LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina/Education : Les activités du projet FASST passés en revue par le comité de pilotage

Publié le vendredi 1er mars 2024 à 10h00min

PARTAGER :                          
Burkina/Education : Les activités du projet FASST passés en revue par le comité de pilotage

Le comité national de pilotage du projet « Renforcer le droit des filles à achever une scolarité sûre et à temps » (FASST) tient ce jeudi 29 février 2024 à Ouagadougou, sa 4e session. Porté par le consortium Plan international Burkina Faso et la Fondation Strømme et financé par Affaires mondiales Canada, ce projet vise à soutenir l’accès à une éducation de qualité pour les filles et adolescentes burkinabè en âge scolaire primaire et post-primaire des régions du Centre-nord, du Nord, de l’Est et du Sahel. Il est mis en œuvre en collaboration avec le ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales.

Le projet FASST se veut, selon Karl-Frédérick Paul Estrada, représentant résident de Plan international Burkina Faso, une contribution du consortium Plan International-Fondation Strømme et de leurs partenaires à la réponse à la crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso, particulièrement dans le secteur de l’éducation. Lancé en 2020, le projet, financé à hauteur de six milliards de FCFA par Affaires mondiales Canada, a permis d’engranger des résultats forts satisfaisants, malgré le contexte difficile.

Les membres du comité de pilotage vont, entre autres, examiner le rapport d’activités du projet pour l’an 3

Ainsi selon le représentant résident de Plan international Burkina Faso, au cours de la 3e année de mise en œuvre du projet, 369 mentors féminins/marraines ont été formées sur les droits à l’éducation des filles et les compétences de vie (y compris les enfants vivant avec un handicap, la gestion de l’hygiène menstruelle, les mariages précoces et forcés) et comment autonomiser les filles dans leurs quartiers en appliquant des approches transformatrices de genre. 2 214 filles/adolescentes ont été encadrées par les marraines à travers le renforcement de leur confiance et d’estime de soi, le renforcement de leurs compétences de vie courante, ainsi que l’appui en matière de gestion de la puberté et de l’adolescence. Le projet a aussi permis d’offrir des rations sèches à 2 590 filles adolescentes comme motivation pour leur poursuite scolaire, etc. « Le projet a contribué à garantir un accès, équitable et sécurisé à l’éducation, à des filles, des adolescentes, mais aussi à renforcer leur autonomisation. Il leur a surtout donné une possibilité de poursuivre leurs études en renforçant leurs compétences de vie courante. Ce n’est pas seulement l’éducation formelle, mais également l’éducation en termes de compétences de vie qui leur permettent de s’épanouir, de décider et surtout de prendre les meilleures décisions pour elles et leurs familles. Ce projet a contribué énormément aux différentes priorités gouvernementales, mais aussi à l’atteinte des objectifs du développement durable », a indiqué M. Karl-Frédérick Paul Estrada.

Karl-Frédérick Paul Estrada, représentant résident de Plan international Burkina Faso, a souligné que le projet a des résultats satisfaisants au cours de la 3e année de mise en œuvre, malgré le contexte difficile

La 4e session du comité national de pilotage du projet qui se tient ce 29 février sera l’occasion de faire le point des activités menées sur le terrain, ainsi que le point de l’état de mise en œuvre des recommandations de la session passée du comité national de pilotage et d’en formuler d’autres pour atteindre les objectifs du projet qui tire allègrement vers sa fin.

Le gouvernement reconnaissant au projet FASST

Mamadou Diarra, conseiller technique du ministre de l’éducation nationale, a réitéré les remerciements du gouvernement au principal bailleur du projet qu’est Affaires mondiales Canada, au consortium Plan International-Fondation Strømme et aux ONG de mise en œuvre du projet, qui appuient le gouvernement dans son combat pour garantir l’accès à l’éducation aux enfants burkinabè dans le contexte difficile que connaît le pays. « Les objectifs de ce projet entrent en droite ligne des missions assignées au ministère de l’Education nationale par le gouvernement. C’est tout bénef pour nous et donc nous sommes vraiment ravis. C’est pourquoi nous remercions l’ensemble de ces acteurs qui promeuvent l’éducation des filles, mais aussi des autres », a laissé entendre M. Diarra.

Mamadou Diarra, conseiller technique du ministre de l’éducation nationale, félicite l’ensemble des acteurs pour les résultats engrangés par le projet FASST

Lee-Anne Hermann, ambassadrice du Canada au Burkina Faso, a elle aussi félicité l’ensemble des acteurs de mise en œuvre du projet pour les efforts consentis et les résultats atteints. Elle a formulé le vœu que les résultats engrangés durant toutes ces années soient pérennisés.

Lee-Anne Hermann, ambassadrice du Canada au Burkina Faso, plaide pour que les acquis du projet soient pérennisés

Sur ce point, le conseiller technique a rassuré que les activités du projet étant mis en œuvre en collaboration avec les directions techniques déconcentrées du ministère de l’Education nationale, les acquis seront pérennisés.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier Somgandé