser à nouveau. C’est pour cela qu’en réflexologie, nous ne disons pas par exemple que la personne est venue pour un problème de marche, de troubles nerveux au niveau de la sciatique et on va juste se focaliser dessus. C’est vrai qu’on va travailler beaucoup plus ce point, mais on dynamise tout son organisme parce que le problème de base peut ne pas être là et être ailleurs. On cherche toujours, on prospecte jusqu’à trouver la base du problème, parce que dès vous coupez le problème à la racine, c’est fini.

Concrètement comment se font les soins en réflexologie ?

La main est l’outil de travail du réflexologue. Beaucoup travaillent à mains nues. J’ai longtemps travaillé à mains nues, mais maintenant je porte des gants. Nous utilisons la main, une pommade, du beurre de karité ou une huile naturelle, de l’huile d’olive. L’huile, c’est pour faciliter le contact avec la peau du patient, ce n’est pas nécessaire, mais sans huile, il aura beaucoup de douleur. La réflexologie se pratique sur les terminaisons nerveuses. Sur la paume des mains et même derrière, il y a les points réflexes des organes. Donc quand je dis que je travaille la tête, je travaille son point réflexe situé sur la main. Quand quelqu’un vient et que je finis de le consulter, parce qu’on fait d’abord une consultation, je me renseigne sur ses antécédents de santé et sur ses plaintes actuelles, je fais mon diagnostic et j’établis un protocole à suivre pour son traitement. Je détermine aussi le nombre de séances à suivre. Ça peut s’arrêter sur ce nombre de séances ou nous renouvelons après.

Pour les séances, je travaille beaucoup plus sur les pieds, parce que les pieds comportent 7 200 terminaisons nerveuses alors que dans les mains, nous en avons 3 600. J’aime beaucoup plus travailler les pieds, mais ça ne veut pas dire que lorsqu’on travaille les mains, ce n’est pas bon, c’est également très bon. Mais j’aime travailler les pieds, déjà parce qu’il y a plus de terminaisons nerveuses, mais aussi parce que les pieds reçoivent l’énergie de la terre qui guérit, en même temps que l’énergie du soleil entre en nous, l’énergie de la terre entre directement en contact avec les pieds. Avec cet accompagnement de la nature, travailler les pieds donne un résultat plus rapide. Le patient s’assoie en face de moi, je prends ses mains ou ses pieds, j’enduis ma main de beurre de karité, et là commence le vrai travail de réflexologie. Vous savez les terminaisons nerveuses ne sont pas à fleur de peau.

Quand j’appuie tout doucement, c’est juste un massage, mais quand j’appuie d’une certaine manière, je fais de la réflexologie. C’est une différence que les gens ne comprennent pas. Dans beaucoup de salons de massage, les gens disent qu’ils font de la réflexologie, mais si vous connaissez la différence, dès que vous donnez votre pied ou votre main, vous sentez la différence, parce que les terminaisons nerveuses ne sont pas à fleur de peau, mais sont à 3 ou 4 mm en dessous de la peau. Il faut aller chercher avec votre pouce et le mouvement de la chenille, comme la chenille, c’est comme ça que le réflexologue travaille. Quand vous arrivez, on prospecte, il y a des points qui sont durs, ça signifie quelque chose, il y a des points qui sont mous, ça signifie aussi quelque chose.

C’est aussi l’occasion d’inviter la population à consulter les thérapeutes formés et de demander à ceux qui aiment la réflexologie, mais qui n’ont pas la formation, de se rapprocher de nous, comme ça, ils auront la bonne formation et feront l’honneur de ce métier qu’ils aiment, au lieu de salir la réputation de cette belle thérapie.

La réflexologie n’utilise donc pas du tout de médicaments ?

Non, nous n’utilisons pas de médicaments. La réflexologie permet à l’organisme de se régénérer de l’intérieur. En premier lieu, de se détoxifier, en deuxième lieu, de se régénérer et le troisième point, de mieux fonctionner. La réflexologie est une thérapie naturelle et manuelle.

A-t-elle des limites ?

Oui bien sûr. Seul Dieu n’a pas de limites. Même le corps humain a une date de péremption, ce n’est pas la réflexologie qui va se permettre de dire qu’elle n’a pas de limites. Nous rencontrons des cas où malgré tous nos soins, il y a de l’amélioration, mais le résultat escompté n’est pas atteint. Ça arrive dans toutes les formes de thérapie. Ce sont des cas isolés, mais ça arrive que nous n’ayons pas les résultats escomptés.

Vous exercez depuis combien d’années ? Comment pouvez-vous évaluer votre taux de succès ?

J’exerce depuis 2017. En ce qui me concerne, mon taux de succès, sans vouloir être prétentieuse, on peut dire 98% pour ne pas dire 100%. J’ai eu à prendre des personnes en désir de maternité et sur tous ces cas, ça a marché.

J’ai cru comprendre que la réflexologie traite les douleurs et là vous parlez de désir de maternité…

Il y a eu des femmes qui avaient des désirs de maternité, certaines avaient déjà conçu et d’autres jamais. Par la grâce de Dieu, la réflexologie a donné de bons résultats pour ces cas. Nous avons des bébés qui ont déjà cinq ans.

Pour les troubles neurologiques, c’est souvent un succès. Plusieurs personnes qui ont fait des AVC, qui étaient paralysées d’un côté, qui ne pouvaient plus sortir du lit, ont eu gain de cause en réflexologie. Quelle que soit l’affection, en réflexologie, c’est la persévérance. Il faut de la persévérance et du soutien moral pour le patient. Le cas le plus difficile que j’ai eu, c’était une dame de 82 ans qui a fait un AVC et qui ne pouvait plus du tout marcher. Ses deux pieds étaient paralysés et son bras gauche également. On a commencé les séances, tous les jours j’allais chez elle, même le dimanche. Après deux mois, elle était fatiguée, elle n’en pouvait plus. Et ses enfants aussi étaient fatigués, parce que ça devenait cher. J’ai essayé de les galvaniser jusqu’à ce qu’on reprenne. Nous avons fait neuf mois de traitement. Un dimanche, je lui avais dit que je ne viendrai pas parce que j’étais fatiguée. Ce jour-là, elle m’a appelé pour me dire que le matin, elle a pris le déambulateur et elle est allée aux toilettes toute seule. C’était une victoire. Ces petites victoires sont des pas de géant pour les malades. Elle avait essayé beaucoup de soins et ça ne marchait pas. Quelqu’un lui a conseillé de faire la réflexologie. Les séances ont même permis de la soulager d’autres douleurs.

Combien de personnes recevez-vous en moyenne ? Les Burkinabè connaissent-ils la réflexologie ?

Je peux dire oui et non. Dans la sphère médicale, les médecins en général connaissent la réflexologie, mais comme ce n’est pas de la médecine conventionnelle, ils ne prescrivent pas la réflexologie. Mais il y a des médecins qui nous recommandent à leurs patients. En ce qui concerne la population en général, elle ne connaît pas.

Avez-vous une association de réflexologues au Burkina Faso ?

C’est une bonne question. Nous sommes à pied d’œuvre parce que nous avons un réseau africain des réflexologues. Je suis membre et représentante du Burkina Faso, donc c’est l’une de mes missions. Il faut avouer que nous voyons beaucoup de pancartes de réflexologie, mais les gens sont réticents à se mettre en association. Je ne sais pas si c’est parce qu’ils ont appris sur le tas et n’ont pas de diplômes ou pourquoi. Nous devrons mettre sur pied cette association pour avoir un vrai encadrement légal, pouvoir offrir la sécurité aux patients et éviter les dérives.

Combien coûte en moyenne une séance de réflexologie ?

On va dire en moyenne 15 000 F CFA. Ma séance coûte 15 000 F CFA. Mais je connais d’autres réflexologues qui font la séance à 25 000 F CFA.

Peut-on faire de la réflexologie préventive ?

Tout à fait et c’est ce qui est recommandé. En médecine alternative d’ailleurs, c’est la prévention que nous aimons. Quand vous anticipez sur le problème, c’est fini, vous évitez toute perte de temps, d’énergie et les douleurs. Si vous êtes une personne en apparente bonne santé et que vous faites de la réflexologie, du moment où elle va régulariser votre système en entier, en corrigeant les problèmes, la personne ne sera pas surprise par une maladie. Au pire des cas, on va diagnostiquer à l’avance et on prend en charge. Je signale que nous ne travaillons pas en autarcie, nous travaillons avec la médecine conventionnelle parce qu’on recommande souvent aux patients d’aller faire des bilans de santé, des bilans sanguins, des radiographies pour mieux comprendre ce qui se passe. On ne se dit pas qu’on est Dieu tout-puissant et qu’on peut tout faire.

Nous sommes au terme de notre entretien, avez-vous un dernier mot ?

Je voudrais juste inviter l’ALT à voter le nouveau code de la santé qui intègre la médecine alternative. Ça va vraiment aider à débloquer beaucoup de choses. Je veux aussi inviter les médecins à recommander la réflexologie, ça aide beaucoup, ils le savent. Je voudrais aussi demander au ministère de la Santé, d’organiser des formations pour le personnel médical, ce qui leur permettra de mieux connaître la réflexologie et d’en parler aux patients. Pour la population, je les invite à expérimenter la réflexologie, parce que de la même façon qu’on ne peut pas apprécier un pagne plié, il faut expérimenter la réflexologie avec des professionnels formés pour voir ses bienfaits.

Entretien réalisé par Justine Bonkoungou
Photo et vidéo : Ange Auguste Paré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique