LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Vers un système d’alerte précoce sur les crues et inondations au Burkina : Un atelier national en vue d’identifier et établir la cartographie des sites d’inondation

Publié le mardi 5 décembre 2023 à 15h00min

PARTAGER :                          
Vers un système d’alerte précoce sur les crues et inondations au Burkina : Un atelier national en vue d’identifier et établir la cartographie des sites d’inondation

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de renforcement de la résilience climatique au Burkina Faso (Projet HYDROMET), la direction générale des ressources en eau a lancé, ce mardi 5 décembre 2023, à Ouagadougou un atelier national de collecte d’informations et de cartographie des sites d’inondation au Burkina Faso.

C’est un atelier qui, selon Wendemi Cyprien Tizambo, directeur général des ressources en eau du ministère de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement au Burkina, s’inscrit dans le cadre de la conception, le développement et la mise en œuvre d’un Système d’alerte précoce aux crues et inondations (SAPCI) et l’amélioration de services associés, financé à travers le Projet de renforcement de la résilience climatique au Burkina Faso (projet HYDROMET).

Pour la mise en œuvre de cette importante activité, un contrat d’assistance technique a été signé entre le gouvernement du Burkina Faso et l’Organisation météorologique mondiale (OMM) en février 2023. Ce contrat inclut la cartographie à l’échelle nationale des principales zones inondables ainsi que l’évaluation de leurs vulnérabilités. « Pour cet atelier essentiellement nous attendons des données sur les sites potentiellement inondables que nous devons recenser et faire la cartographie au niveau national. Nous avons convié toutes les treize régions avec les composantes à leur niveau qui leurs permettent d’identifier ces zones à risques d’inondation pour que nous puissions valider ensemble et en faire la cartographie. À la lumière de cette information, nous allons équiper ces différents sites d’outils qui nous permettront d’avoir en temps réel l’information hydrologique, notamment les crûes, pour prévenir les populations et leurs permettre de prendre les dispositions nécessaires en termes d’occupation, d’exploitation. Les zones inondables sont interdites d’occupation mais la réalité du terrain nous fait voir le contraire », expliqué Wendemi Cyprien Tizambo, directeur général des ressources en eau du ministère de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement du Burkina.

Wendemi Cyprien Tizambo, directeur général des ressources en eau au ministère de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement

Le Projet HYDROMET est exécuté par le ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière (MTMUSR) à travers le Programme transport et météorologie. Il a pour objectif de renforcer les capacités de l’Agence nationale de la météorologie (ANAM), de la Direction générale de la protection civile (DGPC), du Système d’alerte précoce du ministère de l’Agriculture (SAP), du Secrétariat permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (SP/CONASUR) et de la Direction générale des ressources en eau (DGRE).

Le projet HYDROMET à ce jour, c’est une dizaine de véhicules d’intervention pour la protection civile burkinabè, l’élaboration de plans de contingence régionaux et communaux par le SP/CONASUR, la mise en place de systèmes d’alerte précoce communautaires de six régions, l’extension du réseau d’observations de l’Agence nationale de la météorologie...

Carine Daramkoum
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Marché de Larlé : Il faut libérer l’emprise de la route
Le métier de logisticien avec Bouma Ferdinand Neya