LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Koudougou : La souveraineté des ressources naturelles au cœur du premier atelier sankariste

Publié le lundi 26 février 2024 à 11h41min

PARTAGER :                          
Koudougou : La souveraineté des ressources naturelles au cœur du premier atelier sankariste

Le samedi 24 février 2024, la ville de Koudougou a abrité un atelier sankariste, le premier du genre, selon ce communiqué de presse qui sanctionne la rencontre. Société civile, journalistes et étudiants ont échangé sur le thème général qui portait sur les enjeux de la promotion et de la protection de la souveraineté des ressources naturelles.

La « cité du cavalier rouge » a abrité le samedi 24 février 2024, le premier atelier sankariste. Il a rassemblé les acteurs de la société civile, les journalistes, la jeunesse composée en majorité des étudiants de l’Université Norbert Zongo de Koudougou.

Le discours d’ouverture de l’étape 1 des Ateliers Sankaristes a été prononcé par Issoufou Bandaogo, Coordonnateur local. « Nous sommes heureux de vous recevoir ce soir dans le cadre de ce premier atelier qui se déroule dans la belle ville de Koudougou. Ensemble, nous allons faire lever le flambeau du Burkina Faso haut partout dans le monde », s’est-il exprimé.

En effet, cette activité inaugurale des Ateliers Sankaristes a fait un focus sur la situation actuelle du Burkina Faso. « Nous avons porté notre choix sur les enjeux de la promotion et de la protection de la souveraineté des ressources naturelles, comme thème général », a-t-il précisé. Ce thème général a été abordé sous deux angles par d’éminents panélistes : Teel Loé Konaté et Lianhoué Bayala.

« Depuis plus de 8 ans maintenant, le Burkina Faso est dans une situation assez difficile liée à la propension des groupes terroristes. Ce qui empêche l’Etat d’assurer la sécurité complète de son territoire. De l’autre côté, le Burkina Faso est un pays qui dispose d’énormes ressources naturelles et minières, notamment le Zinc, le Manganèse, l’Or et bien d’autres choses », a exposé M. Konaté, Consultant et Acteur de la société civile.

Cependant, il s’est interrogé sur ce qu’on fait réellement de ces ressources naturelles. « Si on sortait une boule de Manganèse dans cette salle, est-ce que vous pourrez le reconnaitre ? Nous sommes dans un contexte mondial où la géopolitique est l’élément central qui définit le cadre de croissance, de décroissance, de prospérité ou de crises dans le monde. Le Burkina Faso, notre pays a le devoir de comprendre le minimum des enjeux politiques de son époque, tout en mettant en avant sa géopolitique et ses ressources naturelles. C’est donc un pôle de force géopolitique incontournable. Ainsi, le contrôle de ces ressources devrait lui conférer une force dans les négociations avec les puissances étrangères, de tout genre », a-t-il indiqué.

A la question de savoir si les ressources naturelles constituent-elles une arme d’expression de la souveraineté du Burkina Faso ? Le Coordonnateur national de Deux heures pour nous, Deux pour Kamita (2HK), Lianhoué Bayala, n’a pas manqué de fonder sa première analyse sur les ressources humaines constituées des jeunes, une arme géostratégique, qui doivent contribuer à valoriser les ressources naturelles. « L’école que nous avons, ne nous a pas préparés à mettre en valeur nos ressources minières. D’abord, on n’en est pas suffisamment conscients. On n’a pas une éducation à la maitrise et à la connaissance de nos propres ressources. Donc, il faut quitter la littérature des ressources naturelles à une pratique de celles-ci, faire en sorte que dans la chaine de transformation, qu’il ait une appropriation totale. Que de l’ouvrier jusqu’au dernier cadre de la transformation des ressources qu’on ait des Burkinabè ».

La découverte des ressources naturelles des pays africains, tout comme le Burkina Faso, ont été faites par les colons. « On doit quitter le carnet géologique des colons pour notre propre exploration et découverte de nos ressources naturelles. Parce qu’aucun étranger ne nous dira quelle est la taille de nos ressources », a-t-il insisté avant d’inviter l’Etat à s’investir davantage « dans cette logique de souveraineté politique pour traduire cela par des actes en envoyant de façon massive, la masse critique des élèves et étudiants en désespoir d’emploi vers des pôles et des pays où on apprend les formes de technologiques adaptées à nos besoins. Ceci en correspondance à la lignée de Thomas Sankara qui avait envoyé des élèves et étudiants à Cuba et dans d’autres pays du monde pour capter et capturer la technologie en vue d’accélérer le destin de bonheur qui nous a promis ».

Cette première étape des Ateliers Sankaristes a, selon le Commissaire Général, connu une parfaite réussite eu égard à la mobilisation impressionnante des participants. « L’engouement que cette activité a suscité nous démontre, ô combien, la jeunesse de Koudougou a envie de débattre des sujets d’intérêt national. Nous avons été plus que satisfaits », s’est réjoui Hassane Bationo. La prochaine étape, rappelons-le, sera le samedi 02 mars prochain à Ouagadougou où le public sera entretenu sur la place de la culture médiatique et numérique dans les enjeux sécuritaires du Faso.

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 26 février à 12:38, par Redpepper En réponse à : Koudougou : La souveraineté des ressources naturelles au cœur du premier atelier sankariste

    Très bien dit. Mais malheureusement, le Burkina Faso est hyper politisé et plusieurs personnes parlent de ce qu’ils ne connaissent pas. Du coup, on a beau avoir un sous sol riche, on ne peut pas en bénéficier dans le désordre. Partout où les mines d’or artisanales sont apparues les niveaux de vie des populations se sont précarisés. Il faut que tous ceux qui parlent soient de plus en plus pratiques. Chacun apporte sa pierre, emploi 10 ou 20 jeunes, pour créer de la richesse, sinon, l’activisme pour activisme, c’est de déjà vu. Et cela n’apporte que la haine et tout ce qui s’en suit.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 20:41, par jan jan En réponse à : Koudougou : La souveraineté des ressources naturelles au cœur du premier atelier sankariste

    Vu que c’est Sankara qui a été utilisé pour faire "pousser" les mauvaises graines en Haute Volta devenue Burkina Faso, tous ce qui se rapporte à Sankara doit être supprimer. Grâce à Sankara, des crimes politiques ont été perpétrés dans ce pays, des crimes économiques n’en parlons pas, le culte de la personnalité a été cultivé, ....etc. Bilan négatif.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Infrastructures : Des journalistes sur la rocade de Koudougou
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée