LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Projet Weoog-Paani : Tree Aid et l’ambassade royale de Suède sur les traces des réalisations à Toécé, dans le Centre-sud

Publié le mardi 28 mai 2024 à 21h00min

PARTAGER :                          
Projet Weoog-Paani : Tree Aid et l’ambassade royale de Suède sur les traces des réalisations à Toécé, dans le Centre-sud

Mis en œuvre depuis 2019 par un consortium d’ONG dont le lead est assuré par Tree Aid, le projet de gouvernance locale des ressources forestières (Weoog-Paani) arrive à son terme le 31 mai 2024. Mais avant de clore ce projet qui bénéficie du soutien technique et financier de l’ambassade de Suède au Burkina Faso, Tree Aid a entrepris ce mardi 28 mai 2024, une visite terrain des réalisations du projet à Koulpélé, dans la commune de Toécé, province du Bazèga.

C’est après une phase pilote réussie en 2007, que le projet Weoog-Paani a été mis à l’échelle en 2019, dans 25 communes de quatre régions du Burkina à savoir l’Est, le Nord, le Centre-est et le Centre-sud. D’une durée de cinq ans, ce projet, financé par la coopération suédoise au Burkina Faso à hauteur de plus de neuf milliards de FCFA, vise à améliorer durablement les conditions de vie des populations rurales, à travers la promotion de la gouvernance locale des ressources forestières.

À Koulpélé, dans la commune de Toécé, le projet Weoog-Paani a mis en place une forêt communale de 20,73 hectares dont 14 hectares sous certification. Un plan d’aménagement et de gestion de la forêt a été mis sur pied et la forêt a bénéficié d’un reboisement avec 9 205 plants.

La forêt communale de Koulpélé d’une superficie de plus de 20 hectares mise en place par le projet Weoog-Paani fait désormais la fierté de la commune de Toécé

Toujours à Koulpélé, les visiteurs du jour se sont rendus sur le site d’apprentissage et de production forestière mise en place dans le cadre du projet. Sur ce site, interviennent 500 femmes de 22 groupements, dans la transformation et la valorisation des produits forestiers non ligneux. Elles y produisent du beurre de karité dont la certification bio est en cours, du soumbala et commercialisent également le detarium ou kaga en langue locale mooré, du tamarin, du balanitès, de la poudre de néré, des feuilles de baobab séchées, etc.

Ce site comprend une unité de transformation de produits forestiers non ligneux, un magasin de stockage d’une capacité de 100 tonnes, une aire de séchage, un jardin nutritif, un forage de 9m3. Ce site d’apprentissage et de production forestière a permis une autonomisation des femmes et grâce aux formations reçues, elles ont compris la nécessité de protéger l’environnement et de travailler à améliorer la productivité des forêts. C’est d’ailleurs dans le souci de préserver l’environnement que ces femmes valorisent les résidus de leurs productions en les transformant en charbon et briques écologiques.

Le site d’apprentissage et de production forestière a permis à 500 femmes de se lancer dans la transformation de produits forestiers non ligneux et d’améliorer leurs revenus

Awa Konvolbo, présidente de l’Union Lagam Taab La Panga de Toécé a exprimé toute sa reconnaissance au projet Weoog-Paani pour leur avoir permis de se lancer dans la transformation des produits de la forêt, ce qui a permis d’améliorer leurs revenus et conditions de vie. « Avant le projet, nous ne produisions que le beurre de karité et en petite quantité. Nous ne savions pas que les autres produits pouvaient être rentables. Grâce au projet, nous avons su que le néré, le baobab et le detarium sont rentables. Le projet nous a rendus financièrement autonomes. Nous payons les frais de scolarité de nos enfants, leurs soins et nous ne demandons plus l’argent de popote. Nous donnons même souvent de l’argent à nos époux pour leur café. C’est pour vous dire combien de fois, grâce au projet, nous avons désormais les moyens de subvenir correctement à nos besoins », a-t-elle déclaré.

La cheffe de coopération de l’ambassade de Suède, Helen Holm transplante un baobab dans le jardin nutritif du site d’apprentissage et de production forestière

L’ambassade de Suède satisfaite, plaide pour la pérennisation des acquis

Helen Holm, cheffe de coopération de l’ambassade de Suède au Burkina Faso, s’est dite satisfaite de tout ce qu’elle a vu sur le terrain. « Je suis très satisfaite de ce que j’ai vu. C’est évident pour moi que l’investissement fait à travers le projet Weoog-Paani a eu de la valeur pour les communautés et surtout pour les femmes impliquées dans les coopératives (...) Le plus important, c’est la pérennisation de tous ces investissements », a déclaré Mme Holm à l’issue de la visite.

Georges Bazongo, directeur des programmes internationaux de Tree Aid a rassuré que tout est mis en place depuis environ six mois pour assurer la pérennisation des acquis. Ainsi le projet a réalisé des sources d’eau pour les communautés, a entrepris la clôture du site de production et son équipement, du matériel a été remis à cet effet au cours de cette visite et surtout le projet a mis l’accent sur le renforcement des capacités des différents acteurs.

Awa Konvolbo a exprimé sa reconnaissance au projet qui leur a permis d’être désormais financièrement autonomes

M. Bazongo a rappelé qu’au début de la mise à l’échelle, le projet Weoog-Paani a dû relever beaucoup de défis, surtout dans le contexte sécuritaire et humanitaire que connaît le pays. C’est pourquoi il a saisi l’occasion pour saluer la flexibilité du partenaire technique et financier, en l’occurrence l’ambassade de Suède, pour avoir accepté les propositions d’adaptation des zones d’intervention et de la prise en compte des personnes déplacées internes qui n’étaient pas une cible au début du projet. « C’est tout cela qui a permis d’atteindre les résultats que nous avons vu aujourd’hui et qui montrent que quel que soit le niveau de dégradation de nos ressources forestières, les communautés, quand on leur donne le minimum de moyens, ont la capacité d’être résilientes face aux chocs climatiques et dégradations. Les résultats nous montrent aussi que la nature a la capacité de se régénérer quand on lui permet de le faire », a laissé entendre M. Bazongo.

Du matériel a été remis pour permettre l’entretien des forêts et servir également sur le site de production

Arouna Nana, président de la délégation spéciale de Toécé a lui également remercié le projet Weoog-Paani pour les activités réalisées dans sa commune. « En cinq années, les acquis sont vraiment énormes. Ce projet a été bénéfique pour la mairie en tant qu’institution communale, les services techniques en tant que structure d’accompagnement et aux communautés locales directement bénéficiaires », a-t-il laissé entendre.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique