LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina / Bagrépôle : Dix choses à savoir sur un pôle en croissance

Publié le jeudi 30 novembre 2023 à 22h00min

PARTAGER :                          
Burkina / Bagrépôle : Dix choses à savoir sur un pôle en croissance

Située à 45 km de Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-est, la commune de Bagré abrite le plus grand pôle de croissance du Burkina. Bagrépôle a une double mission de service public et d’entreprise privée. Voici dix choses que vous ne saviez peut-être pas sur Bagrépôle.

1. Quelques institutions

A Bagré, il n’y a pas que les périmètres aménagés de riz à visiter. Pour le plaisir des yeux et la culture générale, Bagrépôle offre plusieurs autres insfrastructures à voir.
Complexe hôtelier à vocation touristique et d’éducation environnementale, le Centre écotouristique (CET) est un endroit calme et reposant pour ceux qui veulent s’évader un tant soit peu et fuir le stress de la ville. Il dispose de plusieurs dizaines de bungalows de différents standings et un restaurant dirigé par un chef cuisinier qui vous fera goûter à tout prix les merveilles pêchés du barrage de Bagré.

Il y a aussi le Centre d’élevage piscicole (CEP) qui a une capacité de production de poissons marchands de 300 tonnes et 5 millions d’alevins tilapia l’année. La production effective est d’à peu près 7 tonnes par mois. Ce sont bientôt les fêtes de fin d’année. Faites y un tour.

Le centre écotouristique de Bagré

La ferme porcine, créée en 2017 avec huit truies et un verrat, compte aujourd’hui plus de 200 porcs. L’activité est certes salissante mais très rentable. Cette ferme ravitaille certains éleveurs de Bagré et de la région.
Il y a l’Institut de formation en développement rural (IFODER), créé en 2013 grâce à un partenariat entre le Service national de développement et Bagrépôle. Cet institut vise à promouvoir la formation des jeunes déscolarisés avec un niveau de la classe de 5e dans le secteur agricole et à favoriser leur insertion professionnelle.

La radio Bagrépôle FM, qui émet dans un rayon de 80 kilomètres à la ronde, produit des émissions d’information, des émissions éducatives, sportives et culturelles en plus des émissions sur les techniques agricoles, pastorales, fauniques et commerciales. Elle émet en Mooré, Bissa et Fulfuldé.

2. Les surfaces aménagées

Le pôle de croissance de Bagré a été mis en place en 2012 suite à la restructuration de la maîtrise d’ouvrage de Bagré. Quand le pôle de croissance se mettait en place, il y avait déjà 3 380 hectares de périmètres qui avaient été aménagés. Avec la mise en place du pôle de croissance de Bagré, 2 200 hectares ont été aménagés. La plaine donc compte 5 594 hectares aménagés dont une bonne partie irriguée en toute saison. Le potentiel aménageable est d’environ 21 000 hectares.

Siège de la direction générale de Bagrépole délocalisée de Ouagadougou à Bagré

3. Contribution à l’initiative présidentielle de production agricole

Dans le cadre de sa mission de service public, Bagrepôle contribue effectivement à l’amélioration de la production agricole pour contribuer à la sécurité et à la souveraineté alimentaires. Dans le cadre de l’initiative présidentielle de production agricole de campagne humide, Bagrépôle a mis à contribution 1700 hectares sur les 1 500 prévus. Pour l’offensive agrosylvo pastorale et halieutique, Bagrepôle a prévu sur trois ans 6 000 hectares de riz par an, 2 000 hectares de maïs par an et 50 hectares de pommes de terre par an.

4. Bagrépôle, 30 000 tonnes de riz par an

Bagrépôle a cinq périmètres qui font un ensemble de 5 880 hectares. Un périmètre de 680 hectares qui est totalement mis en valeur, un périmètre de 1500 hectares qui est aussi mis en valeur, un périmètre de 1200 hectares en rive droite qui est mis en valeur, et un périmètre de 2 194 hectares qui n’est pas totalement achevé. La production annuelle de riz est d’environ 30 000 tonnes par an.

Vue d’un étang du centre d’élevage piscicole

5. Le barrage hydroélectrique de Bagré

Tous ces périmètres sont irrigués à partir du barrage hydroélectrique de Bagré, d’un volume de 1 milliard 700 millions de m3. C’est le deuxième plus grand barrage du Burkina Faso. Construit sur le fleuve Nakanbé, ce barrage produit 33 gW d’électricité. Il irrigue les périmètres du point de vue gravitaire pour la culture du riz et des bananes, mais du point de vue pompage pour les cultures de contre saison comme le papayer, les agrumes, etc.

6. Un rendement à l’hectare du riz de 4t

Le riz occupe la grande partie de la production à Bagré. La capacité de production est de 3 100 hectares par campagne, soit 6 200 hectares par an. Le rendement à l’hectare est d’environ 4 tonnes. Selon les techniciens, cela est faible car le potentiel de rendement à l’hectare est de 5 à 5,5 tonnes. Il n’y a pas que le riz qui est produit à Bagré. Il y a au niveau des aménagements secondaires, de la production d’agrumes, de banane, de papaye et la culture maraîchère en saison sèche.

La commune de Bagré a le bitume

7. Production de semences de riz

Bagrépôle dispose d’un site de production de semences de riz sur une superficie de 46,15 hectares. L’objectif est d’offrir aux producteurs des semences de bonne qualité afin de booster leur rendement. Généralement, Bagrépôle cultive deux ou trois variétés de riz, mais pour la présente campagne humide, le choix s’est porté sur la TS2. Cest la variété la plus répandue sur la plaine. Il y a également la variété ORYLUX ou riz parfumé.

8. Maryam moui

L’on trouve une vingtaine d’unités de transformation de riz à Bagré de tailles différentes. Savez vous que les diocèses de Koupéla et de Tenkodogo ont chacun une usine de transformation de riz à Bagré ? UDIRBA pour Koupéla et KOKUMA et son « Maryam moui » pour Tenkodogo. Elles s’approvisionnent en riz paddy auprès des producteurs de la plaine rizicole de Bagré principalement.

Levée de soleil sur le barrage hydroélectrique de Bagré

En mars 2021, une convention de partenariat du fonds de garantie a été lancé au profit des transformateurs. Ce fonds de garantie avait pour but de résorber la problématique de revenus post-récoltes pour les agriculteurs familiaux et l’accès au financement pour la transformation du riz paddy produit localement.
886 millions de francs CFA ont été mobilisés et remis sous forme de prêt à huit unités de transformation de riz dans le cadre de cette convention pilote de partenariat. Cette convention a permis aux transformateurs d’acheter du riz paddy aux producteurs afin de stopper la sortie massive du riz paddy vers les pays voisins comme le Togo et le Ghana. Le Fonds de Garantie est de 500 000 000.

9. Toujours des aménagements à faire et des financements à rechercher

2 194 hectares sont en train d’être aménagés dans le cadre du projet d’appui au pôle de croissance de Bagré. Le périmètre est aménagé mais n’est pas encore fonctionnel. Bagrépôle est à la recherche d’un financement additionnel de près de 15 milliards de francs CFA auprès de la Banque africaine de développement. Le projet va rehausser et réhabiliter le canal primaire à l’aval du barrage de Bagré et élargir les réservoirs tampons.

Dans le magasin de stockage du riz de l’usine de KOKUMA

Cela devrait permettre d’augmenter le débit d’eau véhiculé par le canal primaire des 1200 ha afin de pouvoir satisfaire au besoin en eau des 2194 ha situés dans le prolongement des aménagements de 1200 ha.

10. Des difficultés subsistent

Tout n’est pas rose à Bagrépole. Le taux d’accès à la mécanisation est assez faible. Si cette mécanisation s’améliore, elle permettra de substituer à la main d’oeuvre constituée généralement de femmes et de personnes âgées. La région du Centre-est est l’une des principales régions d’émigration des jeunes vers l’occident ou d’autres pays africains.

À cela, il faut ajouter que les équipements des unités de transformation ne sont pas tous aux mêmes normes.

Au centre d’élevage porcin de Bagré

Enfin, il y a le retard de paiement des producteurs. Cela joue sur les performances des transformateurs qui signent des contrats avec les producteurs.

Malgré toutes ces difficultés qui ne sont pas exhaustives, l’espoir est permis. Car les choses bougent petit à petit. Espérons que la délocalisation de la direction générale de Bagrépôle sur place à Bagré permettra de donner du tonus à la dynamique enclenchée.

Fredo Bassolé
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Marché de Larlé : Il faut libérer l’emprise de la route
Le métier de logisticien avec Bouma Ferdinand Neya