LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : Une trentaine de jeunes de la filière lait local formés en droit, genre et plaidoyer

Publié le mardi 5 décembre 2023 à 19h43min

PARTAGER :                          
Burkina : Une trentaine de jeunes de la filière lait local formés en droit, genre et plaidoyer

Ce mardi 5 décembre 2023 s’est ouvert à Ziniaré un atelier de formation de 30 jeunes en droit, genre et plaidoyer. Cette formation concerne des jeunes femmes et hommes travaillant dans des mini laiteries de la région du Centre.

Une trentaine de jeunes et de femmes seront outillés sur les droits, le genre et le plaidoyer.

L’Union nationale des mini laiteries et producteurs du lait local du Burkina (UMPL/B) et ses partenaires veulent assurer la relève et changer les pratiques dans le secteur du lait local. Et cela doit se faire avec les jeunes et les femmes, foi d’Adama Ibrahim Diallo, président de l’UMPL/B.

Ibrahim Diallo, président de l’UMPL/B.

Pour ce faire, l’UMPL/B, le WILDAF-AO et le WILDAF-BURKINA ont initié le projet “Promouvoir l’emploi des jeunes femmes et jeunes hommes dans la filière lait local au Burkina Faso”. Le projet est financé par la CEDEAO à travers l’Agence régionale pour l’alimentation et l’agriculture (ARAA) dans le cadre du PRAOP3. Le PRAOP3 est la 3e phase du Projet d’appui aux organisations des producteurs. Un projet né d’une convention entre la CEDEAO et la Direction de développement de la Coopération suisse, en vue d’apporter un soutien aux organisations professionnelles régionales agricoles pour la promotion d’emplois jeunes dans la filière lait local.
C’est dans le cadre donc du projet “promouvoir l’emploi des jeunes femmes et jeunes hommes dans la filière lait local au Burkina “, que se tient la formation d’une trentaine de jeunes en droit, genre et plaidoyer.

Maïmouna Doussa Tankoano, présidente de WILDAF-BURKINA, les femmes sont victimes de discrimination dans la filière lait.

Quatre jours durant, ces jeunes seront outillés sur les droits de l’homme, le droit foncier et pastoralisme, la protection des droits des jeunes dans la filière lait local au Burkina, la promotion du leadership féminin dans la filière lait. Comme le souligne Maïmouna Doussa Tankoano, présidente de WILDAF-BURKINA, les femmes sont victimes de discrimination dans la filière lait, or elles sont les plus engagées dans la production et la transformation du lait. Il convient donc de renforcer leurs connaissances sur les textes nationaux, régionaux et internationaux qui les protègent.

Andréa Aziabou, juriste chargée de programme à WILDAF-AO

À l’issue de la formation, les participants devraient ainsi être en possession de tous les outils et arguments juridiques nécessaires pour influencer positivement les normes défavorables à l’accès aux ressources nécessaires au développement des opportunités économiques des femmes et des jeunes dans la filière laitière au Burkina Faso. “Dans la filière lait, on a constaté que les jeunes et les femmes ont du mal à hériter du bétail, de la terre. Alors que pour la filière lait local, ce sont des éléments très importants si on veut que les jeunes puissent s’en sortir ou si on voudrait les intéresser à l’agriculture et à la filière lait local”, a souligné Andréa Aziabou, juriste chargée de programme à WILDAF-AO.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique