LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

Publié le lundi 20 mai 2024 à 21h30min

PARTAGER :                          
Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

Les difficultés d’accès à la ville de Diapaga, située dans la province de la Tapoa (région de l’Est burkinabè), ont entraîné une situation de crise alimentaire préoccupante. Depuis la fin du mois de mars, « des gens se nourrissent de feuilles sauvages pour survivre », en attendant les opérations de ravitaillements, selon un déplacé interne ressortissant de la localité, qui s’est confié à Lefaso.net.

Depuis 2015, le Burkina Faso fait face à une crise sécuritaire sans précédent. De multiples attaques perpétrées pour la plupart contre les civils ont occasionné un déplacement massif d’environ deux millions de personnes, des pertes en vies humaines et des fermetures de services sociaux. Parmi les régions les plus touchées du pays figure l’Est. Au 31 janvier 2024, plus de 29 000 nouveaux déplacements y sont signalés. Et le cauchemar perdure. Dans cette localité, durement touchée par les affres des attaques armées, des habitants craignent pour leur survie du fait du manque de denrées alimentaires, la nourriture qui normalement est un droit fondamental et la base d’un bon développement physique et mental de l’homme. Parmi eux, Jeanne Noula (le nom a été modifié pour des questions de sécurité). Elle est arrivée à Diapaga avec sa famille en 2023. Âgée d’une trentaine d’années, elle alerte sur sa condition de vie dans sa localité d’accueil.

« Depuis quelques jours, nous dormons avec la faim », raconte-t-elle. « Il n’y a plus de céréales pour acheter. On tient chaque jour notre argent pour en acheter, mais on n’en trouve même pas. S’il arrive que tu trouves, le plat coûte cher. C’est en raison de 3 500 à 4 000 FCFA. On vit dans un calvaire accru », soutient-elle. Tout comme Mme Noula, S.T. explique avoir été obligé de fuir de chez lui avec sa famille pour se mettre en sécurité à Diapaga, dans un camp des personnes déplacées internes. Il éprouve également des difficultés pour se nourrir. « Ça fait trois jours que je n’ai pas allumé du feu en famille. Les enfants pleurent à longueur de journée sans secours. Aucune solution à notre niveau. On n’a plus d’argent pour oser chercher, à en acheter. Je me rends dans les différents moulins pour ramasser les résidus de farine versée pour pouvoir faire la bouillie pour les enfants. Dans ces deux jours, même dans les moulins, on n’en trouve plus. Puisque les femmes viennent rarement pour moudre », témoigne S.T.

Agir au plus vite

La situation est similaire pour cet autre chef de famille. Il explique qu’il essaie de s’occuper des 15 membres de sa famille depuis leur arrivée à Diapaga. « C’est vraiment compliqué pour nous, ces deux jours. Il n’y a plus rien comme céréales. Ce petit sachet que tu vois coûte 600 francs au marché (cf. photo) de Diapaga. Il y a plus de 15 jours que je suis en train de chercher des céréales avec mon argent, mais je n’en trouve pas », indique N.D qui a fui les attaques terroristes à Partiaga avec sa famille. Il se demande si cette saison, les personnes déplacées de Diapaga pourront repartir chez elles pour cultiver. « La faim nous fatigue plus à Diapaga. On a plus de solutions », conclut-il. A Partiaga, le soja est devenu l’unique produit alimentaire. En plus du soja, les gens mangent les feuilles de certains arbres, notamment le flamboyant et le moringa, rapporte tristement un habitant qui a requis l’anonymat.

Selon l’aperçu de la situation humanitaire mondiale, 6,3 millions de personnes (soit 27% de la population) auront besoin d’aide humanitaire dans les 13 régions du pays, soit une hausse de 35 % par rapport à 2023. Quelque 935 millions de dollars américains seront nécessaires pour répondre aux besoins urgents de 3,8 millions de personnes ciblées (soit 17% de la population) pour recevoir de l’aide. Selon le CH (integrated phase classification-IPC) de mars 2024, 1,7 million de personnes ont besoin d’assistance humanitaire immédiate.

SL
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 20 mai à 17:34, par Lang En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    « des gens se nourrissent de feuilles sauvages pour survivre »
    Quelle descente aux enfers ! Voila les problèmes fondamentaux alimentaires de base que ce regime militaire issu d’un putsch est et sera incapable de résoudre.
    Au lieu de cela, chaque jour qui passe c’est une nouvelle fuite en avant pour l’établissement d’une dictature, la seule chose qu’un tel régime illégitime et illégal peut faire : Se maintenir au pouvoir peu importe les souffrances de la population !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 19:06, par Choco En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    Oh mon Dieu ? ses témoignages de nos frères et sœurs me déchire le cœur . c’est triste
    De nos jours ya des personnes qui peut faire des jours sans manger.c’est toucher trop a ma sensibilité.
    Je les souhaite du courage mais c’est pas simple pour eux.on espere que l’aide humanitaire arrivera bientôt pour eux .que Dieu entend les cris de leur détresses et des hommes de bonne volonté qui peut venir les soulager.c’est bouleversant.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 19:15, par le juste En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    ce n’est vraiment pas facile pour notre pays dont les dirrigeants sont des amateurs qui ne font que nous enfonces dans le sable mouvant. Notre armée est le principal probleme de notre pays. Comme le disait le régretter Thomas Sankara : Un militaire sans formation est un criminel en puissance. Notre armée n’a pas de hierarchie et chacun reve de devenir président par un coup d’etat. Nous avons un président et son premier ministre qui parlent trop mais n’apportent aucune solution aux problemes de notre pays. Apres avoir fait de nombreux sacrifices de jameaux pour rester au pouvoir notre président pense que tout est permis. L’audit de l’armee est abandonné dans les tiroirs et des nominations de complaisance est le pain quotidien de ce gouvernement. Les populations de l’est et du nord sont entourés des terroristes et meurent de faim et meme que son village natale Nouna avait ete envahi par les terroristes. les capitaux de nos hommes d’affaires sont investit dans les pays voisins en dehors de l’AES. Il suffirait d’un coup d’etat dans un pays menbres de l’AES et l’on ne va plus parler de ce groupe. Vivement que le Seigneur ramene la paix dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 21:10, par HUG En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    Quelqu un avait dit que les gens mangeaient des feuilles quand il prenait le pouvoir. Plus de 16 mois aprés qu est ce qui a changé ?Qui vivra verra.Courage a nos frères de la tapoa.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 01:32, par Bob En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    C’est vraiment triste, vivement que cette horrible guerre prenne fin. Date t elle de 2022 ? Le MPSR Il est il le seul régime à avoir géré cette situation de pénurie extrême ? Avec ces témoignages que valent les plaintes et recriminations des victimes de DÉLESTAGE ou des orphelins de la liberté de presse ? Ces témoignages montrent la dérision de ces chevaliers de la démocratie et de la liberté d’expressio qui se croient MALHEUREUX. Sont ils aussi malheureux que ces 28% de burkinabé qui risquent de mourir de faim ? Ces témoignages ne doivent pas faire honte seulement à IB ou au gouvernement, mais aux 22 millions de burkinabé incapables de s’entendre sur l’ESSENTIEL, la SURVIE de la NATION. Que de frustration, que d’ambitions démesurés, que d’intérêts égoïstes contrariés qui INFECTENT la vie de la nation. J’espère que le journal livre ces témoignages pour que tout le monde comprennent que la majorité des burkinabé a FAIM. Le poète parle de faim de liberté parce qu’il a la panse pleine,mais ici ce n’est pas une vue de l’esprit,on a FAIM on manque de NOURRITURE. Que tous ces gens bien nourris pensent à nous qui ils taisent leur querelles et trouvent des solutions. Évidemment que je n’ai pas faim sinon je n’aurais ni le temps ni l’envie d’écrire ces lignes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 06:16, par La pensee En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    Comme quoi on se fait rattraper par les propos quand on prenait le pouvoir.j’ai vu de mes propres yeux des gens manger des feuilles dans le centre nord.q’on t-il fait ? Le BF traîne tjrs des démons.A quand la fin ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 07:39, par TNK En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    Voilà les vrais problèmes qui commencent à sortir. Au lieu de résoudre ce problème c’est des discours à répetition à n’en pas finir. Les grands diseurs ne sont pas des grands faiseurs et l’apparence n’est pas une réalité

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 07:52, par Commando Léger En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    C’est très triste lire cette souffrance de la population. On voit bien que la politique de cette transition est formidable. Dans quelques jours le mandat "du cherif" sera prolongé. Franchement j’admire beaucoup l’aveuglement de tous ces gens qui crient chaque jour vive IB & Co. Quelle honte !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 09:24, par YOULOS le vrai En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    On ne peut pas faire de l’omelette sans cacher les œufs, et le planteur ne vit pas heureux au moment de la plantation.Il y a de l’exagération dans les dire de ce rapporteur, vous dites que les 13 régions du pays ont besoin de l’assistance humanitaire il y a des régions. Je vous apprends que jusqu’à présent le plateau central n’est pas touché par les attaques terroristes. Avant l’arrivée des militaires les besoins en assistance humanitaire étaient au summum dans certaines localités, aujourd’hui il y a un avancée positive car beaucoup de localités sont ravitailler. Ces régimes que vous réclamez démocratique ont placé dans le cervelle de la majorité des Burkinabè que la vie au BF est une gingle qui se mesure dans l’obstination de la corruption et à la puissance des beaux discours ainsi qu’à la logique des mensonges négativement fertiles pour duper la masse populaire. Par le fait de ces démocrates le Burkina Faso, pays des hommes intègres, a perdu tout son sens. Il n’y a qu’à observer un peu l’attitude des adeptes de la démocratie de la basse population, bcp ce sont transformés en PDI, ils détournent l’aide alimentaire des pdi, surtout de la population vulnérable, rien que l’an passé les wayignants ont alerté les autorités d’un camion citerne rempli du riz de la SONAGES. La démocratie de manière implicite à légaliser les crimes dans ce pays. Qu’est ce qu’on n’a pas vécu avec les régimes démocratiques ? Bon courage aux autorités de la transition Burkinabè, et bon courage aux populations touchées, la victoire totale est proche !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 14:51, par SOME En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    Faut-il rappeler à certains que nous sommes en guerre ? Non ils le savent très bien et sont au front contre ce pays. Donc inutile de leur répondre : ils sont au front sur internet et autres pour combattre contre pays. Ils sont campés la pour tirer sur tout ce qui permettrait à ce vaillant peuple de s en sortir. Ils sont payés pour ça. Et cela il faut le rappeler de temps à autre afin d ouvrir la conscience politique de certains. Tous ces mercenaires trolls etc qui restent aux aguets tirer sur la transition, on ne vous ignore point, mais nous savons (et vous le savez aussi) que nous gagnerons. Nous avons déjà gagné et c’est cela qui rend fou de rage. Mais c est une loi de la Nature : la Lumière vainc TOUJOURS les Ténèbres
    La patrie ou la mort nous vaincrons
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 15:28, par Kado En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    Courage a vous chers frères et sœurs de la Tapoa. Que Dieu fasse grâce.
    Son Excellence a surement entendu vos cris qui sont aussi douloureux pour lui que la disparition de son homologue Iranien dont il exprime sa compassion comme suit :
    « C’est avec tristesse que j’ai appris la disparition du Président de la République islamique d’Iran, Ebrahim Raïssi, ce dimanche 19 mai 2024. En cette douloureuse circonstance, j’exprime au nom du peuple burkinabè et au mien propre, mes sincères condoléances et toute ma solidarité au peuple ami et frère d’Iran. Je salue la mémoire d’un dirigeant engagé pour la défense des intérêts de son peuple et pour la souveraineté de son pays », a exprimé le capitaine Ibrahim Traoré, relayé par la page Facebook de la présidence du Faso, peu après 10h, ce lundi 20 mai.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 18:30, par Commando Léger En réponse à : Crise alimentaire dans la Tapoa : Des personnes déplacées internes crient à l’aide

    @SOME, les leadeurs de cette transition ont trahi le peuple. Ils doivent reconnaitre leur échec plutôt que vouloir détourner le peuple de la réalité. Hier c’etait la France la cause notre problème, ensuite ils en voulaient à l’élite au Faso. Maintenant ceux qui osent critiquer sont traités d’apatrides, d’ennemis du peuple, ceux qui tirent sur la transition, etc... mais pour qui vous vous prennez ? Mr Some, mangez vous dans la poche du MPSR2 ? Si vous êtes corrompu, les gens ont le droit de dire ce qu’ils pensent. Si vous n’aimez pas ce que vous dis, alors venez me croiser à Liège.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique