LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Inventaire des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’élevage : Des experts nationaux renforcent leurs capacités et échangent sur les outils et dispositifs de mesure

Publié le jeudi 29 février 2024 à 12h15min

PARTAGER :                          
Inventaire des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’élevage : Des experts nationaux renforcent leurs capacités et échangent sur les outils et dispositifs de mesure

Le Centre international de recherche-développement sur l’élevage en zone subhumide (CIRDES) organise, en collaboration avec la FAO (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), du 26 février au 1er mars 2024 à Bobo-Dioulasso, un atelier de formation des experts nationaux. Cette session porte sur les outils et dispositifs de mesure des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur de l’élevage et sur l’utilisation du système GreenFeed pour les mesures directes des émissions de méthane entérique chez les ruminants. La cérémonie officielle d’ouverture des travaux a eu lieu ce mercredi 28 février 2024.

Cet atelier de formation des experts nationaux à Bobo-Dioulasso est prévu se tenir en deux phases. Il s’agit d’une première phase théorique de deux jours, qui va permettre de renforcer les capacités des participants sur les outils et dispositifs de mesure des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur de l’élevage ; et d’une deuxième phase pratique de trois jours. Là, il s’agira de former ces participants sur l’utilisation du système GreenFeed pour les mesures directes des émissions de méthane entérique chez les ruminants. Au cours de cette rencontre, ces experts nationaux vont discuter sur les modalités de mise en place d’un réseau régional des experts sur l’évaluation des émissions de GES du secteur de l’élevage.

Les experts nationaux présents à l’atelier de formation à Bobo-Dioulasso

Ces ateliers de formation s’inscrivent dans le cadre d’un accord de collaboration que le CIRDES a signé avec le bureau sous régional de la FAO, basé à Dakar, et qui vise à mettre le savoir-faire du CIRDES au profit des experts nationaux qui sont en charge de l’inventaire des émissions des gaz à effet de serre dans le secteur de l’élevage. L’atelier regroupe ainsi des experts venus de douze pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Selon le directeur général du CIRDES, Dr Guiguigbaza-Kossigan Dayo, l’organisation de cet atelier est appuyée financièrement et techniquement par la FAO et le projet CaSSECS (Carbon sequestration and greenhouse gas emissions in (agro) sylvopastoral ecosystems in the sahelian CILSS States) financé par l’Union européenne et mis en œuvre par un consortium d’institutions. « Cet atelier va nous permettre d’échanger sur ce qui se fait déjà dans chaque pays, ce que nous savons faire et ensemble nous allons voir comment fédérer les actions pour améliorer la qualité des rapports qui sont produits dans les pays sur les émissions des GES », a-t-il souligné.

Selon le directeur général du CIRDES, Dr Guiguigbaza-Kossigan Dayo, l’organisation de cet atelier est appuyée financièrement et techniquement par la FAO et le projet CaSSECS

L’organisation de cet atelier est née de la problématique de l’élevage et du changement climatique. En effet, les préoccupations environnementales liées en particulier aux gaz à effet de serre (GES) sont au centre de la réflexion sur le développement de l’élevage. Bien que l’activité de l’élevage fasse vivre plus d’un milliard d’habitants de la planète, elle contribue à 14,5% des émissions mondiales de GES (CO2, eCH4 et N20) d’origine anthropique. La fermentation entérique (eCH4), les déjections (N20 et CH4) et la production des ressources alimentaires (CO2, eCH4 et N20) sont les principales sources des émissions du secteur de l’élevage. Dans les élevages de ruminants en Afrique de l’Ouest et du Centre, le méthane entérique est la principale source d’émission de GES d’origine animale.

Le représentant du coordonnateur régional du projet CaSSECS, Dr Mohamed Habibou Assouma, rappelant l’importance d’un tel atelier

Ce gaz est ensuite principalement éructé par les animaux vers l’atmosphère (95%). Les émissions de GES, notamment de méthane entérique, sont la cible d’investigations importantes et émergentes dans les pays du Sud où les informations sont très approximatives notamment en raison d’insuffisance de données, de référentiels et de compétences scientifiques et techniques fiables. Cependant, des valeurs de référence des émissions de méthane entérique des ruminants sont en cours d’acquisition par le CIRDES et ses partenaires au Burkina Faso dans le cadre du projet CaSSECS à travers l’initiative DeSIRA.

Les travaux de recherches qui produisent ces données de base mobilisent un dispositif expérimental installé dans l’étable du CIRDES à Bobo-Dioulasso et équipé d’un système GreenFeed avec tous les accessoires nécessaires pour conduire à la fois des essais de digestibilité et de mesure in vivo de méthane entérique sur des bovins de races locales. La valorisation de ce savoir-faire du CIRDES au profit de la région passera par le renforcement des capacités des services techniques des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en charge des inventaires nationaux sur les mesures d’émission du GES dans le secteur de l’élevage. C’est l’objet du protocole d’accord signé entre le CIRDES et la FAO pour la fourniture d’appui du renforcement des capacités et la mise en place de réseau d’experts sur les mesures d’émission de gaz à effet de serre dans le secteur de l’élevage en Afrique de l’Ouest et du Centre.

La visite de l’étable de CIRDES par les officiels et les participants de l’atelier

L’organisation de cet atelier contribuera ainsi au développement des capacités et à l’interconnexion des acteurs du secteur de l’élevage dans les pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, ouvrant ainsi la voie à une vraie compréhension de la place des animaux dans les cycles du carbone, de l’azote et du phosphore et de l’évaluation de l’empreinte environnementale des systèmes d’élevage. A en croire le directeur général du CIRDES, « Au sortir de cet atelier, nous souhaitons que les experts puissent s’accorder sur la manière dont on peut harmoniser la collecte des données pour avoir une certaine qualité des données, afin de répondre aux engagements que nos Etats ont signé au niveau des accords internationaux. Il est attendu aussi la formalisation du réseau des experts qui va permettre la création d’un cadre d’échanges permanent », a-t-il indiqué.

La photo de famille à l’issue de la cérémonie officielle d’ouverture des travaux

Le représentant du coordonnateur régional du projet CaSSECS, Dr Mohamed Habibou Assouma, a rappelé l’importance d’un tel atelier. « Nous avons voulu cet atelier mixte. Nous l’avons voulu à la fois théorique avec des échanges entre les experts et formateurs en salle, et une partie pratique pour montrer à ces experts les conditions dans lesquelles les références dont on parle sont réellement produites, afin de recueillir leur point de vue », a-t-il laissé entendre. A l’issue de la cérémonie officielle d’ouverture des travaux, les officiels ont été invités à visiter l’étable de CIRDES pour voir le fonctionnement du dispositif expérimental de mesure directe des émissions de méthane entérique sur les bovins avec le système GreenFeed.

Dr Lionel A.M. Gbaguidi est le représentant de la FAO à cette cérémonie

Dr Lionel A.M. Gbaguidi est le représentant de la FAO à cette cérémonie. Selon lui, la priorité de la FAO est d’accompagner les Etats membres à améliorer la production, la nutrition, l’environnement et à améliorer les conditions de vie des populations en ne laissant personne de côté. « Et l’élevage est un moyen très important d’existence des populations dans la région ouest-africaine et sahélienne. On parle de 80 millions de personnes qui dépendent en Afrique de l’Ouest directement de l’élevage. Donc, il était important pour la FAO de travailler avec les partenaires de la recherche de la région pour contribuer au développement du secteur de l’élevage », a-t-il expliqué.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique