LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Médias : Le journalisme, un métier surveillé

Publié le mardi 13 février 2024 à 15h54min

PARTAGER :                          
Médias : Le journalisme, un métier surveillé

L’erreur commise par un journal burkinabè sur la valeur des biens du Premier ministre a inspiré le commentaire ci-dessous à l’écrivain et journaliste Sayouba Traoré.

Un journal a publié un article sur les biens de Monsieur le Premier Ministre. Le jour suivant, après vérification, le journal a publié un deuxième article pour rectifier les premiers chiffres avancés. Dans notre métier, c’est courant. Cet incident est un cas d’école pour tous.

Selon les règles de notre métier, le journaliste revérifie et avise sa rédaction. Dans ce cas, la rédaction se réunit et décide de publier un Erratum. C’est-à-dire un article où il est bien précisé qu’il y a eu erreur dans la première publication, en quoi consiste cette erreur, et présente ses excuses d’abord à ses lecteurs puis au mis en cause.

La personne mise en cause peut réagir de plusieurs manières. Il peut envoyer une lettre que la rédaction publie. Il peut choisir de laisser tomber. Il peut saisir le tribunal de son choix, mais il sera difficile de juger une rédaction qui a reconnu son erreur et qui a rectifié aussitôt.

Ça, c’est le fonctionnement normal. On a prévu ça, parce qu’il n’y a pas une seule personne au monde qui ne se trompe jamais. Seulement, les autres travailleurs, lorsqu’ils se trompent, on l’apprend rarement. Ils peuvent donc se permettre de venir jouer les vertueux devant les journalistes.

On sait aussi que le journalisme est un métier particulier. Si vous êtes un responsable public ou un chef d’entreprise, une information peut être profitable pour vous, ou faire des dégâts. Voilà pourquoi dans tous les pays, on a une autorité de régulation. Et le journaliste est tenu par une déontologie rigoureuse.

Quand je dis déontologie, ça peut faire rigoler. Mais pour le journaliste, c’est très important parce que sa carrière en dépend. Si vous dirigez une rédaction, vous n’allez pas envoyer un journaliste dont la conduite cause du souci. Vous allez privilégier les journalistes qui ne provoquent pas du désordre. Et même s’il démissionne pour aller dans un autre média, ce journaliste sera suivi par sa réputation d’agent "peu sérieux". Ça peut le pénaliser toute sa vie.

Ce que je dis là, c’est comment les choses fonctionnent. Les autres choses, je ne sais pas. Je connais ce média de très loin et je ne connais pas leurs relations avec l’autorité citée. Dans ce genre de cas, la prudence commande de se taire quand on manque d’informations.

Sayouba Traoré

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 13 février à 17:07, par Bila Zanga En réponse à : Médias : Le journalisme, un métier surveillé

    Connaisant ce media de tres loin.....
    Raison de plus pour eviter de prendre sa defense entre les lignes
    Alors koro Sayouba peut on se tromper sur 3 zéro donc 3 fois...
    La chanson dit 1er gaou n’est pas gaou, c’est 3eme gaou qui est ....
    Completer pour moi.
    Arretons ces simagrées et defendons tous notre pays, après le retour de la paix, nous allons reprendre à nous tromper de la sorte.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février à 22:04, par fally doucoure En réponse à : Médias : Le journalisme, un métier surveillé

    le koro a raison, un grand journaliste ce Monisuer Sayouba traore, je l’aime je l’ai ecouté par 25 ans sur rfi avec ses emissions sur le monde rural et agricole avec un tel talent et une telle intelligence. Si bien quand il parle je respecte ; nul n est parfait, mais ce Koro est une fierté journalistique croyez moi et cessez de l ’attaquer au non de votre sentiment saugrenu anti francais de grace

    Répondre à ce message

  • Le 14 février à 11:16, par Lolita En réponse à : Médias : Le journalisme, un métier surveillé

    Bonjour cher Sayouba ! Quand un médecin se trompe, çà peut coûter une vie, quand un agro se trompe on peut mourrir de faim, etc. cela ne veut pas dire se tromper n’implique pas de rendre des compte. SI non ce serait un argument facile, c’est pour cela que notre responsabilité est enagée chaque fois qu’on agit !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique