LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Burkina/Fermeture des auto-écoles : « Une mesure salvatrice pour le secteur », selon l’Association des auto-écoles

Publié le mardi 21 novembre 2023 à 23h00min

PARTAGER :                          
Burkina/Fermeture des auto-écoles : « Une mesure salvatrice pour le secteur », selon l’Association des auto-écoles

Quatorze auto-écoles en situation irrégulière ont été fermées par la Direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM). C’était le mardi 7 novembre 2023. Cette action entreprise par les autorités affiche clairement la volonté de mettre fin aux mauvaise pratiques devenues monnaie courante chez plusieurs promoteurs du secteur. Ce lundi 20 novembre, l’opération d’assainissement de la DGTTM en cours a permis de fermer plusieurs autres auto-écoles. Cette initiative est saluée par l’Association des auto-écoles du Burkina (AEB). Cependant, elle appelle au discernement afin de ne pas causer du tort aux succursales des auto-écoles qui sont tout aussi en règle que leur siège.

Le vendredi 20 novembre 2023, à Ouagadougou, l’annexe de “Abdoul Auto-École’’, située à Gounghin, près du Stade du 4 août, porte encore la marque du ministère en charge des Transports : « MTMUSR ». Elle fait partie des succursales ouvertes illégalement par certaines auto-écoles. À l’origine de cette mesure, l’Association des auto-écoles du Burkina (AEB), limitée dans ses actions, a sollicité le soutien de l’Administration. Ce, en vue de mettre un terme à l’ouverture anarchique des annexes d’auto-écoles menaçant de faire disparaitre, celles qui respectent les règles établies.

Une mesure salvatrice pour le secteur

Joint au téléphone pour se prononcer sur l’opération d’assainissement du secteur des auto-écoles, le chargé de communication de l’AEB, Narssane Zoubga confie : « En plus des annexes ouvertes de façon anarchique, issues des sièges bénéficiant d’autorisations, il y a une autre catégorie qui fonctionne pendant que leur dossier est en traitement au niveau du comité d’examen des demandes d’ouvertures. D’autres fonctionnent sans enseigne pendant que certains évoluent avec un écriteau non reconnu par l’Administration des transports. Pour nous, la mesure est salvatrice pour la professionnalisation et la réorganisation du secteur des auto écoles ».

« Le milieu des auto-écoles est présentement envahie par des commerçants qui ne pensent qu’au profit au détriment de la sécurité routière, qui était le credo des précédents promoteurs », Narssane Zoubga, chargé de communication de l’AEB

Ce désordre selon lui, est lié au fait que le cahier de charge de 2016 octroie la capacité aux acteurs économiques d’ouvrir des auto-écoles, croyant ainsi améliorer le niveau d’investissement dans le secteur. « Mais malheureusement après quelques années d’expériences, il devient évident que les investissements escomptés ne sont pas au rendez-vous » relève monsieur Zoubga.

Des annexes disposant de documents légaux victimes

L’AEB estime que l’opération d’assainissement du secteur doit être poursuivie avec rigueur et courtoisie. « Car sur le terrain, nous déplorons la fermeture injustifiée de certaines annexes disposant de documents légaux », souligne M. Zoubga.
Il ajoute que le désordre causé par la prolifération des annexes dans la capitale, favorisait le racket et la corruption. Toute chose qui contribuait à entacher la qualité de la formation des candidats au permis de conduire.

Des citoyens à qui nous avons tendu le micro expriment leur soutien à l’initiative d’assainir le milieu dans un contexte où certains conducteurs n’ont pas une bonne connaissance du code de la route. « Il est crucial que la question de formation des conducteurs soit prise au sérieux car ils ont entre leurs mains la vie des passagers qu’ils conduisent », affirme Oumar Kabré.

Pour Oumar Kabré, le taux croissant d’accidents à Ouagadougou n’est pas seulement du fait des auto-écoles, mais aussi de l’incivisme. Il suggère que le civisme soit enseigné dès l’école primaire

Selon un promoteur d’auto-école de la place, la plupart des auto-écoles fermées par le ministère en charge des Transports sont des sous-traitants. C’est à cause d’eux, dénonce-t-il, que les auto-écoles travaillant dans les règles de l’art, n’arrivent plus à fonctionner convenablement. « Il était temps que le gouvernement saisisse à bras le corps l’assainissement du secteur des auto-écoles. Cela va permettre à ceux qui sont en règle vis-à-vis de la loi, de pouvoir jouir de ce métier », déclare-t-il.

L’assouplissement des conditions d’ouverture souhaité

Parmi les conditions d’ouverture exigées, ce promoteur d’auto-école mentionne entre autres la nécessité d’être de nationalité burkinabè, d’avoir au minimum trois moniteurs et un directeur technique. Et les moniteurs doivent tous être détenteurs du Certificat d’aptitude pédagogique et professionnelle pour l’enseignement de la conduite automobile (CAPPECA). De l’avis de ce dernier, l’on pourrait imposer aux auto-écoles d’employer au minimum chacune, deux moniteurs plutôt que d’exiger d’en recruter quatre.

« Les prix de formation au permis de conduire fixé par certains ne sont pas réalistes. On se demande comment fonctionnent-ils avec toutes charges à supporter ? », Léon Sompoudougou, promoteur d’une auto-école de la place

Concernant les conditions d’acquisition des véhicules, monsieur Léon précise qu’il est recommandé de disposer d’un véhicule de moins de 12 ans. Ce qui est assez difficile car l’entretien des nouveaux véhicules est très compliqué. « J’ai constaté plusieurs fois que les pièces se faisaient rares quand notre véhicule est tombé en panne », a-t-il fait savoir.

L’AEB encourage les futurs candidats au permis à s’inscrire dans des auto-écoles en règle pour recevoir une formation adéquate contribuant ainsi à la sécurité routière. Le nombre total d’auto-moto écoles au Burkina Faso est estimé à 105, selon la DGTTM.

Lire aussi : Burkina/Auto-écoles : Entre pots-de-vin et chantages, de mauvaises pratiques gangrènent le milieu

Hamed Nanéma
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique