LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Procès dit "Charbon fin" : L’État a suivi de bout en bout l’opération d’exportation", insiste IAMGOLD Essakane SA

Publié le jeudi 30 novembre 2023 à 22h20min

PARTAGER :                          
Procès dit

L’audience du procès charbon fin se poursuit au tribunal de grande instance (TGI) Ouaga1. Après une brève suspension, les débats ont repris avec l’interrogatoire de la directrice pays de IAMGOLD Essakane SA par le tribunal et la Défense.

C’est la Défense, en la personne de Me Yanogo, qui lance les hostilités :

"Qui délivre le permis d’exportation industrielle d’une mine ?
"Le permis d’exploitation est délivré par le gouvernement en conseil de ministre"

"Quelles sont les conditions à remplir ?"
"Elles sont définies par le code minier. Elles demandent principalement une étude de faisabilité"

"Comment se fait le schéma technique d’exploitation ?"
"À travers le ministère des Mines et de l’Environnement. Ensuite la commission des mines l’examine pour donner son avis".

"Est-ce que le ministère fait régulièrement des contrôles pour s’assurer que ce schéma est respecté ?"
"Oui, il y a un contrôle annuel fait par la Direction générale des mines et de la géologie (DGMG). Chaque année, cela est fait et nous avons des observations en retour. S’il y a des anomalies, on les corrige"

"Est-ce que vous avez déjà été objet de reproches ?"
"À ma connaissance, non".

"Est-ce que l’État fait partie de l’Administration d’Essakane ?"
"Oui. l’État a deux représentants au Conseil d’administration de IAMGOLD Essakane SA "

"Est-ce que pour vos exportations de 2015, 2016, 2017, avez-vous reçu des autorisations ?"
"Oui"

"Est-ce que vous avez la preuve que l’État participe de bout en bout au processus d’exportation ?"
"Oui".

À la fin de son interrogatoire, Me Yanogo fait observer qu’il s’est prêté à cet interrogatoire pour faire ressortir, en réalité, que l’État est la cheville ouvrière de l’opération. C’est lui qui donne les schémas techniques d’exploitation et les contrôles sont régulièrement faits par lui afin de s’assurer de son respect.

"À partir du moment où il n’y a pas de réglementation sur l’exportation du charbon fin, mon client a considéré, vu que c’est de l’or qui doit être extrait du charbon fin, la réglementation de l’exportation d’or en vigueur. Car pour nous, le charbon fin est un résidu minier", révèle Me Yanogo.

Cette précision de Me Yanogo est une réponse à la question du Tribunal qui voulait savoir si le processus de IAMGOLD Essakane SA se fonde sur la réglementation ou sur le processus propre à elle.

Le Tribunal a aussi demandé si IAMGOLD Essakane SA est d’accord ou si elle met en cause la quantification des différents éléments des conteneurs ?
"Oui, mais pour ce qui concerne la pulpe, nous avons fait nos observations et on a dit que la pulpe est un résidu du traitement du charbon fin", réplique la directrice pays de la société minière incriminée.

Me Yanogo termine en faisant remarquer : "Ce que je voulais ajouter pour terminer, c’est que les corps solides qui ont été présentés ici ne sont pas du charbon fin mais des résidus issus du four d’incinération".

Il faut rappeler qu’au cours de cette audience, les tamis (1mm, 630 micron et 850 micron) ont été présentés à la barre. Toutes les parties ont pu se faire une idée de ce que c’est qu’un tamis.

L’audience a été suspendue pour reprendre vendredi 1er décembre 2023.

Obissa Juste Mien
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 30 novembre 2023 à 22:05, par Anaarchiqqukement En réponse à : Procès dit "Charbon fin" : L’État a suivi de bout en bout l’opération d’exportation", insiste IAMGOLD Essakane SA

    Fabuleuse histoire que celle ci. Je me laissais justement des télé novelas.
    Elle nous permet de constater aux fils des jours que notre administration de contrôle est vertueuse. Que nous disposons de contrôles rigoureux et que nous pouvons dormirez tranquille car tant notre justice qui est indépendante, que l’administration qui la gouverne sous la ferule, que les industries et marchands qui enrichissent honnêtement notre nation sont intègres.
    Me voilà rassuré. Tout va bien.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2023 à 11:35, par justice En réponse à : Procès dit "Charbon fin" : L’État a suivi de bout en bout l’opération d’exportation", insiste IAMGOLD Essakane SA

    Il y’a deux ministère qui doivent vraiment avoir pitié de nous. Il s’agit du ministre de la Justice et celle des mines .Surtout celle de la justice. Combien de dossiers des miniers dorment dans les tiroirs, s’avez-vous quelles injustices subissent les employes dans les différentes mines. Si vous avez un dossier sous les mains de la justice c’est le credo REPPORT ,ou tel avocat d’un camp es absent. Ils vont vous traîner comment ça pendant des années. Un exemple de cas des dossiers des employes de la mine de Bissa Gold qui date des années sans consensus.

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2023 à 11:36, par justice En réponse à : Procès dit "Charbon fin" : L’État a suivi de bout en bout l’opération d’exportation", insiste IAMGOLD Essakane SA

    Il y’a deux ministère qui doivent vraiment avoir pitié de nous. Il s’agit du ministre de la Justice et celle des mines .Surtout celle de la justice. Combien de dossiers des miniers dorment dans les tiroirs, s’avez-vous quelles injustices subissent les employes dans les différentes mines. Si vous avez un dossier sous les mains de la justice c’est le credo REPPORT ,ou tel avocat d’un camp es absent. Ils vont vous traîner comment ça pendant des années. Un exemple de cas des dossiers des employes de la mine de Bissa Gold qui date des années sans consensus.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2023 à 06:32, par samspade En réponse à : Procès dit "Charbon fin" : L’État a suivi de bout en bout l’opération d’exportation", insiste IAMGOLD Essakane SA

    à l"époque je caricaturais que l’histoire du charbon fins c’est comme un rouleur de caramelles. quand tu le surprends entrain de lêcher ses doigts, ce sera toujours un qui pro quo.
    il soutiendra qui’i leche seulement ce qui colle a sa main et toi le propriétaire tu soutiendras qu’il mange tes caramelles ; de toute façon ce sera un petit problème par rapport à la vrai problématique du secteur. tout ces moyens engagent simplement en raison de l’ignorance de uns et des autres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique