LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

Publié le jeudi 15 février 2024 à 22h05min

PARTAGER :                          
Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

Les ministres de l’Alliance des États du Sahel (AES) sont réunis ce jeudi 15 février 2024 à Ouagadougou, pour examiner les conclusions de la rencontre des hauts fonctionnaires (experts), 12 au 14 février, et en prélude à une rencontre au sommet des trois chefs d’Etat de l’organisation.

En attendant les conclusions annoncées pour ce jour-même, les trois délégations (Burkina, Mali et Niger) ont livré des messages à l’ouverture des travaux, allant de la justification de la création de l’AES aux perspectives en passant par les motifs qui ont conduit dernièrement au retrait de leurs pays de la CEDEAO.

« En effet, la CEDEAO s’est illustrée ces derniers temps comme une organisation de désintégration, car détournée des objectifs pour lesquels elle a été créée, notamment par l’adoption de sanctions illégales, illégitimes, inédites et inhumaines imposées à nos Etats du fait des ingérences extérieures », a déploré le chef de la délégation du Niger, le ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale, le général de Corps d’Armée Salifou Mody, soulignant que la décision de retrait est irrévocable.

Le ministre malien de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga, chef de délégation, note plusieurs avancées depuis la création de l’AES, notamment en matière de lutte contre le terrorisme, grâce à la mutualisation des ressources et des efforts. « Nos braves populations, unies et dignes face à l’adversité, ont su transformer les difficultés en opportunités, notamment en renforçant spontanément leur intégration dans la pure tradition panafricaine. (…). L’AES est et demeurera une alliance d’Etats unis pour une ambition commune, une émancipation de l’Afrique », magnifie-t-il avant d’affirmer l’engagement du Mali de faire de l’AES, un modèle d’intégration multi-disciplinaire réussi.

Dans son discours d’ouverture officielle des travaux, le ministre d’Etat, ministre de la Défense et des anciens combattants du Burkina, le général de Brigade Kassoum Coulibaly, a relevé que ce qui lie et continue de lier les pays et les peuples de l’AES est plus fort que les frontières administratives tracées par le colon. « Cela, nous pouvons en être fiers. (…). Depuis la signature de la Charte instituant l’AES, plusieurs étapes ont été franchies et une certaine dynamique de structuration de notre alliance est enclenchée au niveau sectoriel », a-t-il dit.

O.L.
Lefaso.net
Crédit-photo : DCRP/MAECR-BE

Portfolio

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 15 février à 18:29, par Sans rancune En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Beaucoup de courage aux différents Présidents de nos trois Etats et qu’il n’y ai pas de marche arrière surtout quelque soit les obstacles qu’on rencontrera en chemin.
    Surtout l’intégration réelle au niveau des pays de l’AES doit être opérationnelle à court terme.

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 08:32, par BRAVO En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

      Bien dit. Courage à vous chers leaders, les vrais ! Tant que vous rechercherez le bien de vos populations vous reussirez
      Dans vos recommandations il faudrait prevoir un fond pour soutenir les activités et projets d’integrations AES. Je prend pour exemple la nouvelle compagnie Kangala air express. Soutenez le promoteur afin que les peuples de l’AES puissent se deplacer aisément vu les problématiques routières.
      Bonne chance et protection divine contre les ennemies.

      Répondre à ce message

  • Le 15 février à 20:43, par Kale En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Monsieur le ministre de la défense l’objectif premier c’est la reconquête du territoire et non la création de l’AES.la population de Nouna cri au secours.cette mascarade qui est entrain de se passer dans ce pays juste pour nous détourner de l’objectif premier l’histoire vous jugera et ça sera sans pitié pour vous puisque vous avec votre âge vous devriez être capable de recadrer vos enfants mais par incompétence parce que vous vous ne pourrez jamais être général devant vos promos vous conduisez vos enfants droit le mur on vous jugera.ne soit pas pressé.la souffrance vous la vivrez et puan

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:34, par Sacksida En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Internautes de bonne foi, la fameuse AES n’est qu’un Epiphenomene qui est entrain d’embarquer des gens qui sont ignorants dans les questions des relations Mulipolaires. C’est Comprehensible que le Mali, le Burkina Faso et le Niger se coalisent pour lutter efficacement contre le Terrorisme et le Grand Banditisme desastreux ; et les autres aspects ne sont que la poudre aux Yeux des Populations Inoncentes car ca n’apporterait de changement positifs pour les populations Concernes. Mais des gens continuent des reves Farfelues et Ridicules. Allons Seulement..Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:25, par boss En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Bravo pour la vraie union et la vraie solidarité. Ces actes de suppression des frontières coloniales (enfin) participent aussi à mon avis à la lutte contre le terrorisme. C’est ainsi qu’on pourrait mieux les nettoyer de notre espace ; un bon signal, c’est le fait que les groupes séparatistes commencent à se ranger côté Mali.
    Travaillez sérieusement, donner l’exemple, continuez à être de vrais patriotes ; le chemin est parsemé d’épines, mais il y’a du lait et du miel au bout. Il ne manque rien à nos pays, nous devons juste vraiment enfin travailler pour nos pays et au nom de nos pays. Vous êtes combattus parce-que c’est le bon chemin. Pendant près de 30 ans, ceux qui vous combattent aujourd’hui ont accompagnés et soutenus Blaise et on régime ; pour quel résultat ? Les mêmes soutenaient Damiba, soutiennent Débi fils et le gabonnais... mais fustigent Traoré, Goita et Thiani. A chacun de comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:03, par porto En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Non pour la confederation mais oui pour la coopération accentuée.Les burkinabes ne sont pas vos enfants pour que vous les imposez un confederation.laissez les civils venir regler ce problèmes svp.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:18, par porto En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Non pour la confederation mais oui pour la coopération accentuée.Les burkinabes ne sont pas vos enfants pour que vous les imposez un confederation.laissez les civils venir regler ce problèmes svp.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:35, par kwiliga En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Monnaie commune :
    Le général Abdourahmane Tiani, chef du régime militaire au Niger, a remis cette ambition sur la table dimanche soir dans une interview télévisée, estimant que la création d’une telle monnaie constituait une étape nécessaire pour que le Niger, le Mali et le Burkina sortent de la colonisation et recouvrent leur souveraineté. La semaine dernière, c’est le président de transition burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré, qui abordait le sujet et rappelait sa volonté de couper tout lien avec la France (ce qui nous voir refuser un crédit de 35 milliards). Depuis que ces trois pays ont annoncé leur départ de la Cédéao, le 28 janvier dernier, la création d’une monnaie commune est donc présentée comme une prochaine étape.
    Son possible nom, le Sahel, a déjà été éventé par des personnalités proches des régimes malien, nigérien et burkinabè. Sur les réseaux sociaux, des modèles des futurs billets ont même été proposés, à l’effigie du colonel Assimi Goita, du capitaine Ibrahim Traoré et du général Abdourahmane Tiani.
    Quitter l’UEMOA pour quitter le franc CFA
    Pour lancer leur monnaie commune, les pays de l’AES devront d’abord quitter l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA ), dont les huit pays membres ont pour monnaie commune le franc CFA. RFI a interrogé des économistes et des juristes indépendants, ainsi que des experts internes de l’UEMOA : tous vont dans le même sens, avec des arguments à la fois juridiques, liés aux traités qui régissent l’UEMOA, et politiques, vu le contexte dans lequel la question se pose.
    Du fait de l’histoire de sa construction, deux traités régissent actuellement le fonctionnement de cet espace : le traité UMOA (Union monétaire ouest-africaine) et le traité modifié de l’UEMOA, qui le complète. Les experts sollicités par RFI se fondent notamment sur l’article 3 du traité UMOA, selon lequel « les États membres s’engagent, sous peine d’exclusion de l’UMOA, à respecter les dispositions du présent traité, du traité de l’UEMOA et des textes pris pour leur application », et sur l’article 103 du Traité modifié de l’UEMOA qui fixe les conditions d’adhésion des États membres. Ces textes semblent pourtant laisser une fenêtre de tir aux pays de l’AES, puisqu’ils indiquent qu’un pays ne peut quitter le franc CFA sans quitter l’UMOA, mais sans être aussi catégorique pour ce qui concerne l’UEMOA.
    « C’est vraiment un tout », explique une source au sien de l’UEMOA, qui rappelle que les différentes instances de décision de l’UEMOA sont communes aux huit États membres. Au-delà d’un éventuel débat juridique, les experts interrogés rappellent aussi l’aspect politique de la question : en substance, ils expliquent que les pays membres défendant l’intérêt de leur Union, on voit mal la conférence des chefs d’État de l’UEMOA accepter de laisser trois pays « rebelles » s’affranchir de certaines règles – monétaires – et continuer de bénéficier d’autres avantages, douaniers notamment. Impossible juridiquement, irréaliste politiquement : les experts interrogés excluent donc unanimement cette possibilité...
    Bon, je ne vous met pas l’intégralité de l’article, mais c’est fort intéressant.
    Des articles du Point, du Monde et autres médias impérialistes font également des analyses sur notre autonomie monétaire envisagée...
    Quand je constate qu’après la populiste annonce de la nationalisation de Sossuco, nos dirigeants n’ont pas été foutus de faire ça correctement, et ont, une fois de plus, mis la charrue, alors qu’ils n’ont pas un seul bœuf, je ne peux que m’interroger quant à l’avenir d’une mesure aussi importante...

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 14:10, par Passakziri En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

      Bonjour Kwiliga,
      Eh bien c’est ainsi parce qu’en dehors du populisme ces trois hommes en treillis n’ont rien à proposer. Ceux qui ont l’expertise ont perdre dire la vérité aux monarques , donc ils sont prêts à acquiescer tout non sens. LA bonne nouvelle c’est qu’à l’évidence ces errements ne survivront pas le prochain putsch dans l#un de ces trois états, et je parie qu’il n’excédera pas deux ans.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 17 février à 09:22, par kwiliga En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

        Bonjour Passakziri,
        Merci de me lire.
        Un nouveau putsch, hum, j’en ai bien peur également. Peur, car je ne suis pas persuadé que cela puisse nous amener vers davantage de stabilité et une plus grande cohésion sociale.
        Je vous ai récemment cité car, comme vous le releviez judicieusement, de plus en plus de néo-forumistes, inconditionnels laudateurs de nos putschistes, interviennent, non plus sous pseudo, mais avec leur véritable patronyme... Chacun se targuant de désir de souveraineté, alors qu’ils n’aspirent qu’à un individualiste gombo.
        Hors, comme je l’écrivais récemment, sur la voie de notre souveraineté, il va falloir se serrer la ceinture ou, comme l’annonçait Kyelem, lors de la sortie de la CEDEAO, "faire encore davantage, preuve de courage et de résilience".
        Notre souveraineté, notre dignité, nos idéologies... notre orgueil, exigent de la souffrance !
        Bien entendu, comme tous les internautes, grands adorateurs du nouveau Messie, panafriputschistes convaincus, je ne souffrirais pas.
        Bien calé dans la classe moyenne, financièrement à l’aise, propriétaire de ma maison, de mon véhicule, de mon ordinateur,... je risque seulement d’avoir à réduire certaines dépenses superflues.
        Par contre, je ne subirais ni la faim, ni l’absence d’eau potable, ne manquerais pas de médicaments,... et pourrais même continuer à me payer quelques extras.
        C’est donc à vous, pauvres et miséreux du pays, vous qui représentez ces millions de personnes qui ne sont jamais audibles, vous qui n’avez pas droit à la parole,... c’est donc à vous que le message de Kyelem et de tous les internautes militants s’adresse : "pour la souveraineté, ou pour l’orgueil des autres, il va falloir souffrir", alors crevez la faim, buvez l’eau du caniveau, passez-vous de soins, mettez vos enfants aux feux rouges plutôt qu’à l’école, apprenez à mendier dans les soixante langues nationales,... et au final, mourrez, vous et vos enfants, mais s’il vous plait, faites le dignement, faites le en silence, pour ne pas déranger nos bonnes consciences, pour ne pas troubler nos IBéologiques convictions.
        Par avance, MERCI !

        Répondre à ce message

  • Le 16 février à 11:00, par boss En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Bravo pour la vraie union et la vraie solidarité. Ces actes de suppression des frontières coloniales (enfin) participent aussi à mon avis à la lutte contre le terrorisme. C’est ainsi qu’on pourrait mieux les nettoyer de notre espace ; un bon signal, c’est le fait que les groupes séparatistes commencent à se ranger côté Mali.
    Travaillez sérieusement, donner l’exemple, continuez à être de vrais patriotes ; le chemin est parsemé d’épines, mais il y’a du lait et du miel au bout. Il ne manque rien à nos pays, nous devons juste vraiment enfin travailler pour nos pays et au nom de nos pays. Vous êtes combattus parce-que c’est le bon chemin. Pendant près de 30 ans, ceux qui vous combattent aujourd’hui ont accompagnés et soutenus Blaise et on régime ; pour quel résultat ? Les mêmes soutenaient Damiba, soutiennent Débi fils et le gabonnais... mais fustigent Traoré, Goita et Thiani. A chacun de comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:10, par Sacksida En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

    Merci Internaute Kwiliga pour ces Informations, mais pour peu que l’on ait un Minimum de Connaissances et de Formations sur des Questions Economiques, de Gestion Publique Financieres ou monetaires, je vous reitere que ca serait un Saut dans le Vide a 2000 metres d’altitude sans parachute. Dans les conditions actuelles de crises multiformes : Securitaire Desastreuse, Economiques et Sociales dans ce trois Pays dont les agregats economiques, commerciales et Financieres sont en deficits Chroniques et Structurels. Mais comme des gens veulent rever et penser qu’ils peuvent mieux faire seuls que la CEDEAO de 15 Etats ; attendons concretement et car chacun Prendra sans aucun doute sa part d’approfondissement de la Crise Generale et un affaissement de la Valeur de la fameuse monnaie du Sahel. En tout etat de cause, soit c’est du Populisme, ou bien de la Demagogie Politique pour ce donner bonne conscience ; et contenter une certaine Jeunesse dite "NeoPanafricaniste" car meme Thomas Sankara et la Revolution Democratique d’Aout qui etait plus elaboree militait pour une Monnaie Unique dans le Cadre de la CEDEAO ; et cela a moins d’une situation extremement contraignante. Allons Seulement ! Salut

    Répondre à ce message

    • Le 17 février à 09:33, par kwiliga En réponse à : Espace AES : Les ministres balisent le terrain à Ouagadougou pour un sommet des chefs d’Etat

      Bonjour Sacksida,
      Merci de me lire.
      Et oui, effectivement, comme vous le soulignez, cela sent bon le "Populisme, ou bien de la Demagogie"... ou bien les deux !
      Pour rappel, en même temps qu’il appelle à la création d’une nouvelle monnaie pour nos trois "souverains" états, l’héroïque général de brigade Abdourahamane Tiani du Niger, après avoir abrogé la loi contre le trafic de migrants, annulé les condamnations déjà prononcées à l’encontre des passeurs, se rapproche aujourd’hui du gentil maréchal Khalifa Haftar, dans l’objectif non-avoué, de constituer une lucrative filière d’immigration illégale vers l’Europe, via la Libye...?
      Lucides Jeunesses Africaines, levez-vous et drapés dans votre dignité, abandonnez le continent en vous faisant exploiter par des passeurs véreux qui vous méprisent... c’est l’Afrique qui gagne, en toute souveraineté !
      Cher Sacksida, nous nous rejoignons donc dans la métaphore, car là où vous voyez "Saut dans le Vide a 2000 metres d’altitude sans parachute", je dis, de mon côté, que le Faso est au bord du gouffre et que les décisions, dénuées de toute réflexion préalable, vont lui faire réaliser un grand pas en avant.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique