LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Santé : « La pression des purges peut perforer le colon et cela peut entraîner une péritonite », assure Pr Isso Ouédraogo

Publié le jeudi 12 octobre 2023 à 22h10min

PARTAGER :                          
Burkina/Santé : « La pression des purges peut perforer le colon et cela peut entraîner une péritonite », assure Pr Isso Ouédraogo

La péritonite est une maladie causée le plus souvent par des infections ou une complication de la fièvre typhoïde. Elle touche majoritairement les enfants, causant souvent une perforation de l’intestin, de l’estomac, de la vésicule biliaire ou du colon. La prise en charge à l’hôpital de la péritonite coûte entre 150 et 200 000 FCFA en fonction de la durée du traitement. Pour mieux comprendre cette maladie, ses causes, ses manifestations et traitements, Lefaso.net est allé à la rencontre du Pr Isso Ouédraogo, enseignant en faculté de médecine de l’université Joseph Ki-Zerbo et chirurgien pédiatre au centre hospitalier universitaire Charles de Gaulle de Ouagadougou. Entretien !

Lefaso.net : Présentez-vous davantage à nos lecteurs ?

Pr Isso Ouédraogo : Je suis le docteur Isso Ouédraogo, je suis professeur titulaire de chirurgie pédiatrique à l’Unité de formation et de recherche en sciences de la santé (UFR/SDS) à l’université Joseph Ki-Zerbo. Pour le commun des mortels, c’est la faculté de médecine de l’université Joseph Ki-Zerbo. Je suis également chirurgien pédiatre au centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles De Gaulle. Je suis aussi le chef de service de chirurgie pédiatrique dans cet hôpital.

De façon globale, qu’est-ce que la péritonite ?

Pour définir simplement, la péritonite est une inflammation du péritoine et le plus souvent liée à une infection. Il y a d’autres causes mais le plus souvent, ce sont des infections.

Quelles sont donc les causes de la péritonite ?

On distingue plusieurs types de péritonites selon les causes. Il y a les péritonites primaires, secondaires et tertiaires. Il y a une classification internationale dans notre jargon.

D’abord, il faut savoir que le péritoine, c’est comme un tapis qui va recouvrir toute la cavité abdominale. La cavité abdominale est cette cavité qui contient une partie de l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle, le foie, le colon. Ces organes sont contenus dans la cavité abdominale et le tissu qui les recouvre s’appelle le péritoine. Son rôle, c’est de secréter du liquide qui va permettre aux intestins de glisser les uns sur les autres parce que quand nous mangeons, il y a la digestion qui s’effectue et à la suite de ça, nous devons évacuer. C’est parce que nos intestins bougent que ça nous permet d’évacuer les matières fécales. Ça intervient aussi dans la régulation et l’équilibre du corps. C’est ce péritoine quand il vient à être enflammé, malade, cette absorption et cette réabsorption ne vont plus pouvoir s’effectuer. Et ça pose un problème.

La péritonite primaire, c’est quand un germe entraîne une infection et une inflammation du péritoine. La péritonite secondaire, la cause la plus fréquente ce sont les complications de la fièvre typhoïde. La fièvre typhoïde est une pathologie qui est liée au péril fécal. Le péril fécal, c’est le fait que les populations défèquent à l’air libre et les risques de contamination peuvent apporter des germes qui vont se développer et entraîner cette maladie. Maintenant si cette maladie n’est pas bien traitée, elle va emmener des complications, une perforation de l’intestin et les selles vont se déverser dans la cavité abdominale et cela va causer une inflammation du péritoine. C’est la cause la plus fréquente chez nous tout simplement parce que l’hygiène est défectueuse.

La deuxième cause est liée aux appendicites. Si l’appendice est infecté, il peut se perforer et se compliquer par une péritonite, s’il n’est pas diagnostiqué et opéré tôt. Si on opère très tôt, la personne guérit rapidement.
Il y a aussi les causes biliaires. C’est quand la vésicule biliaire s’infecte ou il peut y avoir des cailloux qui peuvent boucher les tuyaux et ça va s’infecter. Quand la vésicule biliaire s’infecte, s’éclate et la bile se déverse dans la cavité abdominale, cela peut entraîner une péritonite appelée péritonite biliaire.

Pour la fièvre typhoïde, le plus souvent c’est l’intestin grêle qui se perfore. Le colon également peut se perforer et dans notre contexte, ce sont les lavements qu’on appelle communément purges. Dans ces lavements, la pression peut perforer le colon. Et quand il est perforé, son contenu va se déverser dans la cavité abdominale et cela peut donner une péritonite.

Les causes peuvent être gynécologiques. Chez les jeunes filles pubères, il peut avoir des infections au niveau de la trompe, des ovaires. Et comme ce sont des organes qui communiquent avec la cavité abdominale, ça peut entraîner aussi la péritonite. Ce sont là, les causes qui ne sont pas exhaustives parce que y’en a plusieurs.
Les causes tertiaires, peuvent ne pas être liées à une infection. C’est quand c’est une maladie se manifeste secondairement par une péritonite. Par exemple, chez les enfants, il y a ce qu’on appelle le syndrome néphrotique, une maladie des reins chez l’enfant qui fait que les reins ne filtrent pas correctement les aliments. Cette pathologie peut se compliquer de péritonite.

Quelqu’un qui suit un traitement débilitant (traitement du cancer), les médicaments contre le cancer affaiblissent l’organisme et peuvent entraîner une péritonite chez l’enfant, etc.

Comment se manifeste la péritonite ?

Elle se manifeste par des signes fonctionnels. Cela dépend des causes mais dès lors que la péritonite est constituée, il y a la fièvre (très élevée 39, 40°), des frissons, l’arrêt des matières et des gaz et la personne ne pourra plus aller aux selles. Dès lors que les intestins ne bougent plus, ça peut se manifester par des vomissements, des maux de ventre, des douleurs abdominales terribles et tenaces.

Quand un agent de santé va examiner, l’inflammation du péritoine va faire qu’il va avoir un appel d’eau de l’organisme dans la cavité abdominale. Le sang dans notre corps est fait de cellules et de l’eau et il y a du liquide à l’intérieur de la cavité abdominale. Ce liquide est secrété et réabsorbé. Quand il est réabsorbé, il rééquilibre le corps. Mais quand il y a la péritonite, ce liquide qui est secrété n’est plus réabsorbé et il va aller s’accumuler dans la cavité abdominale et la personne va se déshydrater et il va aussi déglobuliser et être anémié.

Quand on l’examine, si la maladie a duré avec la personne, l’état général de la personne va être altéré. Le plus souvent chez les enfants qui sont sensibles à la déshydratation parce que leur corps est constitué beaucoup plus d’eau que le corps de l’adulte, s’ils perdent de l’eau dans leur corps, ils vont être très déshydratés et ce n’est pas bien. Ça peut emporter rapidement un enfant. Cette péritonite a une répercussion sur tous les organes du corps notamment les organes vitaux notamment le foie, les reins, les poumons, le cœur.

Le plus souvent quand nous examinons ces malades, on peut être amené à faire un toucher rectal qui va provoquer une douleur qui traduit l’inflammation du péritoine. Et quand on va faire des examens de sang, chaque examen a ses valeurs et on va constater que beaucoup de valeurs ont être détériorées et modifiées. Il peut avoir une anémie, une perturbation des fonctions du foie, etc.

La péritonite est-elle contagieuse ?

La péritonite n’est pas une maladie contagieuse.

Quelle est la tranche d’âge la plus touchée et pourquoi ?

C’est fonction des causes mais les enfants sont encore plus touchés parce qu’ils ne sont pas conscients des dangers. Par exemple, si on prend la péritonite d’origine typhique, ce sont des enfants. Ils mangent tout, ils ne se lavent pas les mains, ils n’ont pas la notion du danger. C’est tous les âges mais la tranche d’âge la plus touchée, c’est à partir du moment où l’enfant s’alimente, de 3 ans jusqu’à 14, 15 ans.

Comment peut-on traiter la péritonite ?

Le traitement de la péritonite est une urgence. Quand on dit urgence, ça veut dire si on ne fait rien, c’est la catastrophe qui survient. Sa prise en charge est multidisciplinaire parce qu’il faut le concours de tout le monde pour sauver le patient. Il faut l’anesthésiste, le chirurgien, etc. Cette pathologie, son traitement est fonction de la cause.

Si c’est une péritonite primaire, le traitement médical seul suffit. Comme je l’ai dit plus haut, la péritonite altère l’état général de la personne. Il faut donc remonter la personne avec des perfusions, des médicaments contre la douleur, des antibiotiques.
Mais si c’est une péritonite secondaire, il faut réanimer le patient, c’est-à-dire, lui mettre des perfusions, des médicaments contre la douleur, des antibiotiques. Mais en plus de ça, s’il est anémié, il faut lui faire une transfusion sanguine. Il faut aussi traiter la cause. C’est-à-dire, est-ce un intestin, un estomac ou la vésicule biliaire qui est perforé ? Il faut donc aller opérer et réparer la légion.

Si c’est l’appendicite, il faut l’enlever, si c’est la vésicule biliaire qui est malade, il faut l’enlever. Si c’est l’estomac qui est perforé, il faut le suturer, si c’est le colon, il faut aller nettoyer la cavité péritonéale et réparer la légion. Et souvent c’est l’intestin grêle, ce que nous rencontrons le plus souvent dans notre pratique quotidienne, c’est-à-dire la complication de la fièvre typhoïde. C’est fonction de ce que tu vas trouver après l’opération chirurgicale. Si c’est suffisamment et extrêmement sale, il faut nettoyer et réparer la lésion. Mais comme l’intestin est troué, si ce n’est pas trop sale, on peut suturer et le fermer. Et si tout se passe bien, ça ne pose pas de problème.

Les enfants sont encore plus touchés parce qu’ils ne sont pas conscients des dangers, selon le Pr Isso Ouédraogo

Mais si c’est sale, quand vous faites une suture, les fils peuvent lâcher secondairement et la même péritonite peut se reproduire et ça c’est encore grave, d’autant plus que l’état de l’enfant est déjà dégradé. De fois, on est amené à faire sortir l’intestin à la peau qu’on appelle iléostomie et les selles vont s’écouler à travers cet orifice, le temps que la cavité abdominale redevienne propre.

Cela va permettre aussi à l’enfant dont l’état est dégradé de récupérer sur le plan nutritionnel. Ensuite, après quatre semaines, le temps que l’enfant récupère, nous repartons décrocher l’iléostomie et on referme. Comme ça, il y a beaucoup de chance que ça tienne et que le circuit se rétablisse et la personne pourra de nouveau faire caca normalement.
Si c’est la péritonite tertiaire, c’est-à-dire si c’est un traitement qui a provoqué cela, si c’est le syndrome néphrotique, il faut traiter ça et la péritonite va guérir.

Y’a-t-il une subvention dans la prise en charge de la péritonite ?

Pour les enfants qui ont moins de cinq ans, ils entrent dans le cadre de la gratuité des soins. Mais pour les enfants qui ont plus de 5 ans et c’est la majorité, il n’y pas de tiers-payant. Ce sont les parents qui doivent débourser les fonds du CSPS en passant par le CMA, le CHR jusqu’au CHU. En moyenne, la prise en charge à l’hôpital coûte entre 150 à 200 000 FCFA. Si ça se complique, la personne va séjourner davantage à l’hôpital et le coût va augmenter.

Quels conseils de prévention avez-vous à prodiguer à nos lecteurs ?

En termes de prévention, il y a des causes qui peuvent être réduites à leur simple expression notamment les péritonites par perforation iléale. Ce sont des complications qui ne doivent pas nous arriver parce qu’il y a défaillance à deux niveaux. D’abord sur le plan communautaire, c’est-à-dire que la salubrité manque. Si les gens venaient à respecter les simples règles d’hygiène, se laver les mains avec du savon, déféquer dans des latrines, manger sain, ça va éviter ces maladies.

Deuxièmement, c’est la prise en charge. Quand quelqu’un a la fièvre aujourd’hui, on pense au paludisme alors que la fièvre n’est pas égale au paludisme. Il y a beaucoup de maladies dans lesquelles on retrouve la fièvre. Mais dans notre contexte, quand quelqu’un a la fièvre, c’est le palu. Et il va aller traiter le paludisme sans succès. Mais si c’est la fièvre typhoïde, ça ne fait que se compliquer parce que son développement il y a des stades (1,2,3). Le troisième stade, ce sont les complications. Si on arrive à traiter dès les premiers et deuxièmes stades, la personne va guérir sans complications.

Pour l’appendicite, il faut faire le diagnostic tôt, on opère et on l’enlève. Deux jours après grâce l’avancée technologique (vidéo assistée), la personne peut reprendre ses activités. Il faut que les gens (agents de santé) soient bien formés pour bien diagnostiquer. Dès lors qu’un agent de santé perçoit que les signes que le patient présente, ça nécessite qu’il soit vu par un autre plus qualifié, c’est bon de passer la main à un niveau supérieur. Ça permet d’éviter les complications. Quelque fois, des gens (agents de santé) retiennent des patients qui ne sont les leurs et c’est quand ça va se compliquer qu’on vous envoie. Ça ce n’est pas bon.

Votre mot de fin ?

Merci au journal Lefaso.net parce que c’est un canal par lequel les gens s’informent. Il y a l’information générale et vous vous intéressez aussi à l’information sanitaire parce que la santé est très importante pour un pays, un peuple, pour tout le monde. La pandémie du coronavirus l’illustre parfaitement. Donc c’est important que tout le monde ait l’information, la bonne information pour pouvoir se prémunir et cela va aider à prévenir des maladies dès lors qu’on sait que quand on fait telle ou telle chose, ça peut porter atteinte à notre santé, on va éviter de le faire. C’est donc l’occasion de vous dire merci pour le fait d’aller vers les professionnels pour avoir l’information pour que notre population puisse vivre en bonne santé parce que sans santé, il n’y a pas de développement.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique