LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina/ Enseignement supérieur : Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche désormais en toge unique Faso Danfani

Publié le mardi 28 novembre 2023 à 21h40min

PARTAGER :                          
Burkina/ Enseignement supérieur : Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche désormais en toge unique Faso Danfani

Le port de la toge unique en Faso Dan fani dans les Institutions d’enseignement supérieur et de recherche (IESR) du Burkina (les universités publiques et institutions de recherche) est désormais effectif. La cérémonie consacrant cette officialisation s’est tenue dans la matinée de ce mardi 28 novembre 2023 dans les locaux de l’Université Joseph Ki-Zerbo (UJKZ) à Ouagadougou. Cette cérémonie met également fin au port de l’ancienne toge dans les universités publiques du Burkina.

Présidant ainsi cette cérémonie solennelle du port de la toge unique en Faso Dan fani, le Premier ministre, Dr Apollinaire Kyélem de Tambèla, a rappelé l’importance de consommer ce que nous produisons, tout en soulignant le caractère culturel que revêt cette toge en Faso Dan fani.

Le chef du gouvernement burkinabè et président de la cérémonie solennelle du port de la toge unique en Faso Danfani

Car pour le chef du gouvernement burkinabè, ce sont des produits du terroir qui sont utilisés, et qu’il faut valoriser pour le bien de nos artisans. L’autre message que cela revêt également, selon lui, c’est son ancrage à notre terroir. Il a félicité le ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr Adjima Thiombiano, pour avoir gagné le pari de rendre ce port de la toge unique en Faso Dan fani effectif dans les universités publiques du Burkina.

Vue partielle des promus du port de la toge unique en Faso Danfani

Premier à recevoir sa toge des mains du chef du gouvernement burkinabè, Dr Apollinaire Kyelem de Tambèla, le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Pr Adjima Thiombiano, a ouvert le bal du port de la toge aux promus du jour, avec comme premier bénéficiaire Dr Ousmane Bougouma, le président de l’ALT qui est également enseignant-chercheur.

Remise symbolique de la toge au ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr Adjima Thiombiano

Lisant ainsi le discours officiel, le Pr Adjima Thiombiano a précisé que cette cérémonie consacre définitivement le port unique du Faso Dan fani lors des cérémonies officielles dans le monde universitaire, aux plans national et international. Poursuivant son allocution, et en s’adressant aux promus, le ministre leur a fait savoir que le port de la toge unique en Faso Dan fani est en effet le symbole de l’affirmation de leur identité et leur responsabilité au sein de la société, ainsi que leur contribution et participation à la dynamique de l’économie nationale. Tout en ajoutant que le port officiel de la toge unique en Faso Dan fani des IESR marque la souveraineté du pays dans ses universités et met fin en même temps à l’utilisation de l’ancienne toge.

Le Pr Ludovic Kibora, le représentant des promus du jour, parle d’un symbole de cohésion et d’unité pour le monde universitaire

Symbole de service, de devoir et de générosité, cette toge unique en Faso Dan fani symbolise aussi la rupture de toutes les idées préconçues et met en exergue notre culture, a laissé entendre le représentant des promus, le Pr Ludovic Kibora : « Surtout la matière et les couleurs utilisées nous rappellent la mère patrie et en même temps, c’est une toge unique. C’est la première fois au Burkina Faso et c’est une seule toge pour tout le monde, il n’y a que les logos qui les différencient. Cela est un signal fort de cohésion et d’unité non seulement pour le monde universitaire, mais aussi pour tous ceux pour qui nous travaillons : le peuple et la nation ».

Ils étaient plus de 500 promus de la session 2021-2022 du CAMES à recevoir leurs toges à l’occasion de cette cérémonie solennelle de port de la toge unique en Faso Dan fani des IESR.

Photo de famille

Yvette Zongo
Lefaso.net
Crédit photo : Premier ministère

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 29 novembre 2023 à 05:10, par La Grande Kady En réponse à : Burkina/ Enseignement supérieur : Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche désormais en toge unique Faso Danfani

    Je suis contre !
    C’est seulement sous les régimes d’exception non démocratique que l’on force les gens à s’habiller d’une certaine manière. C’est contre ma liberté individuelle et contre notre liberté collective, toute contrainte casse la créativité et l’innovation !

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2023 à 09:35, par GUIESS YIIGA En réponse à : Burkina/ Enseignement supérieur : Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche désormais en toge unique Faso Danfani

    Certains même ont opté de marcher nus. D’autres en débraillé. Rejoins ton groupe mon frère, ma sœur !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2023 à 15:24, par HA En réponse à : Burkina/ Enseignement supérieur : Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche désormais en toge unique Faso Danfani

    Tout ça est bien beau, je ne suis pas contre mais je trouve que le système universitaire a besoin que l’on actionne les leviers importants pour rendre notre pays plus visible. Les toges ne nous rendrons pas plus visibles dans la communauté scientifique ni une contribution substantielle à l’économie nationale. Le rôle premier des universités c’est la production des connaissances théoriques et pratiques qui puissent bonifier notre société. Comment pouvons nous avoir des usines d’armements et des munitions pour la défense et sécurité ? Comment on met cela en place sans un minimum de recherches ? Ou bien nous allons continuellement demander de l’aide extérieure pour le réaliser ? Sous oublier les secteurs du transport, bâtiments, industries, agriculture, agro-alimentaire, électricité, comment disponibilité l’eau pour les paysans ? L’affirmation de notre identité ne devrait pas pris comme si nous étions en concurrence avec qui ce soi. C’est ce que nous sommes et personne ne peut nier cela. Les arguments sankaristes qui consistent à "manger" burkinabè, "habiller" burkinabè, je trouve que cela n’est pas bien muri. Le Burkina Faso compte combien de populations et il vivent où ? Dans les campagnes ? Ces gens mangent quoi majoritairement ? Naturellement la majorité des burkinabè mangent ce qui sort du sol burkinabè sauf peut être les fonctionnaires et les commerçants dans les grandes villes du Burkina Faso. Ils sont combien les fonctionnaires du Burkina Faso ? Et combien de commerçant dans les grandes villes ? Les partis politiques ont transformé nos universités à des centres de lutte politique au lieu d’actionner les leviers pour stimuler la croissance économique, le progrès économique et social facteurs de résiliences face au terrorisme. Si vous allez en Amérique du Nord, vous verrez uniquement les étudiants portés des toges pour les sorties de promotions (licence, master et doctorat) et vous verrez rarement des professeurs avec des toges mêmes lors des soutenances de thèses doctorales mais allez y visiter leurs publications. Ces professeurs travaillent activement avec le milieu industriel, pharmaceutique, énergie, défense etc en collaboration avec des chercheurs des 5 continents de la planète pour bonifier leur société avec parfois plus de 20 000 citations, 30 000 citations et plus. Qu’est ce qui est plus important pour nous ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique