LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina : De présumés maîtres chanteurs dans les filets de la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité

Publié le vendredi 1er mars 2024 à 12h27min

PARTAGER :                          
Burkina : De présumés maîtres chanteurs dans les filets de la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité

Deux présumés maîtres chanteurs à la webcam, usurpateurs d’identité numérique et cyber escrocs ont été mis hors d’état de nuire par le Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité. Interpellés et auditionnés, ils ont reconnu les faits qui leurs sont reprochés.

Âgés respectivement de 25 et 29 ans, A.I. et D.F., tous deux de nationalité étrangère et résidant à Ouagadougou, opéraient à travers de faux profils pour leur propre compte et facilitaient la commission d’infractions dont le cerveau est un maître chanteur résident dans un pays voisin du Burkina Faso.

A travers de faux profils Facebook « Anita Afa », « Didier Leroy », « Nazzal Salim », « Amanda Kargo », « Diallo Amadou » créés sur la base de numéros pré identifiés, A.I, D.F. se faisaient passer pour des personnes en quête d’amour. Dans leurs échanges avec les victimes, ils jouent aux amoureux et une fois la victime séduite, elle est invitée à poursuivre les échanges sur WhatsApp.

Sur cette plateforme, les présumés malfrats incitent les victimes à réaliser un appel vidéo intime qu’ils enregistrent. Une fois en possession de ces images compromettantes, ils se transforment en maître chanteurs et exigent de l’argent aux victimes, sous peine de divulguer les vidéos sur les réseaux sociaux ou de les envoyer à leurs proches.

A.I, D.F. collaboraient par ailleurs avec certains de leurs compatriotes résidents dans leur pays d’origine et qui utilisent le même mode opératoire. Leur compatriote transférait de l’argent issu du chantage de ses victimes à A.I et D.F. Ces derniers transféraient à leur tour cet argent sur d’autres numéros au profit de leur acolyte moyennant des commissions allant de 5 à 10% sur chaque montant reçu.

Le préjudice financier de cette activité qui a fait plusieurs victimes, est estimé à plus de deux millions de F CFA, à en croire la BCLCC.

Les présumés escrocs et maîtres chanteurs ont été déférés devant le Procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouaga I pour répondre de leurs actes.
La BCLCC interpelle une fois de plus les internautes à se réserver de partager des contenus intimes sur les réseaux sociaux.

Lefaso.net
Source : BCLCC

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier Somgandé