LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/ Lutte contre le paludisme : Les journalistes invités à s’impliquer davantage

Publié le mercredi 15 mai 2024 à 15h31min

PARTAGER :                          
Burkina/ Lutte contre le paludisme : Les journalistes invités à s’impliquer davantage

Le Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme (SP/Palu) a organisé une rencontre d’informations et d’échanges avec des journalistes, ce mardi 14 mai 2024 à Ouagadougou. Ce rendez-vous entre dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, dont la cérémonie officielle est prévue le 17 mai prochain à Gaoua, dans la région du Sud-Ouest.

À travers cette rencontre, le Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme (SP/Palu) veut l’accompagnement des hommes et femmes de média pour la sensibilisation des populations aux mesures à prendre pour lutter contre le paludisme. Mais également toucher les décideurs afin d’avoir davantage leur engagement dans la lutte contre le paludisme.

Pour lutter efficacement contre le paludisme, le SP/Palu veut travailler dans l’équité et le respect des droits humains. Il veut que tout Burkinabè puisse bénéficier de soins dans le cadre du traitement du paludisme et de la lutte contre la maladie.

Le Dr Sidzabda Kompaoré, le secrétaire permanent du Secrétariat permanent pour l’élimination du paludisme, invite les populations à observer les mesures d’hygiène pour éviter le paludisme

« Nous travaillons de telle sorte que les médicaments et les tests de diagnostic gratuit puissent atteindre les populations les plus décentralisées. Et nous faisons de telle sorte que les agents de santé à base communautaire soient davantage impliqués dans cette lutte. Cela veut dire que tout agent devrait être à mesure de diagnostiquer et de traiter le paludisme au sein de sa communauté. Cela permet de prendre le paludisme très tôt en charge et d’éviter les cas de complications qui devraient malheureusement être conduits vers des formations sanitaires », a indiqué le secrétaire permanent pour l’élimination du paludisme, Sidzabda Kompaoré.

Il a aussi rappelé que la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans et pour les femmes enceintes vient lever une barrière financière pour ces personnes vulnérables face au paludisme.

Dr Yacouba Nombré médecin en santé publique au SP/Palu présentant les activités menées par le SP/Palu dans le cadre de la lutte contre le paludisme

Dans une présentation, Dr Yacouba Nombré, médecin en santé publique au département en charge de la prévention médicamenteuse SP/Palu, a souligné que le taux de mortalité liée au paludisme est toujours élevé au Burkina Faso. Il exhorte donc les populations à nettoyer leur cadre de vie, à éviter les eaux stagnantes devant les portes ou même à l’intérieur des cours. Le médecin invite également à dormir sous une moustiquaire imprégnée.

Participant à la formation, Abdoul Rahim Tapsoba dit d’être rendu compte que malgré des années de lutte contre le paludisme, il reste encore de nombreux défis à relever. Le journaliste note que les hommes et femmes de média ont un grand rôle à jouer dans la lutte contre le paludisme.

Rama Diallo
LeFaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier tour