LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

Publié le vendredi 16 février 2024 à 08h55min

PARTAGER :                          
Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

Les ministres de l’Alliance des États du Sahel (AES) se sont réunis, ce jeudi 15 février 2024 à Ouagadougou, pour discuter principalement de la révision de la Charte de l’AES et de la création d’une confédération entre le Burkina, le Mali et le Niger.

Initialement prévue pour se tenir dans la salle de conférences du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur à partir de 9 h, la rencontre a été ramenée, la veille, au siège de l’Autorité pour le Développement Intégré des Etats du Liptako-Gourma (ALG) sise à quelques encablures ouest du premier lieu et repoussée à 10h. A l’heure indiquée, une annonce ramène la rencontre à l’endroit de départ pour un début des travaux fixés à 11h30 (la salle de l’ALG étant visiblement exiguë). Finalement, c’est à 12h30 que les chefs de délégations font leur entrée dans cette salle de conférence du ministère en charge de la coopération, synonyme de l’ouverture officielle des travaux.

Il s’agissait pour les ministres d’examiner les conclusions de la rencontre des hauts fonctionnaires (experts), 12 au 14 février, aux fins de préparer le sommet des trois chefs d’État de l’AES.

Après une journée d’échanges entre les trois délégations, avec une parenthèse de visite au président de la Transition, capitaine Ibrahim Traoré, la clôture, annoncée pour 17h, a lieu finalement à 21h20.

Elle est marquée par la lecture du relevé des conclusions de la réunion, le dévoilement d’une motion de soutien au peuple du Niger, le discours du ministre d’État, ministre de la défense nationale et des anciens combattants du Burkina, le général de brigade Kassoum Coulibaly.

Des conclusions des travaux, on retient qu’en ce qui concerne la Charte de l’AES, les ministres n’ont pas jugé nécessaire de procéder à sa révision. Cependant, tenant compte des références faites au traité révisé de la CEDEAO dans la charte et au retrait sans délai des trois pays de cette organisation, les ministres ont convenu que le traité portant création de la Confédération prenne acte dudit retrait.

Sur le traité portant création de la Confédération de l’AES, les ministres ont relevé la nécessité de fonder le traité de la Confédération sur les références historiques et propres aux peuples du Sahel. Ils ont, en outre, fait l’option de l’architecture institutionnelle légère comprenant la session du collège des chefs d’État, les sessions du Conseil des ministres et les sessions des représentants du parlement.

Les ministres ont fait des recommandations relatives à l’élaboration d’une feuille de route de la Confédération des États du Sahel ; l’accélération de l’élaboration de la charte graphique de l’AES ; l’élaboration dans de meilleurs délais des projets et protocole additionnel relatifs à la répartition et aux compétences entre la Confédération et les États. Aussi recommandent-ils l’élaboration dans l’urgence d’un projet de protocole additionnel relatif à la libre circulation des personnes et des biens, à la défense et à la sécurité pour faire face aux implications liées au retrait des États de l’AES de la CEDEAO ; la mise en place d’un cadre de concertations en vue de gérer les implications liées au retrait sans délai de la CEDEAO ; l’identification des partenaires stratégiques.

Les ministres ont, en outre, condamné « la confiscation illégale et illégitime des avoirs du Niger par l’UEMOA à travers la BCEAO » avant d’exprimer leur solidarité au gouvernement et au peuple nigériens et d’exiger la restitution sans délai des dits avoirs.

O.L.
Lefaso.net

Crédit-photo : DCRP/MAECR-BE

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 16 février à 11:46, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

    Fédération ou Confédération ? Et pour la libre circulation, le Général Tchiani a déjà donné sa version selon laquelle "les gens ont circulé avant la création de la CEDEAO, les populations trouveront les moyens de traverser les frontières à nouveau". Le Duc laisse chacun spéculer sur une telle conception de la part d’un chef de l’AES.

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 13:53, par Passakziri En réponse à : Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

      C’est juste une divagation dont la durée de vie équivaut à la durée de vie d’un régime putschiste , donc qui ne survivra pas au prochain coup d’état dans l’un de ces trois pays putschogénes , donc maximum deux ans.
      Quant au général Tchiani, le neveau est tellement bas qu’on ne peut qu’avoir pitié pour les nigériens. Franchement , avec ce niveau, c’est insuffisant pour bien gérer une entreprise de 20 personnes dans un avenir radieux , encore moins une commune . Avec des généraux comme celui là , peut-on s’étonner que les terroristes en sandales aient malmené des armées nationales des années durant ? Et puis ca veut se jouer les Sankara . Mon oeil. Ils n’atteignent pas la cheville de Sankara, dans aucun domaine.

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 16 février à 19:17, par Ka En réponse à : Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

      Merci ’’’’’’’Le Duc du Yatenga Nouveau :’’’’’’ Je partage totalement ta contribution car, Venant d’un dirigeant d’un pays comme le Niger en 2024, ses propos manquent de profondeur. On croirait plutôt lire l’opinion d’un quidam de la rue. Lorsqu’on est aux affaires à ce niveau, on est forcément témoin des choses qui feront avancer le pays et non le reculer.

      L’objectivité et l’honnêteté demandent que l’on regarde les apports et les défaillances de chacun de ces responsables putschiste de l’ESA pour en tirer les leçons ou les conséquences.
      La difficulté de ces putschistes, se caractérise par l’absence de culture politique. Comment vous pouvez réussir avec un seul politicien aguerri que le ministre de Goïta ‘’’’’’le Sankara’’’’’’ de l’ESA dont vous êtes obligé de recopier ses objectifs radicaux avec des yeux fermé ? Jusqu’à ce que le premier ministre Burkinabé ne jure que ses idées en confirmant qui lui il est aussi Malien. Le Sankara de l’ESA peut aussi se tromper par rapport a ce le peuple de chaque pays attend de sa transition.

      Et pour le vieux Ka, ‘’’’’’en fait simplement du copier-coller. On veut exactement répliquer ce que fait l’Occident, et a la fin on va juste vers l’autodestruction. Si le copier-coller était parfait, je crois que l’Afrique ne serait pas a la traine aujourd’hui.’’’’’’

      Répondre à ce message

  • Le 16 février à 13:36, par Diongwale En réponse à : Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

    "Les références historiques et propres aux peuples du Sahel", ce sont les frontières coloniales. Ai-je raison de supposer que l’AES, qu’il s’agisse d’une fédération ou d’une "conne-fédération", tiendra à la souveraineté des Etats et défendra mordicus les frontières coloniales ?
    Il serait temps de passer à un panafricanisme débarrassé de ses découpages illégitimes et monstrueux, sinon ce ne sera qu’un africanisme en panne...

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:14, par AES En réponse à : Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

    On tâtonne sérieusement même pour le lieu de la rencontre et de l’heure de début des travaux. On attend de voir si ce machin EAS ou de la CEAS n’est pas déjà mort né ! Est-ce que c’est dans la charte ou feuille de route de la transition burkinabè ? NON ! Ce point n’est pas inscrit dans les missions de cette transition adoptée le 15 octobre 2022. Bref, le président a juré de respecter la charte et la transition mais n’en fait qu’à sa tête !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février à 00:44, par Nimembao En réponse à : Réunion des ministres de l’AES : La marche vers la création de la Confédération Burkina-Mali-Niger est entamée

    Confédération ou fédération, il faut être conscient que les États perdent de leur souveraineté aux dépends de cette entité. Qui est si pressé de nous embarquer dans un tel bateau alors que la CEDEAO pesait lourdement sur les 3 pays ? Pourquoi a-t-on l’impression d’un agenda venu d’ailleurs ?.... Arrêtons et réfléchissons. N’y a-t-il pas au sein de nos sociétés des sujets plus prioritaires ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique