LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

Publié le lundi 15 avril 2024 à 21h47min

PARTAGER :                          
Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

La coordination nationale des associations de veille citoyenne/section Boucle du Mouhoun (CNAVC/BMH) a organisé un point de presse, le jeudi 11 avril 2024 à Dédougou, pour se présenter à l’opinion. A l’occasion, la nouvelle coalition régionale d’associations a affirmé son soutien entier à la transition et notamment à son chef, le capitaine Ibrahim Traoré. Elle a livré, face aux journalistes, sa lecture de la situation nationale relative, entre autres, aux questions d’élection, de la lutte contre l’hydre terroriste pour la reconquête du territoire national et l’actionnariat populaire. Toutefois, la CNAVC/BMH n’est pas allée du dos de la cuillère pour traiter certains confrères de « journalistes apatrides, pourris et corrompus » ou encore de « valets locaux de l’impérialisme » ; les accusant d’avoir osé poser des questions qu’ils « ne devraient pas poser ».

La coordination nationale des associations de veille citoyenne/section Boucle du Mouhoun (CNAVC/BMH) compte désormais parmi les gardiennes de la transition politique en cours au Burkina Faso et dirigée par le capitaine Ibrahim Traoré. C’est une coalition portée sur les fonts baptismaux par cinq organisations locales de la société civile (OSC). Elle se fixe pour mission de mener des actions de sensibilisation afin de convaincre les populations de la région de la pertinence du chemin tracé par la transition, selon la coordinatrice de la section, Salimatou Compaoré.

La CNAVC/BMH se positionne donc comme le porteur, au niveau régional, « des idéaux du président capitaine Traoré, de la transition » et la défenseuse des « intérêts des Burkinabè épris de paix face à cette guerre qui nous a été imposée par l’impérialisme et ses valets locaux ». Pour assurer cette veille citoyenne, la coordination régionale dit être bien structurée jusqu’au niveau communal pour accomplir au mieux ses tâches. Elle a, au cours de cette conférence de presse, appelé la population de la Boucle du Mouhoun à adhérer à l’actionnariat populaire pour entreprenariat communautaire (APEC). Selon le principal animateur du point de presse, Bouapoba Tiaho, « l’APEC est une opportunité que le président nous offre d’être des actionnaires dans notre pays ».

Bouapoba Tiaho, principal animateur du point de presse

« Pas d’élection tant que … »

Dans la déclaration qu’il a livrée, M. Tiaho a salué les acquisitions de matériels militaires au profit des forces combattantes. « Aujourd’hui, on est fier de l’équipement militaire moderne de taille acquis permettant à notre armée de prendre le dessus sur les forces du mal », a déclaré l’orateur. Le porte-parole de poursuivre que ces actions traduisent la vision du président Ibrahim Traoré dont la dynamique est de faire du Burkina Faso, « un pays souverain où c’est d’abord l’intérêt du Burkina qui compte ». Quant aux réformes politiques et économiques enclenchées par la transition, elles emportent l’adhésion de la CNAVC/BMH.

Pour les conférenciers, la vision de l’Alliance des États du Sahel (AES) soustrait le Burkina Faso de tout engagement vis-à-vis de la CEDEAO. Cette organisation internationale, selon eux, aurait montré ses limites et ne se préoccuperait pas de la situation sécuritaire, mais plutôt s’intéresserait à l’organisation des élections. « La lutte engagée ne saurait être interrompue par un quelconque calendrier. Pas question d’organiser les élections tant que le pays n’est pas libéré des forces du mal », ont-ils alerté. Ceux-ci encouragent le gouvernement de transition à poursuivre la lutte pour la reconquête du territoire, la refondation du système de gouvernance et pour bouter l’impérialisme hors des frontières du Burkina. Se réclamant fièrement « des Wayignans », Mme Compaoré et ses camarades ont mis à profit cette tribune pour dénoncer et mettre en garde « les organisations politiques et leurs complices qui tentent de perturber et de saboter les actions de la transition ».

Au premier plan, des journalistes à la conférence de presse

Des questions interdites

Curieusement à cette rencontre avec les hommes de médias, il y avait des questions qui fâchent et qu’il ne fallait du tout pas poser. Des journalistes l’ont compris, mais un peu tard et à leurs dépens. Ces confrères ont eu la curiosité journalistique de chercher à savoir, entre autres, les sources de financement de la CNAVC/BMH et le silence qui a caractérisé les organisations membres de cette coordination après l’arrestation du secrétaire général du Mouvement Sauvons la Kossi (MSK), Gérard Ismaël Sanou, le 19 mars 2024 à Ouagadougou, surtout que ce dernier est de leurs rangs. Il n’en fallait pas plus pour que les esprits se surchauffent dans la salle des fêtes de la mairie de Dédougou.

Salimatou Compaoré, coordinatrice de la section Boucle du Mouhoun de la CNAVC

Les slogans du genre « les journalistes pourris, à bas », « les journalistes corrompus, à bas », « les journalistes apatrides, à bas », « les valets locaux de l’impérialisme, à bas » ont empoisonné l’atmosphère pendant une bonne partie de la conférence. Le présidium, loin de calmer le jeu, enfonce le clou en ces termes : « Ce sont des questions qui ne doivent pas être posées ».

Yacouba SAMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 15 avril à 14:19, par Alhamdulilah En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Alhamdulilah, on rend grâce à Dieu car ils n’ont pas boxé les vaillants journalistes. Que voulez vous chers journalistes si la page officielle de soutien a la transition Anonymous appelle publiquement à égorger nos compatriotes des impôts en publiant leur photos et numéro de téléphone, il y a eu les menaces de machettes télévisées, le gouvernement n’a dit mot. La caractéristique principale de certains soutien à la transition c’est leur violence, extrémisme. Comme ils sont protégées ils ne font que s’enfoncer. Au Burkina actuellement c’est la haine et l’intolérance qu’on cultive. Ce qui est désolant, malheureusement le silence des autorités les encourage. Ce que je propose aux journalistes qu’on qualifie d’apatride, c’est de faire un communiqué pour suspendre toute couverture des soutiens radicaux jusqu’à présentation des excuses. S’ils veulent l’AIB et la RTB viendront couvrir les djandjoba. Puisse Allah nous éviter le pire au Burkina car j’ai l’impression que la haine est profonde.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 14:20, par A qui la faute ? En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Pourquoi vous perdez votre temps à couvrir des attroupements d’opportunistes sans aucune conviction ?
    En regardant simplement les photos vous savez bien que ce ne sont pas les personnes les plus patriotes au point de traiter d’autres d’apatrides.
    C’est ce que les faux révolutionnaires ont fait et se sont révolutionnés entre eux.
    On ne peut pas continuer à payer pour arroser des personnes inutiles

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 14:48, par saam En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Vous avez bien commencé mais mal terminé les gars !! Ces journalistes sont burkinabè au même titre que vous et font leur boulot !
    Si vous n’avez pas la trempe pour répondre clairement et avec discipline aux questions qui vous sont posées, n’organisez pas de conférence !
    Si vous soutenez vraiment la transition, soyez intègres et ayez de la tenue ! Avec ce comportement, vous ne faites pas du bien à la transition, au contraire !! revoyez-vous !!

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 15:09, par jan jan En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Pauvre pays pauvre, que le Seigneur vienne secourir cette contrée avant que Lucifer et ses apôtres terminent avec pays.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 15:28, par AIME IB En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    C’est inquiétant ce qui se profile avec un discours de jour en jour plus belliqueux et prêt à en découdre. Que les mannes veillent sur les fils et filles du BF.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 15:56, par TANGA En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Chacun doit tout faire pour ne pas apparaitre si non être un vendu.
    Oui, Plus de la moitié de notre pays était entre les mains des terroristes ; maintenant le pays est de plus en plus libéré.
    Où étaient les politiciens qui veulent des élections maintenant ?
    Où sont certains journalistes qui étaient des maîtres penseurs dont les idées ont permis un grand réarmement des terroristes ?
    Voyez, quand on fait partie d’une famille dont les membres ont été chassées de leurs terres, quand on fait partie d’une famille qui a été déchirée par le terrorisme, bref quand on a subit d’une manière ou d’une autre le terrorisme et ou ces effets, on ne peut pas comprendre ni pardonner à ceux qui viennent parler d’élections ni de partis politiques alors que c’est sous ces derniers que le terrorisme a gagné du terrain.
    Vous aussi sieur journalistes, vous n’allez pas faire pardon avec certains comportement que vous qualifiez de au nom de la démocratie ou liberté de parole ? Avant vous étiez aussi libres mais personne de vous n’est allé conscientiser les terroristes ; puisque vous êtes forts en paroles.
    Chers journalistes, regardez ce qui se passe là où vous dies qu’il y a la liberté et vous verrez que tant que vous ne parlez pas pour les va en guerre, on vous muselle (occident et Ukraine). Au faso on vous demande seulement de ne pas agacer.
    Ceux chez qui vous avez appris ce métier ne font que accompagner leurs gouvernants malgré qu’ils sont dans l’erreur.

    Répondre à ce message

    • Le 15 avril à 17:19, par Passakziri En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

      @ Tanga “
      C’est quel côté du pays qui est libéré et il y’a combien de déplacés qui y sont retournés et sont installés paisiblement ? Jusqu’à preuve du contraire des localités comme Kantchari, Djibo son sous perfusion et il faut toujours des opérations de ravitaillement. Les 60 km entre Tenkodogo et Ouargaye ne sont pas empruntables. Alors qu’est-ce qui a été libéré où ? Pourtant c’était une question de pétits réglages et le pouvoir ne les intéressait pas . Mon oeil. Vive nos FDS et VDP mais à bas les hommes armés sans foi ni parole, leurs maitres et leurs bons pétits qui pensent avoir enfermé le patriotisme dans une bouteille et qu’ils ne libèrent que quand ils veulent. Pourquoi sommes-nous embourbés depuis plus de 40 ans dans ces mêmes sottises ? Nom de Dieu !

      Pasakziri

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 16 avril à 08:24, par Noaga Ouango En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

      Mr Tanga, ou camarade Tanga, allez vous assoir à Djibo, Nouna, Titao, Dori et leurs alentours, et dites que le pays est libéré. Il ne vous restera plus dans les 2 minutes qui suivent que vos cheveux tellement on va rouiller de coups. Dites-nous la vérité afin que nous puissions sauver notre pays au lieu de continuer à nous mentir pour des prébendes. Vive le Burkina Faso.

      Répondre à ce message

    • Le 16 avril à 13:02, par kwiliga En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

      Bonjour TANGA,
      Pardon, mais votre intervention, qui ressemble à toutes les autres, passe , ce coup ci, complètement à côté du problème.
      Vous alignez des : "quand on a subit d’une manière ou d’une autre le terrorisme et ou ces effets, on ne peut pas comprendre ni pardonner à ceux qui viennent parler d’élections" ou encore "Vous aussi sieur journalistes, vous n’allez pas faire pardon avec certains comportement que vous qualifiez de au nom de la démocratie ou liberté de parole ?".
      Pourtant ici, il n’est nullement question de démocratie, ni d’élections, encore moins de personnes se prétendant victimes directes ou indirectes du terrorisme.
      Non, il est question de connaitre "les sources de financement" et à Dédougou, dès que l’on pose cette question, comme à Ouaga pour "irrisie" d’abord, les "wayiyan" aujourd’hui, comme pour l’organisation du Grand meeting de soutien à la transition, les réponses sont pour le moins évasives et, si l’on insiste, le ton monte rapidement. Et c’est précisément cela qui devrait tous nous inquiéter, on préfère mentir, jusqu’à insulter, menacer, plutôt que ne nous révéler les sources de financement. Est-ce tellement grave, pour qu’on nous le cache à tout prix ? Sont-ils financés par des satanistes, des nazis, Lucifer lui-même, ou pire encore, par des français...? Hé oui, forcément, plus on cherche à cacher les choses, plus la porte est grande ouverte à toutes les hypothèses les plus folles.
      Jamais le peuple du Burkina n’a été autant divisé.
      Le seul endroit ou IB les rassemble, c’est dans les geôles de la sureté nationale.

      Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 16:40, par Alhamdulilah En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Tanga vous faites un hors sujet royal. Les journalistes ont juste demander à vos amis leur source de financement. S’ils n’ont pas de réponse, ils devaient se taire et non insulter. S’ils voulaient ils n’avaient qu’à inviter la RTB et l’AIB, eux au moins n’allaient pas poser des questions. Si c’est le pouvoir, gardrer le éternellement et préserver nous de la division, la haine qui conduisent à l’affrontement et mm à la guerre civil. Nos journalistes ici au Burkina Faso sont des patriotes ils n’ont de leçons à recevoir des révolutionnaires de la dernière heure qui ne sont que des griots des temps modernes.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 16:58, par porto En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Les 500.000.000f commencent a tourner a plein regime.celui qui veut"mettre du sable dedans serra considerer comme un appatride un vendu un"valet local de l’imperialisme"

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 17:10, par Passakziri En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Vous les journalistes il va falloir que vous commencez par vous respecter et vous faire respecter. Vous êtes obligés de couvrir les conférences de presses de gens qui peine à réfléchir. à plus forte raison construire une phrase entière ? Vraiment je ne vous comprends pas , journalistes du Burkina . ne vous vendez quant même pas si moins cher !

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 17:45, par Rodriguez En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Je ne soutiens pas du tout ce derapage malsain des conférenciers du Jour. C’est bien dommage qu’ils s’en prennent au journaliste même si ce dernier a été mal inspiré. Demander à une coalition d’Associations d’où tient-elle ses ressources est une question inapropriée. Un journaliste, c’est comme un diplomate lorsqu’il s’agit de faire parler quelqu’un. A la límite, l’assistance a perçu cette question comme une offense directe car ça sous-entend qu’ils sont manipulés. A vrai dire, toute organisation, toute structure associative se sentirait vexée par une telle question. Comme pour dire qu’ils sont incapables de s’auto-mobiliser ? Qu’à cela ne tienne, la réaction de nos conférenciers du Jour a été vraiment disproportionnée ! Mais comme on le dit, il faut du Tout pour faire un monde...

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 17:51, par Le nouveau sage En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Franchement, la question du journaliste est deplacee comme on le dit !!!!! Curieusement, ils ne posent pas ces quetions a d’autres conferences et paf ils viennent poser ces qustions a une "conference particuliere". La question est ciblee, point barre ! Et puis on dirait que le journaliste en sait trop !!!!! Chers journalistes, Francois a rempli des stades recto-verso mais vous l’avez jamais demande ou il gagnait l’argent !!!!! Vous faites la force aux jeunes !!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 16 avril à 13:30, par kwiliga En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

      Bonjour Le nouveau sage,
      Vous affirmez : "Curieusement, ils ne posent pas ces quetions a d’autres conferences...".
      Alors, d’une part, si vous viviez au pays, vous sauriez qu’il n’existe pas d’autres conférences que de "soutien à la transition", toutes les autres sont interdites.
      D’autre part, les journalistes de 3TV, au tribunal de l’actualité, avaient reçu l’un des organisateurs du grand meeting de soutien à IB, qui s’est déroulé le 17 février au palais des sports de Ouaga.
      Ce dernier s’était montré incapable de répondre aux questions concernant les sources de financement, avait tenté de noyer le poisson et avait fini par s’énerver devant l’insistance des interviewers.
      Voyez, rien de nouveau donc.
      D’ailleurs, Le nouveau sage, d’où viennent vos sources de financement. Non, je plaisante, vos interventions font souvent plus de mal que de bien à ceux que vous chercher à défendre, personne ne paierait pour ça.

      Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 18:00, par Le nouveau sage En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Chers journalistes, maintenant que vous savez qu’on doit pas poser toutes les questions, eh bien, vous devez en faire une NOUVELLE REGLE DEONTOLOGIQUE !!!!! J’ai trop ri aujourd’hui !!!! Les confernciers ont deja une idee sur vous et vous avez une idee sur eux !!!!! Ca s’appelle MEFIANCE !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 21:38, par YOULOS le vrai En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    A Djigbè, à Helétira dans le Sud-Ouest on constate une réinstallation massive des PDI, militairement, socialement, économiquement, on constate un avancé positive de la guerre contre les inconscients à la naïveté passakzirienne, Alhamdulilahienne et portoienne. Cette transition est dirigée par le peuple lui même, en tout cas on l’impression ! Sauf les corrompus, invalidés, partiaux, ayant déjà leur position ne voient en rien dans les résultats remportés de cette transition. Ceux là ils avancent par familles politiques, tant que vous n’êtes pas de leur famille, quelle que soit votre combat ils vous traiterons de vauriens.

    Répondre à ce message

    • Le 16 avril à 15:33, par Passakziri En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

      @ YOULOS le vrai,
      On sent que vous êtes nerveux mais c#est pas grave ; Ca va descendre aussi. En attendant rincez les oreilles et frottez les yeux pour entendre et lire les questionnement qui vous font rougir les yeux. Mais que dit le vieux Ka souvent, elle ne les cassera pas. Sur ce , bonne journée.

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 17 avril à 08:02, par kwiliga En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

      Bonjour YOULOS le vrai,
      Savez-vous comment, parmi les ardents IBéologues et panafriputschistes convaincus, l’on peut reconnaitre ceux qui ne sont pas payés ?
      Et bien, c’est simple ils formulent des phrases de soutien comme ça :
      "Cette transition est dirigée par le peuple lui même, en tout cas on l’impression !"
      Oui, on a l’impression ! On a l’impression, au Ougaland, dans les grands centres urbains. On a l’impression, si l’on ne s’abreuve que de réseaux sociaux et de médias aux ordres ou apeurés. On a l’impression... parce qu’il faut bien garder espoir.
      Et parfois, on donne l’impression, de le croire, pour ne pas être dénoncé comme valet de l’impérialisme occidental par ses voisins.
      Il faut aussi s’interroger. D’où vient-elle cette impression ? De ce que je vis, que je constate quotidiennement autour de moi, en discutant avec mes amis, mes voisins, mes commerçants,... de leur qualité de vie, de la mienne, de nos avenirs... Ou plutôt vient-elle du fait que tout est mis en place pour que certains puissent y croire, pour que nombreux soient ceux qui aient "l’impression" que "Cette transition est dirigée par le peuple lui même" ?

      Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 05:59, par Alhamdulilah En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Youga le vrai, vous venez confirmer ce que j’avais dit. Votre caractéristique c’est les injures et invectives. Désol🤣🤣🤣🤣

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 07:01, par Article 37 En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Ho pays, mon beau peuple.
    ça commence petit à petit et un jour le véritable clash va se produire. Les journalistes prennent des risques en couvrant de tels événements. A la longue, tenez-vous à distance et facebook va communiquer pour eux.

    La transition ne peut pas ne pas finir un jour. Patience seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 14:04, par jeunedame seret En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Rien à regretter, journalistes ! Ce sont les risques du métier. Bon courage de route.

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 14:41, par Le nouveau sage En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    @Kwilga, je voulais repondre a la question concernant le financement et j’ai lu le mot "je plaisante" !!!!! Tu dois feliciter ce precieux mot car mon adrenaline s’elevait a une puissance exponentielle !!!!!! Allez, bonne journee !!!!Vivement, qu’on continue de plaisanter souvent !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 15:30, par HUG En réponse à : Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la transition vire à des invectives contre des journalistes

    Pang toont saabo ti bang saa tooré.La force qui ne finitvpas finira par finir d elle mėme.Qui vivra verra.Qui vit longtemps voit la danse de la.colombe.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique